prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 138-139 (v. 1830-1850)

                  § Laisse 138
                  
1830.         Halt sunt li pui e tenebrus e grant, aoi.
                  Li val parfunt e les ewes curant.
                  Sunent cil graisle e derere e devant,
                  E tuit rachatent encuntre l'olifant.
                  Li empereres chevalchet ireement,
1835.         E li Franceis curuçus e dolent;
                  N'i ad celoi n'i plurt e se dement,
                  E p[ri]ent Deu qu'il guarisset Rollant
                  Josque il vengent el camp cumunement :
                  Ensembl'od lui i ferrunt veirement.
1840.         De ço qui calt ? car ne lur valt nient.
                  Demurent trop, n'i poedent estre a tens. aoi.
                  
                  § Laisse 139
                  
                  Par grant irur chevalchet li reis Charles;
                  Desur sa brunie li gist sa blanche barbe.
                  Puignent ad ait tuit li barun de France;
1845.         N'i ad icel ne demeint irance
                  Que il ne sunt a Rollant le cataigne,
                  Ki se cumbat as Sarrazins d'Espaigne;
                  Si est blecet, ne quit que anme i remaigne.
                  Deus ! quels seisante humes i ad en sa cumpaigne !
1850.         Unches meillurs n'en out reis ne c[at]aignes. aoi.

                  § Laisse 138
                  
1830.         Hauts sont les monts, et ténébreux et grands,
                  Profondes les vallées où courent les torrents.
                  Les clairons ont sonné, à l’arrière, à l’avant,
                  Reprenent tous en chœur l’olifant de Roland.
                  L’empereur irrité chevauche vivement,
1835.         Les Français, chagrinés avancent, en colère :
                  Il n’en est pas un seul qui ne pleure ou ne crie,
                  Et tous ont prié Dieu qu’il protège Roland
                  Jusqu’à ce qu’ils arrivent au champ de bataille :
                  Avec son aide ils frapperont terriblement !
1840.         Mais à quoi bon ? Cela ne peut servir à rien...
                  Ils ont bien trop tardé, et n’y seront à temps.
                  
                  § Laisse 139
                  
                  Le roi Charles chevauche, il est en grand courroux,
                  Et par dessus sa brogne on voit sa blanche barbe.
                  Tous les barons de France ont piqué leurs chevaux;
1845.         Il n’en est pas un seul qui ne soit en colère,
                  De n’être pas auprès de Roland ce grand chef
                  Qui se bat contre les Sarrasins de l’Espagne;
                  Il est si mal en point, le quittera son âme !
                  Dieu ! Avec lui ne sont plus que soixante héros !
1850.         Et jamais roi ni chef n’en a eu de meilleurs.