prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 134-135 (v. 1636-1660)

                  § Laisse 124
                  
                  Grandonie fut e prozdom e vaillant
                  E vertuus e vassal cumbatant.
                  Enmi sa veie ad encuntret Rollant.
                  Enceis nel vit, sil recunut veirement
1640.         Al fier visage e al cors qu'il out gent
                  E al reguart e al contenement :
                  Ne poet muer qu'il ne s'en espoent,
                  Fuïr s'en voel, mais ne li valt nient :
                  Li quens le fiert tant vertuusement
1645.         Tresqu'al nasel tut le elme li fent,
                  Trenchet le nes e la buche e les denz,
                  Trestut le cors e l'osberc jazerenc
                  De l'oree sele (se)[les] dous alves d'argent
                  E al ceval le dos parfundement;
1650.         Ambure ocist seinz nul recoevrement,
                  E cil d'Espaigne s'en cleiment tuit dolent.
                  Dient Franceis : « Ben fiert nostre guarent ! »
                  
                  § Laisse 125
                  
                  La bataille est e merveillose e grant.
                  Franceis i ferent des espiez brunisant.
1655.         La veïssez si grant dulor de gent,
                  Tant hume mort e nasfret e sanglent !
                  L'un gist sur l'altre e envers e adenz.
                  Li Sarrazin nel poent susfrir tant :
                  Voelent u nun, si guerpissent le camp.
1660.         Par vive force les encacerent Franc. aoi.

                  § Laisse 124
                  
                  Grandoine était un preux, courageux et vaillant
                  C’était un brave et redoutable combattant.
                  Chemin faisant, voilà qu’il rencontre Roland.
                  Ne l’ayant jamais vu, pourtant le reconnut
1640.         À son visage fier, à sa belle stature,
                  À son noble regard et son comportement.
                  Il ne peut s’empêcher d’en être épouvanté,
                  Et il voudrait s’enfuir, mais il ne le peut pas :
                  Le Comte l’a déjà frappé très durement
1645.         Lui a tranché le heaume jusqu’à son nasal
                  Lui a fendu le nez et la bouche et les dents,
                  Et tout le corps aussi, et son haubert d’Alger,
                  Les deux bossses d’argent de la selle dorée,
                  Et du cheval aussi le dos, profondément.
1650.         Tous deux les a tués, sans le moindre recours.
                  Et ceux d’Espagne en sont vivement affligés.
                  Les Français ont crié : «  Vive notre champion ! »
                  
                  § Laisse 125
                  
                  La bataille est prodigieuse et elle s’étend.
                  Les Français frappent de leurs épieux bruns.
1655.         La souffrance des hommes, là, on peut la voir !
                  Tant d’entre eux y sont morts, ou blessés et sanglants,
                  L’un sur l’autre gisant, la face contre terre.
                  Les Sarrasins ne peuvent le supporter plus :
                  Et du champ de bataille s’enfuient malgré eux;
1660.         Les Français les poursuivent de toutes leurs forces.