prev

SOMMAIRE

prev

La tentative d’Yvain

SYNOPSIS :

§ Railleries de Keu § La Reine s’en prend à Keu § Yvain décide de partir § Départ secret d’Yvain § Yvain chez le vavasseur § La fontaine périlleuse § Combat avec le défenseur § Au château : les portes retombantes

577.      Si vos ai conté come fos
            ce c’onques mes conter ne vos.
            — Par mon chief, fet mes sire Yvains,
            vos estes mes cosins germains ;
            si nos devons molt entr’amer ;
            mes de ce vos puis fol clamer
            quant vos tant le m’avez celé.
            Se je vos ai fol apelé,
            je vos pri qu’il ne vos an poist,
            que, se je puis, et il me loist,
            g’irai vostre honte vangier.


§ Railleries de Keu


588.      — Bien pert que c’est après mangier,
            fet Kex, qui teire ne se pot :
            plus a paroles an plain pot
            de vin qu’an un mui de cervoise ;
            l’en dit que chaz saous s’anvoise.


593.      Après mangier, sanz remüer,
            vet chascuns Loradin tuer,
            et vos iroiz vengier Forré !
            Sont vostre panel aborré
            et vos chauces de fer froiees
            et vos banieres desploiees ?
            Or tost, por Deu, mes sire Yvain,
            movroiz vos enuit ou demain
            Feites le nos savoir, biax sire,
            quant vos iroiz an cest martire,
            que nos vos voldrons convoier ;
            n’i avra prevost ne voier
            qui volantiers ne vos convoit.
            Et si vos pri, comant qu’il soit,
            n’en alez pas sans nos congiez.
            Et se vos anquenuit songiez
            malvés songe, si ramenez !


§ La Reine s’en prend à Keu


610.      - Comant ? Estes vos forssenez,
            mes sire Kex, fet la reïne,
            que vostre langue onques ne fine ?
            La vostre leingue soit honie
            que tant i a d’escarmonie !
            Certes vostre leingue vos het
            que tot le pis que ele set
            dit a chascun, comant qu’il soit.
            Leingue qui onques ne recroit
            de mal dire soit maleoite !
            La vostre leingue si esploite
            qu’ele vos fet par tot haïr :
            mialz ne vos puet ele traïr.
            Bien sachiez, je l’apeleroie
            de traïson, s’ele estoit moie.
            Home qu’an ne puet chastïer
            devroit en au mostier lïer
            come desvé, devant les prosnes.


628.      — Certes, dame de ses ranposnes,
            fet mes sire Yvains, ne me chaut.
            Tant puet, et tant set, et tant vaut,
            mes sire Kex, an totes corz,
            qu’il n’i iert ja müez ne sorz.
            Bien set ancontre vilenie
            repondre san et corteisie,
            ne nel fist onques autremant.
            Or savez vos bien se je mant ;
            mes je n’ai cure de tancier,
            ne de folie ancomancier.


639.      que cil ne fet pas la meslee
            qui fiert la premiere coléee,
            enz la fet cil qui se revange.
            bien tanceroit a un estrange
            qui ranpone son conpaignon.
            Ne vuel pas sanbler le gaignon
            qui se herice et se reguingne
            quant autres gaingnons le rechingne. »


647.      Que que il parloient ensi
            li rois fors de la chanbre issi
            ou il ot fet longue demore,
            que dormi ot jusqu’a ceste ore.
            Et li baron, quant il le virent,
            tuit an piez contre lui saillirent,
            et il toz raseoir les fist.


654.      Delez la reïne s’asist,
            et la reïne maintenant
            les noveles Calogrenant
            li reconta tot mot a mot,
            que bien et bel conter li sot.


659.      Li rois les oï volantiers
            et fist trois sairemanz antiers,
            l’ame Uterpandragon son pere,
            et la son fil, et la sa mere,
            qu’il iroit veoir la fontaine,
            ja einz ne passeroit quinzaine,
            et la tempeste et la mervoille,
            si que il i vanra la voille
            mon seignor saint Jehan Baptiste,
            et s’i panra la nuit son giste,
            et dit que avoec lui iroient
            tuit cil qui aler i voldroient.


671.      De ce que li rois devisa
            tote la corz mialz l’en prisa,
            car molt i voloient aler
            li baron et li bacheler.
            Mes qui qu’an soit liez et joianz,
            mes sire Yvains an fu dolanz,
            qu’il i cuidoit aler toz seus ;
            si fu destroiz et angoisseus
            del roi, qui aler i devoit.


§ Yvain décide de partir


680.      Por ce seulemant li grevoit
            qu’il savoit bien que la bataille
            avroit mes sire Kex, sanz faille,
            einz que il, s’il la requeroit ;
            ja vehee ne le seroit ;
            ou mes sire Gauvains meïsmes,
            espoir, li demandera primes.


687.      Se nus de ces deus la requiert,
            ja contredite ne lor iert.
            Mes il ne les atendra mie,
            qu’il n’a soing de lor conpaignie,
            einçois ira toz seus, son vuel,
            ou a sa joie ou a son duel,
            et, qui que remaigne a a sejor,
            il vialt estre jusqu’a tierz jor
            an Broceliande, et querra,
            s’il puet tant que il troverra
            l’estroit santier tot boissoneus,
            que trop an est cusançoneus,
            et la bande et la meison fort
            et le solaz et le deport
            de la cortoise dameisele
            qui molt est avenant et bele,
            et le prodome avoec sa fille
            qui a enor faire s’essille,
            tant est frans et de boene part.


706.      Puis verra les tors et l’essart
            et le grand vilain qui le garde.
            Li veoirs li demore et tarde
            del vilain qui tan par est lez,
            granz, et hideus, et contrefez,
            et noirs a guise d’esperon.
            Puis verra s’il puet, le perron,
            et la fontaine et le bacin,
            et les oisiax desor le pin ;
            si fera plovoior et vanter.


716.      Mes il ne s’en quiert ja vanter,
            ne ja, son vuel, nus nel savra
            jusque tant que il en avra
            grant honte ou grant enor eüe,
            puis si soit la chose seüe.


§ Départ secret d’Yvain


721.      Mes sire Yvains de la cort s’anble
            si qu’a nul home ne s’asanble,
            mes seus vers son ostel s’en va.
            Tote sa mesniee trova,
            si comande a metre sa sele
            et un suen escuier apele
            cui il ne celoit nule rien.


728.      Holà ! Dit-il, viens avec moi,
            la fors, et mes armes m’aporte !
            Je m’an istrai par cele porte
            sor mon palefroi, tot le pas.
            Garde ne demorer tu pas,
            qu’il me covient molt loing errer.
            Et mon cheval fai bien ferrer,
            si l'amainne tost après moi,
            puis ramanra mon palefroi.
            Mes garde bien, ce te comant,
            s’est nus qui de moi te demant,
            que ja noveles li an dies :
            se or de rien an moi te fies,
            ja mar t’i fieroies mes.


742.      — Sire, fet il, or aiez pes,
            que ja par moi nus nel savra.
            Alez, que je vos siudrai la. »
            Mes sire Yvains maintenant monte
            qu’il vangera, q’il puet, la honte
            son cosin, einz que il retort.


748.      Li escuiers maintenant cort
            au boen cheval si monta sus,
            que de demore n’i ot plus,
            qu’il n’i failloit ne fers ne clos.
            Son seignor siust toz les galos
            tant que il le vit descendu,
            qu’il l’avoit un po atendu
            loing del chemin en un destor.
            Tot son hernois et son ator
            en aporte ; cil l’atorna.


758.      Mes sire Yvains ne sejoran,
            puis qu’armez fu, ne tant ne quant,
            einçois erra, chascun jor, tant
            par montaignes et par valees,
            et par forez longues et lees,
            par leur estranges et salvages,
            et passa mains felons passages,
            et maint peril et maint destroit,
            tant qu’il vint au santier estroit
            plain de ronces de d’oscurtez ;
            et lor fu il asseürez
            qu’il ne pooit mes esgarer.


770.      Qui que le doie conparer
            ne finera tant que il voie
            le pin qui la fintaine onbroie,
            et le perron et la tormante
            qui grausle, et pluet, et tone, et vante.


§ Yvain chez le vavasseur


775.      La nuit ot, ce poez savoir,
            tel oste com il vost avoir ;
            car plus de bien et plus d’enor
            trueve il assez el vavasor
            que ne vos ai conté et dit ;
            et an la pucele revit
            de san et de biauté cent tanz
            que n’ot conté Calogrenanz,


783.      qu’an ne puet pas dire la some
            de prode fame et de prodome ;
            des qu’il s’atorne, a grant bonté.
            Ja n’iert tot dit ne tot conté
            que leingue ne puet pas retreire
            tant d’enor con prodon fet feire.
            Mes sire Yvains cele nuit ot
            molt bien ostel, et molt li plot.


§ La fontaine périlleuse


791.      Et vint es essarz l’andemain,
            si vit les tors et le vilain
            qui la voie li anseingna ;
            mes plus de cent foiz se seingna
            de la mervoille que il ot,
            comant Nature feire sot
            oevre si leide et si vilainne.
            Puis erra jusqu’a la fontainne,
            si vit quan qu’il voloit veoir.


800.      Sanz arester et sanz seoir
            verssa sor le perron de plain
            de l’eve le bacin tot plain.
            Et maintenant vanta et plut,
            et fist tel tans con faire dut.
            Et quant Dex redona le bel
            sor le pin vindrent li oisel
            et firent hoie merveilleuse
            sur la fontainne perilleuse.


§ Combat avec le défenseur


809.      Einz que la joie fust remeise,
            vint, d’ire plus ardanz que breise,
            uns chevaliers, a si grant bruit
            con s’il chaçast un cerf de ruit ;
            et maintenant qu’il s’antrevirent,
            s’antrevindrent et sanblant firent
            qu’il s’entrehaïssent de mort.


816.      Chascuns ot lance roide et fort ;
            si s’antredonent si granz cos
            qu’andeus les escuz de lor cos
            percent, et li hauberc deslicent ;
            les lances fandent et esclicent,
            et li tronçon volent an haut.


822.      Li uns l’autre a l’espee assaut
            soi ont au chaple des espees
            les guiges des escuz colpees
            et les escuz dehachiez toz
            et par dessus et par desoz
            si que les pieces an depandent,
            n’il ne s’an cuevre ne desfandent ;
            car si les ont harigotez
            qu’a delivre, sor les costez,
            et sor les piz, et sor les hanches,
            essaient les espes blanches.


833.      Felenessemant s’antr’espruevent,
            n’onques d’un estal ne se muevent
            ne plus que feïssent dui gres :
            einz dui chevalier plus angrés
            ne furent de leur mort haster.


838.      N’ont de cure de lor cos gaster
            que mialz qu’il pueent les anploient
            les hiaumes anbuignent et ploient
            et des haubers les mailles volent
            si que del sanc assez se tolent ;
            car d’ax meïsmes sont si chaut
            lor hauberc, que il suens ne vaut
            a chascun fueres plus d’un froc.


846.      Anz el vis se fierent d’estoc,
            s’est mervoille comant tant dure
            bataille si fiere et si dure.
            Mes andui sont de si fier cuer
            que li uns por l’autre a nul fuer
            de terre un pié ne guerpiroit
            se jusqu’a mort ne l’enpiroit ;
            et de ce firent molt que preu
            c’onques lor cheval en nul leu
            ne ferirent ne maheigbierent,
            qu’il ne vostrent ne ne deignierent,
            mes toz jors a cheval se tienent
            que nule foi a pié ne vienent :
            s’an fu la bataille plus bele.


860.      En la fin son hiaume escartele
            au chevalier mes sire Yvains ;
            del cop fu estonez et vains
            li chevaliers ; molt s’esmaia
            qu’ainz si felon cop n’essaia,
            qu’il li ot desoz le chapel
            le chief fandu jusqu’au cervel,
            tant que del cervel et del sanc
            taint la maille del hauberc blanc,
            don si tres grant dolor santi
            qu’a po li cuers ne li manti.
            S’il an foï, n’a mie tort,
            qu’il se santi navrez a mort ;
            car riens ne li valut desfensse.


874.      Si tost s’anfuit, com il s’apansse,
            vers son chastel toz esleissiez,
            et li ponz li fu abeissiez
            et la port overte a bandon ;
            et mes sire Yvains de randon
            quan qu’il puet eprès esperone.
            Si con girfauz grue randone,
            qui de loing muet et tant l’aproche
            qu’il la cuide panre et n’i toche,
            ensi cil fuit, et cil le chace,
            si pres qu’a po qu’il ne l’anbrace,
            et si ne le par puet ataindre,
            et s’est di pres que il l’ot plaindre
            de la destrece que il sant ;


888.      mes toz joorz a foïr entant,
            et cil de chacier s’evertue,
            qu’il crient sa poinne avoir perdue
            se mort ou vif ne le retient,
            que des ranpones li sovient
            que mes sire Kex li ot dites.
            N’est pas de la promesse quites
            que son cosin avoit promise,
            ne creüz n’iert en nule guise
            s’enseignes veraies n’an porte.


§ Au château : les portes retombantes


898.      A esperon jusqu’a la porte
            de son chastel l’en a mené,
            si sont anbedui antré ;
            home ne fame n’i troverent
            es rues par ou il antrerent,
            si vindrent anbedui d’eslès
            par mi la porte del palés.


905.      La porte fu molt haute et lee,
            si avoit si estroite antree
            que dui home ne dui cheval
            sanz anconbrier et sanz grant mal
            n’i pooient ansanble antrer
            n’an mi la porte entr’ancontrer ;
            car ele estoit autresi faite
            con l’arbaleste qui agaite
            le rat, quant il vient au forfet,
            et l’espee est an son aguet
            desus, qui tret et fiert et prant
            qu'ele eschape lors et descent
            que riens nule adoise a la clef,
            ja n'i tochera si soef.


919.      Ensi desoz la porte estoient
            dui trabuchet qui sostenoient
            a mont une porte colant
            de fer esmolue et tranchant;
            se riens sor ces engins montoit,
            la porte d'a mont descendoit,
            s'estoit pris et dehachiez toz
            cui la porte ateignoit desoz.
            Et tot en mi a droit conpas
            estoit si estroiz li trespas
            con se fust uns santiers batuz.


930.      El droit santier s'est anbatuz
            li chevaliers, molt sagemant,
            et mes sire Yveins solemant
            hurte grant aleüre aprés,
            si le vint ateignant si pres
            qu'a l'arçon derriere le tint ;
            et de ce molt bien li avint
            qu'il se fu avant estanduz :
            toz eüst esté porfanduz,
            se ceste avanture ne fust,
            que li chevax marcha le fust
            qui tenoit la porte de fer.


942.      Si con li deables d'anfer,
            descent la porte et chiet a val
            sanz enconbrier et sanz grant mal
            derriere, et tranche tot par mi,
            mes ne tocha, la Deu merci,
            mon seignor Yvein maintenant,
            qu’a res del dos li vint reant,
            si c'anbedeus les esperons
            li trancha a res des talons,
            et il cheï molt esmaiez ;


952.      cil qui estoit a mort plaiez
            li eschapa en tel meniere.
            Une autel porte avoit derriere
            come cele devant estoit.
            Li chevaliers qui s'an fuioit
            par cele porte s'an foï,
            et la porte aprés lui cheï.


959.      Ensi fu mes sire Yvains pris.
            Molt angoisseus et antrepris
            remest dedanz la sale anclos,
            qui tot estoit cielee a clos
            dorez, et pointes les meisieres
            de boene œvre et de colors chieres.


577.      Et comme un fou vous ai conté,
            Ce que je ne voulais raconter.
            — Ma foi, a dit messire Yvain,
            Vous êtes mon cousin germain :
            Nous devons donc bien nous aimer !
            Et si je vous traite de fou,
            C’est de m’avoir caché cela
            Aussi longtemps — et je vous prie
            De ne pas vous en affecter !
            Car si je peux, à l’occasion,
            J’irai pour venger votre honte.


§ Railleries de Keu


588.      — Ce sont propos de fin de table !
            Fit Keu, qui ne peut pas se taire.
            Il y a en un pot de vin
            Plus de mots — que bière en tonneau !
            On dit que le chat soûl s’amuse...


593.      Après manger, et sans bouger,
            Chacun va tuer Saladin,
            Et vous iriez “venger Fourré” !
            Vos selles sont bien rembourrées ?
            Vos armures bien astiquées ?
            Et vos bannières déployées ?
            Dépêchez-vous Messire Yvain,
            Partez aujourd'hui ou demain,
            Mais faites-nous savoir, beau sire,
            Quand vous irez vers ce martyre,
            Car nous voulons vous escorter !
            Il n’est ni prévôt ni voyer
            Qui ne veuille vous convoyer.
            Mais quoi q’il en soit, je vous prie,
            Ne partez sans nous saluer !
            Et si vous faites, cette nuit,
            Un mauvais rêve — restez donc !


§ La Reine s’en prend à Keu


610.      — Avez-vous donc perdu la tête
            Messire Keu, a fait la reine,
            Que votre langue jamais n’arrête ?
            Que cette langue soit honnie
            Tant elle est toute emplie de fiel !
            Elle devrait vous faire honte
            À débiter sans s’arrêter
            Sur chacun le pire qui soit.
            Qu’elle soit maudite, une langue
            Qui jamais n’hesite à médire !
            La votre est si malencontreuse
            Qu’elle vous fait partout haïr !
            Elle ne peut mieux vous trahir.
            Sachez que si c’était la mienne,
            De trahison l’accuserais.
            Celui qu’on ne peut corriger,
            On devrait l’attacher dans l’église,
            Aux grilles du chœur, comme un fou.


628.      — Dame, je me moque bien,
            De ses railleries, dit Yvain.
            Il en sait tant, peut tant, vaut tant
            Keu, qui dans les cours se répand,
            Que jamais n’est muet ni sourd !
            Il sait répondre à des bassesses
            Avec sagesse et courtoisie,
            Et n’a jamais fait autrement.
            Vous savez bien si je vous mens !
            Mais je n’ai cure de querelle,
            Ni de céder à la folie.


639.      Ce n’est pas lui qui est la cause
            Celui qui frappe le premier,
            Mais bien celui qui veut vengeance.
            Il moquerait n’importe qui
            Celui qui raille son ami.
            Je ne veux pas faire le chien
            Qui grince des dents, hérissé,
            Quand un autre montre les crocs. »


647.      Pendant qu’il devisaient ainsi
            Le roi de sa chambre est sorti,
            Où il était resté longtemps,
            Ayant bien dormi juque là.
            Et les présents, quand ils le virent,
            Se sont levés à son approche
            Mais il les fit tous se rasseoir.


654.      Près de la reine il s’est assis
            Et la reine alors lui donna
            De Calogrenant des nouvelles ;
            Elle lui conta mot pour mot
            Ce qu’elle savait très bien faire.


659.      Le roi l’écouta volontiers
            Et par trois fois il a juré
            Sur Pendragon, qui fut son père,
            Et sur son fils, et sur sa mère,
            Qu’il irait voir cette fontaine,
            Avant la fin de la quinzaine,
            Et la surprenante tempête ;
            Il y viendra donc dès la veille
            De la fête Saint-Jean-Baptiste,
            C’est là qu’il trouvera un gîte,
            Et avec lui pourront venir
            Tous ceux qui le désireront.


671.      Ce que le roi a déclaré,
            Toute la cour s’en réjouit,
            Car tous désiraient y aller,
            Chevaliers comme bacheliers.
            Si tout le monde était content,
            Yvain, lui, était désolé,
            Car il voulait y aller seul :
            Il était peiné, et inquiet
            Pour le roi, qui irait là-bas.


§ Yvain décide de partir


680.      Et s’il avait peur pour le roi,
            C’est qu’il pensait que le combat
            Serait confié à Keu, c’est sûr,
            Plutôt qu’à lui, s’il était là :
            À Keu il serait accordé,
            Ou peut-être même à Gauvain,
            Si d’abord il le demandait.


687.      Si l’un de ces deux le demande
            On ne l’en empêchera pas.
            Mais il ne les attendra pas,
            Il ne veut pas leur compagnie,
            Et il ira plutôt tout seul,
            Pour son bonheur ou sa douleur ;
            Qui que ce soit qui reste là,
            Lui veut y être avant trois jours,
            En Brocéliande, et cherchera
            Jusqu’à ce qu’il ait pu trouver
            L’étroit sentier plein de buissons
            Car il en est trop désireux,
            Et la lande et le château fort,
            Et l’agrément, et le plaisir,
            De voir la jolie demoiselle,
            Qui est si avenante et belle,
            Et le brave homme, avec sa fille,
            Qui honore si bien ses hôtes,
            Tant son cœur est bon et bien né.


706.      Il verra les taureaux et l’essart,
            Et le grand rustaud qui les garde.
            Il lui tarde fort de le voir,
            Ce rustre-là qui est si laid,
            Grand et affreux, et contrefait,
            Et noirci comme un forgeron.
            Puis il verra, sûrement, le perron,
            Et la fontaine, et le bassin,
            Et les oiseaux sur le grand pin :
            Il fera pleuvoir et venter.


716.      Mais il ne veut pas s’en vanter :
            Nul ne saura ce qu’il voulait,
            Jusqu’au moment où lui viendra
            Un grand honneur ou une honte...
            Alors que la chose soit sue !


§ Départ secret d’Yvain


721.      Messire Yvain quitte la cour,
            Furtivement, et sans personne
            Qui l’accompagne à son logis.
            Il y retrouve tous ses gens,
            Et leur fait seller son cheval.
            Il fait venir un écuyer,
            À qui il ne cachera rien.


728.      Holà ! Dit-il, viens avec moi,
            Dehors, apporte-moi mes armes !
            Je vais sortir par cette porte,
            Mon palefroi au petit pas.
            Garde-toi bien de traînasser,
            Car je vais m’en aller très loin.
            Que mon cheval soit bien ferré,
            Et amène-le moi très vite :
            Tu reprendras mon palefroi.
            Mais garde-toi bien, c’est un ordre,
            Si on te demande après moi,
            De raconter quoi que ce soit :
            Ta confiance en moi aujourd'hui
            Se retournerait contre toi.


742.      — Sire, fait-il, soyez sans crainte :
            Par moi personne ne saura.
            Allez donc, et je vous suivrai. »
            Mon seigneur Yvain est monté ;
            Il vengera s’il peut, la honte
            De son cousin, et reviendra.


748.      L’écuyer alors a couru
            Il est monté sur le cheval ;
            Il ne fallait pas s’attarder :
            Ni fer ni clou ne lui manquaient.
            Il suit son seigneur au galop
            Jusqu’à ce qu’il soit descendu.
            Il l’avait un peu attendu,
            Loin du chemin, dans un écart.
            Son équipement lui apporte
            Et il s’en revêt aussitôt.


758.      Messire Yvain n’a pas tardé
            Dès qu’il a fini de s’armer :
            Il est allé, jour après jour,
            Par les montagnes, les vallées ;
            Par les forêts longues et larges,
            Leurs lieux étranges et sauvages,
            Et tant de dangereux passages
            Tant de périls, et tant d’épreuves,
            Qu’il a trouvé l’étroit sentier,
            Plein de ronces et d’obscurité...
            Alors il fut bien assuré
            Qu’il ne pouvait plus s’égarer.


770.      Et s’il doit quelqu'un affronter
            Il n’arrêtera que s’il voit
            Le pin qui la fontaine ombrage
            Et le perron, et la tourmente
            Qu’il pleuve, tonne, et grêle et vente.


§ Yvain chez le vavasseur


775.      Cette nuit-là, sachez-le bien,
            Il fut logé comme il voulait.
            Chez le vavasseur il trouva
            Un accueil encore meilleur
            Que celui que je vous ai dit.
            Et chez la fille il a trouvé
            Plus de sagesse et de beauté
            Cent fois plus que Calogrenant.


783.      On ne peut pas faire la somme
            Des qualités des gens de bien
            Quand ils font preuve de bonté.
            Jamais on ne pourra tout dire,
            Nulle langue ne peut suffire
            Pour les mérites d’un prud’homme.
            Messire Yvain eut, cette nuit,
            Un bon logis, il y fut bien.


§ La fontaine périlleuse


791.      Le lendemain, dans les essarts,
            Il vit les taureaux, le rustaud,
            Qui lui indiqua le chemin.
            Mais il se signa bien cent fois,
            Tant il était impressionné
            En voyant comment la Nature
            Faisait si laide créature.
            Puis il alla vers la fontaine,
            Et vit tout ce qu’il voulait voir.


800.      Sans s’arrêter, et sans s’asseoir,
            Il versa sur le perron, vite,
            L’eau du bassin fort bien rempli.
            Alors ce fut le vent, la pluie,
            Le mauvais temps qu’il attendait.
            Et quand Dieu ramena le beau,
            Sur le pin vinrent les oiseaux
            Avec une joie merveilleuse,
            À la fontaine périlleuse.


§ Combat avec le défenseur


809.      Avant que la joie ne finisse,
            Vint, plus enflammé que la braise,
            Un chevalier si bruyamment,
            Que s’il chassait un cerf en rut !
            Sitôt qu’ils se sont aperçus,
            Ils se sont jetés l’un sur l’autre,
            Comme se haïssant à mort.


816.      Chacun avait une lance solide
            Dont ils se donnent de grands coups
            Si bien que leurs écus se percent,
            Et que les hauberts se démaillent,
            Leurs lances éclatent, se fendent
            Et bientôt volent en morceaux.


822.      Ils ont tous deux tiré l’épée,
            Et des coups qu’ils s’en sont donnés,
            Les courroies des écus ont cédé ;
            Les écus même sont brisés ;
            Et par dessus et par dessous,
            Ils n’en ont plus que des morceaux
            Qui ne leur servent plus de rien,
            Car ils sont si déchiquetés
            Qu’ils peuvent bien sur les côtés
            Sur la poitrine et sur les hanches,
            Se frapper de leurs épée blanches.


833.      Ils sont acharnés à se battre
            Et ne quittent leur position
            Pas plus que s’ils étaient deux rocs.
            Chevaliers plus enragés qu’eux
            À se donner la mort, — et vite !


838.      Ils ne gaspillent pas leurs coups
            Se les donnant du mieux qu’ils peuvent.
            Les haumes cabossés basculent,
            Les mailles de hauberts s’envolent,
            Et ils se font couler du sang.
            Ils sont si échauffés tous deux
            Que leur haubert, pas plus que froc
            De moine ne leur est utile.


846.      Au visage se frappent d’estoc :
            C’est étonnant de voir durer
            Une bataille aussi farouche.
            Mais tous deux sont si courageux
            Qu’à aucun prix, ni l’un, ni l’autre
            Ne reculerait d’un seul pas
            Avant d’avoir frappé à mort.
            Et ils ont faire encore mieux :
            Car jamais en aucun endroit
            Leurs chevaux ne furent blessés,
            Ils ne l’auraient jamais voulu !
            En selle sont toujours restés
            Sans jamais mettre pied à terre :
            La bataille en fut bien plus belle.


860.      À la fin, monseigneur Yvain,
            Du chevalier brisa le heaume ;
            Il en resta comme étourdi,
            Abasourdi, et il eut peur :
            Jamais tel coup n’avait reçu !
            Sa tête en dessous de la coiffe
            Était fendue jusqu’au cerveau ;
            Cervelle et sang avaient teinté
            La maille de son haubert blanc.
            Il en eut violente douleur
            Et le cœur faillit lui manquer.
            S’il s’est enfui, il n’eut pas tort :
            Il se sentait blessé à mort,
            Et ne pouvait plus se défendre.


874.      À lui revint, et s’est enfui,
            Vers son château, à toute bride
            Le pont fut abaissé pour lui
            La porte largement ouverte.
            Et monseigneur Yvain s’y jette
            Éperonnant à toutes forces,
            Comme gerfaut après la grue :
            De loin venu, il est tout près,
            Il croit le prendre, et ne l’a plus.
            L’autre s’enfuit, et lui le chasse,
            De si près qu’il le saisit presque,
            Et pourtant il ne peut l’atteindre,
            Même s’il entend bien sa plainte
            De la détresse qui le prend.


888.      L’autre continue de s’enfuir
            Et lui à le chasser s’acharne,
            Il craint d’avoir perdu son temps
            Si mort ou vif il ne le prend :
            Il se souvient des moqueries
            Que Kex à son propos a faites.
            Il n’aura tenu la promesse
            Qu’il avait faite à son cousin,
            Et nul ne le croira jamais,
            S’il n’en rapporte aucune preuve.


§ Au château : les portes retombantes


898.      Jusqu’à la porte du château,
            En toute hâte il l’a suivi,
            Ils y sont tous les deux entrés.
            Ils n’ont trouvé homme ni femme
            Dans les rues par où sont allés ;
            Ils y ont tous deux galopé
            Jusqu’à la porte du palais.


905.      La porte était très haute et large,
            Mais l’entrée était si étroite
            Que deux hommes sur leurs chevaux
            Ne pouvaient ensemble y entrer
            Sans se heurter et se blesser
            Ou bien s’affronter au milieu :
            Elle était faite de façon
            Qu’une arbalète bien tendue
            Guettant le rat qui s’aventure,
            Et l’espion qui est aux aguets
            Appuie, déclenche et tire et prend,
            Car l’arbalète se déclenche
            Sitôt qu’on touche le déclic
            Aussi doucement que ce soit.


919.      Le seuil de cette porte avait
            Deux trébuchets qui soutenaient
            Levée, une porte à coulisse
            En fer, aiguisée et tranchante :
            Venait-on à passer sur eux
            Alors la porte retombait !
            Vous étiez pris ou écorché,
            Quand elle vous tombait dessus,
            Tant son passage était étroit
            Tant il était bien ajusté
            Tout comme un sentier bien marqué.


930.      Et c’est par là qu’il est passé
            Le chevalier, habilement ;
            Et Messire Yvain ausitôt
            Derrière lui, à toute allure
            Arrive, en le serrant de près,
            Si bien qu’à l’arçon le tenait.
            Et pour cela était penché
            Vers lui, très en avant, sinon
            Il eût été coupé en deux !
            Ce fut pour lui bien grande chance,
            Car son cheval était passé
            Sur la commande de la porte...


942.      Et comme un diable de l’enfer
            Surgit la porte qui s’abat
            Mais sans lui causer aucun mal :
            Derrière lui a tout tranché
            Sans le toucher, Dieu soit loué !
            De monseigneur Yvain, le dos
            Elle a seulement effleuré,
            Mais a coupé ses éperons
            Tout juste au ras de ses talons,
            Et plein d’effroi, il est tombé !


952.      Du coup, le chevalier blessé
            A réussi à s’échapper :
            Il y avait une autre porte
            Tout comme celle de devant.
            Le chevalier qu’il poursuivait
            A pu s’enfuir par cette porte,
            Qui est retombée après lui !


959.      Messire Yvain était donc pris, 
            Tout plein d’angoisse, épouvanté,
            Seul, enfermé dans cette salle
            Dont le plafond était clouté
            De clous dorés et les parois
            Joliment peintes, colorées.


NOTES

Saladin Le manuscrit porte “Loradin”. Il s’agit du sultan Noureddin ; mais les manuscrits varient sur ce nom : « Saladin », « Loradin », « Noradin ». Je choisis “Saladin”, personnage le plus connu, fils de Noureddin.On a parfois utilisé ce nom comme argument pour la datation du texte d’Yvain. mais que veut dire “texte” ? La copie manuscrite n’est pas forcément la première apparition d’un “conte”...

Fourré Fourré, dans les chansons de geste, est un roi païen.L’expression “venger Fourré” avait pris le sens de : “entreprendre une bataille hasardeuse”.

voyer Le titre d’“Agent Voyer” s’utilisait encore au début du XXe siècle pour désigner la personne responsable de l'entretien des routesà l’échelle d’un canton.

fiel Le manuscrit porte ici “escarmonie” : c’est une résine aux propriété purgative.

veille Certains ont cru pouvoir s’appuyer sur ces deux vers pour déterminer la date de composition de l’œuvre. La Saint-Jean étant le 24 juin, la veille, le 23, avant le deuxième dimanche de la Pentecôte, ne s’est produit que deux fois entre 1150 et 1200 : 1166 et 1177. Mais ce genre de datation demeure largement sujet à caution.

bacheliers Un “bachelier” est un jeune homme qui n’a pas encore été armé chevalier.

forgeron Le manuscrit porte ici : « a guise d’esperon », ce qui n’a guère de sens. Je traduis en m’appuyant sur la leçon du 1433 : « a guidr de ferron ».