prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 41-45 (v. 537-602)  : la trahison

                  
                  § Laisse 41
                  
                  Dist li paiens : « Mult me puis merveiller
                  De Carlemagne, ki est canuz e vielz !
                  Men escientre dous cenz anz ad e mielz.
540.           Par tantes teres ad sun cors traveillet,
                  Tanz colz ad pris de lances e d'espiet,
                  Tanz riches reis cunduiz a mendistiet :
                  Quant ert il mais recreanz d'osteier ? »
                  - « Ço n'iert, » dist Guenes : « tant cum vivet sis niés :
545.           N'at tel vassal suz la cape del ciel.
                  Mult par est proz sis cumpainz Oliver.
                  Les.XII. pers, que Carles ad tant chers,
                  Funt les enguardes a.XX. milie chevalers.
                  Soürs est Carles, que nuls home ne crent. » aoi.
                  
                  § Laisse 42
                  
550.           Dist li Sarrazins : « Merveille en ai grant
                  De Carlemagne, ki est canuz e blancs !
                  Mien escientre plus ad de.II.C. anz.
                  Par tantes teres est alet cunquerant,
                  Tanz colps ad pris de bons espiez trenchanz,
555.           Tanz riches reis morz e vencuz en champ :
                  Quant ier il mais d'osteier recreant ? »
                  - « Ço n'iert, » dist Guenes, « tant cum vivet Rollant :
                  N'ad tel vassal d'ici qu en Orient.
                  Mult par est proz Oliver, sis cumpainz;
560.           Li.XII. per, que Carles aimet tant,
                  Funt les enguardes a.XX. milie de Francs,
                  Soürs est Carlles, ne (cre) crent hume vivant. » aoi.
                  
                  § Laisse 43
                  
                  « Bel sire Guenes » dist marsilies li reis,
                  « Jo ai tel gent, plus bele ne verreiz;
565.           Quatre cenz milie chevalers puis aveir.
                  Puis m'en cumbatre a Carlles e a Franceis ? »
                  Guenes respunt : « Ne vus a ceste feiz !
                  De voz paiens mult grant perte i avreiz.
                  Lessez (la) folie, tenez vos al saveir.
570.           L'empereür tant li dunez aveir,
                  N'i ait Franceis ki tot ne s'en merveilt.
                  Par.XX. hostages que li enveiereiz
                  En dulce France s'en repairerat li reis;
                  Sa rereguarde lerrat derere sei :
575.           Iert i sis nies, li quens Rollant, (...) ço crei,
                  E Oliver, li proz e li curteis.
                  Mort sunt li cunte, se est ki mei en creit.
                  Carlles verrat sun grant orguill cadeir;
                  N'avrat talent, que ja mais vus guerreit. » aoi.
                  
                  § Laisse 44
                  
580.           - « Bel sire Guenes,[ » ço dist li reis Marsilies,]
                  « Cum faitement purrai Rollant ocire ? »
                  Guenes respont : « Ço vos sai jo ben dire.
                  Li reis serat as meillors porz de Sizer;
                  Sa rereguarde avrat detres sei mise;
585.           Iert i sis nies, li quens Rollant, li riches,
                  E Oliver, en qui il tant se fiet;
                  .XX. milie Francs unt en lur cumpaignie.
                  De voz paiens lur enveiez.C. milie :
                  Une bataille lur i rendent cil primes;
590.           La gent de France iert blecee e blesmie;
                  Nel di por ço, des voz iert la martirie.
                  Altre bataille lur livrez de meïsme :
                  De quel que seit Rollant n'estuertrat mie.
                  Dunc avrez faite gente chevalerie;
595.           N'avrez mais guere en tute vostre vie. » aoi.
                  
                  § Laisse 45
                  
                  - « Chi purreit faire, que Rollant i fust mort,
                  Dunc perdreit Carles le destre braz del cors,
                  Si remeindreient les merveilluses óz;
                  N'asemblereit jamais Carles si grant esforz;
600.           Tere Major remeindreit en repos. »
                  Quan l'ot Marsilie, si l'ad baiset el col,
                  Puis si cumencet a venir ses tresors. aoi.

                  
                  § Laisse 41
                  
                  Le païen a repris : « Vraiment Charles m'étonne,
                  Lui qui pourtant est vieux, et a les cheveux blancs !
                  Pour moi il doit avoir bien plus de deux cents ans.
540.           Il s'est tant démené, et par tant de pays,
                  Il a pris tant de coups de lances et d'épieu,
                  Et réduit tant de rosi à la mendicité :
                  Ne sera-t-il jamais, à la fin, apaisé ? »
                  « Non, répond Ganelon, tant que vit son neveu,
545.           D'ici à l'Orient, pas un qui un qui ne le vaille.
                  Olivier, son ami, est brave lui aussi.
                  Avec les douze pairs auxquels Charles tient tant,
                  Vingt mille chevaliers forment son avant-garde :
                  Il est en sûreté, et il ne craint personne. »
                  
                  § Laisse 42
                  
550.           Le sarrasin a dit : « Je suis très étonné
                  Par Charlemagne dont les cheveux sont si blancs !
                  À mon avis il a bien plus de deux cents ans !
                  Il est allé en conquérant par tant de terres,
                  Il a pris tant de coups de bons épieux tranchants,
555.           Et tué au combat tant de rois si puissants :
                  Jamais ne sera-t-il lassé de guerroyer ? »
                  « Jamais », dit Ganelon, « tant que vivra Roland :
                  Personne qui le vaille jusqu'en Orient.
                  Olivier son ami est brave lui aussi;
560.           Les douze pairs qui sont tant appréciés de Charles
                  Avec vingt mille Francs forment son avant-garde.
                  Charles ne craint personne, il est en sûreté. »
                  
                  § Laisse 43
                  
                  « Beau Sire Ganelon », a répondu Marsile,
                  « Si grande est mon armée, jamais n'en verrez telle.
565.           De chevaliers, je peux avoir quatre cent mille.
                  Avec eux je peux bien combattre les Français ! »
                  Ganelon lui répond : « Ne vous y risquez pas.
                  Vous feriez simplement massacrer vos païens.
                  Plutôt que la folie, écoutez la sagesse.
570.           Donnez à l'Empereur tout ce que vous pourrez :
                  Il faut que les Français en soient émerveillés.
                  Et pour les vingt otages que vous livrerez,
                  Le roi s'en reviendra droit vers la douce France,
                  Laissant bien après lui marcher l'arrière-garde,
575.           Et son neveu Roland, y sera, j'en suis sûr,
                  De même qu'Olivier, le vaillant, le bien-né.
                  Il en sera fini des comtes, croyez-moi :
                  Charles verra son grand orgueil déchu,
                  Et n'aura plus jamais envie de vous combattre. »
                  
                  § Laisse 44
                  
580.           « Beau Sire Ganelon », [ a ajouté Marsile]
                  « Comment pourrais-je faire pour tuer Roland ? »
                  Et Ganelon répond : « Ça je vais vous le dire.
                  Le roi devra passer aux plus hauts cols de Cize,
                  Laissant l'arrière-garde loin derrière lui.
585.           Le Comte Roland son fier neveu y sera ,
                  De même qu'Olivier son homme de confiance.
                  Ils seront à la tête de vingt mille Francs.
                  Envoyez-leur cent mille hommes de vos païens,
                  Et qu'ils leur livrent une première bataille;
590.           L'armée de France en sera blessée et meurtrie,
                  Sans parler du martyre que subiront les vôtre.
                  Mais livrez leur alors encore une bataille,
                  Roland ne devrait pas en réchapper vivant.
                  Vous aurez accompli alors un grand exploit,
595.           Et votre vie durant, ne craindrez plus de guerre. »
                  
                  § Laisse 45
                  
                  « Si l'on faisait en sorte que Roland périsse,
                  Charles serait privé de son meilleur soutien,
                  Et ses grandes armées ne serviraient à rien.
                  Jamais plus ne pourrait en rassembler de telles,
600.           La Terre des Aïeux serait toujours en paix. »
                  Quand Marsile l'entend, il l'accole et l'embrasse,
                  Puis il commence à faire apporter ses trésors.

NOTES

hauts : On traduit généralement « meillors » par « meiileurs », ce qui me semble une facilité coupable : le sens serait plutôt : les plus difficiles, les plus favorables à une embuscade.

Cize : La vallée qui descend du col de Roncevaux ; c'est Roncevaux que l'histoire a retenu.