prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 36-40 (v. 468-536)

                  
                  § Laisse 36
                  
                  Envers le rei s'est Guenes aproismet,
                  Si li ad dit : « A tort vos curuciez,
470.           Quar ço vos mandet Carles, ki France tient,
                  Que recevez la lei de chrestiens;
                  Demi Espaigne vus durat il en fiet.
                  L'altre meitet avrat Rollant, sis nies :
                  Mulz orguillos parçuner i avrez !
475.           Si ceste acorde ne volez otrier,
                  En Sarraguce vus vendrat aseger;
                  Par poestet serez pris e liez;
                  Menet serez . . . [tut] dreit ad Ais le siet :
                  Vus n'i avrez palefreid ne destrer,
480.           Ne mul ne mule que puissez chevalcher;
                  Getet serez sur un malvais sumer.
                  Par jugement iloec perdrez le chef.
                  Nostre emperere vus enveiet cest bref. »
                  El destre poign al paien l'ad liv(e)ret.
                  
                  § Laisse 37
                  
485.           Marsilies fut esculurez de l'ire;
                  Freint le seel, getet en ad la cire,
                  Guardet al bref, vit la raisun escrite :
                  « Carle me mandet, ki France ad en baillie,
                  Que me remembre de la dolur e (de) l'ire,
490.           Ço est de Basan e de sun frere Basilie,
                  Dunt pris les chefs as puis de Haltoìe;
                  Se de mun cors voeil aquiter la vie,
                  Dunc li envei mun uncle, l'algalife;
                  Altrement ne m'amerat il mie. »
495.           Apres parlat ses filz envers Marsilies,
                  E dist al rei : « Guenes ad dit folie;
                  Tant ad erret nen est dreiz que plus vivet.
                  Livrez le mei, jo en ferai la justise. »
                  Quant l'oït Guenes, l'espee en ad branlie;
500.           Vait s'apuier suz le pin a la tige.
                  
                  § Laisse 38
                  
                  Enz el verger s'en est alez li reis,
                  Ses meillors humes enmeinet ensembl'od sei :
                  E Blancandrins i vint, al canud peil,
                  E Jurfaret, ki est ses filz e ses heirs,
505.           E l'algalifes, sun uncle e sis fedeilz.
                  Dist Blancandrins : « Apelez le Franceis,
                  De nostre prod m'ad plevie sa feid. »
                  Ço dist li reis : « E vos l'i ameneiz. »
                  E Guenes (l')ad pris par la main destre ad deiz,
510.           Enz el verger l'en meinet josqu'al rei.
                  La purparolent la traïson seinz dreit. aoi.
                  
                  § Laisse 39
                  
                  « Bel sire Guenes, » ço li ad dit Marsilie,
                  « Jo vos ai fait alques de legerie,
                  Quant por ferir vus demustrai grant ire.
515.           Guaz vos en dreit par cez pels sabelines;
                  Melz en valt l'or que ne funt cinc cenz livres :
                  Einz demain noit en iert bele l'amendise. »
                  Guenes respunt : « Jo nel desotrei mie.
                  Deus se lui plaist, a bien le vos mercie ! » aoi.
                  
                  § Laisse 40
                  
520.           Ço dist Marsilies : « Guenes par veir sacez,
                  En talant ai que mult vos voeill amer,
                  De Carlemagne vos voeill oïr parler.
                  Il est mult vielz, si ad sun tens uset;
                  Men escient dous cenz anz ad passet.
525.           Par tantes teres ad sun cors demened,
                  Tanz [colps] ad pris sur sun escut bucler,
                  Tanz riches reis cunduit a mendisted :
                  Quant ert il mais recreanz d'osteier ? »
                  Guenes respunt : « Carles n'est mie tels.
530.           N'est hom kil veit e conuistre le set
                  Que ço ne diet que l'emperere est ber.
                  Tant nel vos sai ne preiser ne loer
                  Que plus n'i ad d'onur e de bontet.
                  Sa grant valor, kil purreit acunter ?
535.           De tel barnage l'ad Deus enluminet,
                  Meilz voelt murir que guerpir sun barnet. »

                  
                  § Laisse 36
                  
                  Ganelon s'est alors avancé vers le roi;
                  Il dit : « Vous avez tort de vous mettre en colère;
470.           Charles, celui qui toute la France tient
                  Vous demande de prendre la foi des chrétiens,
                  Et il vous donnera la moitié de l'Espagne.
                  L'autre moitié sera pour Roland son neveu,
                  Vous aurez un partenaire bien orgueilleux !
475.           Si vous ne voulez pas accepter cet accord,
                  Il vous assiégera jusque dans Sarragosse,
                  Vous serez pris de force et même garotté,
                  Et vous serez traîné ainsi jusque dans Aix.
                  Vous n'y aurez ni palefroi ni destrier
480.           Ni mulet sur lequel vous pourriez chevaucher;
                  On vous fera monter sur un mauvais cheval,
                  Et par un jugement, serez décapité !
                  Voilà la lettre que l'Empereur vous envoie. »
                  De sa main droite il l'a remise au Sarrasin.
                  
                  § Laisse 37
                  
485.           Marsile avait le teint changé par la colère;
                  Il a brisé le sceau, en a jeté la cire,
                  Et regarde la lettre, et ce qui est écrit.
                  « Charles qui a la France en son pouvoir, me dit
                  De ne pas oublier sa douleur, sa colère,
490.           Au sujet de Bassan et son frère Basile,
                  Dont on coupa la tête aux monts de Haltoïe;
                  Si je veux être sûr de conserver la vie,
                  Il faut lui envoyer mon oncle, le Calife,
                  Sinon, c'est sûr, il me détestera toujours. »
495.           Et maintenant son fils s'est adressé à lui,
                  Pour dire : « Ganelon a parlé comme un fou.
                  Il a trop divagué, il ne faut plus qu'il vive.
                  Livrez-le moi, que je puisse en tirer justice. »
                  Quand Ganelon l'entend il tire son épée,
500.           Et il va sous le pin s'adosser à son tronc.
                  
                  § Laisse 38
                  
                  Alors le roi s'en est allé dans le verger,
                  Et ses meilleurs vassaux sont allés avec lui :
                  Blancandrin aux cheveux tout blancs y est venu,
                  Ainsi que Jurfaret, son fils et héritier,
505.           Son oncle, le calife, qui lui est fidèle.
                  Blancandrins dit alors : « Appelez le Français !
                  Il m'a promis de soutenir nos intérêts. »
                  Le roi a répondu : « Qu'on le conduise ici. »
                  Alors en lui prenant par le doigt de la main droite,
510.           Blancandrin a conduit Ganelon au verger.
                  Et ils ont combiné l'infâme trahison.
                  
                  § Laisse 39
                  
                  « Beau Sire Ganelon », lui dit alors Marsile,
                  « Je me suis comporté un peu légèrement
                  Quand de colère j'ai tenté de vous frapper.
515.           Pour vous dédommager prenez ces zibelines :
                  Elles valent en or bien plus de cinq cents livres.
                  Vous serez satisfait demain avant la nuit. »
                  Ganelon lui répond : « Je ne refuse pas.
                  Je laisse à Dieu le soin de vous en savoir gré. »
                  
                  § Laisse 40
                  
520.           Marsile dit : « Ganelon sachez bien cela,
                  Je tiens beaucoup à obtenir votre amitié.
                  Je veux vous entendre parler de Charlemagne.
                  Il est très vieux, et je crois qu'il a fait son temps;
                  À mon avis, il a bien plus de deux cents ans.
525.           Lui qui a traversé tellement de pays,
                  Reçu de si grands coups frappant son bouclier,
                  Et réduit tant de rois à la mendicité,
                  Sera-t-il donc jamais lassé de guerroyer ? »
                  Et Ganelon répond : « Charles n'est pas ainsi.
530.           Parmi ceux qui l'ont vu et ont pu le connaître,
                  Il n'est personne pour douter de sa bravoure.
                  J'aurais beau devant vous en faire grand éloge,
                  Ce serait bien trop peu pour sa noble vaillance.
                  Qui saurait évoquer une telle valeur ?
535.           Dieu a donné à sa noblesse un rel éclat,
                  Qu'il aime mieux mourir qu'abandonner les siens. »