prev

SOMMAIRE

prev

Laissses 142-143 (v. 1886-1931)

Marsile s’enfuit ; dernier sursaut des Francs.

                  § Laisse 142
                  
                  Home ki ço set, que ja n'avrat prisun
                  En tel bataill[e] fait grant defension :
                  Pur ço sunt Francs si fiers cume leuns.
                  As vus Marsilie en guise de barunt.
1890.         Siet el cheval qu'il apelet Gaignun,
                  Brochet le ben, si vait ferir Bevon,
                  Icil ert sire de Belne e de Digun,
                  L'escut li freint e l'osberc li derumpt,
                  Que mort l'abat seinz altre descunfisun;
1895.         Puis ad ocis Yvoeries e Ivon
                  Ensembl'od els Gerard de Russillun.
                  Li quens Rollant ne li est guaires loign;
                  Dist al paien : « Damnesdeus mal te duinst !
                  A si grant tort m'ociz mes cumpaignuns !
1900.         Colp en avras einz que nos departum,
                  E de m'espee enquoi savras le nom.  »
                  Vait le ferir en guise de baron :
                  Trenchet li ad li quens le destre poign.
                  Puis prent la teste de Jurfaleu le Blund,
1905.         Icil ert filz al rei Marsiliun.
                  Paien escrient : « Aìe nos, Mahum !
                  Li nostre deu, vengez nos de Carlun.
                  En ceste tere nus ad mis tels feluns !
                  Ja pur murir le camp ne guerpirunt.  »
1910.         Dist l'un a l'altre : « E ! car nos en fuiums ! »
                  A icest mot tels. C. milie s'en vunt :
                  Ki ques rapelt, ja n'en returnerunt. aoi.
                  
                  

La Mort d’Olivier


                  
                  § Laisse 143
                  
                  De ço qui calt ? Se fuit s'en est Marsilies,
                  Remes i est sis uncles, Marganices,
1915.         Ki tint Kartagene, Alfrere, Garmalie
                  E Ethiope, une tere maldite.
                  La neire gent en ad en sa baillie;
                  Granz unt les nes e lees les oreilles,
                  E sunt ensemble plus de cinquante milie.
1920.         Icil chevalchent fierement e a ìre,
                  Puis escrient l'enseigne paenime.
                  Ço dist Rollant : « Ci recevrums ma[r]tyrie,
                  E or sai ben n'avons guaires a vivre;
                  Mais tut seit fel cher ne se vende primes !
1925.         Ferez, seignurs, des espees furbies,
                  Si calengez e voz (e) mors e voz vies !
                  Que dulce France par nus ne seit hunie !
                  Quant en cest camp vendrat Carles, mi sire,
                  De Sarrazins verrat tel discipline,
1930.         Cuntre un des noz en truverat morz. XV. ,
                  Ne lesserat que nos ne beneïsse.  » aoi.

                  § Laisse 142
                  
                  Quand on sait qu’il n’y aura pas de prisonniers
                  On se défend encore plus dans ce combat,
                  Et pour cela les Francs sont comme lions féroces.
                  Marsile qui se fait passer pour chevalier
1890.         Monte sur un cheval qu’il appelle Guaignon,
                  Et en l’éperonnant s’en va frapper Bevon,
                  Lui qui était seigneur de Beaune et de Dijon.
                  Il brise son écu, fracasse son haubert,
                  Et l’abat raide mort sans une autre blessure.
1895.         Puis il s’en va occire et Yvoire et Yvon,
                  Et avec eux aussi, Gérard de Roussillon.
                  Mais le comte Roland n’est pas très loin de lui,
                  Et il dit au païen : «  Dieu te porte malheur !
                  Vraiment tu as eu tort de tuer mes compagnons !
1900.         Tu en paieras le prix avant qu’on se sépare,
                  Et de ma bonen épée je t’apprendrai le nom. »
                  Puis il va le frapper, et de belle façon :
                  D’un seul coup au bras droit lui a tranché le poing.
                  Puis il coupe la tête à Jurfaleu le Blond,
1905.         Lui qui était le propre fils de ce Marsile.
                  Les païens ont crié : « Aide-nous, Mahomet !
                  Et vous, nos dieux, veuillez de Charles nous venger !
                  Sur cette terre il a placé de tels félons
                  Qu’ils préfèrent mourir plutôt que de partir. »
1910.         Entre eux ils se sont dit  : «  Il vaut mieux nous enfuir ! »
                  Et cela dit, plus de cent mille alors s’en vont,
                  Qui voudra les rappelle, ne s’en reviendront.
                  
                  

La Mort d’Olivier


                  
                  § Laisse 143
                  
                  À quoi bon tout cela ? Marsile s’est enfui,
                  Mais est resté son oncle, Marganice a nom;
1915.         C’est lui qui tient Carthage, Alfrere et Garmalie,
                  Et l’Éthiopie aussi, cette terre maudite.
                  Il règne sur le peuple de la race noire,
                  Ceux dont le nez est grand et larges les oreilles.
                  Ils sont venus ensemble et sont cinquante mille,
1920.         Chevauchant fièrement, et sont très en colère;
                  Ils ont poussé les cris de ralliement païens.
                  Roland alors a dit : «  Voilà notre martyre !
                  Je sais que nous n’avons guère de temps à vivre,
                  Mais déshonoré soit qui cher ne se vendra  !
1925.         Frappez fort, mes seigneurs, de vos bonnes épées,
                  Et défendons nos morts à la fois, et nos vies !
                  Que douce France n’ait de déshonneur par nous !
                  Quand Charles, mon seigneur, arrivera ici ,
                  Il verra l’hécatombe de ces Sarrasins :
1930.         Pour un seul de chez nous, quinze morts de chez eux,
                  Et il ne pourra faire que nous en bénir. »