prev

SOMMAIRE

prev

Tristan et Gouvernal. Intervention de Dinas auprès de Marc. Les lépreux.

§ Discours de Dinan § Les lépreux

1000.

Ja, par Jesu le fiz Marie,
Ne gerrai mais dedenz maison
Trèsque li troi felon larron
Par quoi'st destruite Yseut ta drue

1000.

« Par Dieu, fils de Marie, jamais,
Je ne logerai sous un toit,
Tant que les larrons, tous les trois,
Qui veulent faire Yseut périr,

1004.

En avront la mort receüe.
S'or estïez, beau sire, ocis,
Que vengement n'en fust ainz pris,
Jamais nul jor n'avroie joie. »

1004.

Ne seront conduits à mourir.
Si vous mouriez de cette engeance
Avant d'en avoir pris vengeance,
Jamais plus je n'aurais de joie. »

1008.

Tristran respont : « Trop vus anoie !
Beau mestre n'ai point de m'espee.
— Si as, que je l'ai aportee. »
Dist Tristran : « Maistre, dont est bien.

1008.

Tristan répond : « C'est dur pour moi,
Car je n'ai même pas d'épée ! »
— Mais si, car je l'ai apportée.
Tristan dit : « Alors tout va bien. 

1012.

Or ne criem, fors Deu, imais rien.
— Encor ai je soz ma gonele
Tel rien qui vos ert bone et bele :
Un hauberjon fort et legier,

1012.

À part Dieu, je ne crains plus rien. 
— Et j'ai même sous mon manteau
Quelque chose pour vous fort beau :
Un haubert solide et léger

1016.

Qui vos porra avoir mestier.
— Dex ! » dist Tristran, « bailliez le moi.
Par icel Deu en qui je croi,
Mex vuel estre tot depecié,

1016.

Qui pourrait bien vous protéger.
— Ah ! Dit Tristan, donnez-le moi !
Par ce Dieu-là en qui je crois,
Mieux vaut que je sois dépecé

1020.

Se je a tens i vien, au ré,
Ainz que getee i soit m'amie,
Ceus qui la tienent nen ocie. »
Governal dist : « Ne te haster.

1020.

Si j'arrive à temps au bûcher
Avant qu'y soit mise m'amie,
Sans que ses bourreaux n'aie occis ! »
Gouvernal  dit : « Ne vous hâtez,

1024.

Tel chose te puet Dex doner
Que te porras mot mex venger ;
N'i avras pas tel destorbier
Com tu porroies or avoir.

1024.

Dieu certes pourra vous donner
De vous venger chance meilleure,
Sans rencontrer comme à cette heure,
Quantité de difficultés !

1028.

N'i voi or point de ton pooir,
Quar vers toi est iriez li rois ;
Avocques sont tuit li borjois
Et trestuit cil de la cité.

1028.

Car à présent vous ne pouvez
Vaincre la colère du roi ;
Avec lui sont tous les bourgeois,
Tous ceux qui sont en la cité.

1032.

Sor lor eulz a toz comandé
Que cil qui ainz te porra prendre,
S'il ne te prent, fera le prendre.
Chascun aime mex soi qu'autrui :

1032.

Il leur a fait à tous jurer
Que celui qui pourrait vous prendre
Et ne le fait, il fera pendre.
Chacun de soi a le souci :

1036.

Se ja levout sor toi le hui,
Tex te voudroit bien delivrer,
Ne l'oseret neis porpenser. »
Plore Tristran, mot fait grant duel.

1036.

Si en prison vous étiez mis
Qui aimerait vous délivrer
N'oserait pas même y penser. »
Tristan en pleure de plus belle !

1040.

Ja, por toz ceus de Tintajol,
S'en le deüst tot depecier
Qu'il n'en tenist piece a sa per,
Ne laisast il qu'il n'i alast,

1040.

Contre tous ceux de Tintagel
Dût-il en être dépecé
En lambeaux être déchiré,
Se battre il aurait bien voulu

1044.

Se son mestre ne li veiast.
En la chambrë un mes acort, [ref22]
Qui dist Yseut qu'ele ne plort,
Que ses amis est eschapez.

1044.

Ne l'eût son maître défendu !
Un messager est arrivé [ref22]
Jusqu'à Yseut, lui annoncer
Que son ami s'est échappé.

1048.

« Et Dex, fait ele, en ait bungrez !
Or ne me chaut se il m'ociënt
Ou il me liënt ou desliënt. »
Si l'avoit fait lïer li rois,

1048.

Elle s'écrie : « Dieu soit loué ! 
Peu m'importe d'être tuée,
D'être liée ou déliée ! »
Le roi lui avait fait lier

1052.

Par le commandement as trois,
Qu'il li ont si les poinz estroiz
Li sanc li est par toz les doiz.
« Par Deu, fait el, se je mes jor... [Note1055]

1052.

Comme les trois l'ont exigé
Les poignets, si étroitement
Qu'elle en avait les mains en sang.
« Par Dieu, dit-elle, je me plaignais [Note1055]

1056.

Qant li felon losengeor
Qui garder durent mon ami
L'ont deperdu, la Deu merci,
Ne me devroit l'on mes proisier.

1056.

Quand les félons, qui le tenaient,
Et devaient garder mon ami
L'ont laissé filer, Dieu merci !
Qui donc en moi aura confiance ?...

1060.

Bien sai que li nains losengier
Et li felons, li plain d'envie,
Par qui consel j'ere perie,
En avront encor lor deserte.

1060.

Le nain avec sa médisance
Et les félons, si pleins d'envie,
Qu'ils ont voulu m'ôter la vie,
Un jour auront leur châtiment :

1064.

Torner lor puise a male perte ! »
Seignor, au roi vient la novele
Qu'eschapez est par la chapele
Ses niés qui il devoit ardoir.

1064.

À leur perte ils vont sûrement ! »
Seigneurs, au roi vient la nouvelle :
Tristan a fui de la chapelle,
Ce neveu voué au bûcher !

1068.

De mautalent en devint noir,
De duel ne set con se contienge ;
Par ire rove qu'Yseut vienge.
Yseut est de la sale issue.

1068.

De colère il est submergé,
Il ne cache pas son dépit,
Et veut qu'Yseut s'en vienne ici
Yseut de la salle est sortie.

1072.

La noise live par la rue,
Qant la dame lïee virent.
(A laidor ert), mot s'esfroïerent.
Qui ot le duel qu'il font por li,

1072.

Dans la rue s'élèvent des cris,
Quand on la voit ainsi liée :
Malheur ! Tous en sont effrayés.
Pour elle entendez-les crier,

1076.

Com il crient a Deu merci !
« Ha ! roïne franche, honoree,
Qel duel ont mis en la contree
Par qui ceste novele est sorse !

1076.

Et que Dieu pour elle ait pitié !
« Ah ! Reine noble et honorée,
Quelle douleur nous ont causée
Ceux qui au mal ont mis leurs soins !

1080.

Certes, en asez poi de borse
En porront metre le gaain.
Avoir en puisent mal mehain ! »
Amenee fu la roïne

1080.

De grande bourse n'est besoin
Pour pouvoir y mettre leur gain.
Que d'un grand mal en soient atteints ! »
Alors on a mené la reine

1084.

Jusquë au ré ardent d'espine.
Dinas, li sire de Dinan,
Qui a mervelle amoit Tristran,
Se lait choier au pié le roi.

1084.

Vers le bûcher ardent d'épines.
Dinas, le sire de Dinan,
Qui aimait tellement Tristan,
S'est laissé choir aux pieds du roi  :

§ Discours de Dinan

§ Discours de Dinan

1088.

« Sire, » fait il, « entent a moi.
Je t'ai servi mot longuement,
Sanz vilanie, loiaument.
Ja n'avras home en tot cest reigne,

1088.

« Sire, fait-il, écoutez-moi
Je vous ai servi bien longtemps,
Sans vous trahir, loyalement.
Ne trouverez ici nul homme

1092.

Povre orfelin ne vielle feme,
Qui, por vostre seneschaucie,
Que j'ai eü tote ma vie,
Me donast une beauveisine.

1092.

Ni orphelin, ni vieille femme,
Qui comme je vous ai servi
De sénéchal toute ma vie
Donnerait un sou pour ma peine !

1096.

Sire, merci de la roïne !
Vos la volez sanz jugement
Ardoir en feu : ce n'est pas gent,
Qar cest mesfait ne connoist pas.

1096.

Sire ayez pitié de la reine !
Vous la jetez sans la juger
Brutalement sur le bûcher,
Sans qu'elle ait rien à avouer !

1100.

Duel ert, se tu le suen cors ars.
Sire, Tristran est eschapez ;
Les plains, les bois, les pas, les guez
Set forment bien, et mot est fiers.

1100.

Grand deuil sera, si la brûlez !
Sire, Tristan s'est échappé ;
Plaines et bois, chemins et gués,
Il connaît tout, on le craindra !

1104.

Vos estes oncle et il tes niés :
A vos ne mesferoit il mie,
Mais vos barons, en vos ballie
S'il les trovout nes vilonast,

1104.

C'est votre neveu, n'est-ce pas ?
À vous il ne s'attaquerait ;
Mais vos barons, s'il les trouvait,
Les combattre ne manquerait,

1108.

Encor en ert ta terre en gast.
Sire, certes, nel quier noier,
Qui avroit sol un escuier
Por moi destruit ne a feu mis,

1108.

Votre royaume en pâtirait !
Sire, vraiment, vous le savez,
Qui me tuerait un écuyer,
Ou m'en brûlerait un, par foi !

1112.

Se iere roi de set païs,
Ses me me roit il en balence
Ainz que n'en fust prise venjance.
Pensez que de si franche feme,

1112.

Fût-il de sept pays le roi,
Les sept devraient en la balance
Mettre à éteindre ma vengeance.
Croyez-vous qu'une noble femme

1116.

Qu'il amena de lointain reigne,
Que lui ne poist s'ele est destruite ?
Ainz en avra encor grant luite.
Rois, rent la moi, par la merite

1116.

Amenée d'un lointain royaume
Il puisse la laisser périr ?
Non, certes pas sans coup férir !
Roi, donnez-la moi, je vous prie,

1120.

Que servi t'ai tote ma vite. »
Li tro par qui cest'ovre sort
Sont devenu taisant et sort ;
Qar bien sevent Tristran s'en vet,

1120.

Servi vous ai, toute ma vie ! »
Ceux qui ont fait ce mauvais tour
Sont devenus muets et sourds,
Car ils savent Tristan en route,

1124.

Mot grant dote ont qu'il nes aget.
Li rois prist par la main Dinas,
Par ire a juré saint Thomas
Ne laira n'en face justise

1124.

Et qu'il va les guetter, sans doute.
Le roi prend par la main Dinas,
Et jure devant Saint Thomas
Qu'il fera justice promise

1128.

Et qu'en ce fu ne soit la mise.
Dinas l'entent, Mot a grant duel.
Ce poise li : ja par son vuel
Nen iert destruite la roïne.

1128.

Et qu'au feu elle sera mise.
Dinas l'entend, grande est sa peine ;
Il n'admettra pas que la reine
Puisse être conduite au bûcher.

1132.

En piez se live o chiere encline :
« Rois, je m'en vois jusqu'a Dinan.
Par cel seignor qui fist Adan,
Je ne la verroie j'ardoir

1132.

Il s'est levé tête baissée :
« Roi, je retourne vers Dinan.
Par celui qui a fait Adam,
Je ne veux pas la voir brûler,

1136.

Por tot l'or ne por tot l'avoir
C'onques ourent li plus riche home
Que furent des le bruit de Rome. »
Puis monte el destrier, si s'en torne,

1136.

Pour tout l'or qu'ont pu amasser
Les plus riches de tous les hommes
Depuis que l'on a fondé Rome. »
Il est monté, il est allé,

1140.

Chiere encline, marriz et morne.
Iseut fu au feu amenee,
De gent fu tote avironee,
Que trestuit braient et tuit criënt,

1140.

Tête penchée, tout attristé.
On mène Yseut vers le bûcher,
Elle est par la foule entourée,
Et tous de crier, de hurler

1144.

Les traïtors le roi maudiënt.
L'eve li file aval le vis.
En un bliaut de paile bis
Estoit la dame estroit vestu

1144.

Contre le roi, ses conseillers.
Les larmes de ses yeux dévalent,
D'un bliaut de brocart gris pâle,
Elle est étroitement vêtue,

1148.

E d'un fil d'or menu cosu.
Si chevel hurtent a ses piez,
D'un filet d'or les a trechiez.
Qui voit son cors et sa fachon.

1148.

Par un fil d'or cousu menu.
Ses cheveux vont jusqu'à ses pieds
D'un mince filet d'or tressés.
Qui voit son maintien, son visage

1152.

Trop par avroit le cuer felon
Qui nen avroit de lié pitié.
Mot sont li braz estroit lïé.

1152.

Serait vraiment par trop peu sage
S'il n'avait pour elle pitié,
Tant ses bras sont liés serré !

§ Les Lépreux

§ Les lépreux

Un malade out en Lancien

Un lépreux vivait à Lantien

1156.

Par non fu apelé Iveïn :
A mervelle par fu desfait.
Acoru fu voier cel plait,
Bien out o lui cent compaignons

1156.

Qu'on appelait du nom d'Yvain,
Et qui était très mutilé.
Il était venu assister
Au jugement, avec cent autres

1160.

O lor puioz, o lor bastons :
Ainz ne veïstes tant si lait
Ne si boçu ne si desfait.
Chascun tenoit sa tartarie ;

1160.

Et leur béquilles, leurs bâtons.
Jamais d'aussi laids n'avez vus
De si défaits, de si bossus.
Chacun sa crécelle agitait,

1164.

Crïent au roi a voiz serie :
« Sire, tu veus faire justise,
Ta feme ardoir en ceste gise.
Granz est, mais se je ainz rien soi,

1164.

D'une voix sourde au roi criait :
« Sire tu crois donc te venger
En mettant ta femme au bûcher ?
Soit, mais je le sais bien pourtant,

1168.

Ceste justise durra poi.
Mot l'avra tost cil grant feu arse
Et la poudre cist venz esparse.
Cest feu charra : en ceste brese :

1168.

Peu durera ce châtiment !
Au bûcher sera tôt brulée,
Et sa cendre au vent dispersée.
Ce feu éteint, le châtiment

1172.

Ceste justise ert tost remese.
Tel justise de li ferez ;
Mais se vos croire me volez
Et que voudroit mex mort avoir ;

1172.

Ne sera que charbons ardents :
Mais si voulez m'écouter
D'elle vengeance tirerez
Telle que mieux vaudrait mourir

1176.

Qu'ele vivroit, et sans valoir,
Et que nus n'en orroit parler
Qui plus ne t'en tenist por ber.
Rois, voudroies le faire issi ? »

1176.

Plutôt que l'infamie subir.
Vite oublié ce jugement
Ne vous servirait pas, pourtant.
Sire, voulez-vous ça vraiment ? »

1180.

Li rois l'entent, si respondi :
« Se tu m'enseignes cest, sanz falle,
Qu'ele vivë, et que ne valle,
Gré t'en savrai, ce saches bien ;

1180.

Le roi l'écoute et il reprend :
« Dis-moi donc comment procéder
Pour qu'elle soit déshonorée :
Sache que je t'en saurai gré !

1184.

Et se tu veus, si pren du mien.
Onques ne fu dit tel maniere,
Tant dolerose ne tant fire,
Qui orendroit tote la pire

1184.

Tu pourras dans mes biens puiser.
Jamais encore on n'osa dire
La pire façon de punir,
La plus douloureuse qui soit ;

1188.

Seüst, por Deu le roi, eslire,
Que il n'eüst m'amor tot tens. »
Ivains respont : « Si con je pens
Je te dirai asez briment.

1188.

Mais qui le saurait, quel qu'il soit,
Aura mon amitié toujours. »
Yvain répond : « Ce sera court ;
Je vous dirai ce que je crois.

1192.

Veez : j'ai ci compaignon cent :
Yseut nos done, s'ert conmune.
Paior fin dame n'ot mais une.
Sire, en nos a si grant ardor

1192.

Voyez ces cent tout comme moi :
Qu'Yseut soit notre bien commun !
Jamais Dame n'eut pire fin...
Sire nous sommes si ardents

1196.

Soz ciel n'a dame qui un jor
Peüst soufrir nostre convers :
Li dras nos sont au cors aers.
O toi soloit estre a honor,

1196.

Qu'il n'est de femme un seul instant
Que nos étreintes, Roi, n'affolent,
Tant à la peau nos habits collent !
Avec vous elle était comblée

1200.

O vair, o gris et o baudor ;
Les buens vins i avoit apris
Es granz soliers de marbre bis.
Se la donez a nos meseaus,

1200.

De vair, de petit-gris, choyée,
Aimer le vin avait appris
Les salles tout de marbre gris.
À nous, lépreux, confiez-la,

1204.

Qant el verra nos bas bordeaus
Et eslira l'escüellier
Et l'estovra a nos couchier
(Sire, en leu de tes beauss mengiers,

1204.

Quand nos cabanes elle verra
Dans nos gamelles mangera
Et avec nous coucher devra...
Sire, au lieu de vos bons repas

1208.

Avra de pieces, de quartiers
Que l'en nos envoi'a cel hues),
Por cel seignor que maint lasus,
Qant or verra la nostre cort,

1208.

Détritus et déchets mangera,
Ce que l'on jette au caniveau !
Par le seigneur qui est là-haut,
Quand notre cour à nous verra,

1212.

Adonc verra son desconfort.
Donc voudroit miex morir que vivre,
Donc savra bien Yseut la givre
Que malement aura ovré :

1212.

Désespérée elle sera !
Yseut mourir voudra plutôt
Que vivre — elle saura bientôt
Qu'elle s'est très mal comportée

1216.

Mex voudroit estre arse en un ré. »

1216.

Et préfère brûler au bûcher ! »

NOTES

ref22 On notera la façon abrupte dont le texte passe d'un lieu à un autre.Voyez le manuscrit ICI.

Note1055 Les éditeurs considèrent qu'il y a ici une lacune. Matériellement, dans le manuscrit, rien ne le montre.

Dinan D'autres textes que celui de Béroul ont ici “Lidan”, toponyme attesté au pays de Galles. On peut y voir l'indice du fait que Béroul, soit par erreur instinctive, soit volontairement a localisé son texte en Bretagne plutôt qu'en Grande-Bretagne.

seneschaucie La sénéchaussée était une fonction mportante : le sénéchal était le responsable de la justice et de l'administration des domaines royaux.

une beauveisine La “maille” (ici celle de Beauvais) est une pièce de piètre valeur : la vingt-quatrième partie d'un sou.

Thomas Dans une étude que j'avais faite autrefois (“Dieu et les saints dans le Tristan de Béroul”), j'avais signalé l'association faite dans certaines “vies de saints” entre Saint Thomas et l'esprit de vengeance, à travers une anecdote fort cruelle(Voyez ICI l'extrait concerné de cette étude).

en Lancien Lantyan, un village de Cornouailles ; ici le copiste/auteur n'a pas jugé bon de “localiser” son texte ailleurs !...