prev

SOMMAIRE

prev

Épisode de “Marc aux oreilles de cheval”

Cet épisode est de toute évidence un “morceau” rajouté au texte par le jongleur/scripteur, pour plaire à son public, friand d'histoires extraordinaires et fort crédule... Il n'ajoute rien au déroulement des “aventures” de Tristan et Yseut, auxquelles il est mal intégré. Des chercheurs ont supposé que le jongleur/scripteur a utilisé le jeu de mots sur “Marc'h” qui signifie “oreille de cheval”, et “Marc”, le nom du roi.

1306.

Oiez du nain com au roi sert.
Un consel sot li nains du roi,

1306.

Mais du nain apprenez l'affaire :
Il savait sur le roi des choses

1308.

Ne sot que il. Par grant desroi
Le descovri : il fist que beste,
Qar puis en prist li rois la teste.
Li nain ert ivres, li baron

1308.

Lui seul, et un jour propose,
De les dire — et il fut très bête,
Car le roi fit sauter sa tête.
Comme il était ivre, les barons

1312.

Un jor le mistrent a raison
Que ce devoit que tant parloient,
Il et li rois, et conselloient.
« A celer bien un suen consel

1312.

Au nain posèrent la question :
Pourquoi tenait-il tant de fois
Conciliabule avec le roi  ?
« J'ai toujours caché cette chose

1316.

Mot m'a trové toz jors feel.
Bien voi que le volez oïr,
Et je ne vuel ma foi mentir.
Mais je merrai les trois de vos

1316.

Qu'il m'a confiée, et bouche close.
Je vois bien ce que vous voulez !
Si je ne peux le révéler,
Je mènerai trois d'entre vous

1320.

Devant le Gué Aventuros.
Et iluec a une aube espine,
Une fosse a soz la racine :
Mon chief porai dedenz boter

1320.

Au Gué Aventureux, c'est tout.
Et là se trouve une aubépine,
Et un fossé sous ses racines.
Je mettrai ma tête dedans,

1324.

Et vos m'orrez defors parler.
Ce que dirai, c'ert de segroi
Dont je sui vers le roi par foi. »
Li baron vienent a l'espine,

1324.

Du dehors m'entendrez parlant !
Je dirai le secret du roi
Pour qui j'ai engagé ma foi. »
Devant l'épine sont allés

1328.

Devant eus vient li nains Frocine.
Li nains fu cort, la teste ot grose.
Delivrement ont fait la fosse,
Jusq'as espaules li ont mis.

1328.

Les barons, et Frocin y est.
Grosse tête a le nain petit !
L'orifice ils ont agrandi,
Jusqu'aux épaules l'y ont mis.

1332.

« Or escoutez, seignor marchis !
Espine, a vos, non a vasal :
Marc a orelles de cheval. »
Bien ont oï le nain parler.

1332.

« Écoutez bien ce que je dis,
À l'épine, pas à vassal :
Marc a oreilles de cheval ! »
Ils ont bien entendu le nain.

1336.

S'avint un jor, après disner,
Parlout a ses barons roi Marc,
En sa main tint d'auborc un arc.
Atant i sont venu li troi

1336.

Après dîner le lendemain,
Parlait aux barons le roi Marc
Qui dans sa main tenait un arc.
Les trois sont venus près de lui,

1340.

A qui li nains dist le secroi,
Au roi diënt priveement :
« Roi, nos savon ton celement,
Que as orelles de cheval »

1340.

Ceux qui ont le secret appris.
Et ils lui ont dit en privé :
« Roi, nous connaissons le secret
De tes oreilles de cheval ! »

1344.

Li rois s'iraist et dist : « Ce mal
M'est avenu par ce devin :
Certes, ja ert fait de lui fin. »
Traist l'espee, le chief en prent.

1344.

Le roi se fâche et dit  : « ce mal
M'est advenu par ce devin !
Et je m'en vais hâter sa fin ! »
Au nain a fait sauter la tête.

1348.

Mot en fu bel a mainte gent,
Qui haoient le nain Frocine
Por Tristran e por la roïne.

1348.

Pour beaucoup c'est signe de fête :
Le nain Frocin vont haïssant
Méchant pour la reine et Tristan.