prev

SOMMAIRE

prev

Suite du discours feint d'Yseut

41.

Sire, mot dist voir Salemon :
Qui de forches traient larron,
Ja pus nes amera nul jor.

41.

Sire, il a dit vrai, Salomon :
Qui du gibet tire larron
Il n'en sera jamais aimé.

44.

Se li felon de cest'enor
...................................................
...................................................
...................................................

44.

Si les félons de la contrée
...................................................
...................................................
...................................................

48.

...................................................
a nos deüsent il celer.
Mot vos estut mal endurer.
De la plaie que vos preïstes

48.

...................................................
Ils auraient dû nous le cacher.
Il vous a fallu endurer
La blessure qu'avez reçue

52.

En la batalle que feïstes
O mon oncle. Je vos gari.
Se vos m'en erïez ami,
N'ert pas mervelle, par ma foi !

52.

Quand vous avez bien combattu
Mon oncle ; et je vous ai guéri.
Si vous en êtes mon ami,
Ce n'est pas étonnant, ma foi !

56.

Et il ont fait entendre au roi
Que vos m'amez d'amor vilaine.
Si voient il Deu et son reigne !
Ja nul verroient en la face.

56.

Mais ceux-là ont fait croire au roi
Que vous m'aimez honteusement.
S'ils croient ainsi en Dieu, vraiment,
En paradis, ils n'iront pas !

60.

Tristran, gardez qu'en nule place
Ne me mandez por nule chose :
Je ne seroie pas tant ose
Que je i osase venir.

60.

Tristan, ne me demandez pas
De venir pour quoi que ce soit,
Faire cela n'est pas pour moi,
Non vraiment, je n'oserai pas !

64.

Trop demor ci, n'en quier mentir.
S'or en savoit li rois un mot,
Mon cors seret desmembré tot,
Et si seroit a mot grant tort ;

64.

J'avoue, je suis trop restée là !
Si le roi avait écouté
Il me ferait écarteler,
Et ce serait pourtant à tort ;

68.

Bien sai qu'il me dorroit la mort.
Tristran, certes, li rois ne set
Que por lui par vos aie ameit :
Por ce qu'eres du parenté,

68.

Je sais qu'il me mettrait à mort !
Tristan, le roi Marc ne le sait,
C'est pour lui que je vous aimais :
Puisque vous êtes son parent,

72.

Vos avoie je en chierté.
Je quidai jadis que ma mere
Amast mot les parenz mon pere ;
Et disoit ce, que ja mollier

72.

Je vous chérissais tendrement.
Autrefois je sais que ma mère
Aimait les parents de mon père ;
Elle disait que nulle femme

76.

Nen avroit le suen seignor chier
Qui les parenz n'en ameret.
Certes, bien sai que voir diset. 

76.

De son seigneur n'était la Dame
Si ses parents elle n'aimait.
Et je sais qu'elle disait vrai.