prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 144-145 (V. 1932-1951)

Roland est traîtreusement abattu... 

                  § Laisse 144
                  
                  Quan Rollant veit la contredite gent
                  Ki plus sunt neirs que nen est arrement,
                  Ne n'unt de blanc ne mais que sul les denz,
1935.         Ço dist li quens : « Or sai jo veirement
                  Que hoi murrum par le mien escient.
                  Ferez Franceis, car jol vos recumenz ! »
                  Dist Oliver : « Dehet ait li plus lenz ! »
                  A icest mot Franceis se fierent enz.
                  
                  § Laisse 145
                  
1940.         Quant paien virent que Franceis i out poi,
                  Entr'els en unt e orgoil e cunfort.
                  Dist l'un a l'altre : « L'empereor ad tort.  »
                  Li Marganices sist sur un ceval sor,
                  Brochet le ben des esperuns a or,
1945.         Fiert Oliver derere en mi le dos.
                  Le blanc osberc li ad descust el cors,
                  Par mi le piz sun espiet li mist fors,
                  E dit apres : « Un col avez pris fort !
                  Carles li magnes mar vos laissat as porz !
1950.         Tort nos ad fait : nen est dreiz qu'il s'en lot,
                  Kar de vos sul ai ben venget les noz.  »

                  § Laisse 144
                  
                  Quand le comte Roland voit tous ces mécréants,
                  Qui sont plus noirs que l’encre ne l’est elle-même,
                  Et de blanc n’ont rien d’autre si ce n’est leurs dents,
1935.         Il dit alorsà tous  : «  Maintenant je le sais,
                  Aujourd'hui nous allons mourir, c’est évident,
                  Mais frappez donc, Français, je tiens à vous le dire ! »
                  Et Olivier a dit : «  Maudit soit le plus lent ! »
                  Sur ces mots les Français se lancent à l’assaut.
                  
                  § Laisse 145
                  
1940.         Quand les païens ont vu aussi peu de Français,
                  Ils en ont retiré orgueil et réconfort.
                  Ils se disent entre eux : «  La faute à l’empereur ! »
                  Marganice chevauche sur un cheval fauve,
                  Il l’éperonne fort de ses éperons d’or,
1945.         Et vient frapper derrière Olivier, dans le dos.
                  Il lui a arraché le blanc haubert du corps,
                  Et son épieu lui a traversé la poitrine.
                  Il crie : «  Voilà un coup qui était fait pour vous !
                  À votre triste sort Charles vous a laissés  !
1950.         Il nous a fait grand tort, qu’il ne s’en vante pas !
                  Car sur vous seulement j’ai bien vengé les nôtres ! »