prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 140-141 (v. 1851-1885)

Lamentations de Roland sur les chevaliers morts au champ de bataille, et reprise du combat.

                  

La fuite de Marsile


                  
                  § Laisse 140
                  
                  Rollant reguardet es munz e es lariz;
                  De cels de France i veit tanz morz gesir !
                  E il les pluret cum chevaler gentill :
                  « Seignors barons, de vos ait Deus mercit !
1855.         Tutes voz anmes otreit il pareïs !
                  En seintes flurs il les facet gesir !
                  Meillors vassals de vos unkes ne vi.
                  Si lungement tuz tens m'avez servit,
                  A oes Carlon si granz païs cunquis !
1860.         Li empereres tant mare vos nurrit !
                  Tere de France mult estes dulz païs
                  Oi desertet a tant rubostl exill.
                  Barons Franceis, pur mei vos vei murir :
                  Jo ne vos pois tenser ne guarantir.
1865.         Aït vos Deus, ki unkes ne mentit !
                  Oliver, frere, vos ne dei jo faillir.
                  De doel murra, se altre ne m'i ocit.
                  Sire cumpainz, alum i referir ! »
                  
                  § Laisse 141
                  
                  Li quens Rollant el champ est repairet :
1870.         Tient Durendal, cume vassal i fiert.
                  Faldrun de Pui i ad par mi trenchet,
                  E. XXIIII. de tuz les melz preisez :
                  Jamais n'iert home plus se voeillet venger.
                  Si cum li cerfs s'en vait devant les chiens,
1875.         Devant Rollant si s'en fuient paiens.
                  Dist l'arcevesque : « Asez le faites ben !
                  Itel valor deit aveir chevaler
                  Ki armes portet e en bon cheval set;
                  En bataille deit estre forz e fiers,
1880.         U altrement ne valt. IIII. deners;
                  Einz deit monie estre en un de cez mustiers,
                  Si prierat tuz jurz por noz peccez.  »
                  Respunt Rollant : « Ferez, nes esparignez ! »
                  A icest mot l'unt Francs recumencet.
1885.         Mult grant damage i out de chrestiens.

                  

La fuite de Marsile


                  
                  § Laisse 140
                  
                  Roland a regardé les monts et les collines,
                  Et sur celles de France, tant de morts gisants !
                  Sur eux il se lamente, en noble chevalier :
                  «  Seigneurs, bons chevaliers, Dieu vous prenne en pitié,
1855.         Et que le paradis s’ouvre à toutes vos âmes !
                  Qu’il les fasse coucher parmi les saintes fleurs !
                  De meilleurs combattants, on n’en a jamais vu !
                  Si longtemps, en tout temps, vous m’avez bien servi,
                  Pour Charles vous avez tant de pays conquis !
1860.         Et pour votre malheur il vous avait formés !
                  Terre de France, qui fut un si doux pays,
                  Est aujourd’hui désert après un tel désastre !
                  Seigneurs français, pour moi je vous ai vu mourir,
                  Et n’ai pu vous défendre, ni vous protéger !
1865.         Que Dieu vous aide, lui qui jamais ne mentit !
                  Et Olivier, mon frère, je ne vous abandonne :
                  Je mourrai de douleur, si ce n’est d’autre chose.
                  Mon Seigneur et ami, retournons au combat ! »
                  
                  § Laisse 141
                  
                  Roland est revenu sur le champ de bataille :
1870.         Brandissant Durendal, il frappe vaillamment.
                  Il a fendu en deux Faldrun du Pui lui-même,
                  Et vingt-quatre autres preux parmi les plus prisés :
                  Jamais personne n’a pris de telle vengeance.
                  Et tout comme le cerf devant les chiens s’enfuit,
1875.         Devant Roland ce sont les païens qui s’enfuient.
                  L’Archevêque lui dit : «  Vous faites des merveilles !
                  Voilà bien la valeur d’un noble chevalier
                  Quand il porte les armes sur un bon cheval;
                  À la bataille il doit demeurer fort et fier,
1880.         Sinon il ne vaudrait pas le moindre denier,
                  Et il ferait bien mieux d’être moine au couvent
                  À prier tous les jours pour nos propre péchés ! »
                  Roland a répondu : «  Frappez sans hésiter ! »
                  À ces mots les Français reprennent le combat,
1885.         Mais grande fut la perte parmi les chrétiens.