prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 134-135 (v. 1761-1795)

Ganelon tente de dissuader Charlemagne d’aller au secours de Roland en dénigrant celui-ci. Le Duc Naime, au contraire, l’adjure d’y aller.

                  § Laisse 134
                  
                  Li quens Rollant, par peine e par ahans,
                  Par grant dulor sunet sun olifan.
                  Par mi la buche en salt fors li cler sancs.
                  De sun cervel le temple en est rumpant.
1765.         Del corn qu'il tient l'oïe en est mult grant :
                  Karles l'entent, ki est as porz passant.
                  Naimes li duc l'oïd, si l'escultent li Franc.
                  Ce dist li reis : « Jo oi le corn Rollant !
                  Unc nel sunast se ne fust (cu)cumbatant.  »
1770.         Guenes respunt : « De bataille est il nient !
                  Ja estes veilz e fluriz e blancs;
                  Par tels paroles vus resemblez enfant.
                  Asez savez le grant orgoill Rollant;
                  Ço est merveille que Deus le soefret tant.
1775.         Ja prist il Noples seinz le vostre comant;
                  Fors s'en eissirent li Sarrazins dedenz,
                  Sis cumbatirent al bon vassal Rollant;
                  Puis od les ewes (... ) lavat les prez del sanc,
                  Pur cel le fist ne fust a[pa]rissant.
1780.         Pur un sul levre vat tute jur cornant,
                  Devant ses pers vait il ore gabant.
                  Suz cel n'ad gent ki [l']osast (re)querre en champ.
                  Car chevalcez ! Pur qu'alez arestant ?
                  Tere Major mult est loinz ça devant.  » aoi.
                  
                  § Laisse 135
                  
1785.         Li quens Rollant ad la buche sanglente.
                  De sun cervel rumput en est li temples.
                  L'olifan sunet a dulor e a peine.
                  Karles l'oït e ses Franceis l'entendent,
                  Ço dist li reis : « Cel corn ad lunge aleine ! »
1790.         Respont dux Neimes : « Baron i fait la p[e]ine !
                  Bataille i ad, par le men escientre.
                  Cil l'at traït ki vos en roevet feindre.
                  Adubez vos, si criez vostre enseigne,
                  Si sucurez vostre maisnee gente :
1795.         Asez oez que Rollant se dementet ! »

                  § Laisse 134
                  
                  Roland est haletant, et fait de grands efforts,
                  À grand-peine, parvient à sonner de son cor.
                  De sa bouche le sang clair a jailli très fort,
                  Et même du cerveau ses tempes sont rompues !
1765.         Du cor qu’il tient en mains la portée est fort grande :
                  Charles, qui est au fond des défilés, l’entend.
                  Le Duc Naimes l’entend, et les Français l’écoutent.
                  Le roi s’est écrié : «  C’est le cor de Roland !
                  Il n’aurait pas sonné s’il ne se battait pas ! »
1770.         Mais Ganelon lui dit : «  Il n’est pas de bataille !
                  Vous êtes un peu vieux, et votre tête est blanche;
                  En parlant comme ça, vous semblez un enfant.
                  Vous savez bien quel est l’orgueil de ce Roland,
                  Et que Dieu le supporte, c’est même étonnant !
1775.         Il a pris Naples sans avoir reçu vos ordres,
                  Et les Sarrasins ont réussi à s’enfuir,
                  Et sont venus combattre le fameux Roland,
                  Qui à grande eau a dû laver le sang des prés,
                  Pour que de telles traces nul ne les voie plus !
1780.         Il peut sonner du cor simplement pour un lièvre,
                  Et devant tous ses gens en ce moment s’amuse...
                  Personne n’oserait le défier au combat !
                  Chevauchez  ! Pourquoi donc voulez-vous arrêter ?
                  La Terre des Aïeux est encore bien loin ! »
                  
                  § Laisse 135
                  
1785.         La bouche de Roland est toute ensanglantée.
                  Et même du cerveau ses tempes sont rompues !
                  Il a toutes les peines à sonner du cor.
                  Charles l’a entendu et les Français aussi.
                  Le roi a déclaré : «  Ce cor sonne longtemps ! »
1790.         Le duc Naime répond : «  Un baron est en peine !
                  Il se bat durement, —c’est du moins mon avis.
                  Celui qui l’a trahi vous pousse à l’ignorer.
                  Armez-vous tout de suite ! Et lancez votre cri,
                  Portez-vous au secours de vos nobles vassaux :
1795.         Entendez-vous combien Roland se désespère ? »