prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 146-147 (v. 1952-1977)

Derniers exploits d’Olivier, mourant...

                  § Laisse 146
                  
                  Oliver sent que a mort est ferut.
                  Tient Halteclere, dunt li acer fut bruns,
                  Fiert Marganices sur l'elme a or, agut,
1955.         E flurs (e) e cristaus en acraventet jus;
                  Trenchet la teste d'ici qu'as denz menuz,
                  Brandist sun colp, si l'ad mort abatut,
                  E dist apres : « Paien mal aies tu !
                  Iço ne di que Karles n'i ait perdut;
1960.         Ne a muiler ne a dame qu'aies veüd,
                  N'en vanteras el regne dunt tu fus
                  Vaillant a un dener que m'i aies tolut,
                  Ne fait damage ne de mei ne d'altrui ! »
                  Apres escriet Rollant qu'il li aiut. aoi.
                  
                  § Laisse 147
                  
1965.         Oliver sent qu'il est a mort nasfret.
                  De lui venger ja mais ne li ert lez.
                  En la grant presse or i fiert cume ber,
                  Trenchet cez hanstes e cez escuz buclers,
                  E piez e poinz e seles e costez.
1970.         Ki lui veïst Sarrazins desmembrer,
                  Un mort sur altre geter,
                  De bon vassal li poüst remembrer.
                  L'enseigne Carle n'i volt mie ublier :
                  « Munjoie ! » escriet e haltement e cler.
1975.         Rollant apelet, sun ami e sun per :
                  « Sire cumpaign, a mei car vus justez !
                  A grant dulor ermes hoi desevrez.  » aoi.

                  § Laisse 146
                  
                  Olivier a senti qu’il est frappé à mort.
                  Il brandit Hauteclaire, dont l’acier brillant
                  Va frapper Marganice, sur son heaume d’or,
1955.         Et en a fait tomber les fleurs et les émaux.
                  Le crâne jusqu’aux dents aussi lui a fendu,
                  Son coup bien ajusté l’a raide mort jeté.
                  Et il s’est écrié : «  Maudit sois-tu, païen  !
                  Charles a perdu les siens, cela je le sais bien.
1960.         Mais toi devant une femme ou qui que ce soit
                  Du pays dont tu fus, ne pourras te vanter
                  Que tu aies pu me prendre le moindre denier,
                  Ni fait à moi du tort ou à n’importe qui ! »
                  Puis il crie à Roland de venir pour l’aider.
                  
                  § Laisse 147
                  
1965.         Olivier a senti qu’il est blessé à mort.
                  Mais il n’aura de cesse qu’il en soit vengé.
                  Et en vrai chevalier frappe dans la mêlée,
                  Met en pièces les lances et les boucliers,
                  Tranche les pieds, les poings, les selles, les chevaux.
1970.         Qui aurait pu le voir Sarrasins mutiler,
                  L’un sur l'autre jeter tellement de cadavres,
                  En aurait conservé l’image d’un guerrier.
                  Et l’enseigne de Charles ne peut oublier :
                  «  Monjoie ! » s’est écrié à haute et claire voix.
1975.         Roland a appelé, son ami et son pair :
                  «  Sire, mon compagnon, venez tout près de moi !
                  Car aujourd’hui, hélas, nous serons séparés. »