prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 31-35 (vv. 402-467)

                  
                  § Laisse 31
                  
                  Tant chevalcherent Guenes e Blancandrins,
                  Que l'un a l'altre la sue feit plevit,
                  Que il querreient, que Rollant fust ocis.
405.           Tant chevalcherent e veies e chemins,
                  Que en Sarraguce descendent suz un if.
                  Un faldestoet out suz l'umbre d'un pin;
                  Esvolupet fut d'un palie alexandrin :
                  La fut li reis ki tute Espaigne tint;
410.           Tut entur lui vint milie Sarrazins.
                  N'i ad celoi ki mot sunt ne mot tint,
                  Pur les nuveles qu'il vuldreient oïr.
                  Atant as vos Guenes e Blanchandrins.
                  
                  

Le forfait est conclu


                  
                  § Laisse 32
                  
                  Blancandrins vint devant l'empereür [Marsiliun];
415.           Par le puig[n] tint le cunte Guenelun,
                  E dist al rei : « Salvez seiez de Mahun
                  E d'Apollin, qui seintes leis tenuns !
                  Vostre message fesime[s] a Charlun.
                  Ambes ses mains en levat cuntre munt,
420.           Loat sun Deu, ne fist altre respuns.
                  Ci vos enveiet un sun noble barun,
                  Ki est de France, si est mult riches hom :
                  Par lui orrez si avrez pais u nun. »
                  Respunt Marsilie : « Or diet, nus l'orrum ! » aoi.
                  
                  § Laisse 33
                  
425.           Mais li quens Guenes se fut ben purpenset.
                  Par grant saver cumencet a parler
                  Cume celui ki ben faire le set,
                  E dist al rei : « Salvez seiez de Deu
                  Li Glorius, qui devum aürer !
430.           Iço vus mandet Carlemagnes, li ber,
                  Que recevez seinte chrestientet;
                  Demi Espaigne vos voelt en fiu duner.
                  Se cest acorde ne vulez otrier,
                  Pris e liez serez par poested;
435.           Al siege ad Ais en serez amenet,
                  Par jugement serez iloec finet;
                  La murrez vus a hunte e a viltet. »
                  Li reis Marsilies en fut mult esfreed.
                  Un algier tint, ki d'or fut enpenet,
440.           Ferir l'en volt, se n'en fust desturnet. aoi.
                  
                  § Laisse 34
                  
                  Li reis Marsilies ad la culur muee;
                  De sun algeir ad la hanste crollee.
                  Quant le vit Guenes, mist la main a l'espee,
                  Cuntre dous deie l'ad del furrer getee,
445.           Si li ad dit : « Mult estes bele e clere !
                  Tant vus avrai en curt a rei portee !
                  Ja nel dirat de France li emperere,
                  Que suls i moerge en l'estrange cuntree,
                  Einz vos avrunt li meillor comperee. »
450.           Dient paien : « Desfaimes la mellee ! »
                  
                  § Laisse 35
                  
                  Tuit li preierent li meillor Sarrazin,
                  Qu'el faldestoed s'es[t] Marsilies asis.
                  Dist l'algalifes : « Mal nos avez baillit,
                  Que li Franceis asmastes a ferir;
455.           Vos le doüssez esculter e oïr. »
                  - « Sire, » dist Guenes, « mei l'avent a suffrir;
                  Jo ne lerreie, por l'or que Deus fist
                  Ne por tut l'aveir, ki seit en cest païs,
                  Que jo ne li die, se tant ai de leisir,
460.           Que Charles li mandet, li reis poesteïfs,
                  Par mei li mandet, sun mortel enemi. »
                  Afublez est d'un mantel sabelin,
                  Ki fut cuvert d'une palie alexandrin.
                  Getet le a tere, sil receit Blancandrin;
465.           Mais de s'espee ne volt mie guerpir;
                  En sun puign destre par l'orie punt la tint.
                  Dient paien : « Noble baron ad ci ! » aoi.

                  
                  § Laisse 31
                  
                  Tant avec Blancandrin chevaucha Ganelon,
                  Que l'un à l'autre ils se promettent
                  De chercher le moyen pour que Roland périsse.
405.           Ils ont tant chevauché et par monts et par vaux,
                  Qu'ils sont à Saragosse, arrêtés sous un if.
                  Et à l'ombre d'un pin, on avait mis un trône,
                  Recouvert d'une belle soie d'Alexandrie :
                  Le maître de l'Espagne entière y est assis,
410.           Et tout autour de lui, vingt mille sarrazins.
                  Personne n'eût osé prononcer un seul mot :
                  Car tous étaient curieux d'entendre les nouvelles;
                  Voici que Blancandrin et Ganelon s'avancent.
                  
                  

Le forfait est conclu


                  
                  § Laisse 32
                  
                  Blancandrin est venu jusque devant Marsile
415.           En tenant par le poing le Comte Ganelon.
                  Et il a dit au roi : « Que Mahomet vous garde
                  Et Apollin aussi, dont nous suivons les lois !
                  À Charles nous avons transmis votre message;
                  Alors il a levé ses deux mains vers le ciel,
420.           Il a loué son Dieu, et n'a rien répondu.
                  De ses nobles seigneurs, il envoie celui-ci;
                  Il vient de France, où il est quelqu'un d'important.
                  de lui vous apprendrez si c'est la paix ou non. »
                  Marsile a répondu : « Qu'il parle, je l'écoute ! »
                  
                  § Laisse 33
                  
425.           Le Comte Ganelon avait bien réfélchi.
                  Il commence à parler avec habileté,
                  Comme quelqu'un qui à cela s'entend fort bien.
                  Et il a dit au roi : « Que Dieu vous ait en garde !
                  Lui, le très glorieux, qu'il nous faut adorer !
430.           Voici ce que voudrait Charlemagne le preux :
                  Adoptez notre sainte religion chrétienne.
                  Et il vous donnera la moitié de l'Espagne.
                  Si vous ne voulez pas accepter cet accord,
                  Alors vous serez pris, lié et emmené
435.           De force jusqu'à Aix qui est sa capitale,
                  Et pour finir serez jugé et condamné;
                  C'est là que vous mourrez, honteux et méprisé. »
                  Le roi Marsile en est resté tout effrayé.
                  Un javelot tenait, paré de plumes d'or,
440.           Il voulut l'en frapper, mais on l'en empêcha.
                  
                  § Laisse 34
                  
                  Alors le roi Marsile est devenu tout pâle,
                  Et de son javelot il agite la hampe.
                  Ganelon qui le voit, met la main à l'épée,
                  De deux doigts l'a tirée en dehors du fourreau,
445.           En lui parlant ainsi : « Vous êtes belle et claire !
                  Je vous ai tant portée, jusqu'en la cour du roi,
                  Que jamais l'Empereur de France ne dira
                  Que je suis mort tout seul en pays étranger
                  Avant que les meilleurs n'aient pu vous disputer  ! »
450.           Les païens ont crié : « Empêchons le combat ! »
                  
                  § Laisse 35
                  
                  Les meilleurs Sarrasins ont beaucoup insisté,
                  Tant qu'à son trône enfin Marsile s'est assis,
                  Et le calife a dit : « Vous avez mal agi
                  En menaçant ainsi de frapper le Français :
455.           Vous auriez plutôt du lui prêter attention. »
                  - « Sire, dit Ganelon, je supporte cela;
                  Mais pour tout l'or du monde, je ne laisserai,
                  Et pas plus que pour tous les biens de ce pays,
                  De lui dire pourtant, si j'en ai l'occasion,
460.           Le message de Charles, le roi tout-puissant,
                  Et ce qu'il veut de lui son mortel ennemi. »
                  Il portait sur lui un manteau de zibeline,
                  Qui était recouvert de soie d'Alexandrie :
                  Il l'a jeté à terre, et Blancandrin le prend.
465.           Mais Ganelon ne veut pas quitter son épée :
                  De son poing droit il serre le pommeau doré.
                  Les païens se sont dits : « C'est noble seigneur ! »

NOTES

Marsile : Le texte d'Oxford porte ici “l'empereür”, ce qui est manifestement un lapsus du copiste. Je corrige, comme l'ont fait tos les éditeurs.