prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 106-107 (v. 1351-1378)

                  § CVI
                  
                  E Oliver chevalchet par l'estor,
                  Sa hanste est frait, n'en ad que un trunçun,
                  E vait ferir un paien, Malun :
                  L'escut li freint, ki est ad or e a flur,
1355.         de la teste li met les oilz ansdous,
                  E la cervele li chet as piez desuz;
                  Mort le tresturnet od tut .VII.C. des lur.
                  Pois ad ocis Turgis e Esturguz;
                  La hanste briset e esclicet josqu'as poinz.
1360.         dist Rollant : « Cumpainz, que faites vos ?
                  En tel bataille n'ai cure de bastun;
                  Fers e acers i deit aveir valor.
                  U est vostre espee, ki Halteclere ad num ?
                  D'or est li helz e de cristal li punz. »
1365.         «  Ne la poi traire, » Oliver li respunt,
                  « Kar de ferir oi jo si grant bosoign. » aoi.
                  
                  § CVII
                  
                  Danz Oliver trait ad sa bone espee,
                  Que ses cumpainz Rollant li ad tant demandee,
                  E il li ad cum chevaler mustree.
1370.         un paien, Justin de Val Ferree :
                  Tute la teste li ad par mi sevree,
                  Trenchet le cors e [la] bronie safree,
                  La bone sele, ki a ór est gemmee,
                  E al ceval a l'eschine trenchee;
1375.         abat mort devant loi en la pree.
                  Ço dist Rollant : «  Vos receif jo, frere !
                  Por itels colps nos eimet li emperere.  »
                  De tutes parz est « Munjo[i]e » escriee. aoi.

                  § CVI
                  
                  Olivier maintenant chevauche en la mêlée.
                  Mais sa lance est brisée, n’en a plus qu’un tronçon;
                  Il s’en va pour frapper ce païen-là, Malon,
                  Et brise son écu, orné d’or et de pierres;
1355.         Il lui a fait sortir les deux yeux de la tête
                  Et répand sa cervelel jusque sur ses pieds.
                  Mort le fait choir, avec sept cents des siens !
                  Puis il s’en va occir Turgis et Esturgos :
                  Le reste de sa lance brisé jusqu’au poing.
1360.         Roland lui a crié : « Ami, que faites-vous ?
                  Une telle bataille n’a besoin de bâton,
                  Ce sont fer et acier qui qui ont quelque valeur.
                  Où donc est votre épée ? Hauteclaire est son nom,
                  Celle à la garde d’or et pommeau de cristal ? »
1365.         « Je n’ai pu l tirer, lui répond Olivier,
                  Car je ne pouvais pas m’arrêter de frapper ! »
                  
                  § CVII
                  
                  Maintenant Olivier tire sa bonne épée,
                  Celle que lui réclame son ami Roland;
                  Et il s’en est servi comme un vrai chevalier !
1370.         Il en frappe un en païen, Justin de Val Ferré;
                  Et lui ouvre la tête en deux de haut en bas.
                  Le corps lui a fendu, en cuirasse dorée,
                  Sa bonne selle aussi, de pierres serties d’or,
                  Et enfin du cheval a l’échine tranchée,
1375.         Et devant lui l’abat, mort, sur l’herbe du pré.
                  Alors Roland s’écrie : « Je vous retrouve, frère !
                  Si l’Empereur nous aime, c’est bien pour cela ! »
                  De toutes parts alors, c’est “Monjoie” que l’on crie.