prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 120-121(v. 1593-1612)

                  § Laisse 120
                  
                  D'Affrike i ad un Affrican venut,
                  Ço est Malquiant, le filz al rei Malcud.
1595.         Si guarnement sunt tut a or batud;
                  Cuntre le ciel sur tuz les altres luist.
                  Siet el ceval qu'il cleimet Salt Perdut :
                  Beste nen est ki poisset curre a lui.
                  Il vait ferir Anseïs en l'escut :
1600.         Tut li trenchat le vermeill e l'azur;
                  De sun osberc li ad les pans rumput,
                  El cors li met e le fer e le fust;
                  Morz est li quens, de sun tens n'i ad plus.
                  Dient Franceis : « Barun, tant mare fus ! »
                  
                  § Laisse 121
                  
1605.         Par le camp vait Turpin li arcevesque;
                  Tel coronet ne chantat unches messe
                  Ki de sun cors feïst [...] tantes proecces.
                  Dist al paien : « Deus tut mal te tramette !
                  Tel ad ocis dunt al coer me regrette. »
1610.         Sun bon ceval i ad fait esdemetre,
                  Si l'ad ferut sur l'escut de Tulette,
                  Que mort l'abat desur le herbe verte.

                  § Laisse 120
                  
                  Un Africain est là, venu de son pays :
                  ll s’appelle Malquiant, le fils du roi Malcud.
1595.         Son armure est entièrement incrustée d’or,
                  Et au soleil reluit plus que celles des autres.
                  Il monte son cheval appelé Saut-Perdu :
                  Aucun autre ne peut le défier à la course.
                  Il est allé frapper Anseis sur l’écu
1600.         Et lui en a fendu le vermeil et l’azur.
                  Il lui a déchiré les pans de son haubert,
                  Et dans le corps lui met et le fer et sa hampe  !
                  Le comte est bientôt mort, sa vie en est finie.
                  Et les Français de dire : « Quel malheur pour lui ! »
                  
                  § Laisse 121
                  
1605.         L’Archevêque Turpin est au champ de bataille :
                  Jamais un tonsuré n’aura chanté la messe
                  Après telles prouesses faites de son corps !
                  Il a dit au païen : « Que Dieu te mettes à mal !
                  Tu a tué un homme très cher à mon cœur. »
1610.         Sur lui il a lancé vivement son cheval,
                  Il l’a frappé en plein son écu de Tolède
                  Et mort l’a fait tomber, raide, sur l’herbe verte.