prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 110-111 (v.1412-1448)

                  § Laisse 110
                  
                  La bataille est merveilluse e pesant;
                  Mult ben i fiert Oliver e Rollant,
                  Li arcevesques plus de mil colps i rent,
1415.         Li .XII. per ne s'en targent nient,
                  E li Franceis i fierent cumunement.
                  Moerent paien a miller(e)[s] e a cent;
                  Ki ne s'en fuit de mort n'i ad guarent;
                  Voillet o nun, tut i laisset sun tens.
1420.         Franceis i perdent lor meillors guarnemenz;
                  Ne reverrunt lor peres ne lor parenz
                  Ne Carlemagne, ki as porz les atent.
                  En France en ad mult merveillus turment;
                  Orez i ad de tuneire e de vent,
1425.         Pluies e gresilz desmesureement;
                  Chiedent i fuildres e menut e suvent,
                  E terremoete ço i ad veirement.
                  De seint Michel de(l) P(aris)[eril] josqu'as Seinz
                  Des Besençun tresqu'as [port] de Guitsand
1430.         N’en ad recet dunt del mur ne cravent.
                  Cuntre midi tenebres i ad granz;
                  N'i ad clartet, se li ciels nen i fent.
                  Hume nel veit, ki mult ne s espaent.
                  Dient plusor : « Ço est li definement,
1435.         La fin del secle ki nus est en present. »
                  Il nel sevent, ne dient veir nient :
                  Ço est li granz dulors por la mort de Rollant.
                  
                  § Laisse 111
                  
                  Franceis i unt ferut de coer e de vigur;
                  Paien sunt morz a millers e a fuls :
1440.         De cent millers n'en poent guarir dous.
                  Rollant dist : « Nostre hume sunt mult proz :
                  Suz ciel n'ad home plus en ait de meillors. »
                  Il est escrit en la Geste Francor
                  Que vassals est li nostre empereür.
1445.         Vunt par le camp, si requerent les lor,
                  Plurent des oilz de doel e de tendrur
                  Por lor parenz par coer e par amor.
                  Li reis Marsilie od sa grant ost lor surt. aoi.

                  § Laisse 110
                  
                  La bataille est terrible et elle est éprouvante.
                  Roland et Olivier y cognent durement,
                  L’Archevêque lui-même mille coups y rend.
1415.         Les douze pairs surtout ne perdent pas leur temps,
                  Les Français tous ensemble y frappent durement.
                  Les païens ici tombent par mille et par cent,
                  Et qui ne prend la fuite y trouvera la mort.
                  Le veuille ou non, chacun ici perdra la vie.
1420.         Les Français ont perdu leurs meilleurs défenseurs :
                  Ils ne reverront plus ni pères, ni parents,
                  Ni Charlemagne, qui au col les y attend.
                  Et pendant ce temps-là, en France l’ouragan
                  Se déchaîne avec le tonnerre et le grand vent,
1425.         De la pluie, de la grêle, démesurément !
                  Partout la foudre tombe, et c’est à chaque instant,
                  Provoquant sur la terre de vrais tremblements.
                  Depuis Saint-Michel du Péril jusqu’à Sens,
                  Et depuis Besançon jusqu’au port de Wissant,
1430.         Dans toutes les maisons est un mur qui se fend.
                  En plein midi on voit la nuit qui se répand,
                  Plus de lumière au ciel sauf quand l’éclair le fend !
                  Nul ne peut supporter ce spectacle éprouvant,
                  Et nombreux ceux qui disent : «  C'est la fin des temps,
1435.         La fin du monde est là, c’est ce qui nous attend. »
                  Mais ils ne savent pas, ils ignorent vraiment
                  Que ce grand deuil est là pour la mort de Roland.
                  
                  § Laisse 111
                  
                  Les Français ont frappé de toute leur vigueur;
                  Les païens y sont morts en foule, par milliers,
1440.         Et sur cent mille deux seulement y demeurent.
                  Roland a dit : « Nos hommes sont très courageux :
                  Sous le ciel il n’en est certes pas de meilleurs. »
                  Il est d’ailleurs écrit dans la Geste des Francs
                  Que notre Empereur est un homme très vaillant.
1445.         Ils s’en vont par le champ, tous les leurs recherchant,
                  Leurs yeux sont pleins de larmes de grande douleur,
                  Et la tendresse pour leurs parents dans leur cœur...
                  Et Marsile survient avec sa grande armée !