prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 150-151 (v. 2010-2034)

Derniers moments d’Olivier ; plaintes de Roland, qui s’évanouit.

                  § Laisse 150
                  
2010.         Oliver sent que la mort mult l'angoisset.
                  Ansdous les oilz en la teste li turnent,
                  L'oìe pert e la veüe tute;
                  Descent a piet, a l[a] tere se culchet,
                  Durement en halt si recleimet sa culpe,
2015.         Cuntre le ciel ambesdous ses mains juintes,
                  Si priet Deu que pareïs li dunget
                  E beneïst Karlun e France dulce,
                  Sun cumpaignun Rollant sur tuz humes.
                  Falt li le coer, le helme li embrunchet,
2020.         Trestut le cors a la tere li justet.
                  Morz est li quens, que plus ne se demuret.
                  Rollant li ber le pluret, sil duluset;
                  Jamais en tere n'orrez plus dolent hume !
                  
                  § Laisse 151
                  
                  Or veit Rollant que mort est sun ami,
2025.         Gesir adenz, a la tere sun vis,
                  Mult dulcement a regreter le prist :
                  « Sire cumpaign, tant mar fustes hardiz !
                  Ensemble avum estet e anz e dis;
                  Nem fesis mal ne jo nel te forsfis.
2030.         Quant tu es mor[t], dulur est que jo vif ! »
                  A icest mot se pasmet li marchis
                  Sur sun ceval que cleimet Veillantif.
                  Afermet est a ses estreus d'or fin :
                  Quel part qu'il alt, ne poet mie chaïr.

                  § Laisse 150
                  
2010.         Olivier maintenant sent que la mort l’étreint,
                  Et même ses deux yeux en sa tête chavirent;
                  Il n’entend plus du tout et il ne voit plus rien.
                  Il a mis pied à terre et s’y est étendu,
                  Confessant ses péchés d’une voix haute et ferme,
2015.         Il a joint les deux mains, les tournant vers le ciel ,
                  En priant Dieu de l’accueillir au paradis,
                  Et en bénissant Charles et cette douce France,
                  Son compagnon Roland, tous ses hommes aussi.
                  Le cœur lui fait défaut, son heaume est de guingois,
2020.         De tout son corps enfin sur la terre s’affale.
                  Il est mort, Olivier ! Il n’est déjà plus là...
                  Roland le preux le pleure, et il se désespère;
                  Jamais vous ne verrez homme plus affligé !
                  
                  § Laisse 151
                  
                  Roland voit maintenant que son ami est mort,
2025.         Car il est étendu, la face contre terre.
                  Il lui a doucement dit un dernier adieu :
                  «  Seigneur ami, vraiment, vous fûtes trop hardi !
                  Tant de jours et d’années ensemble avons été !
                  Jamais mal ne me fis et moi non plus, ami !
2030.         Et quand je te vois mort, je n’ai plus goût de vivre ! »
                  Sur ces mots le voilà évanoui aussi,
                  Sur le cheval de lui appelé Veillantif.
                  Mais il est bien tenu par ses éperons d’or
                  Et n’importe où qu’il aille, il ne tombera pas.