prev

SOMMAIRE

prev

Le récit de Calogrenant

SYNOPSIS :

§ Le vavasseur accueillant § Les taureaux et leur hideux gardien § La Fontaine merveilleuse § Foudre et tempête § Le défenseur de la fontaine § Le combat : Calogrenant vaincu.

173.      Il m’avint plus a de set anz
            que je, seus come païsanz,
            aloie querant aventures,
            armez de totes armeüres
            si comme chevaliers doit estre ;
            et tonai mon chemin à destre
            par mi une forest espesse.


180.      Molt i ot voie felenesse,
            de ronces et d’espines plainne ;
            a quelqu’enui a quelque painne,
            ting cele voie, et ce santier ;
            a bien pres tot le jor antier
            m’en alai chvalchant issi,
            tant que de la forest issi,
            et ce fu en Broceliande.


§ Le vavasseur accueillant


188.      De la forest, en une lande
            entrai, et vi une bretesche
            a demi liue galesche ;
            se tant i ot, plus n’i ot pas.
            Cele part ving plus que le pas,
            vi la bretesche et le fossé
            tot an viron parfond et lé,
            et sor le pont an piez estoit
            cil cui la forteresse estoit,
            sor son poing un ostor müé.
            Ne l’oi mie bien salué,
            quant il me vint a l’estrié prendre,
            si me comanda a descendre.


201.      Je descendi, qu’il n’i ot el,
            car mestier avoie d’ostel ;
            et il me dist tot maintenant
            plus de sept fois en un tenant,
            que beneoite fust la voie
            par ou leanz entrez estoie.


207.      A tant en la cort en antrames,
            le pont et la porte passames.
            En mi la cort au vavasor,
            cui Dex doint et joie et enor
            tant com il fist moi cele nuit
            pendoit une table ; ce cuit
            qu’il n’i avoit ne fer ne fust
            ne rien qui de cuivre ne fust.


215.      Sor cele table, d’un martel
            qui panduz ert a un postel
            feri li vavasor trois cos.
            Cil qui leissus erent anclos
            oïrent la voiz et le son,
            s’issirent fors de la meison
            et vienent an la cort a val.
            Je descendi de mon cheval,
            et uns des sergenz le prenoit ;
            et je vi que vers moi venoit
            une pucele bele et gente.


226.      En li esgarder mis m’antente,
            qu’ele estoit bele, et longue, et droite ;
            de moi desarmer fu adroite
            qu’ele le fit et bien et bel,
            et m’afubla d’un cort mantel
            vair d’ecarlate peonace ;
            et se nos guerpirent la place
            que avoec moi ne avoec li
            ne remest nus, ce m’abeli,
            que plus n'i querroie veoir.


236.      Et ele me mena seoir
            el plus bel praelet del monde,
            clos de bas mur a la reonde.
            La la trovai si afeitiee,
            si bien parlant, si enseigniee,
            de tel solaz et de tel estre
            que molt l’i delitoit a estre
            ne ja mes por nul estovoir
            ne m’an queïsse removoir.


245.      Mes tant me fist, la nuit, de guerre
            li vavassor, qu’il me vint querre,
            quant de soper fu tans et ore ;
            n’i poi plus feire de demore,
            si fi lors son comandement.
            Del soper vos dirai briemant
            qu’il fu del tot a ma devise,
            des que devant moi fu assise
            la pucelle qui s’y assist.


254.      Après mangier itant me dist
            li vavassor qu’il ne savoit
            le terme, puis que il avoit
            herbergié chevalier errant
            qui avanture amast querant :
            n’en ot, piece a, nul herbergié.


260.      Aprés me repria que gié
            par son ostel m’an revenisse
            an guerredon et an servise,
            et li dis : « Volantiers, sire »,
            que honte fust de l’escondire ;
            petit por mon oste feïsse
            se cest don li escondeïsse.


267.      Molt fui bien la nuit ostelez,
            et mes chevax fu establez
            que g’en oi molt proié le soir.
            Lors que l’en pot le jor veoir,
            si fu bien fette ma proiere ;
            mon boen oste et sa fille chiere
            au Saint Esperit comandai ;
            a trestoz congié demandai,
            si m’en alai luès que je poi.


§ Les taureaux et leur hideux gardien


276.      L’ostel gaires esloignié n’oi,
            quant je trovai, en un essarz,
            tors salvages, ors et lieparz,
            qui s’entrecombatoient tuit
            et demenoient si grant bruit
            et tel fierté et tel orguel,
            se voir conuistre vos an vuel,
            c’une pièce me treis arriere
            que nule beste n’est tant fiere
            ne plus orgueilleuse de tor.


286.      Uns vileins, qui resanbloit Mor,
            leiz et hideus a desmesure,
            einsi tres leide criature
            qu’an ne porroit dire de boche,
            assis s’estoit sur une çoche,
            une grant maçue en sa main.


292.      Je m’aprochai vers le vilain,
            si vi qu’il ot grosse la teste
            plus que roncins ne autre beste,
            chevox mechiez et front pelé,
            s’ot pres de deus espanz de lé,
            oroilles mossues et granz
            autiez com a uns olifanz,
            les sorcix granz et le vis plat,
            ialz de çuete, et nes de chat,
            boche fandue come lous,
            danz de sengler aguz et rous,
            barbe rosse, grenons tortiz,
            et le manton aers au piz,
            longue eschine forte et boçue ;


306.      apoiez fu sor sa maçue,
            vestu de robe si estrange
            qu’il n’i avoit ne lin ne lange,
            einz ot a son col atachiez
            deux cuirs de novel escorchiez,
            ou de deux tors ou de deux bués.


312.      An piez sailli li vilains, luès
            qu’il me vit vers lui aprochier :
            ne sais s’il me voloi tochier,
            ne ne sai qu’il voloit enprendre,
            mes je me garni de desfandre,
            tant que je vi que il estut,
            en piez toz coiz, ne ne se mut,
            et fu montez desor un tronc,
            s’ot bien dis et set pieds de long ;


321.      si m’esgarda, ne mot ne dist,
            ne plus c’une beste feïst,
            et je cuidai qu’il ne seüst
            parler, ne reison point n’eüst.


325.      Tote voie tant m’anhardi,
            que je li dis : « Va, car me di
            se tu es boene chose ou non. »
            Et il me dit qu’il est uns hom.
            « Quiex hom ies tu ? — Tex con tu voiz ;
            si ne sui autres nule foiz.


331.      - Que fez tu ci ? - Ge m’i estois,
            et gart les bestes en cest bois.
            - Gardes ? Par saint Pere de Rome,
            ja ne conuissent eles home ;
            ne cuit qu’an plain ne an boschage
            puisse an garder beste sauvage,
            n’en autre leu, por nule chose,
            s’ele n’est lïee et anclose.


339.      - Je gart si cestes et justis
            que ja n’istront de cest porpris.
            - Et tu comant ? Di m’an le voir.
            - N’i a celi qui s’ost movoir
            des que ele me voit venir,
            car quant j’en puis une tenir,
            si l’estraing si par les deux corz
            as poinz que j’ai et durs et forz,
            que les autres de peor tranblent
            et tot en viron moi s’asanblent
            ausi con por merci crier ;
            ne nus ne s’i porroit fier,
            fors moi, s’antr’eles s’estoit mis,
            qu’il ne fust maintenant ocis.


353.      Einsi sui de mes bestes sire
            et tu me redevroies dire
            quiex hom tu ies, et que tu quiers.
            — Je sui, fet il, uns chevaliers
            qui quier ce que trover ne puis ;
            assez ai quis, et rien ne truis.
            - Et que voldroies tu trover ?
            - Avanture, por esprover
            ma proesce et mon hardement.
            Or te pri et quier et demant,
            se tu sez, que tu me consoille
            ou d’aventure ou de mervoille.


365.      - A ce, fet-il, faudras tu bien :
            d’aventure ne sai je rien,
            n’onques mes n’en oï parler.
            Mes se tu voloies aler
            ci pres jusqu’a une fontainne,
            n’en revandroie pas sans painne,
            se ne li randoies son droit.
            Ci pres troveras or en droit
            un santier qui la te manra.


§ La Fontaine merveilleuse


374.      Tote la droite voie va,
            se bien viax tes pas anploier,
            que tost porroies devoer :
            il i a d’autres voies mout.
            La fontaine verras qui bout,
            s’est ele plus froide que marbres.
            Onbre li fet li plus biax arbres
            c’onques poïst former nature.
            En toz tens sa fuelle li dure,
            qu’il ne la pert por nul iver.


384.      Et si pant uns bacins de fer
            a une si longue chaaine
            qui dure jusqu’an la fontainne.
            Les la fontainne troverras
            un perron, tel con tu verras ;
            je ne te sai dire suel
            que je n’en vi onques nul tel ;
            et d’autre part une chapele
            petite mes ele est molt bele.


393.      S’au bacin viax de l’eve prandre
            et dessus le perron espandre,
            la verras une tel tanpeste
            qu’an cest bois ne remanra beste,
            chevriax ne cers, ne dains, ne pors,
            nes li oisel s’an istront fors ;
            car tu verras si foudroier,
            vanter, et arbres pecoier,
            plovor, toner, et espartir,
            que, se tu t’an ouez departir
            sans grant enui et sanz pesance,
            tu seras de meillor cheance
            que chevaliers qui i fust onques. »


406.      Del vilain me parti adonques
            qu’il i ot la voie mostree.
            Espoir si fu tierce passee,
            et pot estre pres de midi ,
            quant l’arbre et la fontaine vi.
            Bien sai de l’arbre, c’est la fins,
            que ce estoit li plus biax pins
            qui onques sor terre creüst.
            Ne cuit c’onques si fort pleüst
            que d’eve i passast une gote,
            einçois coloit par desor tote.


417.      A l’arbre vi le bacin pandre,
            del plus fin or qui fust a vandre
            encore onques en nule foire.
            Se la fontainne poez croire,
            qu’ele boloit com iaue chaude.
            Li perrons ert d’une esmeraude
            perciee ausi com une boz,
            et s’a quatre rubiz desoz,
            plus flamboianz et plus vermauz
            que n’est au matin li solauz,
            quant il apert en orïant ;
            ja, que je sache a escïant,
            ne vos an mantirai de mot.


430.      La mervoille a veoir me plot
            de la tanpeste et de l’orage,
            dont je ne me ting mie a sage ;
            que volentiers m’an repantisse
            tot maintenant, se je poïsse,
            quant je oi le perron crosé
            de l’eve au bacin arrosé.


§ Foudre et tempête


437.      Mes trop en i verssai, ce dot ;
            que lors vi le ciel si derot
            que de plus de quatorze parz
            me feroit es ialz li esparz ;
            et les nues tot mesle mesle
            gitoient pluie, noif et gresle.
            Tant fu li tans pesmes et forz
            que cent foiz cuidai estre morz
            des foudres qu’antor moi cheoient,
            et des arbres qui peceoient.


447.      Sachiez que molt fui esmaiez,
            tant que li tans fu apaiez.
            Mes Dex tost me rasegura
            que li tans gaires ne dura,
            et tuit li vant se reposerent ;
            des que Deu plot, vanter n’oserent.
            Et quant je vi l’air cler et pur,
            de joie fui tot asseür ;
            que joie, s’onques la conui,
            fet oblier grant enui.


457.      Jusque li tans fu trespassez
            vi sor le pin toz amassez
            oisiax, s’est qui croire le vuelle,
            qu’il n’u paroit branche ne fuelle,
            que tot ne fust covert d’oisiax ;
            s’an estoit li arbres plus biax ;
            doucemant li oisel chantoient,
            si que molt bien s’antr’acordoient ;
            et divers chanz chantoit chascuns ;
            c’onques ce que chantoit li uns
            a l’autre chanter ne oï.


468.      De lor joie me rejoï ;
            s’escoutai tant qu’il orent fet
            lort servise trestot a tret ;
            que mes n’oï si bele joie
            ne ja ne cuit que nus hom l’oie,
            se il ne va oïr celi
            qui tant me plot et abeli
            que je m’an sui por fos tenir.


§ Le défenseur de la fontaine


476.      Tant i fui que j’oï venir
            chevaliers, ce me fu a vis,
            bien cuidai que il fussent dis,
            tel noise et tel bruit delmenoit
            uns seus chevaliers qui venoit.


481.      Quant ge le vis tot seul venant,
            mon cheval restraing maintenant,
            n’a monter demore ne fis ;
            et cil, come mautalentis,
            vint plus tost c’uns alerïosn,
            fiers par sanblant come lïons ;
            de si haut con il pot crïer
            me comança a desfier,
            et dist : « Vassax, molt m’avez fet,
            sans desfïance, honte et let.


491.      desfier me deüssiez vos,
            se il eüst raison an vos,
            ou au moins droiture requerre,
            eins que vos me meüssiez guerre.
            Mes se je puis, sire vasax,
            sor vos retornera cist max
            del domage qui est paranz ;
            en viron moi est li garanz
            de mon bois qui est abatuz.


500.      Plaindre se doit qui est batuz ;
            et je me plaing, si ai reison,
            que vos m’avez de ma meison
            fors chacié a foudre et a pluie ;
            fet m’avez chose qui m'ennuie,
            et dahez ait cui ce est bel,
            qu’an mon bois et an mon chastel
            m’avez feite tele envaïe,
            ou mestier ne m’eüst aïe
            ne de grant tor ne de haut mur.


510.      Onques n’i ot home asseür
            an forteresce qui i fust
            de dure pierre ne de fust.
            Mes sachiez bien que des or mes
            n’avroiz de moi trives pes. »


§ Le combat : Calogrenant vaincu.


515.      A cest mot, nos antrevenimes,
            les escus anbraciez tenimes,
            si se covrist chacun del suen.
            Li chevaliers ot cheval buen
            et lance roide, et fu sanz dote
            plus granz de moi la teste tote.


521.      Einsi del tot a mechief fui,
            que je fui plus petiz de lui
            et ses chevax miaudres del mien.
            Par mi le voir, ce sachiez bien,
            m’an vois por ma honte covrir.
            Si grant cop con je poi ferir
            li donai, c’onques ne m’an fains,
            el conble de l’escu l’atains ;
            s’i mis trestote ma puissance
            si qu’an pieces vola ma lance ;
            et la soe remest antiere,
            qu’ele n’estoit mie legiere,
            einz pesoit plus, au mien cuidier,
            que nule lance a chevalier,
            qu’ainz nule si grosse ne vi.


536.      Et li chevaliers me feri
            si durement que del cheval
            par mi la crope, contre val,
            me mist à terre tot plat ;
            si me laissa honteus et mat,
            c’onques nus ne me regarda.
            Mon cheval prist et moi leissa ;
            si se mist arriere a la voie.


544.      Et je qui mon roi ne savoie
            Remes angoisseus et pansis.
            Delez la fontainne m’asis
            un petit, si me sejornai ;
            le chevalier siudre n’osai
            que folie feire dotasse.
            Et, se je bien siudre l’osasse
            ne sai ge que il se devint.
            En la fin, volantez me vint
            qu’a mon oste covant tanroie
            et que a lui m'an revanroie.
            Ensi me plot, ensi le fis,
            mes jus totes armes mis
            por plus aler legieremant,
            si m’an reving honteusement.


559.      Quant je vint la nuit a ostel
            trovai mon hoste tot autel,
            ausi lié et ausi cortois,
            come j’avoie fet einçois.
            Onques de rien ne m’aparçui,
            ne de sa fille ne de lui,
            que moins volentiers ne veïssent
            ne que moins d’onor me feïssent
            qu’il avoient fet l’autre nuit.


568.      Grant enor me porterent tuit,
            les lor merciz, en la leison,
            et disoient c’onques mes hom
            n’an eschapa, que il seüssent
            ne que il oï dire eüssent,
            de la don j’estoie venuz
            qu’il n’i fust morz ou retenuz.
            Ensi alai, ensi reving ;
            au revenir por fol me ting.




173.      C’était il y a bien sept ans,
            Et moi, seul comme un paysan,
            J’allais en quête d’aventures,
            Portant mes armes, mon armure,
            Comme il sied à un chevalier.
            Et je pris un chemin, à droite,
            Au creux d’une forêt épaisse.


180.      C’était un chemin très mauvais,
            Tout plein de ronces et d'épines ;
            Non sans douleurs, et non sans peine,
            Je suivis pourtant ce sentier.
            Pendant presque un jour tout entier
            C’est ainsi que j’ai chevauché,
            Jusqu’au sortir de la forêt,
            De la forêt de Brocéliande.


§ Le vavasseur accueillant


188.      Après la forêt, sur la lande,
            Je vis une tour crénelée,
            À une demi-lieue de moi,
            À tout le moins, ou un peu plus.
            En galopant, j’allai vers elle,
            Et je vis un château, son fossé,
            Qui l’entourait, large et profond.
            Et sur le pont se tenait droit
            Celui à qui était l’endroit,
            Un autour mué sur le poing.
            Sitôt que je le saluais,
            Il vint me tenir l’étrier,
            Tout en m’invitant à descendre.


201.      Je descendis — et pourquoi non ?
            J’avais grand besoin d’un logis.
            D’autant qu’il me dit aussitôt
            Et même le redit sept fois,
            Que cette voie était bénie
            Par laquelle j’étais venu.


207.      Nous sommes entrés dans la cour,
            Passant la porte après le pont,
            C’était la cour du vavasseur :
            Que Dieu lui donne autant de joie
            Qu’il m’en a fait cette nuit-là !
            Au milieu pendait une plaque
            Ni de fer, ni de bois, je crois,
            Mais qui était toute de cuivre.


215.      Sur cette plaque, du marteau
            Pendu à côté, au poteau,
            Le vavasseur frappa trois coups.
            Et ceux qui se tenaient en haut
            Entendirent le timbre et le son,
            Et sont sortis de la maison,
            Ils sont descendus dans la cour.
            J’étais descendu de cheval
            Et un valet me le tenait.
            Alors je vis venir vers moi
            Une fort belle demoiselle.


226.      Mon regard en fut captivé :
            Elle était belle, et grande et mince,
            Et à me désarmer fut adroite,
            Avec tant de délicatesse !
            Elle me mit un court manteau
            De laine bleue comme le paon,
            Et tout le monde s’en est allé
            Personne ici n’est demeuré
            Sauf elle et moi, ce qui me plut,
            Je n’en demandais rien de plus.


236.      Puis elle m’emmena m’asseoir
            Dans le plus bel endroit du monde,
            Tout entouré d’un petit mur.
            Je la trouvai si avenante,
            Parlant si bien, si distinguée,
            Si agréable, si plaisante,
            Que j’étais heureux d'être là
            Et que pour nule chose au monde
            Je n’eusse voulu m’en aller...


245.      Mais il ne m’a laissé en paix
            Mon hôte, et m’appela, le soir
            Quand de souper l’heure est venue.
            Je ne pouvais plus rester là,
            Et fis ce qu’il me demandait.
            Du souper dirai seulement,
            Qu’il fut tout à fait bien pour moi,
            Dès lors qu’à table devant moi,
            La demoiselle était assise.


254.      Après manger, le vavasseur
            Dit qu’il ne se souvenait pas
            S’il avait déjà autrefois
            Logé un chevalier errant
            Qui allait cherchant l’aventure :
            Cela faisait longtemps, dit-il.


260.      Il m’a prié, en revenant,
            De m’arrêter encore ici,
            En guise de remerciement,
            Et je lui ai dit : « Volontiers ! »
            Pour ne pas lui faire de honte :
            Ce n’eût pas été très gentil
            Que de lui refuser son offre.


267.      Le logis fut bon, cette nuit,
            Et mon cheval à l’écurie
            Comme je l’avais dit le soir.
            Dès que le jour se fut levé
            On a fait ce que je voulais ;
            Mon brave hôte et sa chère fille
            Je les recommandai à Dieu,
            Je pris congé de tout le monde,
            Et je partis dès que je pus.


§ Les taureaux et leur hideux gardien


276.      Je n’étais pas encore loin,
            Quand je trouvai, en un essart
            Des taureaux, ours et léopards,
            Qui se combattaient tous entre eux
            Dans un vacarme épouvantable,
            Avec une férocité,
            Telle que, à la vérité,
            J’ai reculé, pris par la peur,
            Car n’est de bête plus féroce,
            Plus orgueilleuse qu’un taureau.


286.      Un rustre, semblable à un Maure,
            Immense, hideux à faire peur,
            Une très laide créature
            Qu’on n’a pas de mots pour décrire,
            Était assis sur une souche,
            Une grande massue à la main.


292.      Je m’approchai de ce vilain :
            Il avait une tête énorme,
            Pire qu’une bête de somme ;
            Cheveux emmêlés, front pelé,
            Plus large encore que deux mains,
            De grandes oreilles poilues
            Comme celles d’un éléphant,
            De gros sourcils et face plate,
            Des yeux de chouette, nez de chat,
            Bouche fendue, gueule de loup,
            Dents de sanglier fort aigües,
            Moustaches pointues, barbe rousse,
            Menton tombant sur la poitrine,
            Échine forte et dos bossu.


306.      Il s’appuyait sur sa massue,
            Portait un habit très étrange
            On n’y voyait ni lin, ni laine,
            Mais à son cou pendaient deux peaux
            Qui étaient tout juste écorchées,
            Deux peaux de boeuf ou de taureau.


312.      L’homme s’est relevé d’un coup
            Sitôt qu’il me vit m’approcher ;
            Je ne sais ce qu’il allait faire
            Peut-être allait-il me frapper ?
            Je pensais devoir me défendre,
            Quand je vis qu’il demeurait là
            Droit, bouche bée, et sans bouger ;
            Il était sur un tronc juché,
            Et faisait bien dix pieds de haut.


321.      Il me regardait sans mot dire,
            Comme une bête l’aurait fait,
            Et je crus qu’il était muet
            N’avait pas toute sa raison.


325.      Je me suis pourtant enhardi,
            Et lui demande : « Alors dis-moi,
            Es-tu quelqu'un de bon, ou non ? »
            Il me répond qu’il est un homme.
            « Quel homme es-tu ? —Tel que tu vois,
            Ne suis jamais autre que ça.


331.      - Que fais-tu là ? - Je reste là.
            Je garde les bêtes en ce bois.
            - Tu les gardes ? Mais par Saint-Pierre,
            Elles ne connaissent pas l’homme !
            Pas plus en plaine qu’en forêt,
            On ne garde bêtes sauvages,
            Ni aîlleurs, de toutes façons :
            Sauf attachées ou enfermées.


339.      - Je les garde, et je leur commande :
            Jamais ne sortent de ce parc.
            - Comment fais-tu ? Dis moi le donc !
            - Aucune n’oserait bouger
            Dès qu’elles me voient approcher,
            Car quand je peux en saisir une,
            Je la maintiens par les deux cornes
            Dans mes poings solides et forts,
            Et les autres tremblent de peur,
            Elles s’assemblent autour de moi,
            Comme pour implorer pitié.
            Mais nul me pourrait s’y fier,
            Sauf moi, allant au milieu d’elles :
            Il serait aussitôt tué !


353.      Je suis le maître de mes bêtes.
            Mais à toi maintenant de dire
            Quel homme es-tu, que cherches-tu ?
            - Je suis, dit-il, un chevalier
            Cherchant ce qu’il ne peut trouver.
            J’ai bien cherché, et rien trouvé.
            - Mais que voudrais-tu donc trouver ?
            - Une aventure, pour éprouver
            Ma vaillance, avec mon courage.
            Je t’en prie, je te le demande
            Indique-moi, si tu le peux,
            Quelque aventure, ou chose étrange !


365.      — Ne compte pas sur moi pour ça.
            Je ne sais rien aux “aventures”
            Jamais n’en entendis parler.
            Mais peut-être pourrais-tu aller
            Tout près d’ici, à la fontaine :
            En revenir n’est pas facile,
            Si tu ne fais ce qu’il faut faire.
            Ici même tu trouveras
            Un sentier qui t’y conduira.


§ La Fontaine merveilleuse


374.      Suis ce chemin et vas tout droit,
            Si tu ne veux gâcher tes pas,
            Et pour ne pas te fourvoyer,
            Car il est bien d’autres sentiers.
            La fontaine bouillante est là,
            Froide pourtant comme le marbre.
            À l’ombre de ce plus bel arbre
            Que la Nature ait jamais fait :
            En tout temps il porte des feuilles
            Il ne les perd jamais l’hiver.


384.      À son tronc, un bassin de fer
            Est pendu au bout d’une chaîne
            Longue, qui va à la fontaine.
            Et près de la fontaine verras
            Un perron, tu le verras bien.
            Je ne saurais te le décrire
            Car jamais n’en ai vu de tel.
            De l’autre côté, la chapelle :
            Elle est petite mais très belle.


393.      Si avec le bassin prends de l’eau,
            Et la répand sur le perron,
            Tu feras naître une tempête
            Telle qu’en ces bois nulle bête
            Ni daim, ni cerf, ni sanglier
            Ni les oiseaux n’y resteront.
            Car tu verras tomber la foudre
            Le vent souffler, les arbres choir,
            La pluie, les éclairs, le tonnerre...
            Et si tu peux en réchapper,
            Sans que tu aies à en souffrir
            Tu auras eu bien plus de chance
            Que tous ceux qui y sont allés. »


406.      J’ai donc quitté ce grand rustaud
            Qui m’avait montré le chemin.
            La matinée bien commencée
            Il n’était pas loin de midi
            Quand j’ai vu l’arbre et la fontaine.
            L’arbre était bien, je peux le dire
            Le plus beau pin que l’on ait vu
            Jamais pousser sur cette terre.
            Et si fort qu’il puisse pleuvoir
            Aucune goutte ne passerait,
            Mais s’écoulerait par-dessus.


417.      J’ai vu le bassin pendre à l’arbre,
            De l’or le plus fin que l’on vende
            En quelque foire que ce soit.
            Et la fontaine, croyez bien
            Qu’elle bouillait comme eau très chaude.
            Sa margelle était d’émeraude
            Percée comme on fait d’un tonneau,
            Avec quatre rubis dessous,
            Plus flamboyants et plus vermeils,
            Que n’est le soleil au matin,
            Quand il se lève à l’orient.
            Je jure que jamais, vraiment,
            Je ne vous en dis un mensonge.


430.      J’ai voulu voir cette merveille
            Cette tempête et cet orage :
            En cela je ne fus point sage,
            Et j’aurais du me retenir
            À cet instant, si j’avais su
            Au lieu de la pierre arroser
            Avec l’eau du bassin versée.


§ Foudre et tempête


437.      Mais j’en ai versé trop, je crois,
            Car le ciel fut si perturbé
            Que de plus de quatorze points
            Des éclairs m’ont frappé les yeux ;
            Et les nuages pêle-mêle
            Jetaient de la pluie, neige et grêle.
            Le temps fut si épouvantable
            Que j’ai cru cent fois être mort
            De la foudre tombée sur moi,
            Et des arbres qui s’effondraient.


447.      Sachez que j’en fus terrifié,
            Tant que ce ne fut pas calmé...
            Mais Dieu bientôt me rassura
            Car ce temps-là ne dura pas ;
            Les vents se sont bientôt calmés
            Quand Dieu voulut, ils s’apaisèrent.
            Et quand je vis l’air pur et clair,
            Je fus en joie et rassuré :
            Car la joie, si je l’ai connue
            Fait oublier les gros ennuis.


457.      Quand le gros temps fut dissipé,
            Je vis, sur le pin rassemblés,
            Tant d’oiseaux, — il faut me croire !
            Que toutes les branches, les feuilles,
            En étaient comme recouvertes ;
            L’arbre en était plus beau encore !
            Ces oiseaux chantaient doucement,
            Et leur accord était parfait.
            Pourtant chacun tenait sa voix
            Car la mélodie de l’un d’eux
            Ne s’entendait pas chez un autre.


468.      Leur joie m’avait tout réjoui ;
            J’ai écouté tout jusqu’au bout,
            Quand leur service fu fini.
            Jamais n’y eut rien de plus beau,
            Et nul n’entendra jamais ça,
            S’il n’entend le même que moi,
            Qui me plut tant et m’a séduit
            Au point que j’en suis un peu fou.


§ Le défenseur de la fontaine


476.      Je suis resté jusqu’au moment
            Où j’entendis des chevaliers :
            Il m’a semblé qu’ils étaient dix
            Tant il faisait un grand vacarme
            Celui qui seul venait vers moi.


481.      Quand je vis qu’il venait tout seul,
            Serrant les sangles de mon cheval,
            Je sautais aussitôt en selle ;
            Et lui, qui semblait plein de rage,
            Fonça sur moi plus vif qu’un aigle,
            Et tout comme un lion en colère.
            Aussi fort qu’il put le crier,
            Il commença à me défier,
            Disant : « vassal, vous m’avez fait
            Sans me défier, grand tort et honte.


491.      Vous auriez dû me défier,
            Pour quelque querelle entre nous,
            Ou faire valoir votre droit
            Avant de vous en prendre à moi.
            Si je le peux, noble vassal,
            Sur vous retombera le mal
            Causé par ce flagrant dommage.
            Autour de moi, la preuve est là :
            Tout mon bois qui est abattu !


500.      Qui a souffert doit bien se plaindre
            Et je me plains avec raison :
            Vous m’avez fait fuir ma maison
            En lançant la foudre et la pluie ;
            Vous avez fait ce qui m’ennuie :
            Malheur à qui s’en réjouit !
            Vous m’avez livré tel assaut
            contre mon bois et mon château
            Que rien n’eût pu m’en protéger
            Pas plus de tours que de remparts.


510.      Nul homme ici n’est protégé
            Quelle que soit la forteresse,
            Faite de pierre ou bien de bois.
            Mais sachez bien que désormais
            De moi n’aurez jamais la paix. »


§ Le combat : Calogrenant vaincu.


515.      Sur ce, nous nous précipitâmes,
            En tenant bien serrés nos écus,
            Chacun abrité par le sien.
            Le cheval de l’autre était bon
            Sa lance solide, et avait
            La tête au moins de plus que moi.


521.      J’étais en mauvaise posture,
            Étant bien plus petit que lui,
            Son cheval meilleur que le mien.
            Sachez que c’est la vérité
            Que je dis pour cacher ma honte.
            Le coup le plus fort que j’ai pu
            Lui ai donné, sans l’épargner,
            En plein milieu de son écu.
            J’y avais mis telle puissance
            Qu’en pièces fut mise ma lance.
            La sienne était restée entière,
            Car elle n’était pas légère
            Mais pesait plus, à mon avis
            qu’aucune de nos chevaliers :
            Jamais d’aussi grosse n’en vis.


536.      Et il m’en a donné un coup
            Si fortement que du cheval
            Je fus précipité à terre
            En passant par-dessus sa croupe.
            Il me laissa honteux, vaincu,
            Sans m’accorder un seul regard,
            Prit mon cheval et me laissa
            Et s’en retourna sur ses pas.


544.      Ne sachant plus où j’en étais,
            J’étais effrayé et pensif
            Je m’assis près de la fontaine
            Et j’y suis resté un moment,
            N’osant suivre le chevalier,
            De peur de faire une folie.
            Et si j’avais voulu le faire,
            Je ne savais où il était.
            Enfin je me suis rappelé
            La promesse faite à mon hôte
            Et chez lui voulus revenir.
            L’ayant décidé, je le fis.
            Mais d’abord j’ai quitté mes armes,
            Pour aller plus légèrement,
            Et m’en revint honteusement.


559.      Arrivant le soir à ce gîte
            Mon hôte était resté le même,
            Aussi aimable, aussi joyeux
            Que je l’avais trouvé avant.
            Je ne remarquai rien chez lui,
            Ni chez sa fille, qui eût pu
            Montrer qu’ils ne m’accueillaient plus
            Aussi volontiers maintenant
            Et avec moins d’honneurs qu’avant.


568.      Ils m’ont de nouveau bien reçu,
            Avec respect... Merci à eux !
            Me disant que jamais personne
            Ne s’était échappé de là-bas,
            À ce qu’ils savaient, et qu’on dit.
            En cet endroit d’où je venais
            On y mourait ou y restait.
            Et moi j’y vins, et je revins,
            Mais maintenant pour fol me tiens.




NOTES

comme un paysan Il n’y a en effet que les gens du peuple pour voyager seuls... les Princes ont toujours avec eux des serviteurs, des chevaux... Le “chevalier errant”, lui, est seul.

forêt épaisse On peut penser ici aux premiers vers de l’“Enfer” de Dante : « ... mi ritrovai in una selva oscura... » §

autour mué Genre d’épervier, utilisé pour la chasse après leur mue, donc devenu adulte. C’est aussi un symbole très utilisé comme marque aristocratique. Quand le “Cid” est chassé de son village sur ordre du prince, il est fort triste de voir :
« « Et sur les perchoirs vides, plus de faucons mués. » (Extrait de: Per Abbat. « Cantar de Mio CID », v. 5, dans ma traduction.

vavasseur Terme pratiquement intraduisible, puisqu’il ne correspond plus à rien dans notre société : un “nobliau”, un simple “gentilhomme”, eût-on dit aux siècles suivant... Je conserve le terme.

descendu Le manuscrit est ici fautif : “je descendis”, déjà indiqué au vers 200 ; le Ms 1433, par exemple a la bonne “leçon”, que je suis ici.

essart Lieu récemment défriché, avec des arbres abattus, ou bois mal entretenu. Le mot s’emploie encore dans les campagnes.

léopards Le copiste Guiot, ici, “en rajoute”... Le ms 1433 ne mentionne, lui, que des « taureaux furieux ».

dit-il On remarquera le changement au niveau du discours : Calogrenant, jusqu’ici, parlait en son nom (« Il me répond... » v.328) ; et soudain, on passe à la 3e personne : un “narrateur” s’est introduit dans le texte... Est-ce simple laisser-aller de l’auteur/copiste, ou déjà procédé littéraire ? Mais le ms 1433 continue, lui, de donner la parole à Calogrenant : il écrit, lui : « tu vois ».

trouver On a ici une “définition” du “chevalier errant”, chose rarissime dans les textes de ce genre... il est même possible d’y voir une sorte de plaisanterie ! L’auteur/copiste croit-il vraiment à ce qu’il raconte ? Ou bien peut-on voi là déjà une préfiguration de ce que fera Cervantès ?