prev

SOMMAIRE

prev

Le plan maléfique de Frocin.

639.

Et il i est mot tost venuz

639.

Le nain est de suite venu

640.

(Dehez ait il) comme boçuz.
Li un des barons l'en acole,
Li rois li mostre sa parole.
Ha ! or oiez quel traïson

640.

Maudit soit-il, vilain bossu !
L'un des barons l'a salué
Le roi lui a tout expliqué.
Apprenez donc la trahison

644.

Et con faite seducion
A dit au roi cil nain Frocin ! 
Dehé aient tuit cil devin !
Qui porpensast tel felonie

644.

Et la perfide séduction
Envers le roi, du nain Frocin !
Que maudits soient tous les devins !
Jamais on ne vit félonie

648.

Con fist cist nain, qui Dex maudie ?
« Di ton nevo q'au roi Artur,
A Carduel, qui est clos de mur,
Covienge qu'il aut par matin ;

648.

Comme celle du nain maudit !
« À ton neveu diras : “Arthur
À Carduel, entourée de murs,
Le demande, de bon matin.

652.

Un brief escrit au parchemin
Port a Artur toz les galoz,
Bien seelé, a cire acloz.
Rois, Tristran gist devant ton lit.

652.

Qu'il lui remette un parchemin
Bien scellé, par la cire clos,
Et qu'il y aille au grand galop !”
Tristan qui dort au pied du lit

656.

Anevoies, en ceste nuit,
Sai que voudra a lui parler,
Por ceu, que devra la aler.
Rois, de la chambre is a prinsome.

656.

À coup sûr pendant cette nuit,
Avec Yseut voudra parler
Avant qu'il doive s'en aller.
Quittez cette nuit votre lit !

660.

Deu te jur et la loi de Rome,
Se Tristran l'aime folement,
A li vendra au parlement ;
Et s'il i vient, et je nul sai,

660.

Par Dieu, je vous le jure et dis :
Si Tristan l'aime à la folie,
Il ira trouver son amie ;
Et s'il y vient, je le saurai,

664.

Se tu nu voiz, si me desfai,
Et tuit ti home outrement :
Prové seront sanz soirement.
Rois, or m'en laisse convenir

664.

Tu le verras, — ou bien me fais
Par tous tes hommes mettre à mort !
Mais tu verras des deux le tort.
Roi, laisse-moi arranger ça,

668.

Et a ma volenté sortir,
Et se li çole l'envoier
Desi qu'a l'ore du cochier. »
Li rois respont : « Amis, c'ert fait. »

668.

À la façon qu'il me plaira ;
Mais ne donne l'ordre à Tristan
De partir, que le soir tombant. »
« Ce sera fait ! » répond le roi.

672.

Departent soi ; chascun s'en vait. 

672.

Chacun s'en va, rentre chez soi.