prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 136-137 (V. 1796-1829)

Retour de Charlemagne et châtiment de Ganelon.

                  § Laisse 136
                  
                  Li empereres ad fait suner ses corns.
                  Franceis descendent, si adubent lor cors
                  D'osbercs e de helmes e d'espees a or.
                  Escuz unt genz e espiez granz e forz,
1800.         E gunfanuns blancs e vermeilz e blois.
                  Es destrers muntent tuit li barun de l'ost,
                  Brochent ad ait tant cum durent li port.
                  N'i ad celoi (a celoi) a l'altre ne parolt :
                  « Se veïssum Rollant einz qu'il fust mortz,
1805.         Ensembl'od lui i durriums granz colps.  »
                  De ço qui calt ? car demuret i unt trop.
                  
                  § Laisse 137
                  
                  Esclargiz est li vespres e li jurz.
                  Cuntre le soleil reluisent cil adub,
                  Osbercs e helmes i getent grant flambur,
1810.         E cil escuz, ki ben sunt peinz a flurs,
                  E cil espiez(z), cil oret gunfanun.
                  Li empereres cevalchet par irur
                  E li Franceis dolenz et cur[uçus](ius);
                  N'i ad celoi ki durement ne plurt,
1815.         E de Rollant sunt en grant poür.
                  Li reis fait prendre le cunte Guenelun,
                  Sil cumandat as cous de sa maisun.
                  Tut li plus maistre en apelet, Besgun.
                  « Ben le me guarde, si cume tel felon !
1820.         De ma maisnee ad faite traïsun.  »
                  Cil le receit, si met. C. cumpaignons
                  De la quisine, des mielz e des pejurs.
                  Icil li peilent la barbe e les gernuns;
                  Cascun le fiert. IIII. colps de sun puign;
1825.         Ben le batirent a fuz e a bastuns;
                  E si li metent el col un caeignun,
                  Si l'encaeinent altresi cum un urs;
                  Sur un sumer l'unt mis a deshonor.
                  Tant le guardent quel rendent a Charlun.

                  § Laisse 136
                  
                  L’empereur a donné ordre aux cors de sonner.
                  Descendus de cheval, les Français se préparent,
                  Avec des épées d’or, des hauberts, et des heaumes,
                  Et de beaux boucliers, des épieux grands et forts,
1800.         Et des gonfanons blancs, des rouges et des bleus.
                  Les seigneurs de l’armée maintenant sont montés,
                  Éperonnant très fort au long des défilés.
                  Il n’en pas un seul qui ne dise à un autre :
                  «  Si nous voyions Roland avant qu’il ne soit mort
1805.         Avec lui pourrions porter de très grands coups ! »
                  Mais à quoi bon pourtant ? Il est déjà trop tard.
                  
                  § Laisse 137
                  
                  C’est la soirée d’un jour qui fut plein de clarté,
                  Et au soleil couchant les armures reluisent :
                  Hauberts et heaumes jettent de terribles feux,
1810.         Et les écus aussi, peints de de très belles fleurs,
                  Les forts épieux, avec les gonfanons dorés.
                  L’empereur qui chevauche est en grande colère,
                  Et les Français remplis de chagrin, de fureur;
                  Il n’en est pas un seul qui de ses yeux ne pleure,
1815.         Sur le sort de Roland pour lequel ils ont peur.
                  Le roi a fait saisir le comte Ganelon,
                  Aux cuisiniers de sa maison l’a fait livrer.
                  Il appelle leur chef, le dénommé Besgon :
                  «  Garde-le bien, pour moi, car c’est un vil félon !
1820.         Envers les miens a fait infâme trahison. »
                  Il le prend et le livre à cent de ses garçons
                  Qui sont dans sa cuisine, les meilleurs, les pires;
                  Ils lui ont arraché la barbe et la moustache
                  Et chacun d’eux lui donne quatre coups de poing,
1825.         Avant de le frapper de trique et de bâton.
                  Et puis lui ont passé le cou dans un carcan,
                  Lui mettant une chaîne tout comme à un ours,
                  Et le hissent honteux sur un cheval de somme,
                  Ils l’ont ainsi gardé jusqu’au retour de Charles.