prev

SOMMAIRE

prev

Le nain Frocin. Récit d'Yseut à Brangien.

321.

Fors estoit, si gardoit en l'er,
Vit orïent et Lucifer.
Des estoiles le cors savoit,

321.

Dehors était, le nez en l'air,
Voyant Orion et Lucifer.
Des étoiles savait le cours

324.

Les set planestres devisoit ;
Il savoit bien que ert a estre :
Qant il oiet un enfant nestre,
Les poinz contot toz de sa vie.

324.

Les planètes observait toujours.
L'avenir il savait prédire :
Quand un enfant allait venir,
Il disait tout ce qu'il ferait.

328.

Li nains Frocins, plains de voisdie,
Mot se penout de ceu deçoivre
Qui de l'ame le feroit soivre.
As estoiles choisist l'asente,

328.

De sa malice il se servait
Contre ceux qui sa mort voulaient,
De son âme le priveraient.
Dans les étoiles lit l'accord,

332.

De mautalent rogist et enfle,
Bien set li rois fort le menace
Ne laira pas qu'il nu desface.
Mot est li nains nerci et pales,

332.

La colère envahit son corps :
Il sait que le roi le menace
Et fera tout pour qu'il trépasse.
Le nain est devenu tout pâle,

336.

Mot tost s'en vet fuiant vers Gales.
Li rois vait mot le nain querant,
Nu puet trover, s'en a duel grant
Yseut est en sa chambre entree.

336.

Et il fuit au pays de Galles.
Le roi partout l'a fait chercher
Très irrité, sans le trouver.
Yseut en sa chambre est entrée

340.

Brengain la vit descoloree.
Bien sout que ele avoit oï
Tel rien dont out le cuer marri,
Qui si muoit et palisoit ;

340.

Brangien la voit pâle et troublée.
Elle sut qu'elle a entendu
Des nouvelles qui l'ont émue,
La faisant changer de couleur,

344.

Se li demande ce que doit
Ele respont : « Bele magistre,
Bien doi estre pensive et tristre.
Brengain, ne vos vel pas mentir :

344.

Et lui demande de quoi a peur.
Elle répond : « Belle Brangien
Pensive et triste me vois bien ;
Je ne voudrais pas te mentir :

348.

Ne sai qui hui nos vout traïr,
Mais li rois Marc estoit en l'arbre,
Ou li perrons estait de marbre.
Je vi son ombre en la fontaine.

348.

Ne sais qui nous voulut trahir,
Mais le roi Marc était dans l'arbre
Au-dessus du perron de marbre.
Dans la fontaine je l'ai vu.

352.

Dex me fist parler premeraine.
Onques de ce que je i quis
N'i out mot dit, ce vos plevis,
Mais mervellos complaignement

352.

Parler la première j'ai pu,
Et de ce que je voulais dire
N'ai soufflé mot, il va sans dire
Mais longues plaintes seulement

356.

Et mervellos gemissement.
Gel blasmé que il me mandot,
Et il autretant me priout
Que l'acordase a mon seignor,

356.

Et de fort longs gémissements.
L'ai blâmé de me réclamer
Et lui voulait de son côté
Que je l'unisse à mon seigneur

360.

Qui, a grant tort, ert a error
Vers lui de moi ; et je li dis
Que grant folie avoit requis,
Que je a lui mais ne vendroie

360.

Qui selon lui faisait erreur
Sur lui et moi ; et je lui dis
Que sa demande était folie,
Que jamais plus n'irais vers lui,

364.

Ne ja au roi ne parleroie.
Ne sai que je plus racontasse.
Complainz i out une grant masse ;
Onques li rois ne s'aperçut

364.

Ne parlerai au roi pour lui.
Je ne sais plus ce que j'ai dit
Mais il y eut des pleurs, des cris.
Jamais le roi ne s'est douté

368.

Ne mon estre ne desconut.
Partie me sui du tripot.  »
Qant l'ot Brengain, mot s'en esjot :
«  Iseut, ma dame, grant merci

368.

De ce que j'ai vraiment pensé.
De l'embarras je suis sortie  ! »
Brangien l'entend , s'en réjouit.
« Ma Dame Yseut, c'est grâce à Dieu,

372.

Nus a Dex fait, qui ne menti,
Qant il vos a fait desevrer
Du parlement sanz plus outrer,
Que li rois n'a chose veüe

372.

Qui jamais décevoir ne peut,
Que vous avez pu mettre fin
Sans rien de plus, à l'entretien,
Et que le roi n'ait rien pu voir

376.

Qui ne puise estr'en bien tenue.
Granz miracles vos a fait Dex,
Il est verais peres et tex
Qu'il n'a cure de faire mal

376.

Qui aurait pu le décevoir.
Dieu fit ce miracle pour vous,
C'est un vrai père, il est si doux
Qu'il ne fera jamais de mal

380.

A ceus qui sont buen et loial. »

380.

À qui est honnête et loyal. »