prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 130-131 (v. 1715-1736)

Vifs reproches d’Olivier à Roland.

                  § Laisse 130
                  
                  Ço dit Rollant : « Forz est nostre bataille;
                  Jo cornerai, si l'orrat li reis Karles. »
1715.         Dist Oliver : « Ne sereit vasselage !
                  Quant jel vos dis, cumpainz, vos ne deignastes.
                  Si fust li reis, n'i oüsum damage.
                  Cil ki la sunt n'en deivent aveir blasme. »
                  Dist Oliver : « Par ceste meie barbe,
1720.         Se puis veeir ma gente sorur Alde,
                  Ne jerrei(e)z ja mais entre sa brace ! » aoi.
                  
                  § Laisse 131
                  
                  Ço dist Rollant : « Por quei me portez ire ? »
                  (E cil) E il respont : « Cumpainz, vos le feïstes,
                  Kar vasselage par sens nen est folie;
1725.         Mielz valt mesure que ne fait estultie.
                  Franceis sunt morz par vostre legerie.
                  Jamais Karlon de nus n'avrat servise.
                  Sem(e) creïsez, venuz i fust mi sire;
                  Ceste bataille oüsum faite u prise;
1730.         U pris ú mort i fust li reis Marsilie.
                  Vostre proecce, Rollant, mar la ve[ï]mes !
                  Karles li Magnes de nos n'avrat aïe.
                  N'ert mais tel home des qu'a Deu juïse.
                  Vos i murrez e France en ert (...) hunìe.
1735.         Oi nus defalt la leial cumpaignie :
                  Einz le vesp(e)re mult ert gref la departie. » aoi.

                  § Laisse 130
                  
                  Roland a dit : «  Notre bataille est vraiment dure.
                  Je sonnerai du cor et Charles l’entendra.
1715.         Olivier lui répond : «  C’est manquer de courage !
                  Quand je vous le disais, vous ne vouliez le faire !
                  Si le roi fût resté, nous serions sans dommages.
                  Et ceux qui sont ici n’encourent aucun blâme. »
                  Puis il se fâche et dit : «  Je vous le garantis,
1720.         Si je revois un jour Aude, ma noble soeur,
                  Vous ne vous coucherez jamais entre ses bras ! »
                  
                  § Laisse 131
                  
                  Roland a répondu : «  Pourquoi s’en prendre à moi ? »
                  Et Olivier lui dit : «  Ami, c’est votre faute :
                  Un courage sensé n’est pas de la folie,
1725.         Et mieux vaut la mesure que témérité.
                  Bien des Français sont morts de votre impéritie,
                  Et nous ne pourrons plus Charles jamais servir.
                  Si alors m’aviez cru, il serait revenu,
                  Et nous aurions livré bataille victorieuse !
1730.         Marsile eût été pris ou même mis à mort.
                  Roland, votre prouesse, elle nous fut fatale !
                  Charles ne pourra plus avoir besoin de nous,
                  Il n’y aura jamais plus d’homme de sa valeur.
                  Vous mourrez et la France y perdra son honneur !
1735.         Aujourd'hui prendra fin notre belle amitié,
                  Avant la fin du jour nous serons séparés. »