prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 122-123 (v. 1613-1635)

                  § Laisse 122
                  
                  De l'altre part est un paien, Grandonies,
                  Filz Capuel, le rei de Capadoce(neez).
1615.         Siet el cheval que il cleimet Marmorie,
                  Plus est isnels que n'est oisel ki volet;
                  Laschet la resne, des esperuns le brochet,
                  Si vait ferir Gerin par sa grant force.
                  L'escut vermeill li freint, de col li portet;
1620.         Aprof li ad sa bronie desclose,
                  El cors li met tute l'enseingne bloie,
                  Que mort l'abat en une halte roche.
                  Sun cumpaignun Gerers ocit uncore
                  E Berenger e Guiun de Seint Antonie;
1625.         Puis vait ferir un riche duc Austorje,
                  Ki tint Valeri e envers sur le Rosne.
                  Il l'abat mort; paien en unt grant joie.
                  Dient Franceis : « Mult decheent li nostre ! »
                  
                  § Laisse 123
                  
                  [L]i quens Rollant tint s'espee sanglente.
1630.         Ben ad oït que Franceis se dementent;
                  Si grant doel ad que par mi quiet fendre;
                  Dist al paien : « Deus tut mal te consente !
                  Tel as ocis que mult cher te quid vendre ! »
                  Sun ceval brochet, ki oït del cuntence.
1635.         Ki quel cumpert, venuz en sunt ensemble.

                  § Laisse 122
                  
                  Dans l’autre camp il y a un païen, Grandoine,
                  Le fils de Capuel, le roi de Cappadoce.
1615.         Il est sur un cheval qu’on appelle Marmoire,
                  Plus rapide à la course qu’un oiseau qui vole.
                  Il lui lâche la bride, et puis il l’éperonne,
                  Et va frapper Gérin avec toute sa force,
                  Brise l’écu vermeil, que du cou lui arrache,
1620.         Et puis il lui entaille sa bonne cuirasse,
                  Lui passant dans le corps sa bannière bleue,
                  Et l’abat raide mort sur une grande roche.
                  Et puis il a tué son compagnon Gérier,
                  Et aussi Bérenger, et Gui de Saint Antoine;
1625.         Il est allé frapper le puissant duc Austorje,
                  Lui qui tenait Valence ( ?) et Envers sur le Rhône :
                  Il l’abat raide mort —exultent les païens,
                  Et disent les Français : « Quelle perte chez nous ! »
                  
                  § Laisse 123
                  
                  Le comte Roland tient, sanglante, son épée :
1630.         Il a bien entendu les Français désolés;
                  Sa douleur est si grande, son cœur sent se fendre.
                  Au païen dit : « Que Dieu t’accable de tous maux !
                  Tu me paieras très cher celui que tu tuas ! »
                  Il pique son cheval, témoin de la dispute,
1635.         Et les voici aux mains, - qui sait ce qu’en sera ?
                  

NOTES

dispute : Au sens latin de joute verbale...  ? Le texte de cette fin de vers qui prête une telle “compréhension” au cheval est curieux —  et quelque peu douteux.