prev

SOMMAIRE

prev

Le Roi Arthur soutiendra la cause d'Yseut.

§ Périnis chez le roi Arthur § Gauvain, Girflet, Evains soutiendront Yseut § Arthur soutiendra Yseut

Périnis arrive chez le Roi Arthur et lui transmet le message d'Yseut. Il plaide sa cause et celle de Tristan, et dit que le roi Marc est hésitant... mais que date est prise pour un tournoi judiciaire au “Gué Aventureux”, et que la reine lui demande d'être son garant, de venir avec ses chevaliers. Gauvain et Girflet se déclarent prêts à combattre pour Yseut contre “les félons”. Arthur acquiesce à la demande d'Yseut, il promet de venir avec ses gens pour la soutenir. Périnis repart vers la cour de Marc. Arthur lui fait un bout de conduite, et en récompense de sa conduite, lui donne les armes d'un chevalier et promet de l'adouber.

3376.

A un pastor qui chalemele
A demandé : « Ou est li rois ?
— Sire, » fait il, « il sit au dois.
Ja verroiz la Table Reonde,

3376.

Au berger jouant du pipeau,
« Où est le roi ? » demande-t-il.
— À table, Sire, répond-il.
Vous allez voir la Table Ronde

3380.

Qui tornoie comme le monde.
Sa mesnie sit environ. »
Dist Perinis : « Ja en iron. »
Li vaslet au perron decent,

3380.

Qui tourne comme fait le monde,
Et tous ses gens assis autour.
Périnis dit : « Alors j'y cours. »
Le valet descend les degrés,

3384.

Maintenant s'en entra dedanz.
Mot i avoit filz a contors
Et filz a riches vavasors,
Qui servoient por armes tuit.

3384.

Et dans le palais est entré.
Nombreux sont les fils de seigneurs
Et ceux des riches vavasseurs,
Attendant tous d'être adoubés.

3388.

Uns d'eus s'en part, con s'il s'en fuit ;
Il vint au roi, et cil l'apele :
« Va, dont vien tu ? — J'aport novele :
La defors a un chevauchant,

3388.

L'un d'eux sortit, s'est élancé,
Vers le roi, qui l'interpelle :
« Pourquoi viens-tu ? — Pour la nouvelle :
Il y a là un cavalier

3392.

A grant besoin te va querant. »

3392.

Qui veut vraiment vous rencontrer. »

§ Périnis chez le roi Arthur

§ Périnis chez le roi Arthur

A tant estes vos Pirinis :
Esgardez fu de maint marchis ;
Devant le roi vint a l'estage

Quand Perinis est arrivé ;
Tous les seigneurs l'ont regardé.
Devant le roi s'est avancé,

3396.

Ou seoient toz li barnage.
Li vaslet dit tot a seür :
« Dex saut, » fait il, « le roi Artur,
Lui et tote sa compagnie,

3396.

L'estrade où tous sont installés.
Le valet leur a dit, pour sûr :
« Dieu protège le Roi Arthur,
Lui et toute sa compagnie,

3400.

De par la bele Yseut s'amie ! »
Li rois se lieve sus des tables :
« Et Dex, » fait il, « espiritables
La saut et gart, et toi, amis !

3400.

A dit Yseut, sa belle amie ! »
Le roi s'est levé de la table
« Que Dieu qui est si charitable,
La protège, et toi-même aussi !

3404.

Dex ! » fait li rois, « tant ai je quis
De lié avoir un sol mesage !
Vaslet, voiant cest mien barnage,
Otroi a li qant que requiers.

3404.

Dieu ! Cela fait longtemps, ami,
Que j'attendais un tel message !
Garçon, devant ces personnages,
Ce qu'elle veut, ce sera fait.

3408.

Toi tiers seras fet chevaliers,
Por le mesage a la plus bele
Qui soit de ci jusqu'en Tudele
— Sire, » fait il, « vostre merci !

3408.

Toi et deux autres adouberai,
Pour le message de la belle,
La plus belle jusqu'à Tudèle.
— Sire, fait-il, mille mercis !

3412.

Oiez por qoi sui venu ci ;
Et si entendent cil baron,
Et mes sires Gauvain par non.
La roïne s'est acordee

3412.

Sachez pourquoi je suis ici,
Et que m'entendent vos barons,
Et lui, dont Gauvain est le nom :
La reine s'est réconciliée

3416.

A son seignor, n'i a celee :
Sire, la ou il s'acorderent,
Tuit li baron du reigne i erent.
Tristran s'offri a esligier

3416.

Avec le roi, sans se cacher :
Sire, là où cela fut fait,
Les nobles du royaume étaient.
Tristan proposa de se battre

3420.

Et la roïne a deraisnier,
Devant le roi, de loiauté.
Ainz nus de trestot le barné
Ne vout armes saisir ne prendre.

3420.

Pour les accusations combattre,
Prouver d'Yseut la loyauté.
Mais aucun de ces chevaliers
Contre lui s'armer n'a voulu,

3424.

Sire, or font le roi Marc entendre
Que il prenge de lié deraisne.
Il n'a frans hon, François ne Sesne,
A la roi cort, de son linage.

3424.

Marc maintenant ont convaincu
D'exiger serment de la reine.
Mais il n'est Saxon ni personne
En cette cour, de son lignage.

3428.

Ge oi dire que souef nage
Cil qui on sostient le menton.
Rois, se nos ja de ce menton,
Si me tenez a losengier.

3428.

On dit que de celui qui nage
Il faut soulever le menton.
Si ce que je dis n'est pas bon,
Alors je ne suis qu'un menteur.

3432.

Li rois n'a pas coraige entier,
Senpres est ci et senpres la.
La bele Yseut respondu l'a
Qu'ele en fera droit devant vus.

3432.

Le roi fort indécis demeure,
Tantôt ceci et tantôt cela.
La belle Yseut promis lui a
De se justifier devant vous

3436.

Devant le Gué Aventuros
Vos requier et merci vos crie,
Conme la vostre chiere amie,
Que vos soiez au terme mis,

3436.

Au Gué Aventureux — c'est tout !
Je vous demande et vous supplie
De la part d'Yseut, votre amie,
Que vous veniez au jour fixé

3440.

Cent i aiez de vos amis.
Vostre cors set atant loial,
Vostre mesnie natural.
Dedevant vos iert alegiee,

3440.

Avec cent de vos chevaliers.
Elle sait que vous êtes loyal,
Et votre suite, c'est normal ;
Devant vous sera disculpée ;

3444.

Et Dex la gart que n'i meschiee !
Que, pus li serïez garant,
N'en faudrïez ne tant ne quant.
D'ui en huit jors est pris li termes. »

3444.

Dieu veuille bien la protéger !
Alors ses garants vous serez,
Roi, vous ne sauriez y manquer :
Dans huit jours parleront les armes.  »

3448.

Plorer en font o groses lermes :
N'i a un sol qui de pitié
N'en ait des euilz le vis mollié.
« Dex ! » fait chascun, « que li demandent ?

3448.

Tous en versent de grosses larmes :
Il n'en est un qui n'ait pitié
Et n'ait le visage mouillé.
« Dieu ! se dit-on, que de demandes !

3452.

Li rois fait ce que il commandent,
Tristran s'en vet fors du païs.
Ja ne voie il en paradis,
Se li rois vait, qui la n'ira

3452.

Le roi fait ce qu'ils lui commandent :
Tristan va quitter le pays.
Pas de paradis pour celui,
Qui pour Arthur, là-bas, n'ira

3456.

Et qui par droit ne l'aidera ! »

3456.

Et comme il faut ne l'aidera ! »

§ Gauvain, Girflet, Evains soutiendront Yseut

§ Gauvain, Girflet, Evains soutiendront Yseut

Gauvain s'en est levez en piez,
Parla et dist comme afaitiez :
« Oncle, se j'ai de toi l'otrise,

Gauvain s'est levé, il a dit
Les mots qu'on attendait de lui :
« Oncle si tu me le permets,

3460.

La deresne qui est assise
Torra a mal as trois felons.
Li plus coverz est Guenelons :
Gel connois bien, si fait il moi.

3460.

L'épreuve fixée désormais
Finira mal pour les félons.
Le plus perfide est Ganelon ;
Je le connais, il me connaît,

3464.

Gel boutai ja an un fangoi,
A un bohort fort et plenier.
Se gel retien, par Saint Richier,
N'i estovra Tristran venir.

3464.

Car autrefois, choir, je l'ai fait
Lors d'un tournoi, dans un bourbier.
Si je le tiens, par saint Riquier,
Tristan n'aura pas à venir :

3468.

Se gel pooie as poins tenir,
Ge li feroie asez ennui
Et lui pendrë an un haut pui. »
Gerflet s'en lieve enprès Gauvain

3468.

Si je parviens à le tenir,
Je vindrai vite à bout de lui,
Le ferai pendre en haut d'un puy. »
Girflet se lève après Gauvain

3472.

Et si s'en vindrent main a main.
« Rois, mot par heent la roïne
Denaalain et Godoïne
Et Guenelon, mot a lonc tens.

3472.

Et s'avancent main dans la main.
« Roi, ils ont détesté la reine
Denoalain et Godoïne,
Et Ganelon, depuis longtemps.

3476.

Ja ne me tienge Dex en sens,
Se vois encontre Godoïne,
Se de ma grant lance fresnine
Ne pasent outre li coutel,

3476.

Que Dieu me réduise à néant,
Si ayant touché Godoïne
Avec ma lance de bon frêne,
De sa pointe il ne soit percé  !

3480.

Ja nen embraz soz le mantel
Bele dame dosoz cortine. »
Perinis l'ot, le chief li cline.
Dit Evains, li filz Urïen :

3480.

Que dames ne puisse embrasser
En douce, dessous la courtine ! »
Périnis approuve et s'incline.
Alors Evains, le fils d'Urien :

3484.

« Asez connois Dinoalain :
Tot son sens met en acuser,
Bien set faire le roi muser,
Tant li dira que il me croie.

3484.

« Je connais bien Denoalain.
Il ne cherche qu'à dénoncer,
Le roi se fait manipuler ;
Mais moi il devra m'écouter !

3488.

Se je l'encontre enmié ma voie,
Con je fis ja une autre foiz,
Ja ne m'en tienge lois ne fois,
S'il ne se puet de moi defendre,

3488.

Si je venais à le croiser
Comme ce fut une autre fois
N'y pourront rien, ni loi, ni foi,
Si à bout de lui je venais

3492.

S'a mes deus mains ne le fais pendre.
Mot doit on felons chastïer.
Du roi joent si losengier. »
Dist Perinis au roi Arthur :

3492.

De mes deux mains je le pendrais !
Ces félons, il faut les châtier
Qui du roi savent se jouer. »
Périnis dit au roi Arthur :

3496.

« Sire, je sui de tant seür
Que li felon prendront colee,
Qui la roïne ont quis meslee.
Ainz a ta cort n'ot menacié

3496.

« Sire, j'en suis tout à fait sûr,
Les félons en auront grand-peine
D'avoir tant dénigré la reine ;
Jamais en ta cour ne s'est plaint

3500.

Home de nul luitain reigné
Que n'en aiez bien trait a chief :
Au partir en remestrent grief
Tuit cil qui l'ourent deservi. »

3500.

Nul homme d'un pays lointain
Sans qu'aussitôt n'interveniez.
Et pour finir, l'ont regretté
Tous ceux qui l'avaient mérité. »

§ Arthur soutiendra Yseut

§ Arthur soutiendra Yseut

3504.

Li rois fu liez, un poi rougi :
« Sire vaslez, alez mangier.
Cist penseront de lui vengier. »
Li rois en son cuer out grant joie ;

3504.

Le roi en rougit, enchanté :
« Mon jeune ami, allez manger.
Nous ici saurons la venger. »
La joie au cœur du roi fut grande

3508.

Parla, bien vout Perinis l'oie :
« Mesnie franche et honoree,
Gardez qu'encontre l'asenblee
Soient vostre cheval tuit gras,

3508.

Et pour que Périnis l'entende,
Il dit  : « Mes braves chevaliers
Pour le jour convenu, ayez
Des chevaux prêts et bien allants

3512.

Vostre escu nuef, riche vus dras.
Bohorderons devant la bele
Dont vos oiez tuit la novele.
Mot porra poi sa vie amer

3512.

Écus neufs, et beaux vêtements.
Nous jouterons devant la belle,
Dont vous avez eu les nouvelles.
Il pourra craindre pour son âme,

3516.

Qui se faindra d'armes porter. »
Li rois les ot trestoz semons :
Le terme heent qui'st si lons,
Lor vuel fust il a l'endemain.

3516.

Celui qui ne prendra les armes. »
Le roi les a tous convoqués :
Le temps leur pèse, ils sont pressés,
Demain voudraient la date, en somme.

3520.

Oiez du franc de bone main :
Perinis le congié demande.
Li rois monta sur Passelande,
Qar convoier veut le meschin.

3520.

Voici ce que fit le jeune homme :
Périnis son congé demande,
Et le roi monte Passelande
Pour accompagner le garçon.

3524.

Contant vont par mié le chemin :
Tuit li conte sont de la bele
Qui metra lance par astele.
Ainz que parte li parlemenz,

3524.

En chemin se parlent, ils vont,
En devisant d'Yseut la belle :
Bien des lances seront pour elle !
Mais le roi cessant de parler

3528.

Li rois offre les garnemenz
Perinis d'estre chevalier,
Mais il nes vout encor ballier.
Li rois convoié l'a un poi,

3528.

À Périnis, a fait donner
L'équipement du chevalier,
Mais lui hésite à l'accepter.
Le roi l'a donc accompagné

3532.

Por la bele franche au chief bloi,
Ou il n'a point de mautalent :
Mot en parloient en alent.
Li vaslez out riche convoi

3532.

Pour la belle aux cheveux dorés
Qui ignore méchanceté.
En cheminant, d'elle ont parlé.
La plus belle escorte qui soit

3536.

Des chevaliers et du franc roi ;
A grant enviz sont departiz.
Li rois le claime : « Bel amis,
Alez vos en, ne demorez.

3536.

Pour un valet, celle d'un roi !
À grand regret quand il partit
Le roi lui a dit : « Bel ami,
Allez maintenant et sans tarder,

3540.

Vostre dame me salüez
De son demoine soudoier,
Qui vient a li por apaier.
Totes ferai ses volentez,

3540.

Votre Dame allez saluer
De la part de son serviteur
Qui viendra apaiser sa peur.
Je ferai toutes ses volontés,

3544.

Por lié serai entalentez.
El me porra mot avancier.
Membre li de l'espié lancier,
Qui fu en l'estache feru :

3544.

Pour elle suis tout dévoué,
Elle saura me faire valoir :
Rappelez-lui donc cette histoire
De lance dans le poteau :

3548.

Elle savra bien ou ce fu.
Prié vos que li dïez einsi.
— Rois, si ferai, gel vos afi. »
Adont hurta l'eschaceor.

3548.

Elle s'en souviendra bientôt...
Rapportez-lui ce que j'ai dit !
— Roi, je le ferai, c'est promis ! »
Il éperonne son coursier,

3552.

Li rois se rest mis el retor.
Cil s'en vient : son mesage a fait
Perinis qui tant mal a trait
Por le servise a la roïne.

3552.

Le roi, lui, s'en est retourné.
Périnis part sur son cheval
Pour elle s'est donné du mal
Pour le message de la reine.

3556.

Comme plus puet et il chemine ;
Onques un jor ne sejorna
Tant qu'il vint la dont il torna.
Raconté a sa chevauchie

3556.

À toute vitesse il chemine,
Sans se reposer un seul jour,
Jusqu'à ce qu'il soit de retour.
Sa chevauchée a raconté

3560.

A celui qui mot en fu lie,
Du roi Artur et de Tristran.
Cele nuit furent a Lidan.
Cele nuit fu la lune dime.

3560.

A celle qui en est flattée,
Parla d'Arthur et de Tristan.
Elle était cette nuit à Lidan,
Et de la Lune, dixième jour.

NOTES

Tudele Ville de la Navarre espagnole. Il est curieux et intéressant de noter que cette ville est également citée dans la Chanson de Roland (Laisse XIV), où son évocation est bien plus justifiée que dans un poème dont l'action est censée se dérouler en Cornouailles et en Irlande... Même si l'on considère qu'il s'agit d'une “amplification rhétorique”, la mention de cette ville-là ne manque pas d'être curieuse. le jongleur connaissait-il la “Chanson de Roland” ? Pourquoi pas ? 

Passelande C'est un des noms traditionnels du cheval du Roi Arthur.