prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 126-127 (v. 1661-1690)

                  § Laisse 126
                  
                  La (la) b[at]aille est m[erv]eilluse e hastive.
                  Franceis i ferent par vigur e par ire,
                  Tren[chen]t cez poinz, cez costez, cez eschines,
                  Cez vestemenz entresque as chars vives.
1665.         Sur l'erbe verte li cler sancs s'en afilet.
                  .....................
                  « Tere Major, Mahummet te maldie !
                  Sur tute gent est la tue hardie.  »
                  Cel nen i ad ki ne criet : « Marsilie !
1670.         Cevalche, rei ! Bosuign avum d'aïe ! »
                  
                  § Laisse 127
                  
                  Li quens Rollant apelet Oliver :
                  « Sire cumpaign, sel volez otrier,
                  Li arcevesque est mult bon chevaler,
                  Nen ad meillor en tere ne suz cel;
1675.         Ben set ferir e de lance e d'espiet.  »
                  Respunt li quens : « Kar li aluns aider ! »
                  A icest mot l'unt Francs recumencet.
                  Dur sunt li colps e li caples est grefs;
                  Mu(n)lt grant dulor i ad de chrestiens.
1680.         Ki puis veïst Rollant e Oliver
                  De lur espees e ferir e capler !
                  Li arcevesque i fiert de sun espiet,
                  Cels qu'il unt mort, ben les poet hom preiser;
                  Il est escrit es cartres e es brefs,
1685.         Ço dit la Geste, plus de. IIII. milliers.
                  As quatre [es]turs lor est avenut ben;
                  Li quint apres lor est pesant e gref.
                  Tuz sunt ocis cist Franceis chevalers,
                  Ne mes seisante, que Deus i ad esparniez :
1690.         Einz que il moergent, se vendrunt mult cher

                  § Laisse 126
                  
                  La bataille se déchaîne et elle est terrible.
                  Les Français en colère y mettent grande ardeur,
                  À trancher tant de poings, de flancs et tant d’échines,
                  Fendant les vêtements à même la chair vive.
1665.         Sur l’herbe verte on voit se répandre du sang.
                  .....................................................................
                  «  Terre des leurs aïeux, Mahomet te maudit !
                  Ton peuple est sur tous autres le plus intrépide ! »
                  Il n’en est pas un seul qui n’appelle : «  Marsile !
1670.         Notre roi, nous avons un grand besoin de toi ! »
                  
                  § Laisse 127
                  
                  Et le comte Roland s’adresse à Olivier :
                  «  Cher compagnon, vous le voyez, assurément
                  L’archevêque est vraiment un très bon chevalier !
                  Il n’en est de meilleur sur terre, sous le ciel;
1675.         Il sait bien asséner coups de lance et d’épieu ! »
                  Et l’autre lui répond : «  Nous allons donc l’aider ! »
                  Et à ces mots les Francs ont repris la bataille.
                  Durs sont les coups frappés, confuse est la mêlée;
                  Les chrétiens y endurent de grandes souffrances.
1680.         Ah ! Si vous aviez vu Roland et Olivier,
                  Frapper de leurs épées et de grands coups donner !
                  L’archevêque à son tour frappe de son épieu.
                  Ceux qui sont morts ici, on peut les dénombrer,
                  Car cela fut écrit dans les lettres, les chartes,
1685.         Et le récit nous dit qu’ils furent quatre mille;
                  Quatre premiers assauts furent bien soutenus,
                  Mais le ciquième a vu les Français succomber.
                  Ils sont tous morts ici, les chevaliers français,
                  Soixante seulement demeurent, grâce à Dieu,
1690.         Et avant de mourir, vendront leur vie fort cher.