prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 132-133 (v. 1737-1760)

                  § Laisse 132
                  
                  Li arceves[ques] les ót cuntrarier,
                  Le cheval brochet des esperuns d'or mer,
                  Vint tresqu'a els, sis prist a castier :
1740.         « Sire Rollant, e vos, sire Oliver,
                  Pur Deu vos pri, ne vos cuntraliez !
                  Ja li corners ne nos avreit mester,
                  Mais nepurquant si est il asez melz :
                  Venget li reis, si nus purrat venger;
1745.         Ja cil d'Espaigne ne s'en deivent turner liez.
                  Nostre Franceis i descendrunt a pied,
                  Truverunt nos e morz e detrenchez,
                  Leverunt nos en bieres sur sumers,
                  Si nus plurrunt de doel e de pitet,
1750.         Enfuerunt [nos] en aitres de musters;
                  N'en mangerunt ne lu ne porc ne chen.  »
                  Respunt Rollant : « Sire, mult dites bien.  » aoi.
                  
                  § Laisse 133
                  
                  Rollant ad mis l'olifan a sa buche,
                  Empeint le ben, par grant vertut le sunet.
1755.         Halt sunt li pui e la voiz est mult lunge,
                  Granz. XXX. liwes l'oïrent il respundre.
                  Karles l'oït e ses cumpaignes tutes.
                  Ço dit li reis : « Bataille funt nostre hume ! »
                  E Guenelun li respundit encuntre :
1760.         « S'altre le desist, ja semblast grant mençunge ! » aoi.

                  § Laisse 132
                  
                  L’Archevêque les entendit se quereller;
                  Il pique son cheval de ses éperons d’or,
                  Auprès d’eux est venu, et leur fait des reproches :
1740.         «  Seigneur Roland, et Seigneur Olivier aussi,
                  Par Dieu, je vous en prie, ne vous disputez pas !
                  Sonner de votre cor ne peut plus nous sauver,
                  Mais il vaut mieux pourtant que vous vous en serviez;
                  Car si le roi revient, il pourra nous venger :
1745.         Ceux d’Espagne ne doivent repartir joyeux !
                  Quand les nôtres, Français, descendront de cheval,
                  Ils nous trouveront morts et même démembrés,
                  Ils mettront nos cercueils sur leurs bêtes de somme,
                  Et ils nous pleureront de douleur et pitié;
1750.         Ils nous mettront en terre bénie d’une église,
                  Et nous protégeront des loups, des porcs, des chiens. »
                  Roland a dit : «  Seigneur, vous avez parlé bien. »
                  
                  § Laisse 133
                  
                  Roland alors a mis l’olifant à sa bouche,
                  Et en le plaçant bien, il a sonné très fort.
1755.         Hauts s’élèvent les monts, mais le son se prolonge,
                  Et jusqu’à trente lieues l’écho a retenti.
                  Charles l’a entendu, et son armée aussi.
                  Le roi a dit : «  Ce sont les nôtres qui se battent ! »
                  Mais Ganelon, pour le dissuader, répond :
1760.         «  Si on vous le disait, vous croiriez au mensonge ! »