prev

SOMMAIRE

prev

Entrevue de Tristan et Yseut. Discours feint d'Yseut.

1.

...................................................
Que nul semblant de rien en face.
Come ele aprisme son ami,

1.

..............................................
Et ne fasse semblant de rien.
En s'avançant vers son ami,

4.

Oiez com el l'a devanci :
« Sire Tristran, por Deu le roi,
Si grant pechié avez de moi,
Qui me mandez a itel ore ! »

4.

Voici comment elle l'avertit :
Sire Tristan, par Dieu, mon roi,
N'avez vous point pitié de moi,
Pour m'appeler à pareille heure ? »

8.

Or fait senblant con s'ele plore.
.................................... u roi
...................................................
...................................................

8.

Et puis fait croire qu'elle pleure.
................................au roi
.................................
..................................

12.

...................................................
...................................................
I ................................................
Conme .................................

12.

...............................
..................................
.................................
Comme ..............................

16.

« Par Deu, qui l'air fist et la mer,
Ne me mandez nule fois mais.
Je vos di bien, Tristan, a fais,
Certes, je n'i vendroie mie.

16.

« Par Dieu qui fit l'air et la mer,
Ne me réclamez plus ainsi.
Tristan, à regret, je le dis,
Je n'y viendrai certes jamais.

20.

Li rois pense que par folie,
Sire Tristran, vos aie amé ;
Mais Dé plevis ma loiauté,
Qui sor mon cors mete flaele,

20.

Le roi croit que folie ai fait,
Tristan, que je vous ai aimé.
Mais Dieu juge ma loyauté,
Et m'inflige peine cruelle,

24.

S'onques fors cil qui m'ot pucele
Out m'amistié encor nul jor !
Se li felon de cest'enor,
Por qui jadis vos combatistes

24.

Si, hors celui qui m'eut pucelle,
Un autre eut jamais mes faveurs !
S'il est ici félons seigneurs,
Pour qui jadis vous combattîtes,

28.

O le Morhout, quant l'oceïstes,
Li font acroire, (ce me semble)
Que nos amors jostent ensemble,
Sire, vos n'en avez talent ;

28.

Le Morholt, et pour eux l'occîtes,
Qui lui font croire, à ce qu'il semble,
Que c'est l'amour qui nous rassemble,
Vous n'êtes de ça désirant,

32.

Ne je, par Deu omnipotent,
N'ai corage de druërie
Qui tort a nule vilanie.
Mex voudroie que je fuse arse,

32.

Ni moi, par le Dieu tout-puissant,
À l'amourette n'ai le cœur,
Qui tournerait au déshonneur.
J'aimerais mieux être brûlée,

36.

Aval le vent la poudre esparse,
Jor que je vive que amor
Aie o home qu'o mon seignor ;
Et Dex ! si ne m'en croit il pas.

36.

Au vent mes cendres dispersées,
Plutôt que d'avoir de l'amour
Pour autre que mon sire, un jour ;
Ah ! Dieu ! Mais il ne me croit pas !

40.

Je puis dire : de haut si bas !

40.

De haut je suis tombée si bas !