prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 128-129 (v. 1691-1712) Roland sonne du cor

§ CXXIX : Le son du cor

                  § Laisse 128
                  
                  Li quens Rollant des soens i veit grant perte; aoi.
                  Sun cumpaignun Oliver en apelet :
                  « Bel sire, chers cumpainz, pur Deu, que vos enhaitet ?
                  Tanz bons vassals veez gesir par tere !
1695.         Pleindre poüms France dulce, la bele :
                  De tels barons cum or remeint deserte !
                  E ! reis, amis, que vos ici nen estes ?
                  Oliver, frere, cumment le purrum nus faire ?
                  Cum faitement li manderum nuveles ? »
1700.         Dist Oliver : « Jo nel sai cument quere.
                  Mielz voeill murir que hunte nus seit retraite.  » aoi.
                  
                  

Le son du cor


                  
                  § Laisse 129
                  
                  Ço dist Rollant : « Cornerai l'olifant,
                  Si l'orrat Carles, ki est as porz passant.
                  Jo vos plevis ja returnerunt Franc.  »
1705.         Dist Oliver : « Vergoigne sereit grant
                  E reprover a trestuz voz parenz;
                  Iceste hunte dureit al lur vivant !
                  Quant jel vos dis, n'en feïstes nient;
                  Mais nel ferez par le men loement.
1710.         Se vos cornez, n'ert mie hardement.
                  Ja avez vos ambsdous les braz sanglanz ! »
                  Respont li quens : « Colps i ai fait mult genz ! » aoi.

                  § Laisse 128
                  
                  Le Comte Roland voit bien le massacre des siens.
                  Il a donc appelé son ami Olivier :
                  «  Beau sire, cher ami, par Dieu, que vous en semble ?
                  Tant de braves vassaux gisant sur cette terre !
1695.         Vraiment nous pouvons plaindre France douce et belle,
                  La voilà maintenant privée de ses barons !
                  Et vous, roi bien-aimé, que n’êtes-vous ici ?
                  Frère Olivier, très cher : comment allons-nous faire ?
                  Et comment pouvons-nous envoyer des nouvelles ? »
1700.         Olivier lui a dit : «  Je ne sais comment faire;
                  Mais bien plutôt mourir que connaître la honte. »
                  
                  

Le son du cor


                  
                  § Laisse 129
                  
                  Roland a dit  : «  Je vais sonner de l’olifant,
                  Charles pourra l’entendre, dans les défilés,
                  Et je vous garantis que les Francs reviendront. »
1705.         Olivier lui répond : «  Ce serait grande honte !
                  On le reprocherait même à tous vos parents,
                  Et un blâme sur eux jeté toute leur vie !
                  Quand je vous l’avais dit, vous n’en avez rien fait,
                  Maintenant le ferez sans mon approbation.
1710.         Si vous sonnez du cor, ce n’est plus par bravoure :
                  Vous avez les deux bras qui sont déjà sanglants ! »
                  Le Comte lui répond : «  J’ai donné bien des coups ! »