prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 114-115 (v. 1487-1525)

                  § Laisse 114
                  
                  Li arcevesque cumencet la bataille.
                  Siet el cheval qu'il tolit a Grossaille,
                  Ço ert uns reis qu'l ocist en Denemarche.
1490.         Li destrers est e curanz e aates,
                  Piez ad copiez e les gambes ad plates,
                  Curte la quisse e la crupe bien large,
                  Lungs les costez e l'eschine ad ben halte,
                  Blanche la cue e la crignete jalne
1495.         Petites les oreilles, la teste tute falve;
                  Beste nen est nule ki encontre lui alge.
                  Li arcevesque brochet par tant grant vasselage :
                  Ne laisserat qu'Abisme nen asaillet;
                  Vait le ferir en l'escut amiracle :
1500.         Pierres i ad, ametistes e topazes,
                  Esterminals e carbuncles ki ardent;
                  En Val Metas li dunat uns diables,
                  Si li tramist li amiralz Galafes.
                  Turpins i fiert, ki nient ne l'esparignet,
1505.         Enpres sun colp ne quid que un dener vaillet,
                  Le cors li trenchet tres l'un costet qu'a l'altre,
                  Que mort l'abat en une voide place.
                  Dient Franceis : « Ci ad grant vasselage !
                  En l'arcevesque est ben la croce salve.  »
                  
                  § Laisse 115
                  
1510.         Franceis veient que paiens i ad tant,
                  De tutes parz en sunt cuvert li camp;
                  Suvent regretent Oliver e Rollant
                  Les. XII. pers, qu'il lor seient guarant.
                  E l'arcevesque lur dist de sun semblant :
1515.         « Seignors barons, n'en alez mespensant !
                  Pur Deu vos pri que ne seiez fuiant,
                  Que nuls prozdom malvaisement n'en chant.
                  Asez est mielz que moerium cumbatant.
                  Pramis nus est, fin prendrum a itant,
1520.         Ultre cest jurn ne serum plus vivant;
                  Mais d'une chose vos soi jo ben guarant :
                  Seint pareïs vos est abandunant;
                  As Innocenz vos en serez seant.  »
                  A icest mot si s'esbaldissent Franc,
1525.         Cel nen i ad « Munjoie ! » ne demant. aoi.

                  § Laisse 114
                  
                  L’Archevêque commence la bataille.
                  Il monte le cheval qu’il a pris à Grossaille,
                  Qui est un roi qu’il a tué au Danemark.
1490.         Ce destrier est rapide et fringant;
                  Ses sabots sont bien faits, ses jambes plates,
                  Sa cuisse est courte et sa croupe bien large,
                  Ses flancs sont allongés et son échine haute,
                  Sa queue est blanche et sa crinière rousse,
1495.         Petites, ses oreilles, sa tête toute fauve;
                  Il n’est pas qui soit plus rapide que lui.
                  L’Archevêque éperonne, et de quelle vigueur !
                  Rien ne l’empêchera d’aller frapper Abisme :
                  En plein sur son écu, c’est celui d’un émir,
1500.         Tant il est recouvert d’améthyste et topaze,
                  Pierres et escarboucles qui toutes flamboient.
                  Au Val Metas un diable avait donné l’écu,
                  À l'émir Galafe, qui le lui a transmis.
                  Turpin frappe dessus, car rien ne le retient :
1505.         Après son coup l’écu ne vaudra plus un sou !
                  Le corps de ce païen tranche de part en part,
                  Si bien qu’il l’abat mort dans un endroit désert.
                  Et les Français ont dit : « Voilà bien du courage !
                  Elle est en bonnes mains, la crosse d’Archevêque ! »
                  
                  § Laisse 115
                  
1510.         Les Français ont bien vu qu’il est tant de païens
                  Que les champs en sont pleins, il y en a partout.
                  Ils appellent souvent Olivier et Roland
                  Les douze pairs aussi, pour être protégés.
                  Et l’Archevêque alors leur donne son avis :
1515.         « Seigneurs barons, ne soyez pas si lâches !
                  Au nom de Dieu ne devez vous enfuir,
                  Que personne ne puisse de vous se moquer,
                  Mieux vaut pour nous mourir en combattant !
                  La mort nous est promise, et pour dans peu de temps;
1520.         À la fin de ce jour ne serons plus vivants.
                  Mais il est une chose dont je suis garant :
                  À tous le Paradis vous est tout grand ouvert
                  Vous y aurez vos places près des Innocents ! »
                  À ces mots les Français sont si réconfortés,
1525.         Que pas un seul ne manque de crier : « Monjoie ! »