prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 21-25 (v. 296-336)

                  
                  § Laisse 21
                  
                  Guenes respunt : « Pur mei n'iras tu mie ! aoi.
                  Tu n'ies mes hom ne jo ne sui tis sire.
                  Carles comandet que face sun servise :
                  En Sarraguce en irai a Marsilie;
300.           Einz i f[e]rai un poi de [le]gerie,
                  Que jo n'esclair ceste meie grant ire. »
                  Quant l'ot Rollant, si cumençat a rire. aoi.
                  
                  § Laisse 22
                  
                  Quant ço veit Guenes que ore s'en rit Rollant,
                  Dunc ad tel doel pur poi d'ire ne fent,
305.           A ben petit que il ne pert le sens;
                  E dit al cunte : « Jo ne vus aim nient;
                  Sur mei avez turnet fals jugement.
                  Dreiz emperere, veiz me ci en present,
                  Ademplir voeill vostre comandement. »
                  
                  § Laisse 23
                  
310.           « En Sarraguce sai ben, [qu']aler m'estoet. aoi.
                  Hom ki la vait, repairer ne s'en poet.
                  Ensurquetut si ai jo vostre soer,
                  Sin ai un filz, ja plus bels n'en estoet :
                  Ço est Baldewin, » ço dit, « ki ert prozdoem.
315.           A lui lais jo mes honurs e mes fieus.
                  Gua[r]dez le ben, ja nel verrai des oilz. »
                  Carles respunt : « trop avez tendre coer.
                  Puisquel comant, aler vus en estoet. »
                  
                  § Laisse 24
                  
                  Ço dist li reis : « Guenes venez avant. aoi.
320.           Si recevez le bastun e lu guant.
                  Oït l'avez, sur vos le jugent Franc. »
                  « Sire, » dist Guenes, « ço ad tut fait Rollant !
                  Ne l'amerai a trestut mun vivant,
                  Ne Oliver, por ço qu'il est si cumpainz;
325.           Li duze per, por [ço] qu'il l'aiment tant,
                  Desfi les ci, sire, vostre veiant. »
                  Ço dist li reis : « Trop avez maltalant.
                  Or irez vos certes, quant jol cumant. »
                  « Jo i puis aler, mais n'i avrai guarant : aoi.
330.           Nu l'out Basilies ne sis freres Basant. »
                  
                  § Laisse 25
                  
                  Li empereres li tent sun guant le destre;
                  Mais li quens Guenes iloec ne volsist estre :
                  Quant le dut prendre, si li caït a tere.
                  Dient Franceis : « Deus ! que purrat ço estre ?
335.           De cest message nos avendrat grant perte. »
                  « Seignurs » dist Guenes, « vos en orrez noveles ! »

                  
                  § Laisse 21
                  
                  Ganelon lui répond : « Tu n'iras pas pour moi !
                  Tu n'es pas mon vassal, et moi pas ton seigneur.
                  Charles m'a commandé, je suis à son service :
                  À Sarragosse irai pour parler à Marsile.
300.           Mais avant je jouerai un tour à ma façon,
                  Pour calmer la colère que je sens en moi. »
                  Roland l'a écouté, et il s'est mis à rire.
                  
                  § Laisse 22
                  
                  Quand Ganelon comprend que Roland rit de lui,
                  Sa douleur le fait presque éclater de colère,
305.           Et il s'en faut de peu qu'il n'en perde le sens.
                  Au Comte il dit alors : « Je ne vous aime pas !
                  C'est à cause de vous qu'à tort on me désigne.
                  Juste empereur, voyez, me voici devant vous :
                  Et je veux accomplir ce que vos commandez. »
                  
                  § Laisse 23
                  
310.           « Je sais bien qu'il me faut aller à Sarragosse.
                  Et celui qui y va, jamais n'en reviendra.
                  Ce que j'ai de plus cher, à savoir votre soeur,
                  Ma femme, m'a donné le plus beau fils qui soit :
                  C'est Baudouin, je le dis, qui sera un vrai preux.
315.           Mes terres et mes fiefs, à lui je les remets,
                  Prenez donc soin de lui : je ne le verrai plus. »
                  Charles répond : « votre cœur est trop tendre !
                  Puisque je vous l'ordonne, il faut vous en aller. »
                  
                  § Laisse 24
                  
                  Le roi a dit alors : « Ganelon, approchez,
320.           Et recevez de moi le bâton et le gant.
                  Vous l'avez entendu, les Français vous désignent. »
                  « Sire, » dit Ganelon, « c'est la faute à Roland !
                  Du restant de mes jours je ne l'aimerai plus,
                  Et Olivier non plus, qui est son compagnon.
325.           Les douze pairs, eux qui l'apprécient tant,
                  Je les défie ici, devant vous-même, Sire ! »
                  Le roi a répondu : « Vous êtes rancunier.
                  Mais vous irez pourtant, puisque je vous l'ordonne. »
                  « J'irai donc, mais sachez que je n'ai de garant
330.           Pas plus que n'en ont eu Basile ni Basant. »
                  
                  § Laisse 25
                  
                  L'empereur maintenant lui tend son gant, le droit;
                  Le Comte Ganelon eût voulu être ailleurs,
                  Et en prenant le gant, il l'a laissé tomber.
                  Les Fançais disent : « Dieu ! Qu'est-ce que ça veut dire ?
335.           Cette ambassade nous vaudra de grands malheurs. »
                  « Seigneurs, dit Ganelon, vous vous en souviendrez ! »

NOTES

un tour : La traduction de ce vers comporte une incertitude. P. Jonin traduit par « Mais je m'y serai un peu amusé avant de calmer ma fureur. » J. Bédier : « Mais avant que j'apaise ce grand courroux où tu me vois, j'aurai joué quelque jeu de ma façon. ». Gérard Moignet : « je jouerai quelque tour avantque je n'apaise le grand courroux où je suis. » Je considère la traduction de Jonin comme fantaisiste, car « lecherie/legerie » en ancien français, a plutôt le sens de tricherie, et je me range donc du côté de Bédier et Moignet. Mais reste alors à savoir ce que signifie ce « jeu », ce « tour » ? Est-ce une allusion à la trahison à laquelle songe Ganelon ? Le fait de chercher à « apaiser sa colère » pourrait le faire penser.

garant : Vraisemblablement un otage, destiné à garantir la vie du messager.

Basile : Basile et son frère Basan sont des “barons” (nobles de l'entourage immédiat du roi) qui auraient été mis à mort par Marsile, selon certaines traditions.