prev

SOMMAIRE

prev

Le serment ambigu et fin.

§ Tristan tue le forestier § Préparatifs de la cérémonie § Discours d'Arthur § Le “serment ambigu” d'Yseut § Nouveau complot § Tristan tue Denoalain § Tristan tue Godoïne à l'arc

Scènes de tournoi, assez conventionnelles, si ce n'est que Tristan et Gouvernal qui y prennennt part ont dissimulé leur visage et leurs armes. Prouesses de Tristan. Évocation du campement des “deux rois”. Discussion entre le roi Arthur et le roi Marc. Arthur prend le parti d'Yseut, et reproche à Marc sa naïveté envers les “félons”. Cérémonie en grande pompe sur les “reliques” pour le serment. Yseut jure... “qu'entre ses jambes nul n'entra / Sauf le lépreux qui la porta” ! Malgré ce serment et leur éviction par Marc, les “félons” reprennent bientôt leurs agissements... Un “espion” leur indique le moyen de voir ce qui se passe dans la chambre de la reine. Tristan qui survient tue l'un d'entre eux, mais ensuite, ayant retrouvé la reine, c'est elle qui s'aperçoit qu'on les épie, et demande à Tristan de décocher une flèche vers le mur... Et il tue Godoïne qui était derrière.
Le texte s'arrête à cet endroit, le manuscrit est incomplet.

Chascun monte sor son destrier,

4003. Chacun monte son destrier,

4004.

Chascun out çaint le brant d'acier.
Einsi armé, sor lor chevaus,
Par un vert pré, entre deus vaus,
Sordent sus en la Blanche Lande.

4004.

Chacun prend son épée d'acier.
Ainsi armés, sur leurs chevaux
Ils s'en vont par monts et par vaux,
Et viennent en la Blanche Lande.

4008.

Gauvains, li niés Artus, demande
Gerflet : « Vez en la deus venir,
Qui mot vienent de grant aïr.
Nes connois pas : Ses tu qu'il sont ?

4008.

Gauvain, neveu d'Arthur, demande
À Girflet : « Qui donc sont ces deux,
Qui viennent en piquant des deux.
Je ne le connais pas — et toi ? »

4012.

— Ges connois bien, » Girflet respont.
« Noir cheval a et noire enseigne :
Ce est li Noirs de la Montaigne.
L'autre connois as armes vaires,

4012.

— Je le connais fort bien, ma foi :
Cheval noir, et enseigne noire,
“De la Montagne”, c'est “Le Noir”.
L'autre a des armes coloriées

4016.

Qar en cest païs n'en a gaires.
Il sont faé, gel sai sanz dote. »
Icil vindrent fors de la rote,
Les escus près, lances levees,

4016.

On en voit peu dans la contrée.
Ce sont des magiciens, sans doute.
Hors la foule, suivent leur route
Leurs écus prêts, lances levées,

4020.

Les enseignes au fer fermees.
Tant bel portent lor garnementz
Conme s'il fusent né dedenz.
Des deus parolent assez plus

4020.

Et les pennons aux fers fixés,
Si fiers dans leur harnachement,
On croirait qu'ils sont nés dedans  !
Et sur ces deux vont les murmures

4024.

Li rois Marc et li rois Artus
Qu'il ne font de lor deus compaignes,
Qui sont laïs es larges plaignes.
Es rens perent li dui sovent,

4024.

Du roi Marc et du roi Arthur
Bien plus que sur leurs propres gens
Là, dans la plaine, chevauchant.
Les deux se montrent dans les rangs

4028.

Esgardé sont de mainte gent.
Parmié l'angarde ensemble poignent,
Mais ne trovent a qui il joignent.
La roïne bien les connut :

4028.

Et sont admirés par les gens.
À l'avant-garde vont tous deux
Personne ne se joint à eux.
La reine les a reconnus :

4032.

A une part du renc s'estut,
Ele et Brengain. Et Andrez vint
Sor son destrier ses armes tint ;
Lance levee, l'escu pris,

4032.

Un peu à l'écart est venue
Avec Brangien. Andret survient
Sur son destrier ses armes tient,
Lance levée, l'écu tenant,

4036.

A Tristran saut en mié le vis.
Nu connoisoit de nule rien,

4036.

Et de face attaque Tristan !
Qui il était, il n'a pas su,

§ Tristan tue le forestier

§ Tristan tue le forestier

Et Tristran le connoisoit bien.
Fiert l'en l'escu, en mié la voie

Mais Tristan, lui, l'a reconnu.
Sur son écu, il l'a frappé

4040.

L'abat et le braz li peçoie.
Devant les piez a la roïne
Cil jut sanz lever sus l'eschine.
Governal vit le forestier

4040.

L'a abattu, le bras brisé.
Aux pieds de la reine est tombé
Sa tête ne peut relever !
Gouvernal voit le forestier

4044.

Venir des tres, sor un destré,
Qui vout Tristran livrer a mort
En sa forest, ou dormoit fort.
Gran aleüre a lui s'adrece,

4044.

Venir de loin sur son destrier,
Qui la mort de Tristan voulait
Quand il dormait dans la forêt.
Contre lui s'élance très fort,

4048.

Ja ert de mort en grant destrece.
Le fer tranchant li mist el cors,
O l'acier bote le cuir fors.
Cil chaï mort, si c'onques prestre

4048.

Et l'autre sent déjà la mort.
Le fer tranchant lui a planté
Dans le corps et l'a transpercé.
Il meurt si vite qu'aucun prêtre

4052.

N'i vint a tens ne n'i pot estre.
Yseut, qui ert et franche et sinple,
S'en rist doucement soz sa ginple.
Gerflet et Cinglor et Ivain,

4052.

Auprès de lui ne pouvait être.
Yseut si noble et si loyale
En rit en secret sous son voile.
Girflet et Cinglor et puis Yvain,

4056.

Tolas et Coris et Vauvain
Virent laidier lor compaignons :
« Seignors, » fait Gaugains, « que ferons ?
Li forestier gist la baé.

4056.

Taulas et Coris et Gauvain
Voient leurs compagnons maltraités :
« Seigneurs », fait Gauvain, « Vous voyez ?
Le forestier gît bouche bée...

4060.

Saciez que cil dui sont faé.
Ne tant ne qant nes connoisons :
Or nos tienent il por bricons.
Brochons a eus, si les faut prendre.

4060.

Ces deux-là sont comme des fées !
En rien nous ne les connaissons,
Ils nous prennent pour des poltrons !
Attaquons-les ! Il faut les prendre ! »

4064.

— Quis nos porra, » fait li rois, « rendre
Mot nos avra servi a gré. »
Tristran se trait aval au gé,
Et Governal, outre passerent.

4064.

Le roi dit : « Ce serait nous rendre
Un grand service, en vérité. »
Tristan vers le gué est allé,
Avec Gouvernal, a traversé.

4068.

Li autre sire nes oserent,
En pais remestrent, tuit destroit ;
Bien penserent fantosme soit.
As herberges vuelent torner,

4068.

Les autres ne l'ont pas osé,
Ils sont restés figés, saisis :
Pour des fantômes les ont pris.
Ils veulent revenir aux tentes

4072.

Qar laisié ont le bohorder.
Artus la roïne destroie.
Mot li senbla brive la voie
Qui la voie aloignast sor destre.

4072.

Pensant abandonner les joutes.
Mais Arthur la reine convoie,
Brève lui a semblé la voie
Quand le chemin tournait à droite...

4076.

...................................................

4076.

...................................................

§ Préparatifs de la cérémonie

§ Préparatifs de la cérémonie

Descendu sont a lor herberges.
En la lande out assez herberges :
Mot en costerent li cordel.

Aux tentes, de cheval descendent,
Il y en a tant sur la lande,
Avec des haubans chers et beaux.

4080.

En leu de jonc et de rosel,
Glagié avoient tuit lor tentes.
Par chemins vienent et par sentes ;
La Blanche Lande fu vestue,

4080.

Au lieu de joncs et de roseaux,
De fleurs le sol était jonché.
Tous arrivent par les sentiers
La Blanche Lande en est remplie ;

4084.

Maint chevalier i out sa drue.
Cil qui la fu enz en la pree
De maint grant cerf ot la menee.
La nuit sejornent an la lande.

4084.

Beaucoup sont avec leur amie.
Ceux qui étaient là sur les prés
Ont pu de beaux grand cerfs chasser.
Les rois ont dormi sur la lande,

4088.

Chascuns rois sist a sa demande.
Qui out devices n'est pas lenz :
Li uns a l'autre fait presenz.
Ly rois Artus, après mengier,

4088.

Ils sont nombreux, qui les quémandent,
Les plus riches donnent souvent
Aux uns, aux autres, des présents.
Le roi Arthur, après dîner,

4092.

Au tref roi Marc vait contoier,
Sa privee maisni'en maine.
La ot petit de dras de laine,
Tuit li plusor furent de soie.

4092.

À Marc, en sa tente, est allé,
Et avec lui ses gens emmène.
Bien peu ont des habits de laine,
Nombreux sont ceux de soie vêtus.

4096.

Des vesteüres que diroie
De laine ? Qui out drap de laine,
Escarlate ce fu en graine,
Mot ot gent de riche atorz.

4096.

De leurs vêtements que j'ai vus,
Si c'est de laine, cette laine
Est rouge, et d'écarlate pleine ;
Beaucoup portaient riches atours,

4100.

Nus ne vit deus plus riches corz :
Mestier nen est dont la nen ait.
En pavellons ont joie fait.
La nuit devisent lor afaire,

4100.

Jamais n'y eut si riches cours :
Ici on a ce qu'on demande.
Dans les tentes la joie est grande,
Et puis on parle de l'affaire :

4104.

Conment la franche debonere
Se doit deraisnier de l'outrage,
Voiant les rois et lor barnage.
Couchier s'en vait li rois Artus

4104.

Comment la reine pourra faire
Pour se disculper des soupçons
Devant les rois et leurs barons ?
Le roi Arthur part se coucher,

4108.

O ses barons et o ses druz.
Maint calemel, mainte troïne,
Qui fu la nuit en la gaudine
Oïst an pavellon soner.

4108.

Avec ses gens, ses familiers.
Maint chalumeau et mainte corne,
Qui sur la lande s'en retourne
Entend dans les tentes jouer.

4112.

Devant le jor prist a toner :
A fermeté, fu de chalor.
Les gaites ont corné le jor ;
Par tot commencent a lever,

4112.

Au matin, on entend tonner :
L'orage vient de la chaleur.
Le jour ont sonné les guetteurs ;
Partout voici les gens levés ;

4116.

Tuit sont levé sanz demorer.
Li soleuz fu chauz sor la prime,
Choiete fu et nielle et frime.
Devant les tentes as deus rois

4116.

Tout le monde s'est empressé.
De bonne heure le soleil a lui
Brume et fraîcheur se sont enfuis.
Les rois devant leur tente, ensemble,

4120.

Sont asenblé Corneualois :
N'out chevalier en tot le reigne
Qui n'ait o soi a cort sa feme.
Un drap de soie, un paile bis

4120.

Ceux de Cornouailles rassemblent :
Tous les chevaliers du royaume
Avec eux amenaient leur femme.
Un brocart beige, et un tapis

4124.

Devant le tref au roi fu mis :
Ovrez fu en bestes, menuz.
Sor l'erbe vert fu estenduz.
Li dras fu achaté en Niques.

4124.

Devant la tente au roi ont mis ,
D'animaux finement brodé.
Sur l'herbe verte ont étalé
Ce tapis venant de Nicée.

4128.

En Cornoualle n'ot reliques
En tresor ne en filatieres,
En aumaires n'en autres bieres,
En fiertes n'en escrinz n'en chases,

4128.

De Cornouailles, ont amené
Les reliques et les trésors
Des armoires et coffres forts
Des écrins et des reliquaires,

4132.

En croiz d'or ne d'argent, n'en mases,
Sor le paile les orent mises,
Arengies, par ordre asises.
Li roi se traient une part :

4132.

Des croix en or, des aumônières.
Et sur le brocart étalé,
En bon ordre les ont placés.
Les rois se tiennent à l'écart,

4136.

Faire i volent loial esgart.

4136.

Pour y porter juste regard.

§ Discours d'Arthur

§ Discours d'Arthur

Li rois Artus parla premier,
Qui de parler fu prinsautier :
« Rois Marc, » fait il, « qui te conselle

Arthur le roi parle en premier,
Il avait hâte de parler :
« Roi Marc, fait-il, qui t'a poussé

4140.

Tel outrage si fait mervelle :
Certes, » fait il, « sil se desloie.
Tu es legier a metre en voie,
Ne dois croire parole fause.

4140.

En cette affaire t'a trompé. »
« Certes, cela est détestable !
Vous êtes trop influençable,
Ne croyez pas à ces mensonges !

4144.

Trop te feroit amere sause,
Qui parlement te fist joster.
Mot li devroit du cors coster
Et ennuier, qui voloit faire.

4144.

C'est une chose qui vous ronge,
Que ce jugement vouloir faire.
Il devrait le payer bien cher,
Et regretter, qui l'a voulu.

4148.

La franche Yseut, la debonere,
Ne veut respit ne terme avoir.
Cil puënt bien de fi savoir,
Qui vendront sa deresne prendre,

4148.

La noble Yseut, comme ingénue
Ne veut ni sursis ni délai ;
Il doivent savoir pour de vrai,
Tous ceux qui ici vont se rendre,

4152.

Que ges ferai encore pendre,
Qui la reteront de folie
Pus sa deresne, par envie :
Digne seroient d'avoir mort.

4152.

Que pour sûr je les ferai pendre,
Ceux qui ainsi l'accusent, tous,
Car c'est la haine qui les pousse.
Ils auront bien mérité la mort !

4156.

Or oiez, roi : qui ara tort,
La roïne vendra avant,
Si qel verront petit et grant,
Et si jurra o sa main destre,

4156.

Vous verrez, sire, qui aura tort.
La reine viendra là, devant,
Pour que la voient petits et grands ;
Sur les reliques, posera

4160.

Sor les corsainz, au roi celestre
Qu'el'onques n'ot amor commune
A ton nevo, ne deus ne une,
Que l'en tornast a vilanie,

4160.

Sa main droite, et puis jurera
Que jamais d'amour ne connut
Votre neveu, et qu'elle n'eut
Pour lui nulle pensée malsaine,

4164.

N'amor ne prist par puterie.
Dan Marc, trop a ice duré :
Qant ele avra eisi juré,
Di tes barons qu'il aient pes.

4164.

Jamais pour lui d'amour vilaine.
Roi Marc, cela a trop duré :
Quand elle aura ainsi juré,
Dites à vos barons de se taire !

4168.

— Ha ! sire Artus, qu'en pus je mes ?
Tu me blasmes, et si as droit,
Quar fous est qui envieus croit.
Ges ai creüz outre mon gré.

4168.

— Ah ! Sire Arthur que puis-je faire ?
Vous me blamez, et de bon droit,
Car il est fou, qui envieux croit.
Et malgré moi, je les ai crus !

4172.

Se la deraisne est en cel pré,
Ja n'i avra mais si hardiz,
Se il après les escondiz
En disoit rien se anor non,

4172.

Si justice lui est rendue,
Qui donc serait assez hardi
Après cette cérémonie
Pour dire d'elle vilenies,

4176.

Qui n'en eüst mal gerredon.
Ce saciez vos, Artus, frans rois,
C'a esté fait, c'est sor mon pois.
Or se gardent d'ui en avant ! »

4176.

Méritera d'être puni !
Sachez-le, Arthur, noble roi,
Tout cela eut lieu malgré moi.
Qu'ils se méfient, dorénavant ! »

4180.

Li consel departent atant.
Tuit s'asistrent par mié les rens,
Fors les deus rois. C''est a grant sens :
Yseut fu entre eus deus as mains.

4180.

Ils se sont quittés maintenant ,
Tous se sont assis dans les rangs.
Sauf les deux rois : évidemment,
Car Yseut tenaient par la main.

4184.

Pres des reliques fu Gauvains ;
La mesnie Artus, la proisie,
Entor le paile est arengie.
Artus prist la parole en main,

4184.

Près des reliques était Gauvain,
Les gens d'Arthur, si renommés
Autour du drap de soie rangés.
Arthur alors a dit ceci,

4188.

Qui fu d'Iseut le plus prochain :
« Entendez moi, Yseut la bele,
Oiez de quoi on vos apele :
Que Tristran n'ot vers vos amor

4188.

Car Yseut était près de lui :
« Yseut la Belle, écoutez ça,
Ce qu'on vous demande voilà :
Que Tristan pour vous n'eut jamais

4192.

De puteé ne de folor,
Fors cele que devoit porter
Envers son oncle et vers sa per.

4192.

D'amour honteux ou d'amour laid,
Rien d'autre que celui qu'on doit
Envers la femme de son roi.

§ Le “serment ambigu” d'Yseut

§ Le “serment ambigu” d'Yseut

— Seignors, » fait el, « por Deu merci !

— Seigneurs ! dit-elle, Dieu merci,

4196.

Saintes reliques voi ici.
Or escoutez que je ci jure,
De qoi le roi ci asseüre :
Si m'aït Dex et saint Ylaire,

4196.

Par les reliques que voici,
Écoutez bien ce que je jure,
Et que le roi en soit bien sûr :
Au nom de Dieu et Saint Hilaire,

4200.

Ces reliques, cist saintuaire,
Totes celes qui ci ne sont
Et tuit celes de par le mont,
Qu'entre mes cuises n'entra home,

4200.

Ces reliques du sanctuaire,
Toutes celles qu'on peut trouver,
De par le monde dispersées,
Qu'entre mes jambes n'entra homme

4204.

Fors le ladre qui fist soi some,
Qui me porta outre les guez,
Et li rois Marc mes esposez.
Ces deus ost de mon soirement,

4204.

Sauf le lépreux bête de somme
Qui me fit traverser le gué
Et Marc, lui qui m'a épousée.
Hormis ces deux, de mon serment,

4208.

Ge n'en ost plus de tote gent.
De deus ne me pus escondire :
Du ladre, du roi Marc, mon sire.
Li ladres fu entre mes janbes

4208.

Je n'ôte nul de tous les gens.
Ces deux de mon serment retire :
Le lépreux, le roi Marc, mon sire.
Le lépreux vint entre mes jambes

4212.

.............................................
Qui voudra que je plus en face,
Tote en sui preste en ceste place. »
Tuit cil qui l'ont oï jurer

4212.

................................................
Et si l'on veut que plus en fasse
J'y suis prête, sur cette place. » 
Tous ceux qui l'ont entendue dire

4216.

Ne püent pas plus endurer :
« Dex ! » fait chascuns, « si fiere en jure !
Tant en a fait après droiture !
Plus i a mis que ne disoient

4216.

Ne peuvent plus supporter pire :
« Dieu ! » se dit-on, « elle a juré !
Elle a vraiment tout respecté !
Elle a dit plus qu'il ne fallait

4220.

Ne que li fel ne requeroient :
Ne li covient plus escondit.
Qu'avez oï, grant et petit,
Du roi Marc et de son nevo ?

4220.

Et que les félons demandaient :
Elle n'a plus rien à nous prouver,
Grands et petits, vous le savez,
Sur le roi Marc et son neveu !

4224.

Ele a juré et mis en vo
Qu'ente ses cuises nus n'entra
Que li meseaus qui la porta
Ier, endroit tierce, outre les guez,

4224.

Elle a juré, et devant Dieu,
Qu'entre ses jambes nul n'entra
Sauf le lépreux qui la porta
Hier matin, dessus le gué

4228.

Et li rois Marc, ses esposez.
Mal ait jamais l'en mesquerra ! »
Li rois Artus en piez leva,
Le roi Marc a mis a raison,

4228.

Et le roi qui l'a épousée.
Maudit soit qui l'accusera ! »
Le roi Arthur, lors, se leva,
Au roi Marc il s'est adressé,

4232.

Que tuit l'oïrent li baron :
« Rois, la deraisne avon veüe
Et bien oïe et entendue.
Or esgardent li troi felon,

4232.

Mais les barons l'ont écouté :
« Roi nous avons bien entendu
Le serment et l'avons bien vu.
Que maintenant les trois félons,

4236.

Donoalent et Guenelon,
Et Goudoïne li mauvès,
Qu'il ne parolent sol jamès.
Ja ne seront en cele terre

4236.

Denoalain et Ganelon,
Et Godoïne le mauvais,
N'en parlent vraiment plus jamais.
Tant qu'ils seront sur cette terre

4240.

Que m'en tenist ne pais ne gerre,
Dès que j'orroie la novele
De la roïne Yseut la bele,
Que n'i allons a esperon

4240.

Jamais ni la paix, ni la guerre,
Si j'entends venir la nouvelle
De par la reine Yseut la Belle
Ne m'empêcheront d'accourir

4244.

Lui deraisnier par grant raison.
— Sire, » fait el, « vostre merci ! »
Mot sont de cort li troi haï,
Les corz departent, si s'en vont.

4244.

Pour la défendre et secourir.
— Sire, fait-elle, grand merci ! »
Les trois sont maintenant haïs.
Les cours se séparent, s'en vont.

4248.

Yseut la bele o le chief blont
Mercie mot le roi Artur.
« Dame, » fait-il, « je vos aseür :
Ne troverez mais qui vos die,

4248.

Yseut la Belle, aux cheveux blonds,
Arthur a remercié encore.
« Dame, dit-il, je vous assure,
Nul de vous plus ne médira

4252.

Tant con j'aie santé ne vie,
Nis une rien se amor non.
Mal le penserent li felon.
Ge prié le roi vostre seignor,

4252.

Tant que de vie me restera,
N'entendrez qu'amabilités.
Malheur à leurs méchancetés !
J'ai demandé à votre époux,

4256.

Et feelment, mot par amor,
Que mais felon de vos ne croie. »
Dist li roi Marc : « Se jel faisoie
D'or en avant, si me blasmez. »

4256.

Et très gentiment, que pour vous
Jamais plus il ne les écoute ! »
Le roi Marc lui répond : « Sans doute,
Blâmez-moi, si je le refais ! »

4260.

Li uns de l'autre s'est sevrez,
Chascun s'en vient a son roiaume :
Li rois Artus vient a Durelme,
Rois Marc remest en Cornoualle.

4260.

Ils se séparent sur ce fait,
Chacun revient dans son royaume
Le roi Arthur rentre à Durhame,
En Cornouaille, Marc, le roi.

4264.

Tristran sejorne, poi travalle.
Li rois a Cornoualle en pes,
Tuit le criement et luin et pres.
En ses deduiz Yseut en meine,

4264.

Tristan demeure sans émoi.
Marc tient la Cornouaille en paix,
Tous le craignent de loin, de près.
Avec Yseut se divertit,

4268.

De lié amer forment se paine.

4268.

De bien l'aimer il se soucie.

§ Nouveau complot

§ Nouveau complot

Mais, qui q'ait pais, li troi felon
Sont en esgart de traïson.
A eus fu venue une espie,

Mais même en paix, les trois félons
Fomentent encore trahison.
Vers eux est venu un espion

4272.

Qui va querant changier sa vie.
« Seignors, » fait-il, « or m'entendez.
Se je vos ment, si me pendez.
Li rois vus sout l'autrier malgré

4272.

Cherchant meilleure condition.
« Seigneurs, leur fait-il, écoutez !
Si je vous mens vous me pendrez !
Le roi vous a fort mal traité

4276.

Et vos en acuelli en hé,
Por le deraisne sa mollier.
Pendre m'otroi ou essillier,
Se ne vos mostre apertement

4276.

Et de sa haine pâtissez,
D'avoir sa femme ainsi traité.
Pendez-moi ou bien m'exilez,
Si je ne vous montre vraiment

4280.

Tristran, la ou son aise atent
De parler o sa chiere drue.
Il est repost, si sai sa mue.
Qant li rois va a ses deduis...

4280.

Là où Tristan, tranquille, attend,
De parler avec son amie.
Il se cache, mais je l'épie...
Et quand le roi se divertit,

4284.

(Tristran set mot de Malpertuis),
En la chambre va congié prendre.
De moi faciez en un feu cendre,
Se vos alez a la fenestre

4284.

Tristan connait bien Malpertuis
En la chambre il va s'installer.
En cendres faites-moi brûler,
Si, en allant à la fenêtre,

4288.

De la chambre, derier'a destre,
Se n'i veez Tristran venir,
S'espee çainte, un arc tenir,
Deus seetes en l'autre main.

4288.

Derrière, à droite, de la chambre,
Vous ne voyez venir Tristan,
L'épée ceinte et son arc tenant,
Avec deux flèches dans la main.

4292.

Enuit li verrez ou par main.
— Comment le sez ? — Je l'ai vëu.
— Tristran ? — Je, voire, et conneü.
— Qant i fu il ? — Hui main l'i vi.

4292.

Le verrez ce jour ou demain.
— Comment le sais-tu ? — je l'ai vu.
Tristan ? — Oui, je l'ai reconnu.
— Quand ça ? Je l'ai vu ce matin.

4296.

— Et qui o lui ? — Cel son ami.
— Ami ? et qui ? — Dan Governal.
— Ou se sont mis ? — En haut ostal
Se deduient. — C'est chiés Dinas ?

4296.

— Et qui avec lui ? — Son ami.
— Qui donc était-ce ? Gouvernal.
Et où sont-ils ? Dans belle salle,
Et s'y amusent. — Chez Dinas ?

4300.

— Et je que sai ? — Il n'i sont pas
Sanz son seü. — Asez puet estre.
— Ou verron nos ? — Par la fenestre
De la chambre, ce es tot voir.

4300.

— Que sais-je, moi ? — Ils n'y sont pas
Sans qu'il le sache. — Oui, peut-être.
Mais où les voir ? Par la fenêtre
De cette chambre, c'est bien vrai !

4304.

Se gel vos mostre, grant avoir
En doi avoir, qant l'en ratent.
— Nomez l'avoir. — Un marc d'argent.
— Et plus assez que la pramesse,

4304.

Si je les montre, j'en voudrai
Tant qu'il me plaît, beaucoup d'argent.
— Alors, combien ? Un marc d'argent.
— Tu en auras plus, c'est promis,

4308.

Si nos aït iglese et messe.
Se tu mostres, n'i puez fallir
Ne te façon amanantir.
— Or m'entendez, » fait li cuvert...

4308.

Par l'Église et la messe aussi.
Si tu nous le montres, tu seras
À jamais riche, et sans tracas. »
Le traître a dit :  « Écoutez-moi

4312.

« Et un petit pertus overt
Endroit la chanbre la roïne.
Par dedevant vet la cortine.
Triés la chanbrë est grant la doiz

4312.

Un trou existe à tel endroit
Droit sur la chambre de la reine,
Caché par une toile ancienne.
Derrière la chambre un ruisseau,

4316.

Et bien espesse li jagloiz.
L'un de vos trois i aut matin ;
Par la fraite du nuef jardin
Voist belement tresque au pertus.

4316.

Et des glaïeuls touffus, fort beaux.
Que l'un de vous, de bon matin,
Par la brèche de ce jardin
Aille doucement jusqu'au trou,

4320.

Fors la fenestre n'i a plus.
Faites une longue brochete
A un coutel, bien agüete ;
Poignez le drap de la cortine

4320.

Passant la fenêtre en dessous.
Qu'il taille alors une branchette,
Et avec un couteau l'épointe ;
Qu'il la pique dans la courtine,

4324.

O la broche poignant d'espine.
La cortine souavet sache
Au pertuset (c'on ne l'estache),
Que tu voies la dedenz cler,

4324.

Et de la pointe d'aubépine,
L'ouverture soit écartée
Car elle n'est pas attachée
Pour que l'on voie bien clairement

4328.

Qant il venra a li parler.
S'eissi t'en prenz sol trois jorz garde,
Atant otroi que l'en m'en arde,
Se ne veez ce que je di. »

4328.

Quand ils tiendront leur parlement.
Si trois jours de garde montez,
Que l'on me jette en un brasier
Si ne voyez ce que j'ai dit ! »

4332.

Fait chascuns d'eus : « Je vos afi
A tenir nostre covenant. »
L'espie font aler avant.
Lors devisent li queus d'eus trois

4332.

Chacun d'eux fait : « En nous, te fie,
Notre promesse te tiendrons. »
Ils envoient en avant l'espion.
Et discutent lequel des trois

4336.

Ira premier voier l'orlois
Que Tristran a la chanbre maine
O celié qui seue est demeine.
Otroié ont que Goudoïne

4336.

Ira d'abord voir les ébats
Qu'en la chambre mène Tristan
Avec celle qui l'aime tant.
C'est Godoïne le premier,

4340.

Ira au premerain termine.
Departent soi, chascun s'en vet.
Demain savront con Tristran sert.
Dex ! la franche ne se gardoit

4340.

Qui devra aller se cacher.
Ils se séparent, ils s'en vont.
Demain tout de Tristan sauront.
La Dame n'a nulle défiance

4344.

Des felons ne de lor tripot.
Par Perinis, un suen prochain,
Avoit mandé que l'endemain
Tristran venist a lié matin :

4344.

Des félons et leurs manigances.
Par Périnis, un de ses gens,
Elle avait appelé Tristan,
Pour qu'il vienne dès le matin :

4348.

Li rois iroit a Saint Lubin.

4348.

Le roi irait à Saint-Lubin.

§ Tristan tue Denoalain

§ Tristan tue Denoalain

Œz, seignors, quel aventure !
L'endemain fu la nuit oscure.
Tristran se fu mis a la voie

Seigneurs ! Écoutez l'aventure !
Cette nuit-là était obscure,
Et voilà Tristan qui chemine

4352.

Par l'espesse d'un'espinoie.
A l'issue d'une gaudine
Garda, vit venir Goudoïne :
Et s'en venoit de son recet.

4352.

Dans un épais buisson d'épines.
À la sortie d'un petit bois,
C'est Godoïne qu'il aperçoit
Comme il sortait de sa cachette !

4356.

Tristran li a fet un aget,
Repost se fu an l'espinoi.
« Ha ! Dex, » fait il, regarde moi,
Que cil qui vient ne m'aperçoive

4356.

Tristan à le piéger s'apprête,
Et il se cache dans le bois.
« Ah ! Dieu, fait-il, veille sur moi !
Que celui-ci ne m'aperçoive

4360.

Tant que devant moi le reçoive ! »
En sus l'atent, s'espee tient.
Goudoïne autre voie tient.
Tristran remest, a qui mot poise.

4360.

Avant que devant moi se trouve ! »
Et il l'attend, l'épée au poing.
Mais Godoïne autre chemin,
A pris — et Tristan ennuyé

4364.

Ist du buison, cele part toise,
Mais por noient ; quar cil s'esloigne,
Qui en fel leu a mis sa poine.
Tristran garda au luien, si vit

4364.

Sort du buisson, va de côté
Mais ne peut rien : l'autre est parti,
Celui qui fait tout contre lui.
Tristan regarde au loin, devant,

4368.

(Ne demora que un petit)
Denoalan venir anblant,
O deus levriers, mervelles grant.
Afustez est a un pomier.

4368.

Mais seulement un court instant,
Et voit venir Denoalain
Avec deux lévriers, grands chiens ;
Dans un pommier il s'est caché.

4372.

Denoalent vint le sentier
Sor un petit palefroi noir.
Ses chiens out envoié mover
En une espoise un fier sengler.

4372.

Denoalain suit le sentier
Sur un petit palefroi noir.
Il envoie ses chiens pour voir
Dans un fourré, un sanglier.

4376.

Ainz qu'il le puisen desangler,
Avra lor mestre tel colee
Que ja par mire n'ert sanee.
Tristran le preuz fu desfublez.

4376.

Avant qu'ils aient pu le trouver
Leur maître sera assommé !
D'un coup qui ne se peut soigner !
Tristan son manteau a quitté,

4380.

Denoalen es tost alez ;
Ainz s'en sout mot, quant Tristran saut.
Fuïr s'en veut, mais il i faut :
Tristran li fu devant trop pres.

4380.

Denoalain s'est avancé...
Tristan, par surprise, a bondi
Sur lui, qui fuir ne réussit,
Car Tristan de trop près le serre,

4384.

Morir le fist. Q'en pout il mès ?
Sa mort queroit : cil s'en garda,
Que le chief du bu li sevra.
Ne li lut dire : « Tu me bleces. »

4384.

Et le tue. Que pouvait-il faire ?
L'autre voulait sa mort — pour ça,
La tête du corps lui ôta.
Il ne put dire « Tu me blesses ! »

4388.

O l'espee trencha les treces,
En sa chauces les a boutees,
Qant les avra Yseut mostrees,
Qu'ele l'en croie qu'il l'a mort.

4388.

De son épée trancha ses tresses,
Dans ses chausses les a cachées,
Pour qu'à Yseut puisse montrer
Et sache bien qu'il l'a tué.

4392.

D'iluec s'en part Tristran an fort.
« Ha ! las, » fait il, « qu'est devenuz
Goudoïne (or s'est toluz),
Que vi venir orainz si tost ?

4392.

Tristan s'en va , il a gagné.
« Mais hélas, qu'est donc devenu
Godoïne, il a disparu !
Lui que j'ai vu venir en hâte

4396.

Est il passez par la tantost ?
S'il m'atendist, savoir peüst
Ja mellor guerredon n'eüst
Doonalan le fel, en porte

4396.

Est-il passé par là si vite ?
Il saurait, s'il eût attendu,
Que même sort il eût connu
Que Denoalain, le félon

4400.

Qui j'ai laisié la teste morte. »
Tristan laise le cors gesant
Enmié la lande, envers, sanglent.
Tert s'espee, si l'a remise

4400.

À qui la tête ai pris du tronc ! »
Tristan laisse le corps gisant
Sur la lande, et tout sanglant.
Son épée essuie, au fourreau

4404.

En son fuerre, sa chape a prise,
Le chaperon el chief soi met,
Sor le cors un grant fust atret,
A la chanbre sa drue vint.

4404.

La remet et prend son manteau,
Sur sa tête met son chapeau,
Sur le corps met des baliveaux,
Vers la chambre d'Yseut s'en vint.

4408.

Mais or oiez com li avint.
Goudoïne fu acoruz
Et fu ainz que Tristran venuz.
La cortine ot dedenz percie,

4408.

Mais apprenez ce qu'il advint !
Godoïne avait bien couru
Et avant Tristan est venu.
La toile aussitôt a percée,

4412.

Vit la chanbre, qui fu jonchie,
Tot vit quant que dedenz avoit,
Home fors Perinis ne voit.
Brengain i vint, la damoisele,

4412.

Et voyait la chambre en entier :
Il voyait ce qui est dedans,
Et vit Périnis seulement.
Brangien y vient, la demoiselle,

4416.

Ou out pignié Yseut la bele :
Le pieigne avoit encor o soi.
Le fel qui fu a la paroi
Garda, si vit Tristran entrer,

4416.

Et elle peigne Yseut la Belle.
Et le peigne tenait au doigt.
Le félon l'oeil à la paroi,
Regarde et voit Tristan entrer,

4420.

Qui tint un arc d'aubor. Li ber
En sa main tint ses deus seetes,
En l'autre deus treces longuetes.
Sa chape osta, pert ses genz cors.

4420.

Tenant un arc d'aubour léger
Avec deux traits dans une main
Et deux tresses dans l'autre main.
Ôtant sa cape, on le voit mieux.

§ Tristan tue Godoïne à l'arc

§ Tristan tue Godoïne à l'arc

4424.

Iseut, la bele o les crins sors
Contre lui lieve, sil salue.
Par sa fenestre vit la nue
De la teste de Gondoïne.

4424.

Yseut la Belle, aux blonds cheveux,
Se lève vers lui, le salue.
Par la fenêtre, l'ombre a vue
De la tête de Godoïne !

4428.

De grant savoir fu la roïne.
D'ire tresue sa persone.
Yseut Tristran en araisone :
« Se Dex me gart, » fait il, « au suen,

4428.

Elle fut de sang-froid, la reine,
Mais de colère transpira...
Tristan à elle s'adressa :
« Dieu ! lui dit-il, ici je tiens

4432.

Vez les treces Denoalen.
Ge t'ai de lui pris la venjance :
Jamais par lui escu ne lance
N'iert achatez ne mis en pris.

4432.

Les tresses de Denoalain ;
De lui j'ai tiré ta vengeance :
Jamais de lui écu ni lance
Ne seront marchandés, ni biens !

4436.

— Sire, » fait ele, « ge q'en puis ?
Mes prié vos que cest arc tendez,
Et verron com il est bendez. »
Tristan s'esteut, si s'apensa,

4436.

— Sire, dit-elle, cela n'est rien...
Mais je voudrais que vous tendiez
Cet arc et le voir bien bandé. »
Tristan se tait, il réfléchit ;

4440.

Oiez ! en son penser tensa.
Prent s'entente, si tendi l'arc.
Enquiert noveles du roi Marc :
Yseut l'en dit ce qu'ele en sot.

4440.

Mais écoutez ! Car le voici
Qui se décide et tend son arc,
Puis il s'est enquis du roi Marc.
Yseut a dit ce qu'elle sait

4444.

..........................................
S'il en peüst vis eschaper,
Du roi Marc et d'Iseut sa per
Referoit sordre mortel gerre.

4444.

....................................
S'il pouvait s'échapper vivant,
Entre Yseut et le roi, vraiment,
Relancerait mortelle guerre !

4448.

Cil qui Dex doinst anor conquerre,
L'engardera de l'eschaper.
Yseut n'out cure de gaber :
« Amis, une seete encorde.

4448.

Mais à qui Dieu doit honneur faire,
Tristan, saura l'en empêcher.
Yseut ne veut pas plaisanter :
« Ami, cette flèche encochez !

4452.

Garde du fil qu'il ne retorde.
Je vois tel chose dont moi poise.
Tristran, de l'arc nos pren ta toise. »
Tristran s'estut, si pensa pose.

4452.

Que la corde n'en soit vrillée...
Ce que je vois est fort à craindre :
Tristan, ton arc tu dois le tendre ! »
Tristan se tait et il se dit

4456.

Bien soit qu'el voit aucune chose
Qui li desplait. Garda en haut :
Grant poor a, trenble et tresaut.
Contre le jor, par la cortine,

4456.

Qu'elle a vu quelque chose ici
Qui lui déplaît. Alors regarde
Il a très peur, et ne s'attarde.
À contre-jour, sur la tenture,

4460.

Vit la teste de Godoïne :
« Ha ! Dex, vrai roi, tant riche trait
Ai d'arc et de seete fait :
Consentez moi qu'a cest ne falle !

4460.

De Godoïne voit la figure :
« Ah ! Dieu ! Vrai roi ! J'ai déjà fait
De bien beaux coups, avec mes traits !
Accordez-moi que je ne faille...

4464.

Un des trois feus de Cornoualle
Voi, a grant tort, par la defors.
Dex, qui le tuen saintisme cors
Por le pueple meïs a mort,

4464.

Un des félons de Cornouaille
Pour mal faire se tient dehors.
Dieu, toi qui as offert ton corps,
Pour le peuple, fus mis à mort,

4468.

Lai moi venjance avoir du tort
Que cil felon muevent vers moi. »
Lors se torna vers la paroi,
Sovent ot entesé, si trait.

4468.

Laisse-moi venger tout ce tort
Que les félons à moi ont fait ! »
Alors se tourne à la paroi,
Vise à deux fois, puis a tiré

4472.

La seete si tost s'en vait
Riens ne peüst de lui gandir.
Par mié l'uel la li fait brandir,
Trencha le test et la cervele.

4472.

La flèche si vite a volé
Que rien n'aurait pu l'empêcher.
En plein dans l'oeil s'est enfoncée,
A traversé crâne et cervelle !

4476.

Esmerillons ne arondele
De la moitié si tost ne vole ;
Se ce fust une pome mole,
N'issist la seete plus tost.

4476.

Émerillon ou hirondelle
Jamais aussi vite ne volent
Si même ce fut pomme molle
La flèche ne l'eût mieux percé.

4480.

Cil chiet, si se hurte a un post,
Onques ne piez ne braz ne mut.
Seulement dire ne li lut :
« Bleciez sui ! Dex ! Confession

4480.

Il est tombé, contre un pilier,
Ni bras ni jambe ne remue
Seulement ces mots dire, il a pu :
« Je suis blessé ! Dieu ! Confession... »

§ FIN du MANUSCRIT

4484. FIN du MANUSCRIT

NOTES

Malpertuis “Malpertuis” est le lieu où se cache le Goupil du “Roman de Renart”. Tristan est comme le goupil, il est rusé... C'est probablement ce que ce vers signifie. Il montre aussi que le jongleur/auteur connaissait le ”Roman de Renart”.

Perinis On remarquera que Périnis est ici présenté comme un nouveau personnage... alors qu'il a déjà été cité de nombreuses fois !

d'aubor L'édition d'Ernest Muret donne ici : « aubor : cytise aubour, bois dont on faisait les arcs. » Il est pratiquement impossible de traduire ce mot — je l'ai conservé.