prev

SOMMAIRE

prev

À la cour du Roi Arthur

SYNOPSIS :

§ Moqueries de Keu § La reine le remet en place et Keu répond

1.        Artus, li boens rois de Bretaingne
            la cui proesce nos enseigne
            que nos soiens preu et cortois
            tint cort si riche come rois
            a cele feste qui tant coste
            qu'an doit clamer la Pantecoste


7.        Li rois fu a Carduel en Gales
            aprés mangier par mi ces sales
            cil chevalier s'atropelerent
            la ou dames les apelerent
            ou dameiseles ou puceles.


12.       Li un recontoient noveles
            li autre parloient d'Amors
            des angoisses et des dolors
            et des granz biens qu'orent sovant
            li deciple de son covant
            qui lors estoit molt dolz et buens


18.       mes or i a molt po des suens
            qu'a bien pres l'ont ja tuit lessiee
            s'an est Amors molt abessiee
            car cil qui soloient amer
            se feisoient cortois clamer
            et preu et large et enorable 


24.       or est Amors tornee a fable
            por ce que cil qui rien n'en santent
            dïent qu'il aiment, mes il mantent
            et cil fable et maçonge an font
            qui s'an vantent et droit n'i ont


29.       Mes or parlons de cez qui furent
            si leissons cez qui ancor durent
            car molt valt mialz, ce m'est a vis
            uns cortois morz c'uns vilains vis


33.       Por ce me plest a reconter
            chose qui face a escouter
            del roi qui fu de tel tesmoing


36.       qu’an en parole et pres et loing
            si m’acort de tant as Bretons
            que toz jors durra li renons
            et par lui sont amenteü
            li bon chevalier esleü
            qui a enor se traveillierent


42.       Mes cel jor molt se merveillierent
            del roi qui einçois se leva
            si ot de tex cui molt greva
            et qui molt grant parole an firent
            por ce que onques mes nel virent
            a si grant feste an chanbre entrer
            por dormir ne se reposer


49.       mes cel jor ensi li avint
            que la reïne le detint
            si demora tant delez li
            qu'il s'oblia et endormi


53.       A l'uis de la chanbre defors
            fu Didonez et Sagremors
            et Kex et mes sire Gauvains
            et si i fu mes sire Yvains
            et avoec ax Qualogrenanz
            uns chevaliers molt avenant,
            qui lor a comancié un conte
            non de s'annor mes de sa honte


61.       Que que il son conte contoit
            et la reïne l'escoutoit
            si s'est delez le roi levee
            et vient sor ax tot a celée
            qu'ains que nus la poïst veoir
            se fu lessiée entr'ax cheoir
            fors que Calogrenanz sans plus
            sailli en piez contre li sus


§ Moqueries de Keu


69.       Et Kex, qui molt fu ranponeus,
            fel et poignanz, et venimeux,
            li dist : « Par Deu, Qualogrenant,
            molt vos voi or preu et saillant,
            et certes molt m’est bel quant vos
            estes li plus cortois de nos ;
            et bien sai que vos me cuidiez,
            tant est vos de san vuidiez.


77.       S’est droiz que ma dame le cuit
            Que vos avez plus que nos tuit
            de courtoisie et de proesce :
            ja le leissames por peresce,
            espoir, que nos ne nos levames
            ou por ce que nous ne deignames.
            Mes par Deu, sire, nel feïsmes,
            mes por ce que nos ne veïsmes
            ma dame, ainz fustes vos levez.


§ La reine le remet en place et Keu répond


86.       - Certes, Kex, ja fussiez crevez,
            fet la reïne, au mien cuidier,
            se ne vos puissiez vuidier
            del venin don vos estes plains.
            Enuieus estes, et vilains,
            de tancier a vos conpaignons.


92.       - Dame, se nos n’i gaeignons,
            fet Kex, an vostre conpaignie,
            gardez que nos n’i perdiens mie.
            Je ne cuit avoir chose dite
            qui me doie estre a mal escrite
            et, s’il vos plest, teisons nos an :
            il n’est corteisie ne san
            de plet d’oiseuse maintenir ;
            cist plez en soit avant venir,
            que nul nel doit an pris monter.
            Mes feites nos avant conter
            ce qu’il avoit encomancié
            car ci ne doit avoir tancié. »


105.      A ceste parole s’espont
            Qualogrenanz, et si respont :
            « Dame, fet-il, de la tançon
            ne sui mie en grant sospeçon ;
            petit m’an est et molt po pris.
            Se Kex a envers moi mespris,
            je n’i avrai ja nul domage :
            a mialz vaillant et a plus sage,
            mes sire Kex que je ne sui,
            avez vos dit honte et enui,
            car bien an estes costumiers.


116.      Toz jorz doit puïr li fumiers,
            et toons poindre, et maloz bruire,
            et felons enuier et nuire.
            Mes je ne conterai hui mes
            se ma dame m’an leisse an pes,
            et je li pri qu’elle s’an teise
            que la chose ne me despleise
            ne me comant, soe merci.


124.      — Dame, trestuit cil qui sont ci,
            fet Kex, boen gré vos en savront
            et volantiers l’escoteront ;
            ne n’an faites ja rien por moi,
            mes, foi que devez le roi,
            le vostre seignor et le mien,
            comandez li, si feroiz bien.


131.      - Qualogrenant, dist la reïne,
            ne vos chaille de l’ataïne,
            mon seigneur Kex le seneschal ;
            costumiers est de dire mal,
            si qu’an ne l’en puet chastier.
            Comander vos vuel et prier
            que ja n’en aïe au cuer ire,
            ne por lui ne lessiez a dire
            chose qui nos plaise a oïr,
            se de m’amor volez joïr,
            mes comenciez tot de rechief.


142.      - Certes, dame ce m’est molt grief
            que vos me comandez a feire ;
            einz me leissasse un des danz traire,
            se correcier ne vos dotasse,
            que je hui mes rien lor contasse ;
            mes je ferai ce qu’il vos siet,
            comant que il onques me griet,
            des que il vos plest ; or escotez !
            Cuers et oroilles m’aportez,
            car parole est tote perdue
            s’ele n’est de cuer entandue.


153.      De cez i a qui le chose oent
            qu’il n’antandent, et si la loent ;
            et cil n’en ont ne mes l’oïe,
            des que li cuers n’i entant mie,
            as oroilles vien la parole,
            ausi come li van qui vole,
            mes n’i areste ne demore,
            einz s’an part en molt petit d’ore
            se li cuers n’est si esveilliez
            qu’au prendre soit apareilliez ;


163.      car, s’il le puet an son oïr
            prendre, et anclorer, et retenir,
            les oroilles sont voie et doiz
            par ou s’an vient au cuer la voiz ;
            et li cuers prant dedanz le vantre
            la voiz, qui par l’oroille i antre.


169.      Et qui or me voldra entandre,
            cuer et oroilles me doit randre,
            car ne vuel pas parler de songe,
            ne de fable, ne de mançonge.


1.        Arthur, le bon roi de Bretagne,
            Dont les beaux exploits nous enseignent
            D'être courageux et courtois,
            Tint une riche cour de roi
            À la fête qui est si belle
            Et que Pentecôte on appelle.


7.        Le roi fut à Carduel, en Galles ;
            Après le repas, dans les salles,
            Les chevaliers se rassemblèrent
            Où les Dames les appelèrent,
            Jeunes femmes, et demoiselles.


12.       Les uns racontaient les nouvelles,
            Les autres se parlaient d'amour,
            De leurs angoisses, leurs douleurs,
            Des grands bonheurs reçus souvent,
            Ou tourments par engagement
            Pour eux très doux et comme heureux ;


18.       Mais il en est fort peu de ceux
            Qui près du but ont tout laissé
            Quand leur amour s'est étiolé,
            Car ceux qui prétendaient aimer
            Se faisaient courtois appeler
            Et courageux et honorables ;


24.       Amour est devenu la fable,
            Pour ceux-là qui rien ne ressentent
            Et disent qu'ils aiment, et mentent ;
            Mensonge et inventions en font
            Les vantards qui nul droit n'y ont.


29.       Mais parlons donc de ceux qui furent
            Et laissons plutôt ceux qui durent :
            Car il vaut mieux, à mon avis,
            Un héros mort qu'un rustre vif.


33.       Il me plaît donc de raconter
            ce qui vaudra d’être écouté
            car notre roi en fut témoin


36.       et dont on parlera au loin.
            Si j’en crois les dits des Bretons
            toujours sera de grand renom
            et par lui seront rappelés
            les noms des braves chevaliers
            qui pour l’honneur ont guerroyé.


42.       Mais en ce jour tous s'étonnèrent
            De voir le roi s'en être allé
            beaucoup en ont été peinés
            Et on en a beaucoup parlé,
            Car jamais on n'avait vu encore
            Le roi pendant la fête entrer
            En sa chambre et s'y reposer.


49.       Mes c'est qu'en ce jour il advint
            Que la reine longtemps l'y retint
            Il est resté près d'elle ainsi
            Si longtemps qu'il s'est endormi.


53.       À la porte de cette chambre
            Étaient Didon et Sagremor
            Et Keu et messire Gauvain;
            Il y avait aussi Yvain,
            Et avec eux Calogrenant,
            Un chevalier très avenant,
            Qui s'est mis à leur raconter
            Aventure qui lui fit honte.


61.       Tandis qu'il contait son histoire,
            La reine qui de loin l'écoutait,
            Auprès du Roi, s'est redressée,
            Et près d'eux est venue sans bruit,
            Pour qu'on ne puisse pas la voir ;
            Entre eux elle est venue s'asseoir
            Alors Calogrenant surpris,
            S'est devant elle vite levé.


§ Moqueries de Keu


69.       Et Keu, qui critique toujours,
            est malveillant, et plein d’aigreur,
            Lui dit : « Par Dieu, Calogrenant,
            Vous vous montrez bien courageux ;
            Je me réjouis de vous voir
            Comme le plus courtois de nous !
            Je sais que vous allez me croire
            Tant le bon sens vous fait défaut !


77.       Il faut que ma Dame le croie :
            Vous avez vraiment plus que nous
            De politesse et de prouesses ;
            Mais ce n’est pas simple paresse
            Si nous ne nous sommes levés,
            Ou même simple indifférence.
            Mais par Dieu, sire la raison
            Est que nous n’avons vu ma Dame
            Avant de vous voir vous lever.


§ La reine le remet en place et Keu répond


86.       - Certes, Keu, vous étoufferiez
            Dit la reine, à mon humble avis,
            Si vous ne pouviez recracher
            Le venin dont vous êtes plein !
            Vous êtes pénible, et méchant,
            De vous moquer de vos amis.


92.       - Dame, si votre compagnie
            Dit Keu, ne nous apporte rien,
            Au moins ne nous privez de rien !
            Je ne crois pas avoir rien dit
            Que l’on puisse me reprocher.
            Et s’il vous plaît, finissons-en :
            Il n’est ni courtois ni sensé
            De continuer un tel débat :
            Inutile d’aller plus loin,
            Cela pourrait s’envenimer.
            Faites-lui plutôt raconter
            Ce qu’il avait si bien commencé
            Ce sera mieux que disputer. »


105.      À ces mots-là, Calogrenant
            Reprend la parole et répond :
            « Dame, dit-il, de la querelle,
            Je ne me sens pas trop touché :
            Je n’en ai cure, et je l’oublie.
            Si Keu me montre du mépris
            Le dommage n’est pas bien grand.
            À bien d’autres, meilleurs que moi,
            Messire Keu, vous avez dit
            Des mots qui leur ont fait du tort,
            Et vous en êtes coutumier.


116.      Le fumier ne peut que puer,
            Le taon piquer, l’abeille bruire,
            Le méchant ennuyer et nuire.
            Je n’en dirai pas plus ici,
            Si ma Dame me le permet,
            Car cette affaire me déplaît
            Et je la prie qu’elle se taise
            Et qu’elle ne m’impose rien.


124.      - Dame, tous ceux qui sont ici
            Dit Keu, vous en sauront bon gré,
            Et l’écouteront volontiers.
            Ne vous en faites pas pour moi,
            Mais par la foi envers le Roi
            Votre seigneur, qui est le mien,
            Demandez-lui, vous ferez bien.


131.      - Calogrenant, reprend la Reine,
            Oubliez les méchancetés
            Du seigneur Keu, le Sénéchal :
            C’est sa manie de faire mal,
            On ne peut pas l’en empêcher.
            Je vous demande et je vous prie
            Pour que je n’en sois pas fâchée,
            De nous conter, et quoiqu’il dise,
            Ce qu’à nous il plairait d’entendre,
            Si vous voulez me faire plaisir,
            Alors reprenez s’il vous plaît.


142.      - Certes, Dame, cela m’ennuie
            Ce que vous voulez que je fasse ;
            J’aimerais mieux que l’on m’arrache
            Une dent — sauf à vous déplaire,
            Plutôt que de rien leur conter ;
            Mais je ferai ce qu’il vous plaît
            Même si cela me déplait,
            Puisque c’est vous... Or écoutez !
            Cœurs et oreilles me prêtez,
            Car toute parole est perdue
            Si elle ne va jusqu’au cœur.


153.      Il en est qui l’entendent bien
            Sans la comprendre et qui la louent ;
            Ils n’en entendent que le bruit
            Puisque leur cœur n’y comprend rien.
            Aux oreilles vient la parole,
            Tout aussi bien que le vent vole,
            Mais ne s’y arrête, n’y reste,
            Et très vite elle disparaît,
            Si le cœur pas disposé
            Pour bien saisir ce qui est dit.


163.      Car pour le son pouvoir entendre
            Et le saisir, le retenir,
            Les oreilles sont cette voie
            Par où la voix au cœur s’en vient ;
            Le cœur se saisit dans le ventre
            De la voix qui par l’oreille entre.


169.      Alors celui qui veut m’entendre
            Doit me prêter cœur et oreilles,
            Car je ne parle pas d’un songe,
            Ni d’une fable ou de mensonge.