prev

SOMMAIRE

prev

Chez l'ermite Ogrin

§ L'ermite Ogrin

1351.

Seignors, mot avez bien oï

1351.

Seigneurs, vous avez entendu,

1352.

Comment Tristran avoit salli
Tot contreval par le rochier,
E Governal sor le destrier
S'en fu issuz, qar il cremoit

1352.

Comment Tristan s'est suspendu
À un rocher et a sauté ;
Et Gouvernal, sur son destrier,
S'est enfui, car il redoutait

1356.

Qu'il fu ars, se Marc le tenoit...
Or sont ensemble en la forest,
Tristran de veneison les pest.
Longuement sont en cel boschage.

1356.

Le bûcher, si Marc le tenait.
Ils sont ensemble en la forêt,
Tristan de gibier les repaît.
Dans ces bois longtemps sont restés

1360.

La ou la nuit ont heberjage,
Si s'en trestornent au matin.
En l'ermitage frere Ogrin
Vindrent un jor, par aventure.

1360.

Et là où la nuit ont passé
Ils s'en vont vite le matin ;
L'ermitage de Frère Ogrin
Un jour ont trouvé d'aventure :

1364.

Aspre vie meinent et dure :
Tant s'entraiment de bone amor
L'un por l'autre ne sent dolor.
Li hermites Tristran connut,

1364.

Ils ont mené vie âpre et dure,
Mais ils s'aiment tant et si bien,
Ni l'un ni l'autre ne s'en plaint.
L'ermite Tristan connaissait ;

1368.

Sor sa potence apoié fu ;
Aresne le, oiez comment :
« Sire Tristran, grant soirement
A l'en juré par Cornoualle,

1368.

Sur son bâton il s'appuyait,
Et à Tristan s'adresse ainsi :
« Sire Tristan, partout on dit
En Cornouailles, que celui

1372.

Qui vus rendroit au roi, sans falle
Cent mars avroit a gerredon.
En ceste terre n'a baron
Au roi ne l'ait plevi en main,

1372.

Qui au roi vous amène, le prix
De cent marcs en échange aura.
Les barons de ce pays-là
Au roi ont alors tous juré,

1376.

Vos rendre a lui o mort ou sain. »
Ogrins li dist mot bonement :
« Par foi ! Tristran, qui se repent
Par foi et par confession,

1376.

Que mort ou vif seriez livré ! »
Ogrin lui dit aimablement
« Ma foi, Tristan, qui se repent
De bonne foi, par confession

1380.

Deu du pechié li fait pardon. »
Tristran li dit : « Sire, par foi,
Se ele m'aime en bone foi,
Vos n'entendez pas la raison :

1380.

De Dieu peut obtenir pardon. »
Tristan, dit : « Seigneur, par ma foi,
Elle m'aime de bonne foi,
Vous n'en savez pas la raison !

1384.

S'el m'aime, c'est par la poison.
Ge ne me pus de lié partir,
N'ele de moi, n'en quier mentir. »
Ogrins li dist : « Et quel confort

1384.

Si elle m'aime, c'est la potion,
Qu'elle a bue — et je ne puis pas
M'en séparer, je ne mens pas !
Ogrin répond : peut-on encore

1388.

Puet on doner a home mort ?
Assez est mort qui longuement
Gist en pechié, s'il ne repent.
Doner ne puet nus penitance

1388.

Sauver un homme déjà mort ?
Celui qui a péché est mort
S'il ne se repent de ses torts.
Je ne puis donner pénitence

1392.

A pecheor sanz repentance. »
L'ermite Ogrins mot les sarmone,
Du repentir consel lor done.
Li hermites sovent lor dit

1392.

Au pécheur sans sa repentance. »
L'ermite les a sermonnés
Repentir leur a conseillé.
Il leur rappelle les écrits

1396.

Les profecies de l'escrit,
Et mot lor amentoit sovent
L'ermite le Dé jugement.
A Tristran dist par grant desroi :

1396.

Du Livre où tout a été dit.
Et il leur rappelait souvent
De Dieu le vrai commandement.
À Tristan, tristement il dit :

1400.

« Que feras tu ? Conselle toi.
— Sire, j'am Yseut a mervelle,
Si que n'en dor ne ne somelle.
De tot en an le consel pris :

1400.

« Que vas-tu faire ? Réfléchis !
— Sire, j'aime Yseut tellement
Je n'en dors plus depuis longtemps.
J'ai réfléchi, c'est décidé

1404.

Mex aim o li estre mendis
Et vivre d'erbes et de glan
Q'avoir le reigne au roi Otran.
De lié laisier parler ne ruis,

1404.

J'aime mieux près d'elle mendier
Me nourrir d'herbes et de glands
Plutôt que vivre comme Otran.
Je ne pourrais pas l'oublier

1408.

Certes, quar faire ne le puis. »
Iseut au pié l'ermite plore,
Mainte color mue en poi d'ore,
Mot li crie merci sovent :

1408.

Même si vous le demandez. »
Yseut pleure aux pieds de l'ermite ;
Son visage en est changé vite.
Elle réclame sa pitié,

1412.

« Sire, por Deu omnipotent,
Il ne m'aime pas, ne je lui,
Fors par un herbé dont je bui
Et il en but : ce fu pechiez.

1412.

« Sire, par Dieu en Majesté,
Si je l'aime et il m'aime aussi,
C'est que j'ai bu, et lui aussi
Ce philtre — notre seul péché :

1416.

Por ce nos a li rois chaciez. »
Li hermites tost li respont :
« Diva, cil Dex qui fist le mont,
Il vos donst voire repentance. »

1416.

Marc pour cela nous a chassés ! »
L'ermite lui a répondu :
« Dieu par qui ce monde est venu
Accepte votre repentir. »

1420.

Ce saciez de voir, sanz dotance,
Cele nuit jurent chiés l'ermite ;
Por eus esforça mot sa vite.

1420.

Et sachez bien, sans vous mentir,
Chez l'ermite ce soir ont dormi :
Il change sa règle de vie.

NOTES

Otran Dans le cycle épique de Guillaume d'Orange, Otran est le roi sarrasin de Nîmes, qui incarne la richesse féérique de l'Orient.