prev

SOMMAIRE

prev

Sur cette traduction

Il n'existe, à ma connaissance et à cette date, aucune traduction numérique versifiée du “Tristan” de Béroul.
La seule traduction qui soit disponible est la version de Joseph Bédier, en prose, et qui malgré ses mérites, ne donne du texte de Béroul qu'une image quelque peu faussée. Le grand médiéviste, en effet, comme on le faisait souvent à son époque, a voulu “reconstruire” un texte lacunaire avec des morceaux de la même légende pris dans d'autres manuscrits, eux-mêmes lacunaires d'ailleurs. Son “édition” est donc plutôt une sorte de “patchwork” qu'une véritable édition du texte de Béroul.

Par ailleurs, traduire en prose un poème est à mon sens une facilité qui confine à l'absurdité... Ce fut très longtemps la règle, et notamment pour les textes de l'antiquité et du moyen âge : les érudits n'étaient que très rarement des poètes !

J'ai pris pour base de cette traduction le texte établi par Ernest Muret pour la Librairie Honoré Champion, et revue ensuite (1972) par L. M. Defourques. Ce texte est désormais disponible en numérique sur les diverses plateformes de vente.