prev

SOMMAIRE

prev

Yseut achève de se disculper ; Marc envoie Brangien chercher Tristan.

493.

— Sire, ce m'est mot buen forment.
Or savez bien certainement.
Mot avion bele loisor :

493.

— Sire, quel grand contentement !
Vous le savez certainement,
Nous avions toute liberté,

496.

Se il m'amast de fole amor,
Asez en veïsiez semblant.
Ainz, par ma foi, ne tant ne quant
Ne veïstes qu'il m'aprismat

496.

Et s'il m'eût follement aimé
Vous vous en seriez aperçu !
Mais par ma foi, vous l'avez vu
Il ne s'est pas trop approché

500.

Ne me preïst ne me baisast.
Bien senble ce chose certaine :
Ne m'amot pas d'amor vilaine.
Sire, s'or ne nos veïssiez,

500.

N'a pas cherché à m'embrasser.
Il est donc tout à fait certain
Qu'à moi ne veut rien de vilain.
Et si vous ne nous aviez vus,

504.

Certes, ne nos en creüssiez.
- Par Deu, je non, » li rois respont.
« Brengain, (que Dex anor te donst !)
Por mon nevo va a l'ostel ;

504.

Certes vous ne m'auriez pas cru.
— Ma foi non ! lui répond le roi 
« Brangien, que Dieu veille sur toi,
Va chercher mon neveu chez lui,

508.

Et se il dit ou un ou el
Ou n'i vuelle venir por toi,
Di je li mant qu'il vienge a moi. »
Brengain li dit : « Sire, il me het :

508.

Et si pour toi il ne dit oui,
S'il ne veut venir avec toi
Dis-lui que l'ordre vient de moi. »
Brangien répond : « Sire, il me hait,

512.

Si est a grant tort, Dex le set.
Dit par moi est meslez o vos,
La mort me veut tot a estros.
G'irai ; por vos le laisera

512.

Il a bien tort et Dieu le sait !
Il dit que je vous ai brouillés
Et que la mort ai mérité.
J'irai pourtant : il n'osera,

516.

Bien tost que ne me tochera.
Sire, por Deu, acordez m'i,
Qant il sera venu ici.  

516.

Et pour vous ne me touchera.
Sire, quand il viendra vers vous,
Faites que paix soit entre nous. »