prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 108-109 (v. 1379-1411)

§ CIX Mêlée générale et échec des Français

                  § Laisse 108
                  
                  Li quens Gerins set el ceval Sorel
1380.         E sis cumpainz Gerers en Passecerf,
                  Laschent lor reisnes, brochent amdui a ait,
                  E vunt ferir un paien, Timozel,
                  L'un en l'escut e li altre en l'osberc,
                  Lur dous espiez enz el cors li unt frait,
1385.         Mort le tresturnent tres enmi un guaret,
                  Ne l'oï dire ne jo mie nel sai
                  Liquels d'els dous en fut li plus isnels.
                  Esprieres icil fut filz Burdel,
                  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1390.         E l'arcevesque lor ocist Siglorel,
                  L'encanteür ki ja fut en enfer :
                  Par artimal l'i cundoist Jupiter.
                  Ço dist Turpin : « Icist nos ert forsfait. »
                  Respunt Rollant : « Vencut est le culvert.
1395.         Oliver, frere, itels colps me sunt bel ! »
                  
                  

Mêlée générale et échec des Français


                  
                  § Laisse 109
                  
                  La bataille est aduree endementres.
                  Franc e paien merveilus colps i rendent.
                  Fierent li un, li altre se defendent.
                  Tant hanste i ad e fraite e sanglente,
1400.         Tant gunfanun rumpu e tant enseigne !
                  Tant bon Franceis i perdent lor juvente !
                  Ne reverrunt lor meres ne lor femmes,
                  Ne cels de France ki as porz les atendent. aoi.
                  Karles li magnes en pluret, si se demente.
1405.         De ço qui calt ? N'en avrunt sucurance.
                  Malvais servis[e] le jur li rendit Guenes,
                  Qu'en Sarraguce sa maisnee alat vendre;
                  Puis en perdit e sa vie e ses membres;
                  El plait ad Ais en fut juget a pendre,
1410.         De ses parenz ensembl'od lui tels trente
                  Ki de murir nen ourent esperance. aoi.

                  § Laisse 108
                  
                  Le Comte Gérin a monté le cheval de Sorel,
1380.         Et son ami Gérier, lui, monte sur Passecerf.
                  Ils ont lâché les rênes, éperonné très fort,
                  Et sont allés frapper un païen, Timozel,
                  Le premier sur l’écu, l’autre sur son haubert,
                  Lui mettant tous les deux leur épieu dans le corps,
1385.         Et mort le font tomber au milieu d’un guéret.
                  Je n’ai entendu dire, et je ne le sais pas
                  Lequel des deux ici a été le plus vif,
                  Peut-être que ce fut le fils de ce Burdel.
                  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1390.         À son tour l’archevêque a tué Signorel,
                  L’enchanteur qui avait visité les Enfers,
                  Usant d’un sortilège dû à Jupiter.
                  Turpin s’est écrié : « Il nous voulait du mal ! »
                  Roland répond : « Ce vaurien a payé !
1395.         Frère Olivier, comme ces coups me plaisent ! »
                  
                  

Mêlée générale et échec des Français


                  
                  § Laisse 109
                  
                  Entre-temps la bataille est devenue féroce.
                  Les Francs et les païens s’y assènent tels coups,
                  Les uns frappant les autres qui donc se défendent.
                  Que de hampes brisées et devenues sanglantes,
1400.         Gonfanons déchirés, bannières arrachées,
                  Que de jeunes Français y ont perdu la vie !
                  Ils ne reverront plus leurs mères ni leurs femmes,
                  Ni ceux de France qui aux défilés attendent.
                  Charles lui-même en pleure, et se désole,
1405.         Mais qui s’en soucierait ? Ils seront sans secours.
                  Ganelon a vraiment desservi Charlemagne,
                  Allant à Sarragosse y vendre tous les siens !
                  Mais il y a perdu et sa vie et ses membres,
                  Car à Aix, au procés, il fut jugé à pendre,
1410.         Et avec lui aussi trente de ses parents,
                  Qui ne s’attendaient pas devoir finir ainsi !

NOTES

Burdel : Ce vers est corrompu. Je suis sa reconstitution proposée par J. Bédier — sous toutes réserves. Le vers suivant est illisible.