prev

SOMMAIRE

prev

Dernier entretien de Tristan et Yseut.

§ Conseils d'Yseut à Tristan

On peut s'étonner de voir un « ermite » aussi riche... et tant dépenser habiller pour la reine ! mais le mot « barate » (v. 2842) autorise à penser que peut-être il a « fait mettre cela sur le compte... » de Marc ?
Le texte de Béroul, retombe ensuite, en quelque sorte, dans les « morceaux de bravoure » bien connus, que l'on trouve dans presque tous les romans de chevalerie : assemblée de gens de toutes sortes, description des costumes et des armes, et parfois réflexions du public. Tout cela relève de la rhétorique habituelle, des séries de vers probablement mémorisés, susceptibles d'être replacés en divers endroits. On voit très bien cela même chez Chrétien de Troyes, par exemple vers la fin, dans le « Tournoi de Noauz ».
Mais avant de se quitter, pour de bon, Tristan et Yseut ont encore le temps de se parler, et Yseut, fine mouche, conseille à Tristan d'aller se cacher en attendant de savoir comment Marc se comportera envers elle  !
Le texte est ici corrompu en plusieurs endroits, et des vers ont probablement été interpolés.

2733.

Li hermites en vet au Mont,
Por les richeces qui la sont.
Assés achate ver et gris,

2733.

L'ermite s'est rendu au Mont
Pour les richesses qui y sont,
Achète vair et petit-gris,

2736.

Dras de soie et porpre bis,
Escarlates et blanc chainsil,
Asez plus blanc que flor de lil,
Et palefroi souef anblant,

2736.

Des draps de soie et pourpre aussi,
De l'écarlate et toile lisse,
Plus blanche que la fleur de lys,
Un palefroi marchant à l'amble,

2740.

Bien atorné d'or flamboiant ;
Ogrins l'ermite tant achate
Et tant acroit et tant barate
Pailes, vairs et gris et hermine

2740.

Bien harnaché d'or ce me semble ;
Ogrin l'ermite achète tant,
Tant en entasse en marchandant,
De vairs, de brocart et d'hermine

2744.

Que richement vest la roïne.
Par Cornoualle fait huchier
Li rois s'acorde a sa mollier :
« Devant le Gué Aventuros

2744.

Que richement vêtit la reine.
Le roi annonce en Cornouaille
De sa femme ses retrouvailles :
« Devant le Gué Aventureux

2748.

Iert pris acordement de nos. »
Oï en ont par tot la fame ;
N'i remest chevalier ne dame
Que ne vienge a cel'asenblee.

2748.

Seront réconciliés tous deux ! »
La rumeur s'en est répandue ;
Chevaliers ni dames non plus
N'ont voulu manquer l'assemblée

2752.

La roïne ont mot desirree :
Amee estoit de tote gent,
Fors des felons que Dex cravent !
Tuit troi en orent tel soudees :

2752.

La reine, ils l'ont tant regrettée !
Tous les gens l'aiment tant ici...
Mais les félons, Dieu les punit !
Tous trois ont cela cher payé :

2756.

Li dui en furent mort d'espees,
Li tierz d'une seete ocis ;
A duel morurent el païs.
Li forestiers quis encusa

2756.

Deux ont péri à coups d'épée,
Par une flèche le troisième
Ils sont morts dans leur pays même.
Le forestier qui dénonça

2760.

Mort crüele n'en refusa ;
Quar Perinis, li frans, li blois,
L'ocist puis d'un gibet el bois.
Dex les venga de toz ces quatre,

2760.

Tristan et Yseut, mort trouva :
Perinis, noble et blond, au bois
De sa fronde l'exécuta.
Dieu les vengea de tous les quatre,

2764.

Que vout le fier orguel abatre.
Seignors, au jor du parlement
Fu li rois Marc o mot grant gent.
La out tendu maint pavellon

2764.

Car l'orgueil insolent veut abattre !
Seigneurs, au jour de l'assemblée,
Marc et ses gens y sont allés.
Ils ont tendu maints pavillons

2768.

Et mainte tente de baron :
Loin ont porpris la praerie.
Tristran chevauche o s'amie,
Tristran chevauche et voit le merc.

2768.

Beaucoup de tentes de barons :
Ils en ont couvert la prairie.
Tristan vient avec son amie,
Jusqu'à la borne a chevauché.

2772.

Souz son bliaut ot son hauberc ;
Quar grant poor avoit de soi,
Por ce qu'il out mesfait au roi.
Choisi les tentes par la pree,

2772.

Son haubert a dessous passé,
Car il craint beaucoup le combat,
Pour ce qu'il fit subir au roi.
Il voit les tentes sur les prés

2776.

Conut le roi et l'asenblee.
Iseut apelle bonement :
« Dame, vos retenez Hudent.
Pri vos, por Deu, que le gardez ;

2776.

Et voit le roi et l'assemblée.
À Yseut dit très gentiment :
« Dame veuillez garder Husdent.
Par Dieu je veux vous en prier,

2780.

S'onques m'amastes, donc l'amez.
Vez la le roi, vostre seignor,
O lui li home de s'onor.
Nos ne porron mais longuement

2780.

Aimez-le, si vous m'avez aimé !
Voyez le roi, avec les hommes
Qui font partie de son royaume.
Nous ne pourrons plus bien longtemps

2784.

Aler nos deus a parlement.
Je voi venir ces chevaliers
Et le roi et ses soudoiers,
Dame, qui vienent contre nos.

2784.

Nous entretenir librement.
Je vois venir ces chevaliers,
Le roi avec ses familiers :
Dame, nous serons tôt devant eux !

2788.

Por Deu, le riche glorios,
Se je vos mant aucune chose,
Hastivement ou a grant pose,
Dame, faites mes volentez.

2788.

Par devers Dieu, puissant, glorieux,
Si de vous quelque chose attends
En hâte, ou bien tranquillement ,
Dame, faites à ma volonté.

§ Conseils d'Yseut à Tristan

§ Conseils d'Yseut à Tristan

2792.

— Amis Tristran, or m'escoutez.
Par cele foi que je vos doi,
Se cel anel de vostre doi
Ne m'envoiez, si que jel voie,

2792.

— Ami Tristan, qui m'écoutez,
En vous j'ai mis toute ma foi ;
Si cet anneau, de votre doigt,
À moi il ne le montre pas,

2796.

Rien qu'il deïst ge ne croiroie...
Mais, des que reverrai l'anel,
Ne tor ne mur ne fort chastel
Ne me tendra ne face errant

2796.

Ne croirai rien qu'il me dira.
Mais dès que j'aurai vu cet anneau,
Ni mur ni tour de nul château
Ne pourra m'empêcher de faire

2800.

Le mandement de mon amant,
Solonc m'enor et loiauté
Et je sace soit vostre gré.
— Dame, » fait il, « Dex gré te sace ! »

2800.

De mon bien-aimé la prière,
En tout honneur et loyauté
Et agir selon votre gré.
— Il dit : Dame, à Dieu rendez grâce ! »

2804.

Vers soi l'atrait, des braz l'embrace.
Yseut parla, qui n'ert pas fole :
« Amis, entent à ma parole.
— Or me fai dont bien a entendre.

2804.

À lui l'attire et il l'embrasse.
Yseut répond, qui n'est pas folle :
« Ami, entendez mes paroles !
— Alors faites-vous bien comprendre... 

2808.

— Tu me conduiz, si me veuz rendre
Au roi, par le consel Ogrin,
L'ermite, qui ait bone fin.
Por Deu vos pri, beaus douz amis,

2808.

Vous me conduisez pour me rendre
Au roi, sur le conseil d'Ogrin
L'ermite — qu'il ait douce fin !
Mais je prie Dieu, beau doux ami

2812.

Que ne partez de cest païs
Tant qos saciez conment li rois
Sera vers moi, iriez ou voirs.
Gel prié, qui sui ta chiere drue,

2812.

Que vous ne quittiez le pays
Avant de voir comment le roi
Doux ou fâché sera pour moi.
Moi qui suis votre douce amie,

2816.

Qant li rois m'avra retenue,
Que chiés Orri le forestier
T'alles la nuit la herbergier.
Por moi sejorner ne t'ennuit !

2816.

Quand le roi m'aura avec lui,
Je vous en prie, veuillez aller
Trouver Orri le forestier
Et y loger sans trop d'ennui !

2820.

Nus i geümes mainte nuit,
(2823)En nostre lit que nos fist faire...
(2834)Li troi qui nos quierent moleste
Mal troveront en la parfin :

2820.

Nous y avons passé la nuit
Souvent dans le lit fait pour nous.
Les trois qui cherchent à nous nuire
Connaîtront un bien triste sort !

2824.

Li cors giront el bois, sovin.
Enfer ovre, qui les tranglote !
Beau chiers amis, et g'en ai dote :
(2839)Ges dot, quar il sont mot felon...

2824.

Dans les bois seront trouvés morts,
Et l'Enfer les engloutira !
Bien cher ami, je vois cela
Et j'en ai peur ; ils sont félons !

2828.

(2824)El buen celier, soz le buron,
Seras entrez, li miens amis.
Manderai toi par Perinis
Les noveles de la roi cort.

2828.

Dans le cellier du cabanon,
Très cher ami, serez en paix
Par Perinis, je vous ferai
Donner nouvelles de la cour.

2832.

Li miens amis, que Dex t'enort !
Ne t'ennuit pas la herbergier !
Sovent verrez mon mesagier :
Manderai toi de ci mon estre

2832.

Ami, Dieu soit votre secours !
De ce gîte ne vous lassez,
Souvent mon messager verrez :
De mes nouvelles recevrez

2836.

(2832 ?)Par mon vaslet et a ton mestre...
(2841 ?)— Non fera il, ma chiere amie. [Note]
Qui vos reprovera folie
Gart soi de moi et d'anemi !

2836.

Par votre maître et mon valet...
Il n'en fera rien, chère amie ! [Note]
Qui vous reprochera folie
Devra me craindre comme diable !

2840.

— Sire, » dist Yseut, « grant merci !
Or sui je mot boneüree :
A grant fin m'avez asenée. »

2840.

— Sire, vous êtes bien aimable,
Et j'en suis très reconfortée :
La bonne voie m'avez montrée. »

NOTES

Mont Le Mont Saint-Michel de Cornouailles, d'après A. Ernout et J. Loth.

moleste Le texte est probablement corrompu en cet endroit, et plus loin encore aussi. Je suis la reconstitution proposée par Muret/Defourques, avec interpolation et interversion probable de deux vers. La rime est donc absente ici. Et le rappel des « trois » semble bien être un « raccord ».

Note Le passage est corrompu ; certains éditeurs ont pensé qu'il pouvait y avoir eu une interpolation entre les vers 2836 et 2832, 2837 et 2841.