prev

SOMMAIRE

prev

Yseut et Tristan se séparent.

§ Marc dicte son message au Chapelain § Conseils de l'ermite à Tristan § Échange de présents avant la séparation

Le Roi Marc, après s'être fait lire le message de Tristan, consulte ses “barons” qui lui conseillent de reprendre Yseut, mais de ne pas reprendre Tristan à son service. Marc fait aussitôt écrire sa réponse par son Chapelain, et le fait porter à l'endroit convenu. Tristan, “à la mi-nuit” vient prendre la réponse, et la fait lire à l'ermite Ogrin (on voit par là que Tristan ne sait pas lire...) Ogrin lit donc la lettre de Marc, qui propose un rendez-vous pour la “remise” d'Yseut en un endroit dénommé “Gué Aventureux”. Tristan et Yseut ont de la peine à se séparer, mais ils s'y résignent néanmoins, non sans échanger des présents qui témoigneront de leur attachement réciproque. C'est à cette occasion que Béroul emploie une expression qui fera date (v. 2722), celle de “fine amors”, cet amour “chaste”, dont les troubadours feront souvent usage.

2621.

Li baron oient la demande
Que por la fille au roi d'Irlande
Offre Tristran vers eus batalle.

2621.

Tous ont entendu la demande :
Pour la fille du Roi d'Irlande,
Tristan s'offre à livrer bataille.

2624.

N'i a baron de Cornoualle
Ne die : « Rois, ta feme pren.
Onques cil n'orent nul jor sen
Qui ce distrent de la roïne

2624.

Tous les barons de Cornouailles,
Disent  : « Roi, ta femme reprends !
Ils ne sont pas intelligents
Ceux qui ont médit de la reine

2628.

Dont la parole est ci oïe.
Ne te sai pas consel doner
Tristran remaigne deça mer :
Au riche roi aut, en Gavoie

2628.

Et raconté choses malsaines.
Nous ne pouvons te conseiller
De laisser Tristan demeurer :
Qu'il aille en Galles chez le roi

2632.

A qui li rois escoz gerroie.
Si se porra la contenir,
Et tant porrez de lui oïr...
Vos manderez por lui, qu'il vienge.

2632.

Qui contre l'Écosse guerroie.
Il pourra bien s'y installer ;
Et si vous l'entendez vanter,
Vous lui direz de revenir !

2636.

Ne savon el qel voie tienge.
Mandez par brief que la roïne
Vos ameint ci a brief termine. »

2636.

Ou il ira, ne pouvons dire.
Écrivez-lui pour qu'il ramène
Au plus vite, vers vous, la reine. »

§ Marc dicte son message au Chapelain

§ Marc dicte son message au Chapelain

Li rois son chapelain apele :

Marc au chapelain a crié  :

2640.

« Soit fait cist brief o main isnele.
Oï avez que i metroiz.
Hastez le brief : mot sui destroiz,
Mot a ne vi Yseut la gente ;

2640.

« Faites la lettre sans tarder !
Vous savez ce que vous mettrez ;
Dépéchez-vous, je suis pressé !
De si longtemps n'ai vu Yseut...

2644.

Trop a mal trait en sa jovente.
Et qant li brief ert seelez,
A la Croiz Roge le pendez ;
Ancor enuit i soit penduz.

2644.

Son jeune âge fut malheureux !
Et quand le pli sera scellé
À la Croix-Rouge le pendrez :
Que dès ce soir il y soit mis,

2648.

Escrivez i par moi saluz. »
Qant l'ot li chapelain escrit,
A la Croiz Roge le pendit.
Tristran ne dormit pas la nuit.

2648.

Et mon salut y soit écrit. »
Quand le chapelain eut fini,
À la Croix-Rouge a mis ce pli.
Tristan n'en dormit de la nuit !

2652.

Ainz que venist la mie nuit,
La Blanche Lande out traversee,
La charte porte seelee.
Bien sout l'estre de Cornoalle.

2652.

Et quand ce fut vers la mi-nuit,
La Blanche Lande a traversée,
Et emporta le pli scellé :
Il connaissait bien la contrée !

2656.

Vient a Ogrin, il la li balle.
Li hermite la chartre a prise,
Lut les letres, vit la franchise
Du roi, qui pardonne a Yseut

2656.

À Ogrin la lettre a porté,
Et l'ermite en ses mains la prend,
La bonté du roi y apprend
Qui veut pardonner à Yseut

2660.

Son mautalent, et que il veut
Reprenre la tant bonement ;
Vit le terme d'acordement.
Ja parlera si com il doit

2660.

Sa mauvaise conduite, et veut
La reprendre tout simplement :
C'est la fin des égarements !
Il parlera comme il le doit

2664.

Et con li hon qui an Deu croit :

2664.

Et comme un homme plein de foi :

§ Conseils de l'ermite à Tristan

§ Conseils de l'ermite à Tristan

« Tristran, quel joie t'est creüe !
Ta parole est tost entendue,
Que li rois la roïne prent.

« Tristan, quelle chance tu as !
Ton souhait entendu sera :
Le roi la reine reprendra.

2668.

Loé li ont tote sa gent ;
Mais ni li osent pas loer
Toi retenir a soudeier.
Mais va servir en autre terre

2668.

Tous ses gens ont souhaité ça,
Mais ils n'osent lui conseiller
Dans sa garde de t'enrôler.
Va-t-en plutôt servir ailleurs

2672.

Un roi a qui on face gerre,
Un an ou deus. Se li rois veut,
Revien a lui et a Yseut.
D'ui en tierz jor, sanz nul deçoivre,

2672.

Un roi en guerre, à ta valeur,
Un an ou deux ; si le roi veut
Vers lui reviendras — et Yseut.
Dans les trois jours, dernier délai

2676.

Est li rois prest de lié reçoivre.
Devant le Gué Aventuros
Est li plez mis d'eus et de vos :
La li rendroiz, iluec ert prise.

2676.

Le roi pour la voir sera prêt.
Devant le gué Aventureux
Là où la rencontre aura lieu,
Vous la rendrez, il la prendra !

2680.

Cist briés noient plus ne devise.
— Dex ! » dist Tristran, « quel departie !
Mot est dolenz qui pert s'amie.
Faire l'estuet, por la souferte

2680.

Son message s'achève là.
— Dieu ! dit Tristan, nous séparer ?
Quelle douleur de vous laisser...
Mais je dois le faire pourtant :

2684.

Que vos avez por moi fors trete :
N'avez mestier de plus soufrir.
Qant ce vendra au departir,
Ge vos dorrai ma druerie,

2684.

De moi avez enduré tant !
Vous ne devez plus en souffrir.
Quand l'heure sera de partir,
J'aurai pour vous douce pensée,

2688.

Vos moi la vostre, bele amie.
Ja ne serai en cele terre
Que ja me tienge pais ne gerre
Que mesage ne vos envoi.

2688.

Et vous, de moi la même aurez.
Toujours, de n'importe où sur terre,
Que je sois en paix ou en guerre,
Vous aurez nouvelles de moi.

2692.

Bele amie, remandez moi
De tot en tot vostre plesir. »

2692.

Et vous, belle amie, donnez-moi,
De vos nouvelles, franchement. »

§ Échange de présents avant la séparation

§ Échange de présents avant la séparation

Iseut parla o grant sospir :
« Tristan, entent un petitet :

Yseut alors en soupirant :
« Écoutez-moi un peu, Tristan !

2696.

Husdent me lesse, ton brachet.
Ainz berseret a veneor
N'ert gardé e a tel honor
Con cist sera, beaus douz amis.

2696.

Laissez-moi votre chien Husdent :
Jamais ne sera chien de chasse
Aussi bien traité que ne fasse
Pour celui-ci, mon doux ami.

2700.

Qant gel verrai, ce m'est avis,
Memberra moi de vos sovent.
Ja n'avrai si le cuer dolent,
Se je le voi, ne soie lie.

2700.

En le voyant, à mon avis,
De vous me fera souvenir.
Et jamais ne pourrai souffrir
Sans que sa vue ne me console.

2704.

Ainz, puis que la loi fu jugie,
Ne fu beste si herbergie
Ne en si riche lit couchie.
Amis Tristan, j'ai un anel :

2704.

Depuis la divine Parole,
Jamais ne fut si bien traitée
Bête, et si richement couchée.
Ami Tristan, j'ai un anneau

2708.

Un jaspe vert a u seel.
Beau sire, por l'amor de moi,
Portez l'anel en vostre doi ;
Et s'il vos vient, sire, a corage

2708.

En jaspe vert, avec un sceau.
Beau sire, pour l'amour de moi,
Portez-le donc à votre doigt ;
Et si jamais vous m'envoyez

2712.

Que me mandez rien par mesage,
Tant vus dirai, ce saciez bien,
Certes, je n'en croiroie rien,
Se cest anel, sire, ne voi ;

2712.

Un message pour me parler,
Je vous le dis, croyez-le bien,
Sachez que je n'en croirai rien
Si cet anneau, Sire, n'y vois.

2716.

Mais, por defense de nul roi,
Se voi l'anel, ne lairai mie,
Ou soit savoir ou soit folie,
Ne face çou que il dira

2716.

Mais nul interdit d'aucun roi
Voyant l'anneau, à aucun prix,
Que ce soit sagesse ou folie,
Ne m'empêchera d'écouter

2720.

Qui cest anel m'aportera,
Porce qu'il soit a nostre anor :
Je vos pramet par fine amor
Amiz, dorrez me vos tel don,

2720.

Qui l'anneau m'aura apporté,
S'il ne nuit pas à mon honneur :
Je le promets du fond du cœur
Ami, ce don me ferez-vous ?

2724.

Husdant le baut, par le landon ? »
Et il respont : « La moie amie,
Husdant vos doins par druërie.
— Sire, c'est la vostre merci.

2724.

Husdent le vif m'offrirez-vous ? »
Il lui répond : « Ma chère amie,
Oui, de tout mon cœur le voici.
— Sire je vous en sais gré

2728.

Qant du brachet m'ayez seisi,
Tenez l'anel, de gerredon. »
De son doi l'oste, met u son.
Tristan en bese la roïne,

2728.

De m'avoir votre chien confié,
En échange, prenez l'anneau ! »
Elle ôte de son doigt l'anneau.
Tristan la reine a embrassé,

2732.

Et ele lui, par la saisine.

2732.

Et elle aussi : ils sont liés.

NOTES

fine amor L'expression “fine amor” qui figure ici dans le texte et que l'on retrouve souvent chez les troubadours, est à peu près impossible à traduire, car elle correspond à des conventions “courtoises”, assez ambiguës, et qui ne subsistent plus dans la société actuelle (dommage ?) L'expression que j'emploie ici est donc approximative : elle supposerait une longue périphrase !