prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 118-119 (v. 1562-1592)

                  § Laisse 118
                  
                  D'altre part est un paien, Valdabrun :
                  Celoi levat le rei Marsiliun,
                  Sire est par mer de. IIII. C. drodmunz;
1565.         N'i ad eschipre quis cleim se par loi nun.
                  Jerusalem prist ja par traïsun,
                  Si violat le temple Salomon,
                  Le patriarche ocist devant les funz.
                  Cil ot fiance del cunte Guenelon :
1570.         Il li dunat s'espee e mil manguns.
                  Siet el cheval qu'il cleimet Gramimund,
                  Plus est isnels que nen est uns falcuns.
                  Brochet le bien des aguz esperuns,
                  Si vait ferir li riche duc Sansun,
1575.         L'escut li freint e l'osberc li derumpt,
                  El cors li met les pans del gunfanun,
                  Pleine sa hanste l'abat mort des arçuns :
                  « Ferez paien, car tres ben les veintrum ! »
                  Dient Franceis : « Deus quel doel de baron.  ! » aoi.
                  
                  § Laisse 119
                  
1580.         Li quens Rollant, quant il veit Sansun mort,
                  Poez saveir que mult grant doel en out.
                  Sun ceval brochet, si li curt ad esforz;
                  Tient Durendal, qui plus valt que fin ór.
                  Vait le ferir li bers, quanque il pout,
1585.         Desur sun elme, ki gemmet fut ad or :
                  Trenchet la teste e la bronie e le cors,
                  La bone sele, ki est gemmet ad or,
                  E al cheval parfundement le dos;
                  Ambure ocit, ki quel blasme ne quil lot.
1590.         Dient paien(t) [... ] : « Cist colp nus est mult fort ! »
                  Respont Rollant : « Ne pois amer les voz;
                  Devers vos est li orguilz e li torz.  » aoi.

                  § Laisse 118
                  
                  Un peu plus loin se tient le païen Valdabrun,
                  Qui a fait chevalier même le roi Marsile;
                  Sur mer il est le chef de quatre cents navires,
1565.         Il n’est pas de marin qui de lui ne dépende.
                  Il prit Jérusalem par lâche trahison,
                  Il a violé le temple du roi Salomon,
                  Tuant le patriarche, là, devant les fonts.
                  À lui prêta serment le comte Ganelon :
1570.         Pour cela lui donna son épée et de l’or.
                  Il monte son cheval appelé Granimont,
                  Plus rapide que n’est le meilleur des faucons.
                  Il l’a piqué de ses très pointus éperons,
                  Et il s’en va frapper le puissant duc Sanson :
1575.         Il brise son écu, et son haubert lui rompt;
                  Sa lance dans le corps, jusque son gonfanon,
                  Lui passe, et mort le fait tomber de ses arçons.
                  « Frappez plus fort païens  ! Bientôt nous les vaincrons ! »
                  Et disent les Français : « Quel malheureux baron ! »
                  
                  § Laisse 119
                  
1580.         Quand le comte Roland voit Sanson mis à mort,
                  Vous pensez bien qu’il eut une grande douleur.
                  Il a éperonné, sur le païen foncé,
                  Brandissant Durendal, épée qui vaut de l’or.
                  Il est venu frapper l’autre aussi fort qu’il peut,
1585.         Sur le heaume de pierres serties dans de l’or.
                  La tête vient lui fendre, et le heaume, et le corps,
                  Jusqu’à la selle ornée de pierres serties d’or,
                  Et du cheval atteint profondément le dos :
                  Il les occit tous deux, qu’on le blâme ou le loue !
1590.         Les païens se sont dit : « C’est un coup dur pour nous ! »
                  Et Roland leur répond : « Je ne vous aime pas,
                  Car l’orgueil et le tort on les trouve chez vous ! »