prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 16-20 (vv. 230-295)

SYNOPSIS :

                  
                  § Laisse 16
                  
230.           Apres iço i est Neimes venud;
                  Meillor vassal n'aveit en la curt nul,
                  E dist al rei : « Ben l'avez entendud,
                  Guenes li quens ço vus ad respondud,
                  Saveir i ad, mais qu'il seit entendud.
235.           Li reis Marsilie est de guere vencud :
                  Vos li avez tuz ses castels toluz,
                  Od voz caables avez fruiset ses murs,
                  Ses citez arses e ses humes vencuz;
                  Quant il vos mandet, qu'aiez mercit de lui,
240.           Pecchet fereit, ki dunc li fesist plus,
                  U par ostage vos (en) voelt faire soürs;
                  Ceste grant guerre ne deit munter a plus. »
                  Dient Franceis : « Ben ad parlet li dux. » aoi.
                  
                  

Choix d’un ambassadeur


                  
                  § Laisse 17
                  
                  « Seignurs baruns, qui i enveieruns
245.           En Sarraguce al rei Marsiliuns ? »
                  Respunt dux Neimes : « Jo irai par vostre dun !
                  Livrez m'en ore le guant e le bastun. »
                  Respunt li reis : « Vos estes saives hom;
                  Par ceste barbe e par cest men gernun,
250.           Vos n'irez pas uan de mei si luign.
                  Alez sedeir, quant nuls ne vos sumunt. »
                  
                  § Laisse 18
                  
                  « Seignurs baruns, qui i purruns enveier
                  Al Sarrazin ki Sarraguce tient ? »
                  Respunt Rollant : « Jo i puis aler mult ben ! »
255.           - « Nu ferez certes ! » dist li quens Oliver;
                  « Vostre curages est mult pesmes e fiers;
                  Jo me crendreie, que vos vos meslisez.
                  Se li reis voelt, jo i puis aler ben. »
                  Respunt li reis : « Ambdui vos en taisez !
260.           Ne vos ne il n'i porterez les piez.
                  Par ceste barbe que veez [blancheier],
                  Li duze per mar i serunt jugez ! »
                  Franceis se taisent : as les vus aquisez.
                  
                  § 19
                  
                  Turpins de Reins en est levet del renc,
265.           E dist al rei : « Laisez ester voz Francs !
                  En cest païs avez estet set anz;
                  Mult unt oüd e peines e ahans.
                  Dunez m'en, sire, le bastun e le guant,
                  E jo irai al Sarazin en Espaigne,
270.           Sin vois vedeir alques de sun semblant. »
                  Li empereres respunt par maltalant :
                  « Alez sedeir desur cel palie blanc !
                  N'en parlez mais, se jo nel vos cumant ! » aoi.
                  
                  § Laisse 20
                  
                  « Francs chevalers, » dist li emperere Carles,
275.           « Car m'eslisez un barun de ma marche,
                  Qu'a Marsiliun me portast mun message. »
                  Ço dist Rollant : « Ço ert Guenes, mis parastre. »
                  Dient Franceis : « Car il le poet ben faire;
                  Se lui lessez, n'i trametrez plus saive. »
280.           E li quens Guenes en fut mult anguisables;
                  De sun col getet ses grandes pels de martre,
                  E est remes en sun blialt de palie.
                  Vairs out [les oilz] e mult fier lu visage,
                  Gent out le cors e les costez out larges;
285.           Tant par fut bels tuit si per l'en esguardent.
                  Dist a Rollant : « Tut fol, pur quei t'esrages ?
                  Ço set hom ben que jo sui tis parastres;
                  Si as juget qu'a Marsiliun en alge !
                  Se Deus ço dunet que jo de la repaire,
290.           Jo t'en muvra[i] un si grant contr[a]ire
                  Ki durerat a trestut tun edage. »
                  Respunt Rollant : « Orgoill ói e folage.
                  Ço set hom ben, n'ai cure de manace;
                  Mai[s] saives hom, il deit faire message :
295.           Si li reis voelt, prez sui por vus le face. »

                  
                  § Laisse 16
                  
230.           Après cela le duc Naimes s'est présenté;
                  Il n'était pa de meilleur vassal à la cour.
                  Il a dit au roi : « Avez-vous bien entendu
                  Ce que le comte Ganelon a répondu ?
                  C'est un sage conseil et vous devez l'entendre.
235.           Le roi Marsile a perdu la guerre, vraiment :
                  Vous lui avez maintenant pris tous ses châteaux;
                  Et vos machines ont brisé tous ses remparts;
                  Vous avez brûlé ses cités, vaincu ses hommes,
                  Quand il vous demande d'avoir pitié de lui,
240.           Ce serait un péché de le maltraiter plus.
                  Et puisqu'il vous promet la garantie d'otages,
                  Cette grande guerre ne doit pas durer plus. »
                  Et les Français ont dit : « Le duc a bien parlé. »
                  
                  

Choix d’un ambassadeur


                  
                  § Laisse 17
                  
                  « Seigneurs barons, qui donc enverrons-nous là-bas
245.           Au roi Marsile, lui qui règne à Sarragosse ? »
                  Le duc Naimes répond : « J'irai si vous voulez.
                  Donnez moi tout de suite le gant et le bâton. »
                  Le roi a répondu : « La sagesse est en vous.
                  Mais par ma barbe et ma moustache, je le dis,
250.           Vous ne partirez pas pour lors si loin de moi.
                  Allez donc vous asseoir, on ne vous requiert pas !
                  
                  § Laisse 18
                  
                  « Seigneurs barons, qui donc enverrons-nous
                  Trouver le Sarrazin qui règne à Sarragosse ? »
                  Roland a répondu : « moi, je peux bien le faire ! »
255.           « Vous ne le ferez pas ! » dit le Comte Olivier;
                  « Votre cœur est farouche et vous êtes trop fier.
                  Je craindrais trop qu'à la fin vous n'en veniez aux mains.
                  Si le roi le veut bien, c'est donc moi qui irai. »
                  Le roi a répondu : « Taisez-vous tous les deux !
260.           Ni vous ni lui, là-bas n'ira mettre le pied;
                  Par cette barbe blanche que vous voyez là,
                  Aucun des douze pairs n'y sera envoyé. »
                  Les Français se sont tus, ils se sont tenus coi.
                  
                  § Laisse 19
                  
                  Turpin de Reims alors s'est levé en avant,
265.           Il dit au roi : « Laissez vos Francs se reposer !
                  En ce pays vous êtes demeuré sept ans;
                  Ils ont eu bien des peines et bien des souffrances.
                  Donnez-moi donc, sire, le bâton et le gant,
                  Et j'irai, moi, trouver le Sarrazin d'Espagne,
270.           Et je verrai moi-même de quoi il a l'air. »
                  L'Empereur lui répond, car il est en colère :
                  « Allez donc vous rasseoir sur ce tapis tout blanc,
                  Et ne m'en parlez plus, si je ne vous l'ordonne ! »
                  
                  § Laisse 20
                  
                  « Vous, nobles chevaliers », dit Charles l'Empereur,
275.           « Choisissez-moi quelqu'un qui soit de la frontière,
                  Pour qu'il aille porter mon message à Marsile. »
                  Roland dit : « Ganelon, mon parâtre, c'est lui. »
                  Et les Français de dire : « Il pourra bien le faire.
                  Si vous ne le voulez, n'en aurez de plus sage. »
280.           Le comte Ganelon alors est pris d'angoisse;
                  Il rejette au loin ses fourrures de martre
                  Et il ne porte plus que sa tunique en soie.
                  Avec ses yeux vairons et son visage fier,
                  Avec son corps bien fait et sa poitrine large,
285.           Il apparaît si beau que tous ses pairs l'admirent.
                  Il a dit à Roland : « Grand fou ! Pourquoi ta rage ?
                  On le sait bien assez que je suis ton parâtre,
                  Et pourtant c'est bien toi qui m'envoie vers Marsile !
                  Si Dieu veut bien que de là je revienne,
290.           Je te nuirai alors d'une telle façon
                  Que tu en souffrira le restant de tes jours. »
                  Roland a répondu : « Paroles d'orgueilleux !
                  On sait bien que je n'ai cure de tes menaces;
                  Mais il faut pour le coup un homme raisonnable,
295.           Et si le roi le veut, je suis prêt à cela.

NOTES

gant : Le gant et le bâton symbolisent le la main et le sceptre seigneuriaux ; qui les détient, détient aussi son autorité.