prev

SOMMAIRE

prev

Le cortège funèbre

SYNOPSIS :

§ Le récit de Lunete § Apparition de Laudine § Cortège funèbre

965.      Mes de rien si grant duel n'avoit
            con de ce que il ne savoit
            quel part cil an estoit alez.
            Une chanbrete iqui delez
            oï ovrir d'un huis estroit,
            que que il ert an son destroit,
            s'an issi une dameisele,
            gente de cors et de vis bele,
            et l'uis aprés li referma.


974.      Quant mon seignor Yvein trova,
            si l'esmaìa molt de premiers :
            « Certes, fet ele, chevaliers,
            je criem que mal soiez venuz :
            se vos estes ceanz tenuz
            vos i seroiz toz depeciez,
            que mes sire est a mort plaiez
            et bien sai que vos l'avez mort.
            Ma dame an fet un duel si f0rt
            et ses genz an viron lui crient,
            que par po de duel ne s'ocîent;
            si vos sevent il bien ceanz,
            mes entr'ax est li diax si granz
            que il n'i pueent or entandre,
            si vos voelent ocirre ou pandre :
            a ce ne pueent il faillir,
            quant il vos voldront assaillir. »


991.      Et mes sire Yvains li respont :
            « Ja, se Deu plest, ne m'ocirront
            ne ja par aus pris ne serai.
            - Non, fet ele, que g'en ferai
            avoec vos ma puissance tote.
            N'est mie prodon qui trop dote :
            por ce cuit que prodom soiez
            que n'iestes pas trop esmaiez.
            Et sachiez bien, se je pooie,
            servise et enor vos feroie,
            car vos la feïstes ja moi.


§ Le récit de Lunete


1002.     Une foiz, a la cort le roi
            m'envoia ma dame an message;
            espoir, si ne fui pas si sage,
            si cortoise, ne de tel estre
            come pucele deüst estre,
            mes onques chevalier n'i ot
            qu'a moi deignast parler un mot
            fors vos, tot seul, qui estes ci;
            mes vos, la vostre grant merci,
            m'i enorastes et servistes;
            de l'enor que vos m'i feistes
            vos randrai ja le guerredon.
            Bien sai comant vos avez non
            et reconeü vos ai bien :
            fils estes au roi Urîen.
            et s'avez non mes sire Yvains.
            Or soiez seürs et certains
            que ja, se croire me volez,
            n'i seroiz pris ne afolez :
            et cest mien anelet prendroiz
            et, s'il vos plest, sel me randroiz
            quant je vos avrai delivré. »


1024.     Lors li a l'anelet livré,
            si li dist qu'il avoit tel force
            com a, desus le fust, l'escorce
            qu'el le cuevre qu'an n'en voit point ;
            mes il covient que l'en l'anpoint
            si qu'el poing soit la pierre anclose;
            puis n'a garde de nule chose
            cil qui l'anel an son doi a,
            que ja veoir ne le porra
            nus hom, teint ait les ialz overz,
            ne que le fust qui est coverz
            de l'escorcc, qu'an n'en voit point.
            Mon seignor Yvain ce anjoint,


1037.     et, quant ele li ot ce dit,
            sel mena seoir en un lit
            covert d'une coute si riche
            qu'ainz n'ot tel li dus d'Osteriche ;
            cele dit que, se il voloit,
            a mangier li aporteroit ;
            et il dist qu'il li estoit bel.
            La dameisele cort isnel
            en sa chanbre, et revint molt tost,
            s'aporta un chapon en rost
            et vin qui fu de boene grape,
            plain pot, covert de blanche nape ;
            Si li a a mangier offert
            cele qui volentiers le sert ;
            et cil, cui bien estoit mestiers,
            menja et but molt volentiers.


1053.     Quant il ot mangié et beü,
            furent par leanz espandu
            li chevalier qui le queroient,
            qui lor seignor vangier voloient,
            qui ja estoit an biere mis.
            Et cele li a dit : « Amis,
            oez qu'il vos quicrent ja tuit ;
            molt i a grant noise et grant bruit,
            mes, qui que veigne, et qui que voise,
            ne vos movez ja por la noise
            que vos ne seroiz ja trovez,
            se de cest lit ne vos movez ;


1065.     ja verroiz plainne ceste sale
            de gent molt enuieuse et male
            qui trover vos i cuideront ;
            et si cuit qu'il aporteront
            par ci le cors por metre an terre ;


1070.     si vos comanceront a querre
            et desoz bans et desoz liz.
            Si seroit solaz et deliz
            a home qui peor n'avroit,
            quant gent si avuglez verroit :
            qu'il seront tuit si avuglé,
            si desconfit, si desjuglé,
            que il anrageront tuit d'ire ;


1078.     je ne vos sai ore plus dire,
            ne je n'i os plus demorer.
            Mes Deu puisse je aorer
            qui m'a doné le leu et l'eise
            de feire chose qui vos pleise,
            que molt grant talant en avoie.


1084.     Lors s'est arriers mise a la voie
            et, quant ele s'an fu tornee,
            fu tote la genz atornee
            qui de deus parz as portes vindrent
            et bastons et espees tindrent ;
            si ot molt grant fole et grant presse
            de gent felenesse et angresse ;
            et virent del cheval tranchié,
            devant la porte, la mitié.


1093.     Lors si cuidoient estre cert,
            quant li huis seroient overt,
            que dedanz celui troveroient
            que il por ocirre queroient.


1097.     Puis firent traire a mont les portes
            par coi maintes genz furent mortes,
            mes il n'i ot a celui siege
            tandu ne paveillon ne piege,
            einz i entrerent tuit de front;
            et l'autre mitié trovee ont
            del cheval mort devant le suel ;


1104.     mes onques entr'ax n'orent oel
            don mon seignor Yvain veïssent
            que molt volentiers oceïssent ;
            et il les veoit anragier,
            et forssener, et correcier,
            et disoient : « Ce que puet estre ?
            que ceanz n'a huis ne fenestre
            par ou riens nule s'an alast,
            se ce n'ert oisiax qui volast,
            ou escuriax, ou cisemus,
            ou beste ausi petite ou plus,
            que les fenestres sont ferrees,
            et les portes furent fermees
            lors que mes sire en issi fors ;


1118.     morz ou vis est ceanz li cors,
            que deìors ne remest il mie ;
            la sele assez plus que demie
            est ça dedanz, ce veons bien,
            ne de lui ne trovomes rien
            fors que les esperons tranchiez
            qui li cheîrent de ses piez ;
            or au cerchier par toz ces engles,
            si lessomes ester ces gengles,
            qu'ancor est il ceanz, ce cuit,
            ou nos somes anchanté tuit,
            ou tolu le nos ont maufé.


1130.     Ensi trestuit d'ire eschaufé
            par mi la sale le queroient
            et par mi les paroiz feroient,
            et par les liz, et par les bans,
            mes des cos fu quites et frans
            li liz, ou cil estoit couchiez,
            qu'il n'i fu feruz ne tochiez,
            mes assez ferirent antor
            et molt randirent grant estor
            par tot leanz de lor bastons,
            com avugles qui a tastons
            va aucune chose cerchant.


§ Apparition de Laudine


1142.     Que qu'il aloient reverchant
            desoz liz, et desoz eschames,
            vint une des plus beles dames
            c'onques veîst riens terrïene.


1146.     De si tres bele crestïene
            ne fu onques plez ne parole
            mes de duel feire estoit si fole
            qu'a po qu'ele ne s'ocioit
            a la foìee, si crioit
            si haut com ele pooit plus,
            et recheoit pasmee jus;
            et quant ele estoit relevee,
            ausi come fame desvee,
            se comançoit a dessirier
            et ses chevols a detranchier ;
            ses mains detuert et ront ses dras,
            si se repasme a chascun pas,


1159.     ne riens ne la puet conforter,
            que son seignor en voit porter
            devant li, en la biere, mort,
            don ja ne cuide avoir confort;
            por ce crioit a haute voiz.


§ Cortège funèbre


1164.     L'eve beneoite, et les croiz,
            et li cierge, aloient avant
            avoec les dames d'un covant,
            et li texte, et li ancenssier,
            et li clerc, qui sont despanssier
            de feire la haute despansse
            a cui la cheitive ame pansse.


1171.     Mes sire Yvains oî les criz
            et le duel, qui ja n'iert descriz,
            ne nus ne le porroit descrivre,
            ne tex ne fu escriz an livre ;
            et la processïons passa,
            mes en mi la sale amassa
            entor la biere uns granz toauz,
            que li sans chauz, clers, et vermauz,
            rissi au mort par mi la plaie;
            et ce fu provance veraie
            qu'ancor estoit leanz, sanz faille,
            cil qui ot feite la bataille
            et qui l'avoit mort et conquis.


1184.     Lors ont par tot cerchié et quis,
            et reverchié, et tremüé
            si que tuit furent tressüé
            de grant angoisse, et de tooil,
            qu'il orent por le sanc vermoil
            qui devant aus fu degotez ;
            puis fu molt feruz et botez
            mes sire Yveins, la ou il jut ;
            mes ainz por ce ne se remut ;
            et les genz plus et plus crioient
            por les plaies qui escrevoient ;
            si se mervoillent por coi seinnent,
            n'il ne truevent de coi se pleingnent
            et dist chascuns et cil et cist :
            « Entre nos est cil qui l'ocist,
            ne nos ne le veomes mie :
            ce est merveille et deablie. »


1201.     Por ce tel duel par demenoit
            la dame, qu'ele forssenoit.
            et crioit come fors del san :
            Ha! Dex, don ne trovera l'an
            l'omecide, le traîtor,
            qui m'a ocis mon boen seignor?
            Boen? Voire le meillor des buens!
            Voirs Dex, li torz an seroit tuens
            se tu l'en leisses eschaper.


1210.     Autrui que toi n'en doi blasmer
            que tu le m'anbles a veüe.
            Einz tex force ne fu veüe,
            ne si lez torz con tu me lez.
            que nes veoir ne le me lezî
            celui qui est si pres de moi.
            Bien puis dire, quant je nel voi,
            que antre nos s'est ceanz mis
            ou fantasmes ou anemis
            s'an sui anfantosmee tote;


1220.     ou il est coarz, si me dote.
            Coarz est il, quant il me crient;
            de grant coardise li vient,
            qant devant moi mostrer ne s'ose.
            Ha! fantosme, coarde chose,
            por qu'1es vers moi acoardie,
            quant vers mon seignor fus hardie?
            Que ne t'ai ore an ma baillie?
            Ta puissance fust ja faillie


1229.     Por coi ne te puis or tenir?
            Mes ce, comant pot avenir
            que tu mon seignor oceïs,
            se an traîson nel feïs?
            Ja voir par toi conquis ne ìust
            mes sires, se veü t'eüst,
            qu'en monde son paroil n'avoit,
            ne Dex ne hom ne l'i savoit,
            ne il n'en i a mes nul tex.


1238.     Certes, se tu fusses mortex,
            n'osasses mon seignor atendre
            qu'a lui ne se pooit nus prendre. »


1241.     Ensi la dame se debat,
            ensi tot par li se conbat,
            ensi tot par li se confont
            et, avoec lui, ses genz refont
            si grant duel que greignor ne pueent,


1246.     Le cors an portent, si l'anfueent;
            et tant ont quis et trib0lé
            que de querre sont saolé,
            si le leissent tot par enui,
            qu'il ne pueent veoir nelui
            qui de rien an face a mescroire.
            Et les nonains et li provoire
            orent ja fet tot le servise ;
            repeirié furent de l'iglise
            et venu sor la sepouture.


1256.     Mes de tot ice n'avoit cure
            la dameisele de la chanbre :
            de mon seignor Yvain li manbre;
            s’est a lui venue molt tost
            et dit : « Biau sire, a molt grant ost
            a ceanz ceste gent esté.
            Molt ont par ceanz tanpesté
            et reverchiez toz ces quachez,
            plus menuemant que brachez
            ne vet tracent perdriz ne caille.


1266.     Peor avez eü sanz faille.
            - Par foi, fet il, vos dites voir;
            ja si grant ne cuidai avoir.
            Encores, se il pooit estre,
            ou par pertuis ou par fenestre
            verroie volentiers la fors
            la procession et le cors. »


1273.     Mes il n'avoit antancïon
            n'au cors, n'a la procession,
            qu'il volsist qu'il fussent tuit ars,
            si li eüst costé cent mars.
            Cent mars  ? Voire, plus de cent mile.


1278.     Mes por la dame de la vile,
            que il voloit veoir, le dist ;
            et la clameisele le mist
            a une fenestre petite.
            Quan qu'ele puet vers lui s'aquite
            de l'enor qu'il li avoit feite.


1284.     Par mi cele fenestre agueite
            mes sire Yvains la bele dame,
            qui dit : « Biau sire, de vostre ame
            ait Dex merci, si voiremant
            com onques, au mien escïant,
            chevaliers sor cheval ne sist
            qui de rien mile vos vausist.
            De vostre enor, biax sire chiers,
            ne fu onques nus chevaliers,
            ne de la vostre conpaignie ;
            largesce estoit la vostre amie
            et hardemanz vostre conpainz.
            En la conpaignie des sainz
            soit la vostre ame, biax dolz sire !


1298.     Lors se deront et se dessire
            trestot quan que as mains li vient.
            A molt grant poinne se retient
            mes sire Yveins, a que qu'il tort,
            que les mains tenir ne li cort.
            Mes la dameisele li prie,
            et loe, et comande, et chastie,
            come gentix et deboneire,
            qu'il se gart de folie feire
            et dit : « Vos estes ci molt bien.
            Gardez, ne vos movez por rien,
            tant que cist diaus soit abeissiez;
            et ces genz departir leissiez,
            qu'il se departiront par tens.


1312.     S'or vos contenez a mon sens,
            si con je vos lo contenir,
            granz biens vos an porra venir.
            Ci poez ester et seoir,
            et anz et fors les genz veoir
            qui passeront par mi la voie,
            ne ja n'iert nus hom qui vos voie,
            si avroiz molt grant aventage ;
            mes gardez vos de dire outrage,
            car qui se desroie, et sormoinne,
            et d'outrage feire se poinne,
            quant il en a et eise et leu,
            je l'apel plus malvés que preu.
            Gardez, se vos pansez folie,
            que por ce ne la feites mie.


1327.     Li sages son fol pansé cuevre
            et met, s'il puet, le san a oevre.
            Or vos gardez bien come sages
            que n’i lessiez la teste an gages,
            qu'il n'en panroient reançon ;
            soiez por vos an cusançon,
            et de mon consoil vos soveigne ;
            s'estez an pes tant que je veigne,
            que je n'os plus ci arester,
            car g'i porroie trop ester,
            espoir, que l'en m'an mescresroit
            por ce que l'en ne me verroit
            avoec les autres an la presse,
            s'an panroie male confesse. »


1341.     A tant s'en part et cil remaint
            qui ne set an quel se demaint,
            que del cors qu'il voit qu'an enfue
            li poise, quant avoir n'en puet
            aucune chose qu’il an port
            tesmoing qu’il l’a ocis et mort ;
            s'il n'en a tesmoing et garant,
            que mostrer puisse a parlemant,
            donc iert il honiz en travers,
            tant est Kex, et fel, et pervers,
            plains de ranpones et d'enui,
            qu'il ne garra ja mes a lui,
            einz l'ira formant afeitant
            et gas et ranpones gitant,
            ausi con il fist l'autre jor.
1356.     Males ranpones a sejor
            li sont el cors batanz et fresches.

965.      Mais ce qui l’ennuyait le plus,
            C’était bien d’ignorer l’endroit
            Où l’autre s’en était allé.
            D’une chambre tout à côté,
            Il entendit s’ouvrir la porte
            Étroite, qui se trouvait là :
            Une demoiselle en sortit,
            Bien faite, et de joli visage,
            Qui a refermé derrière elle.


974.      Quand elle a vu messire Yvain
            Elle fut aussitôt troublée :
            « Certes, fait-elle, chevalier,
            Vous n’êtes pas le bienvenu !
            Si on vous trouve en cet endroit,
            Vous serez vite massacré :
            Mon seigneur est blessé à mort,
            Vous l’avez tué, je le sais.
            Ma Dame en est si affligée
            Avec ses gens qui crient près d’elle,
            Si tristes qu’ils veulent mourir,
            Ils savent que vous êtes là,
            Mais leur peine est tellement forte
            Qu’ils n’ont pas décidé encore
            S’il vont vous tuer ou vous pendre.
            Mais ils le feront, c’est certain
            Dès qu’ils viendront vous attaquer. »


991.      Messire Yvain alors répond :
            « Jamais, grâce à Dieu ne m’auront,
            Et jamais ils ne me tueront.
            - Non, dit-elle, j’y veillerai
            Avec vous, et toutes mes forces.
            Qui doute a bien peu de valeur
            Et je crois que grande est la vôtre
            Car vous n’êtes pas effrayé.
            Sachez le bien, si je pouvais,
            J’aurais l’honneur de vous servir
            Car jadis l’avez fait pour moi.


§ Le récit de Lunete


1002.     Une fois, à la cour du roi,
            Ma Dame me fit messagère.
            Je n’étais pas si avisée
            Ni si courtoise, ou bien lignée
            Que jeune fille aurait dû l’être,
            Et aucun chevalier ne vit
            Qui ait daigné me dire un mot,
            A part vous, qui êtes ici.
            Vous, au contraire, grand merci,
            M’avez servie et honorée.
            Et de l’honneur que vous me fîtes
            Je vous en rendrai la pareille.
            Je sais bien quel est votre nom
            Et je vous ai vite reconnu :
            Vous êtes fils du roi Urien
            Et votre nom Messire Yvain.
            Soyez donc bien sûr et certain
            Que jamais, si vous me croyez,
            Vous ne serez pris ni blessé :
            Prenez, je vous prie, cet anneau
            Que s’il vous polait vous me rendrez
            Quand je vous aurai délivré. »


1024.     Alors lui a remis l’anneau,
            Et lui dit qu’il a un pouvoir
            Comme l’écorce sur le fût,
            Qu’elle recouvre et qu’on ne voit :
            Il suffit de le prendre en main
            Et sur lui refermer le poing.
            Alors il ne craindra plus rien,
            Celui qui le porte à son doigt,
            Car on ne pourra plus le voir !
            Personne, les yeux grands ouverts,
            Ne le verra, comme le bois
            Qui est bien caché sous l'écorce.
            Voilà ce qu’elle dit à Yvain.


1037.     Après avoir ainsi parlé,
            L’a mené s’asseoir sur un lit,
            Couvert d’une couette si riche
            Plus que n’en a le duc d’Autriche,
            Et dit que s’il en a envie
            Elle peut lui donner à manger.
            Il lui a dit qu’il voulait bien.
            La demoiselle alors s’empresse,
            Va en sa chambre, et revient vite,
            Apportant un chapon rôti
            Et du vin fait de bonnes grappes,
            Un pot, sur une blanche nappe.
            Elle lui a donné à manger,
            Et l’a servi bien volontiers.
            Et lui, qui en avait besoin,
            A mangé et bu de bon cœur.


1053.     Quand il eut bien mangé, bien bu,
            Par tout le château arrivèrent
            Les chevaliers qui le cherchaient,
            Et voulaient venger leur seigneur
            Qu’ils avaient mis dans son cercueil.
            Alors elle lui dit : « Ami,
            Vous entendez ceux qui vous cherchent :
            Ils font grand bruit et grand tapage !
            Mais qui que ce soit venant là,
            Ne bougez pas, malgré le bruit
            Et on ne vous trouvera pas
            Si de ce lit vous ne bougez.


1065.     Vous verrez cette salle pleine
            De gens mauvais et ennuyeux
            Qui espèrent vous y trouver.
            Et je crois qu’ils amèneront
            Ici le corps, pour l’enterrer.


1070.     Il vous rechercheront partout
            Dessous les bancs, dessous les lits.
            Ce serait curieux et plaisant
            Pour qui ne serait pas peureux,
            De voir des gens si aveuglés,
            Car ils seront vraiment aveugles,
            Si mécontents et si déçus,
            Qu’ils en seront pleins de colère.


1078.     Je ne peux vous en dire plus,
            Je ne peux rester plus longtemps.
            Mais je peux rendre grâce à Dieu
            Qui m’a donné cette occasion
            De faire ce qui vous plaira
            Car j’en avais vraiment envie.


1084.     Elle est partie de son côté,
            Et dès qu’elle s’en est allée
            Tout le monde s’est rassemblé
            Aux deux portes se sont placés
            Brandissant bâtons et épées ;
            Il y eut une grande foule
            De gens méchants et acharnés ;
            Ils ont vu gisant à la porte
            La moitié du cheval tranché.


1093.     Alors ils ont cru que vraiment
            Quand les portes seraient ouvertes,
            À l’intérieur, ils trouveraient
            Celui dont ils voulaient la mort.


1097.     Ils ont fait remonter les portes
            Qui souvent ont tué des gens,
            Mais pour lui, il n’ont pas tendu
            De pavillon, ni fait de piège :
            Ils sont entrés là tous, de front,
            Et ont trouvé l’autre moitié
            Du cheval mort devant le seuil.


1104.     Mais ils n’ont pas l’oeil assez bon
            Pour y voir mon seigneur Yvain
            Qu’ils auraient bien voulu occire.
            Et lui les voit se mettre en rage,
            La colère s’emparer d’eux,
            Disant : « Comment est-ce possible ?
            Il n’y a portes ni fenêtres,
            Rien par où il aurait pu fuir,
            Sauf à faire comme un oiseau
            Un écureuil, une gerboise,
            Ou autre bête aussi petite,
            Car les fenêtres sont solides
            Et les portes bien refermées
            Dès que messire fut sorti.


1118.     Mort ou vivant, il est ici,
            Puiqu’il n’est pas resté dehors ;
            Quant à la selle, nous le voyons,
            Plus de sa moitié est ici,
            Mais de lui, nous ne voyons rien
            À part deux éperons tranchés,
            Qui sont tombés de ses deux pieds.
            Alors cherchons dans tous les coins,
            Et cessons donc nos bavardages :
            Il est encore ici, c’est sûr,
            Ou nous avons été dupés,
            Et les diables l’ont enlevé ! »


1130.     Ainsi en proie à la colère
            Ils le cherchaient dans cette salle, 
            Et ils frappaient sur tous les murs,
            Et sur les lits, et sur les bancs,
            Mais leurs coups ne pouvaient atteindre
            Celui sur lequel il était :
            Il ne l’ont touché ni frappé,
            Mais ont frappé partout autour ,
            En provoquant un grand fracas
            Par leur bâtons, dans cette salle,
            Comme des aveugles à tâtons
            Qui vont recherchant quelque chose.


§ Apparition de Laudine


1142.     En pendant qu’ils retournaient tout,
            Les lits comme les escabeaux,
            Survint une très belle Dame
            Plus qu’on ne vit jamais sur terre.


1146.     D’une si belle chrétienne,
            On n’a jamais rien dit, écrit,
            Mais elle était si affligée
            Qu’elle avait failli se tuer.
            Et maintenant elle criait
            Si fort qu’elle s’exténuait
            Et pâmée se laissait tomber.
            Et quand elle se relevait,
            Comme une femme sans raison,
            Elle déchirait ses habits
            Ses cheveux aussi arrachait ;
            Ses mains tordait, ses draps coupait
            Et à chaque pas s’effondrait.


1159.     Rien ne pouvait la consoler
            Voyant son seigneur emporté
            Mort, devant elle, en son cercueil...
            Jamais ne s’en consolerait,
            Et s’en plaignait à haute voix.


§ Cortège funèbre


1164.     L’eau bénite, avec la croix
            Et les cierges allaient devant
            Avec les Dames d’un couvent,
            Les encensoirs, les livres saints,
            Et les clercs, qui sont chargés
            De la dernière absolution,
            Pour l’âme encore emprisonnée.


1171.     Messire Yain entend les cris,
            Une douleur jamais décrite,
            Car nul ne pourrait la décrire,
            Et jamais ne fut mise en livre.
            Et le procession passa,
            Mais dans la salle s’assembla
            Un groupe entourant le cercueil,
            Car du sang rouge a rejailli
            Tout chaud, de la plaie du défunt.
            C’était bien la preuve certaine
            Que là-dedans gisait encore
            Celui qu’il avait combattu
            Et qu’il avait vaincu, occis*.


1184.     Ils ont partout cherché, fouillé,
            Tout déplacé, tout retourné,
            Ils en étaient tous en sueur,
            Très angoissés et fort troublés
            En ayant vu le sang vermeil
            Devant eux couler goutte à goutte ;
            Messire Yvain reçut des coups
            Là où il demeurait couché,
            Mais pour autant ne bougea pas.
            Les gens criaient de plus en plus,
            Devant les blessures rouvertes,
            En se demandant bien pourquoi,
            Et contre qui, tellement saignent.
            Et chacun dit, lui ou un autre,
            « Il est parmi nous, l’assassin,
            Et pourtant ne le voyons pas !
            Enchantement, ou diablerie... »


1201.     Et c’est pour cela que la Dame
            Hors d’elle, accablée de douleur,
            Criait, perdant toute raison :
            Ah ! Dieu ! Ne le trouvera-t-on
            Enfin, le traître meurtrier,
            Qui a tué mon bon seigneur...
            Non pas le bon, mais le meilleur !
            Dieu, tu es dans ton tort ici,
            Si tu le laisses s’échapper !


1210.     C’est toi seul que je peux blâmer,
            Car de ma vue tu le dérobes,
            On n’a jamais vu telle force,
            Et tu me fais vraiment grand tort
            De ne pas me le laisser voir
            Celui qui est si près de moi !
            Et ne le voyant pas, je crois
            Qu’entre nous il s’est introduit
            Un fantôme, ou même un démon,
            Et que je suis ensorcelée !


1220.     Ou c’est un lâche, je le crois
            Il est très craintif envers moi
            Et sa couardise l’empêche
            De venir se montrer à moi.
            Ah! Fantôme, être peureux,
            Pourquoi donc avoir peur de moi,
            Toi si hardi pour mon Seigneur ?
            Si je t’avais à ma portée,
            Ta puissance disparaîtrait.


1229.     Pourquoi ne puis-je te tenir ?
            Et comment a bien pu se faire
            Que tu aies tué mon Seigneur,
            Si ce ne fut par trahison ?
            Jamais il n’eût été vaincu,
            Par toi, s’il avait pu te voir,
            Car nul au monde ne l’égale,
            Personne n’en a vu un autre,
            Et il n’en est plus de pareil.


1238.     Certes si tu étais mortel,
            Tu n’aurais pas osé l'attendre,
            Car nul ne pouvait le défier. »


1241.     La Dame se débat ainsi,
            Elle lutte contre elle-même,
            Elle se tourmente et s’afflige,
            Et ses gens font la même chose
            Mènent le plus grand deuil possible.


1246.     Le corps emportent et l’enterrent,
            Ils ont tant cherché, ravagé,
            Que maintenant en ont assez
            Et abandonnent mécontents,
            De ne pouvoir trouver celui
            Sur qui fonder quelque soupçon.
            Les religieuses et le prêtre
            Avaient achevé le service ;
            Ils étaient sortis de l’église,
            Et venus voir la sépulture.


1256.     Mais de tout cela n’avait cure,
            La demoiselle de la chambre ;
            Elle n’a pas oublié Yvain,
            Et vers lui elle est revenue,
            Disant : « Beau sire, bien nombreux
            Étaient ces gens qui vous cherchaient.
            Ils ont été comme furies
            Et fouillé tout ce qu’ils pouvaient,
            Plus en détails même, qu’un braque
            Courant après perdrix et cailles.


1266.     Vous avez eu peur, je crois bien !
            - Ma foi, dit-il, vous dites vrai,
            Je n’ai jamais eu aussi peur...
            Mais si possible je voudrais,
            Par un trou ou bien la fenêtre,
            Oui, vraiment j’aimerais beaucoup
            Voir la procession et le corps. »


1273.     En fait il se souciait peu,
            Du corps et de la procession.
            Il eût voulu qu’ils brûlent tous,
            Lui en eût-il coûté cent marcs.
            Cent marcs ? Même plus de cent mille !


1278.     Mais la Dame de ce château,
            C’est elle qu’il veut voir, dit-il ;
            La demoiselle alors l’a mis
            À une petite fenêtre.
            Autant qu’elle le peut, s’acquitte
            De l’honneur qu’il lui avait fait.


1284.     Et par cette fenêtre il guette
            Messire Yvain, la belle dame,
            Qui dit : « Beau sire, de votre âme,
            Que Dieu ait pitié, oui, vraiment,
            Pour le meilleur des chevaliers
            Qui à mon avis s’est jamais mis
            À cheval, et que nul n’égale.
            Mon cher seigneur, jamais nul autre
            Meilleur chevalier n’a été
            Ni de meilleure compagnie.
            Largesse a été votre amie
            Courage votre compagnon.
            Que votre âme, mon beau doux sire,
            Soit en la compagnie des Saints !


1298.     Alors se pâme, elle déchire,
            Tout ce qui tombe sous sa main.
            Yvain se retient à grand peine
            Il voudrait se précipiter
            Pour aller lui tenir les mains.
            Mais la demoiselle près de lui
            Pour son bien le prie, le supplie
            Bonne et gentille comme elle est,
            Qu’il se garde bien de le faire,
            Et dit : « Vous êtes bien ici ;
            Restez et surtout ne bougez,
            Tant que ce deuil n’est achevé,
            Et laissez tous ces gens partir :
            Car bientôt ils vont s’en aller.


1312.     Si vous suivez bien mes conseils,
            Comme vous devriez le faire,
            Vous n’en tirerez que du bien.
            Asseyez-vous, restez ici,
            Voyez les gens entrer, sortir,
            Regardez-les sur le chemin :
            Aucun ne vous apercevra,
            C’est pour vous un grand avantage.
            Mais gardez vous de vous trahir,
            Car celui qui se laisse emporter
            Et révèle ses intentions
            Quand il en a l’occasion,
            Est plus méchant que courageux.
            Si la folie vient vous tenter,
            Gardez-vous bien de n’y céder.


1327.     Le sage ses folles pensées
            Retient, et s’ouvre à la raison.
            Comportez-vous comme le Sage,
            Ne laissez votre tête en gage,
            Et qu’ils n’en demandent rançon !
            Prenez donc bien soin de vous-même,
            Et n’oubliez pas mes bons conseils.
            Restez ainsi, que je revienne,
            Car je n’ose plus demeurer :
            Si je restais longtemps ici,
            Peut-être on me soupçonnerait,
            En ne me voyant pas mêlée
            Avec les autres, dans la foule,
            Et ce serait mauvais pour moi ! »


1341.     Elle s’en va, et lui demeure,
            Qui ne sait trop quel parti prendre :
            Voir le cadavre qu’on enterre
            Le désole, car il ne peut lui prendre
            Quoique ce soit qui prouverait
            Qu’il l’a vraiment vaincu, tué !
            S’il n’a ni preuve ni témoin,
            Qu’il puisse montrer au retour,
            Il sera fort déshonoré,
            Car Kex est un traître cruel,
            Railleur et prompt à la brimade ;
            Il ne me laissera en paix,
            Jamais, mais il m’insultera,
            Se moquera, me raillera,
            Comme il l’a souvent fait déjà.
            Sur le cœur, il les a gardées
            Ces railleries ces méchancetés.