prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 148-149 (v. 1978-2009)

Pathétique méprise ! Olivier, aveuglé par ses blessures, frappe Roland évanoui, qu’il n’a pas reconnu !...

                  § Laisse 148
                  
                  Rollant reguardet Oliver al visage :
                  Teint fut e pers, desculuret e pale.
1980.         Li sancs tuz clers par mi le cors li raiet :
                  Encuntre tere en cheent les esclaces.
                  « Deus ! » dist li quens, « or ne sai jo que face.
                  Sire cumpainz, mar fut vostre barnage !
                  Jamais n'iert hume ki tun cors cuntrevaillet.
1985.         E ! France dulce, cun hoi remendras guaste
                  De bons vassals, cunfundue e chaiete !
                  Li emperere en avrat grant damage.  »
                  A icest mot sur sun cheval se pasmet. aoi.
                  
                  § Laisse 149
                  
                  As vus Rollant sur sun cheval pasmet,
1990.         E Oliver ki est a mort nasfret :
                  Tant ad seinet (ki) li oil li sunt trublet;
                  Ne loinz ne pres (es) ne poet vedeir si cler
                  Que rec[on]oistre poisset nuls hom mortel.
                  Sun cumpaignun, cum il l'at encontret,
1995.         Sil fiert amunt sur l'elme a or gemet :
                  Tut li detrenchet d'ici qu'al nasel;
                  Mais en la teste ne l'ad mie adeset.
                  A icel colp l'ad Rollant reguardet,
                  Si li demandet dulcement e suef :
2000.         « Sire cumpain, faites le vos de gred ?
                  Ja est ço Rollant, ki tant vos soelt amer !
                  Par nule guise ne m'aviez desfiet ! »
                  Dist Oliver : « Or vos oi jo parler;
                  Jo ne vos vei, veied vus Damnedeu !
2005.         Ferut vos ai, car le me pardunez ! »
                  Rollant respunt : « Jo n'ai nient de mal.
                  Jol vos parduins ici e devant Deu.  »
                  A icel mot l'un a l'altre ad clinet.
                  Par tel [... ] amur as les vus desevred !

                  § Laisse 148
                  
                  Roland a regardé la face d’Olivier :
                  Elle est blême, livide, a perdu ses couleurs.
1980.         Son sang rouge lui coule tout le long du corps,
                  Et en tombant à terre forme de grosses taches.
                  «  Dieu ! gémit-il alors, que pourrais-je bien faire ?
                  Sire, mon compagnon, quel malheur est sur vous !
                  Jamais homme n’aura de valeur comme toi !
1985.         Ah ! Douce France, combien vont-ils te manquer
                  Aujourd'hui tes vassaux, toi vaincue, humiliée !
                  L’empereur lui aussi en aura grand dommage. »
                  Et voilà que Roland sur son cheval se pâme.
                  
                  § Laisse 149
                  
                  Voilà Roland évanoui sur son cheval,
1990.         Et Olivier qui a été blessé à mort :
                  Son sang a tant coulé que ses yeux sont troublés :
                  Ni de près ni de loin il n’y voit pas assez
                  Pour pouvoir reconnaitre un quelconque mortel.
                  Et comme le voilà venu près de Roland,
1995.         Il a frappé son heaume serti de gemmes et d’or,
                  Et le lui a fendu en deux jusqu’au nasal !
                  Mais le coup ne l’a pas atteint jusqu’à la tête.
                  Et sous le choc Roland est revenu à lui,
                  L’a regardé, et a doucement demandé :
2000.         «  Sire, mon compagnon, le vouliez-vous vraiment ?
                  Je suis pourtant Roland, moi qui vous aime tant !
                  Et vous ne m’avez pas lancé aucun défi ! »
                  Olivier lui répond : « Je vous entends parler,
                  Mais je ne vous vois pas...Dieu seul pourra vous voir !
2005.         Si je vous ai frappé, il faut me pardonner... »
                  Roland a répondu : «  Je n’ai eu aucun mal,
                  Et je vous le pardonne, ici et devant Dieu. »
                  À ces mots ils se sont affaissés l’un sur l’autre :
                  C’est en s’aimant ainsi qu’ils se sont séparés.