prev

SOMMAIRE

prev

Arrivée à la cour et séparation.

§ Les “barons” montent Marc contre Tristan

Rencontre de Tristan accompagné d'Yseut et du roi Marc. Un évocation assez délicate de la beauté d'Yseut.Tristan déclare qu'il accepte de combattre pour défendre l'honneur de la reine. Les “barons” s'emploient à convaincre Marc de se débarrasser de Tristan — et c'est ce qu'il décide finalement de faire.

2843.

Tant sont alé et cil venu

2843.

Les uns vers les autres venus,

2844.

Qu'il s'entrediënt lor salu.
Li rois venoit mot fierement
Le trait d'un arc devant sa gent :
O lui Dinas, qui, de Dinan.

2844.

Ils ont échangé des saluts.
Le roi venait très fièrement,
À portée d'arc devant ses gens,
Avec lui Dinas de Dinan.

2848.

Par la reigne tenoit Tristran
La roïne, qui conduioit.
La, salua si com il doit :
« Rois, ge te rent Yseut la gente :

2848.

Par les rênes, tenait Tristan
De la reine le destrier.
Alors le roi a salué :
« Roi, je te rends la noble Yseut.

2852.

Hon ne fist mais plus riche rente.
Ci voi les homes de ta terre
Et, oiant eus, te vuel requerre
Que me sueffres a esligier

2852.

Il n'est cadeau plus précieux.
Je vois les hommes de ta terre,
Et les entendant, te requiers
De bien vouloir m'autoriser

2856.

Et en ta cort moi deraisnier
C'onques o lié n'oi druërie,
Ne ele o moi, jor de ma vie.
Acroire t'a l'en fait mençonge ;

2856.

Devant ta cour me justifier
Prouver que ni moi ni Yseut
N'avons été des amoureux :
Tu l'as cru et c'est un mensonge !

2860.

Mais, se Dex joie et bien me donge,
Onques ne firent jugement.
Combatre a pié ou autrement
Dedenz ta cort, sire, m'en soffre.

2860.

Mais que Dieu m'aide et me protège
Jamais on n'en fit jugement.
Combattre à pied ou autrement
Devant ta cour, Sire, je veux,

2864.

Se sui dannez, si m'art en soffre,
Et, se je m'en puis faire sauf,
Qu'il n'i ait chevelu ne chauf... [Note 2866]
Si me retien ovocques toi,

2864.

Et si coupable, aller au feu !
Si je m'en tire la vie sauve,
Alors ni chevelu ni chauve... [Note 2866]
Si tu me retiens avec toi,

2868.

O m'en irai en Loenoi. »
Li roi a son nevo parole.
Andrez, qui fu nez de Nicole,
Li a dit : « Rois, quar le retiens,

2868.

Sinon j'irai en Loonois. »
Le roi à Tristan a parlé.
André, qui à Lincoln fut né,
Lui dit : « Retiens-le, roi,

2872.

Plus en seras doutez et criens. »
Mot s'en faut poi que ne l'otroie,
Le cuer forment l'en asouploie.
A une part li rois le trait ;

2872.

Tu en seras plus redouté. »
De peu s'en faut qu'il ait dit oui :
Son cœur s'est beaucoup attendri.
Il fait venir Tristan à part,

2876.

La roïne ovoc Dinas let,
Que mot par ert voirs et loiaus
Et d'anor faire conmunax.
O la roïne geue et gabe,

2876.

D'Yseut et Dinas le sépare ;
Dinas est très loyal et franc,
Avec les gens très avenant ;
Avec Yseut a plaisanté,

2880.

Du col li a osté la chape,
Qui ert d'escarlate mot riche.
Ele out vestu une tunique
Desus un grant bliaut de soie.

2880.

Sa cape lui a fait ôter,
En écarlate magnifique.
Elle portait une tunique
Sur la soie d'un fort grand bliaut ;

2884.

De son mantel que vos diroie ?
Ainz l'ermite, qui l'achata,
Le riche fuer ne regreta.
Riche ert la robe et gent le cors :

2884.

Et que vous dire du manteau ?
L'ermite, lui qui l'acheta
Jamais son prix ne regretta.
Riche robe, beau corps dessous :

2888.

Les eulz out vers, les cheveus sors.
Li senechaus o lié s'envoise.
As trois barons forment en poise :
Mal aient il, trop sont engrès !

2888.

Ses yeux sont verts, ses cheveux roux.
Le Sénéchal rit avec elle,
Les barons sont fâchés contre elle...
Qu'ils soient maudits, ces malfaisants !

§ Les “barons” montent Marc contre Tristan

§ Les “barons” montent Marc contre Tristan

2892.

Ja se trairont du roi plus près :
« Sire, » font il, « a nos entent :
Consel te doron bonement.
La roïne a esté blasmee

2892.

Du roi sont allés s'approchant :
« Sire », font-ils, « écoute-nous !
Un bon conseil aura de nous :
La reine a été bafouée,

2896.

Et foï hors de ta contree.
Se a ta cort resont ensemble,
Ja dira l'en, si con nos senble
Que en consent lor felonie :

2896.

Elle a fui hors de la contrée.
Si on les voit ici ensemble,
On pourra dire à ce qu'il semble,
Qu'on y accepte des félons !

2900.

Poi i avra que ce ne die.
Lai de ta cort partir Tristran :
Et, qant vendra jusq'a un an,
Que tu seras aseürez

2900.

Rares seront qui le nieront !
De ta cour, fais partir Tristan ;
Et alors, si au bout d'un an,
Tu as pu vraiment t'assurer

2904.

Qu'Yseut te tienge loiautez,
Mande Tristran qu'il vienge a toi.
Ce te loons par bone foi. »
Li rois respont : « Que que nus die,

2904.

D'Yseut et de sa loyauté,
Dis lui qu'il revienne vers toi.
Nous le disons de bonne foi. »
Le roi répond : « Quoi qu'on en dise,

2908.

De vos consel n'istrai je mie. »
Ariere en vienent li baron,
Por le roi content sa raison.
Quant Tristran oit n'i a porloigne,

2908.

Par vous, ma décision est prise. »
Vers Tristan venus, les barons
Du roi content la décision.
Tristan voit le moment venir

2912.

Que li rois veut qu'il s'en esloigne,
De la roïne congié prent ;
L'un l'autre esgarde bonement.
La roïne fu coloree,

2912.

Que le roi veut le voir partir.
De la reine il a pris congé,
Longuement se sont regardés ;
La reine même en a rougi

2916.

Vergoigne avoit por l'asenblee.
Tristran s'en part, ce m'est avis :
Dex ! tant cuer fist le jor pensis !
Li rois demande ou tornera.

2916.

De honte devant ceux d'ici.
Tristan s'en va — il est parti.
Dieu ! Que de cœurs en sont transis !
Le roi demande où il ira ;

2920.

Qant qu'il voudra, tot li dorra ;
Mot par li a a bandon mis
Or et argent et vair et gris.
Tristran dist : « Rois de Cornoualle,

2920.

Lui donnera ce qu'il voudra :
À sa demande seront mis
Or et argent, et vair et gris.
Tristan au roi de Cornouailles

2924.

Ja n'en prendrai mie maalle.
A qant que puis vois a grant joie,
Au roi riche que l'en gerroie. »
Mot out Tristran riche convoi

2924.

Dit  : « Ne prendrai un sou qui vaille.
Avec ce que j'ai m'en irai
Pour un roi puissant me battrai. »
Tristan fut bien accompagné :

2928.

Des barons et de Marc le roi.

2928.

Roi et barons l'ont escorté.

NOTES

Note 2866 Ici, une lacune dans le texte, certainement.

gris La fourrure appelée aussi “petit-gris”.