prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 112-113 (v. 1449-1486)

                  § Laisse 112
                  
                  Marsilie vient par mi une valee
                  Od sa grant ost que il out asemblee.
                  . XX. escheles ad li reis anumbrees.
                  Lacent cil'elme as perres d'or gemmees,
                  E cil escuz e cez bronies sasfrees;
                  . VII. milie graisles i sunent la menee :
                  Grant est la noise par tute la contree.
                  Ço dist Rollant : « Oliver, compaign, frere,
                  Guenes li fels ad nostre mort juree;
                  La traïsun ne poet estre celee;
                  Mult grant venjance en prendrat l'emperere.
                  Bataille avrum e forte [e] aduree,
                  Unches mais hom tel ne vit ajustee.
                  Jo i ferrai de Durendal, m'espee,
                  E vos, compainz, ferrez de Halteclere.
                  En tanz lius les avum nos portees !
                  Tantes batailles en avum afinees !
                  Male chançun n'en deit estre cantee.  » aoi.
                  
                  § Laisse 113
                  
                  Marsilies veit de sa gent le martirie,
                  Si fait suner ses cors e ses buisines,
                  Puis si chevalchet od sa grant ost banie.
                  Devant chevalchet un Sarrasin, Abisme :
                  Plus fel de lui n'out en sa cumpagnie.
                  Te(t)ches ad males e mult granz felonies;
                  Ne creit en Deu, le filz sainte Marie;
                  Issi est neirs cume peiz ki est demise;
                  Plus aimet il traïsun e murdrie
                  Qu'(e) il ne fesist trestut l'or de Galice;
                  Unches nuls hom nel vit juer ne rire.
                  Vasselage ad e mult grant estultie :
                  Por ço est drud al felun rei Marsilie;
                  Sun dragun portet a qui sa gent s'alient.
                  Li arcevesque ne l'amerat ja mie;
                  Cum il le vit, a ferir le desiret.
                  Mult quiement le dit a sei meïsme :
                   « Cel Sarraz[in] me semblet mult herite :
                  Mielz est mult que jo l'alge ocire.
                  Unches n'amai cuard ne cuardie.  » aoi.

                  § Laisse 112
                  
                  Marsile est arrivé longeant une vallée
1450.         Avec la grande armée qu’il avait rassemblée.
                  Ce roi a pu compter jusqu’à vingt compagnies !
                  Les heaumes sont brillants de pierres incrustées,
                  Et les écus, les brognes, qui sont safranées.
                  Les sept mille trompettent sonnent la mêlée :
1455.         Le bruit s’entend au loin par toute la contrée.
                  Roland alors a dit : « Olivier, mon ami,
                  Le traître Ganelon s’est juré notre mort :
                  Sa trahison ne peut plus nous être cachée.
                  L’empereur en prendra une grande vengeance !
1460.         Nous avons à livrer une rude bataille :
                  Jamais homme n’a vu telle se dérouler !
                  Je vais utiliser Durendal, mon épée,
                  Et vous, mon compagnon, brandirez Hauteclaire.
                  En tant de lieux déjà nous les avons brandies,
1465.         Tant de batailles furent par elles gagnées !
                  De mauvaises chansons n’en seront inspirées.
                  
                  § Laisse 113
                  
                  Marsile qui a vu la souffrance des siens
                  A fait sonner ses cors et donner ses trompettes,
                  Et puis il est venu avec sa grande armée.
1470.         Au premier rang chevauche un sarrasin : Abisme.
                  Et dans toute la troupe il n’est de plus félon.
                  Il a commis des crimes, nombreux sont ses vices,
                  Il ne croit pas en Dieu, fils de Sainte Marie !
                  Il est noir comme peut être la poic fondue,
1475.         Ce qu’il aime surtout c’est trahison et meurtre,
                  Plus que tout l’or encore qu’on trouve en Galice.
                  Jamais nul ne l’a vu s’amuser ou bien rire !
                  Mais il est fort vaillant, plein de témérité,
                  Et pour cela l'ami du traître roi Marsile.
1480.         Il brandit le dragon à qui tous se rallient.
                  L’archevêque jamais cet homme n’aimera,
                  Et sitôt qu’il le voit, veut aller le frapper !
                  Il se dit à lui-même, et en parlant tout bas :
                  « Ce Sarrasin me semble un parfait hérétique,
1485.         Et le mieux pour moi que j’aille pour l’occire;
                  Je n’ai jamais aimé couards ni couardise. »