prev

SOMMAIRE

prev

La vie sauvage. Husdent.

1423.

Au matinet s'en part Tristrans.

1423.

De bon matin s'en va Tristan.

1424.

Au bois se tient, let les plains chans.
Li pain lor faut, ce est grant deus.
De cers, de biches, de chevreus
Ocist asez par le boscage.

1424.

Va dans les bois, laisse les champs.
De pain ils doivent faire leur deuil,
Mais de cerfs, biches et chevreuils,
Au bois il a beaucoup chassé.

1428.

La ou prenent lor herbergage,
Font lor cuisine e lor beau feu.
Sol une nuit sont en un leu.
Seignors, oiez con por Tristran

1428.

Pour la nuit se sont arrêtés,
Ils ont cuisiné sur leur feu ;
Seule une nuit sont en un lieu.
Seigneurs ! Sachez, contre Tristan

1432.

Out fait li rois crïer son ban !
En Cornoualle n'a paroise
Ou la novele n'en angoise
Que, qui porroit Tristran trover,

1432.

Le roi a fait crier son ban !
En Cornouailles n'est paroisse
Où ne s'en répande l'angoisse.
Car si quelqu'un trouve Tristan

1436.

Que l'en feïst le cri lever.
Qui veut oïr une aventure,
Com grant chose a a noreture,
Si m'escoute un sol petitet !

1436.

Partout doit aller le criant.
Qui veut entendre un beau récit
Montrant dressage réussi,
Qu'il veuille m'écouter un peu !

§ Le chien Husdent

§ Le chien Husdent

1440.

Parler m'orez d'un buen brachet :
Quens ne rois n'out tel berserez.
Il ert isneaus et toz tens prez,
Quar il ert bauz, legiers, non lenz,

1440.

D'un brave chien parler je veux
Comtes ni rois n'eurent jamais
Tel chien de chasse toujours prêt,
Si agile, si beau, si bon,

1444.

Et si avoit a nom Husdenz.
Lïez estoit en un landon.
Li chiens gardoit par le donjon ;
Qar mis estoit a grant freor,

1444.

Husdent s'appelait de son nom.
À un billot on l'attachait,
Et depuis le donjon il guettait,
Car il avait grande frayeur

1448.

Qant il ne voiet son seignor.
Ne vout mengier ne pain ne past
Ne nule rien qu'en li donast ;
Guignout et si feroit du pié,

1448.

De ne plus revoir son seigneur.
Il ne mangeait pâté ni pain
De ce qu'on lui donnait : plus rien !
Ses yeux clignaient et il pleurait,

1452.

Des uiz lermant : Dex ! qel pitié
Faisoit a mainte gent li chiens !
Chascun disoit : « S'il estoit miens.
Gel metroie del landon fors ;

1452.

Tapait du pied, pitié faisait
A tous les gens ce pauvre chien !
Chacun disait : « S'il était mien,
Je lui enlèverais sa laisse,

1456.

Quar, s'il enrage, ce ert deus.
Ahi ! Husdent, ja tex brachetz
N'ert mais trové qui tant set prez
Ne tel duel face por seignor ;

1456.

Pour qu'en sa rage, il ne nous blesse !
Ah ! Husdent ! On ne retrouvera
Jamais braque si vif que toi,
Si dévoué à son Seigneur !

1460.

Beste ne fu de tel amor.
Salemon dit que droituriers
Que ses amis, c'ert ses levriers.
A vos le poon nos prover :

1460.

Jamais bête ne fut meilleure !
Salomon dit que son vrai ami
C'était son lévrier, pardi !
Par ton exemple, c'est prouvé :

1464.

Vos ne volez de rien goster,
Pus que vostre sire fu pris.
Rois, quar soit fors du landon mis ! »
Li rois a dit a son corage :

1464.

Tu ne veux rien du tout manger
Depuis que ton sire fut pris.
Roi, sa laisse, alors ôte-lui ! »
Le roi alors tient ce langage :

1468.

« Por son seignor croi qu'il enrage.
Certes, mot a li chiens grant sens :
Je ne quit mais q'en nostre tens,
En la terre de Cornoualle,

1468.

« Je crois que pour son maître enrage.
C'est un chien très intelligent :
Jamais, je crois, de notre temps,
Sur nos terres de Cornouailles,

1472.

Ait chevalier qui Tristran valle. »
De Cornoualle baron troi
En ont araisoné le roi :
« Sire, quar deslïez Husdant !

1472.

Aucun ne fut qui Tristan vaille. »
Et trois barons cornouaillais
Au roi cette demande ont fait :
« Sire, Husdent faites délier  !

1476.

Si verron bien certainement
Se il meine ceste dolor
Por la pitié de son seignor ;
Quar ja si tost n'ert deslïez

1476.

Et nous saurons, en vérité,
Si sa souffrance, que l'on voit,
Vient de l'amour qu'au maître doit.
Sitôt que détaché sera,

1480.

Qu'il ne morde, s'est enragiez,
Ou autre rien ou beste ou gent :
S'avra la langue overte au vent. »
Li rois apele un escuier

1480.

S'il est enragé il mordra,
Qui que ce soit, ou bête ou gens
Il aura la langue qui pend. »
Le roi appelle un écuyer

1484.

Por Husdan faire deslïer.
Sor bans, sor seles puient haut,
Quar le chien criement de prin saut.
Tuit disoient : « Husdent enrage. »

1484.

Pour Husdent faire détacher.
Tous sur les tables ont sauté
Par les bonds du chien effrayés.
« Husdent a la rage ! » s'écrient.

1488.

De tot ce n'avoit il corage.
Tantost com il fu deslïez,
Par mié les renz cort, esvelliez,
Que onques n'i demora plus.

1488.

Pourtant ce n'était pas ainsi.
Et sitôt qu'il fut délié
Entre les rangs court, aux aguets,
Et n'y demeure plus longtemps.

1492.

De la sale s'en ist par l'us,
Vint a l'ostel ou il soloit
Trover Tristran. Li rois le voit,
Et li autre qui après vont.

1492.

La salle quitte maintenant,
Et vient au logis où il croit
Trouver Tristan. Le roi le voit,
Et tous les autres l'ont suivi.

1496.

Li chiens escrie, sovent gront,
Mot par demeine grant dolor.
Encontré a de son seignor.
Onques Tristran ne fist un pas,

1496.

Le chien aboie, et grogne aussi,
On voit que grand est son chagrin.
Sur la trace du maître vint,
Jamais Tristan n'a fait un pas

1500.

Qant il fu pris, qu'il dut estre ars,
Que li brachez n'en aut après.
Et dit chascun de venir mès.

1500.

Quand il fut pris et s'échappa
Que le chien après n'ait refait,
Et chacun suivre le voulait.

NOTES

son seignor On peut remarquer que pendant la majeure partie de l'épisode, le jongleur ne nomme pas ce “maître”, qui, bien sûr, est Tristan. Peut-être une façon de piquer la curiosité des auditeurs ?