prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 11 - 15 (vv. 157-229)

                  § Laisse 11
                  
                  Bels fut li vespres e li soleilz fut cler.
                  Les dis mulez fait Char[l]es establer,
                  El grant verger fait li reis tendre un tref,
160.           Les dis messages ad fait enz hosteler;
                  .XII. serjanz les unt ben cunreez.
                  La noit demurent tresque vint al jur cler.
                  Li empereres est par matin levet;
                  Messe e matines ad li reis escultet.
165.           Desuz un pin en est li reis alez,
                  Ses baruns mandet pur sun cunseill finer :
                  Par cels de France voelt il del tut errer. aoi.
                  
                  § Laisse 12
                  
                  Li emper[er]es s'en vait desuz un pin.
                  Ses baruns mandet pur sun cunseill fenir :
170.           Le duc Oger, (e) l'arcevesque Turpin,
                  Richard li Vélz e sun nev[old] Henri,
                  E de Gascuigne li proz quens Acelin
                  Tedbald de Reins e Milun, sun cusin;
                  E si i furent e Gerers e Gerin;
175.           Ensembl' od els li quens Rollant i vint,
                  E Oliver, li proz e li gentilz;
                  Des Francs de France en i ad plus de mil.
                  Guenes i vint, ki la traïsun fist.
                  Des ore cumencet le cunseill que mal prist. aoi.
                  
                  § Laisse 13
                  
180.           « Seignurs barons, » dist li emperere Carles,
                  « Li reis Marsilie m'ad tramis ses messages;
                  De sun aveir me voelt duner grant masse,
                  Urs e leuns e veltres caeignables,
                  Set cenz cameilz e mil hosturs muables,
185.           Quatre cenz mulz cargez del ór d'Arabe,
                  Avoec iço plus de cinquante care;
                  Mais il me mandet que en France m'en alge :
                  Il me sivrat ad Aìs, a mun estage,
                  Si recevrat la nostre lei plus salve;
190.           Chrestiens ert, de mei tendrat ses marches;
                  Mais jo ne sai quels en est sis curages. »
                  Dient Franceis : « Il nus i cuvent guarde ! » aoi.
                  
                  § Laisse 14
                  
                  Li empereres out sa raisun fenie.
                  Li quens Rollant, ki ne l'otriet mie,
195.           En piez se drecet, si li vint cuntredire.
                  Il dist al rei : « Ja mar crerez Marsilie.
                  Set anz [ad] pleins, que en Espaigne venimes;
                  Jo vos cunquis e Noples e Commibles,
                  Pris ai Valterne e la tere de Pine
200.           E Balasgued e Tuele e Sezilie.
                  Li reis Marsilie i fist mult que traïtre :
                  De ses pai[ens il vus] enveiat quinze,
                  Cha(n)cuns portout une branche d'olive;
                  Nuncerent vos cez paroles meïsme.
205.           A vos Franceis un cunseill en presistes :
                  Loerent vos alques de legerie.
                  Dous de voz cuntes al paien tramesistes,
                  L'un fut Basan e li altres Basilies;
                  Les chef en prist es puis desuz Haltilie.
210.           Faites la guer[re] cum vos l'avez enprise :
                  En Sarraguce menez vostre ost banie,
                  Metez le sege a tute vostre vie,
                  Si vengez cels que li fels fist ocire ! » aoi.
                  
                  § Laisse 15
                  
                  Li empe[re]re en tint sun chef enbrunc,
215.           Si duist sa barbe, afaitad sun gernun,
                  Ne ben ne mal ne respunt sun nevuld.
                  Franceis se taisent ne mais que Guenelun,
                  En piez se drecet, si vint devant Carlun,
                  Mult fierement cumencet sa raisun,
220.           E dist al rei : « Ja mar crerez bricun,
                  Ne mei ne altre, se de vostre prod nun.
                  Quant ço vos mandet li reis Marsiliun,
                  Qu'il devendrat jointes ses mains tis hom,
                  E tute Espaigne tendrat par vostre dun,
225.           Puis recevrat la lei que nus tenum,
                  Ki ço vos lodet que cest plait degetuns,
                  Ne li chalt, sire, de quel mort nus muriuns.
                  Cunseill d orguill n'est dreiz que a plus munt,
                  Laissun les fols, as sages nus tenuns. » aoi.

                  § Laisse 11
                  
                  L'après-midi était ensoleillée et belle.
                  Charles fait préparer dix mulets à l'étable,
                  Et dresser une tente dans le grand verger.
160.           Là-dessous vont loger tous les dix messagers,
                  Et douze serviteurs pour qu'ils soient bien traités.
                  Ils y sont demeurés juqu'à l'aube du jour.
                  Alors ce matin-là, l'Empereur s'est levé,
                  Pour aller écouter la messe et les matines;
165.           Et puis il est allé se mettre sous un pin,
                  Et il a appelé ses barons en conseil :
                  Il ne veut décider qu'avec tous ceux de France.
                  
                  § Laisse 12
                  
                  L'Empereur est allé s'installer sous un pin.
                  Pour tenir son conseil, tous ses barons appelle :
170.           Le duc Ogier est là, l'Archevêque Turpin,
                  Richard le Vieux et son neveu Henri aussi,
                  Le comte de Gascogne, le preux Acelin,
                  Thibaud de Reims et Milon, son cousin;
                  Et Gérier et Gérin sont aussi avec eux,
175.           Et le comte Roland y est venu aussi;
                  Avec lui Olivier, le noble et le vaillant.
                  Ils sont bien plus de mille tous ces Francs de France.
                  Ganelon vint aussi, celui qui trahira.
                  Et maintenant commence l'assemblée fatale.
                  
                  § Laisse 13
                  
180.           « Seigneurs, vous mes barons, dit Charles l'Empereur,
                  Le roi Marsile m'a envoyé un message.
                  De ses biens il voudrait me donner quantité,
                  Des ours, des lions, des lévriers qu'on tient en laisse,
                  Sept cents chameaux et mille autours prêts à muer
185.           Et quatre cents mulets chargés d'or d'Arabie,
                  Et cinquante chariots pour emmener tout ça.
                  Mais il voudrait alors qu'en France je m'en aille;
                  Il viendrait me trouver à Aix, ma résidence,
                  Et se convertirait à notre religion.
190.           Chrétien, c'est de moi qu'il tiendra alors ses marches.
                  Mais je ne sais pas bien ce qu'il pense vraiment. »
                  Et les Français de dire : « Restons sur nos gardes ! ».
                  
                  § Laisse 14
                  
                  L'Empereur maintenant a fini son discours.
                  Mais le Comte Roland, qui ne l'approuve pas,
195.           S'est dressé et il vient alors le contredire.
                  Il dit au roi : « Malheur, si vous croyez Marsile !
                  Nous sommes en Espagne, ici, depuis sept ans,
                  Et pour vous j'ai conquis et Noples et Commibles,
                  J'ai pris pour vous Valterne et la terre de Pine,
200.           Balaguer et Tudèle et encore Sézille.
                  Le roi Marsile s'est comporté comme un traître.
                  Il nous a envoyé quinze de ses païens
                  Et chacun d'eux portait sa branche d'olivier;
                  Il ont tenu ce jour-là le même discours.
205.           Vous avez pris conseil auprès de vos Français
                  Et ils vous ont donné un avis bien léger.
                  Pour vous deux comtes sont allés chez le païen,
                  L'un s'appelait Basan, et l'autre était Basile;
                  Il leur trancha la tête sous le mont Haltilie.
210.           Faites la guerre comme elle fut commencée :
                  Lancez sur Sarragosse l'armée rassemblée,
                  Et faites-en le siège votre vie durant,
                  S'il le faut, pour venger ceux qu'il a fait tuer !
                  
                  § Laisse 15
                  
                  L'empereur a baissé la tête et reste ainsi;
215.           Il a lissé sa barbe, arrangé sa moustache,
                  Il ne répond ni oui, ni non, à son neveu.
                  Les Français se taisent, mais non pas Ganelon;
                  Il se tient droit en s'avançant tout près de Charles,
                  Et commence à parler avec son arrogance :
220.           « Malheur à vous si vous écoutez un coquin,
                  Moi ou un autre, si ce n'est votre intérêt !
                  Le roi Marsile a voulu vous faire savoir,
                  Qu'il viendra les mains jointes pour être votre homme,
                  Et que toute l'Espagne il la tiendra de vous,
225.           Puis se convertira à notre loi divine.
                  Celui qui vous conseille de le rejeter
                  Sire, se moque bien de comment nous mourrons !
                  Que l'orgueil ne l'emporte pas, en cette affaire,
                  Laissons les fous, pour écouter plutôt les sages !

NOTES

marches : provinces, territoires bordant une frontière.