prev

SOMMAIRE

prev

Amours d’Yvain et de Laudine

SYNOPSIS :

§ Yvain observe Laudine § Lunete prend les choses en mains § Lunete intercède pour Yvain auprès de Laudine § Débat intérieur de Laudine § Laudine s’imagine avec Yvain

1358.     Mes de son çucre et de ses bresches
            li radolcist novele amors
            qui par sa terre a fet un cors ;
            s'a tote sa proie acoillie ;
            son cuer a o soi s'anemie,
            s'aimme la rien qui plus le het.
            Bien a vangiee, et si nel set,
            la dame la mort son seignor ;
            vangence en a feite greignor,
            que ele panre n'an seüst,
            s'Amors vangiee ne l'eüst,
            qui si dolcemant le requiert
            que par les ialz el cuer le fiert;


1371.     et cist cos a plus grant duree
            que cos de lance ne d'espee :
            cos d'espee garist et sainne
            molt tost, des que mires i painne;
            et la plaie d'Amors anpire
            quant ele est plus pres de son mire.
            Cele plaie a mes sire Yvains,
            dom il ne sera ja mes sains,
            qu'Amors s'est tote a lui randue.
            Les leus ou ele ert espandue
            vet reverchant, et si s'an oste;
            ne vialt avoir ostel ne oste
            se cestui non, et que preuz fet
            quant de malvés leu se retret
            por ce qu'a lui tote se doint.


1386.     Ne cuit qu'aillors ait de lui point;
            si cerche tcz ces vix ostex ;
            s'est granz diax quant Amors est tex
            et quant ele si mal se prueve
            qu'el plus despit leu qu'ele trueve
            se herberge ele autresi tost
            com an tot le meillor de l'ost.
            Mes or est ele bien venue,
            ci iert ele bien maintenue
            et ci li fet boen sejorner.


1396.     Ensi se devroit atorner
            Amors qui est molt haute chose,
            car merveille est comant ele ose
            de honte an malvés leu descendre.
            Celui sanble qui an la cendre
            et an la poudre espant son basme
            et het enor, et ainme blasme,
            et destranpre suie de miel,
            et mesle çucre avoeques fiel.
            Mes or n'a ele pas fet ceu,
            logiee s'est an franc aleu,
            dom nus ne li puet feire tort.


§ Yvain observe Laudine


1408.     Quant en ot anfoï le mort,
            s'an partirent totes les genz ;
            clefs, ne chevaliers, ne sergenz,
            ne clame n'i remest, que cele
            qui sa dolor mie ne cele.
            Mes iqui remest totc sole,
            et savant sc prant a la golc,
            et tort ses poinz, et bat ses paumes
            et list en un sautier, ses saumes,
            anluminé a letres d'or.


1418.     Et mes sire Yvains est ancor
            a la fenestre ou il l'esgarde ;
            et quant il plus s'an done garde,
            plus l'ainme, et plus li abelist.
            Ce qu'ele plore et qu'ele list
            volsist qu'ele lessié eüst
            et qu'a lui parler li pleüst.


1425.     An ce voloir l'a Amors mis
            qui a la fenestre l'a pris;
            mes de son voloir se despoire,
            car il ne puet cuidier ne croire
            que ses voloirs puisse avenir,
            et dit ; « Por fos me puis tenir,
            quant je vuel ce que ja n'avrai ;
            son seignor a mort li navrai
            et je cuit a li pes avoir !


1434.     Par foi, je ne cuit pas savoir,
            qu'ele me het plus or en droit
            que nule rien, et si a droit.
            D'or en droit ai ge dit que sages,
            que fame a plus de cent corages.
            Celui corage qu'ele a ore,
            espoir, changera ele ancore ;
            ainz le changera sanz espoir ;


1442.     molt sui fos quant je m'an despoir,
            et Dex li doint ancor changier,
            qu'estre m'estuet an son dongier
            toz jorz mes, des qu'Amors le vialt.
            Qui Amor en gré ne requialt
            des que ele an tor li l'atret
            felenie et traîson fet;
            et je di, qui se vialt si l'oie,
            que cil n'a droit en nule joie.


1451.     Mes por ce ne perdrai je mie,
            toz jorz amerai m'anemie,
            que je ne la doi pas haïr
            se je ne voel Amor traïr.
            Ce qu'Amors vialt doi je amer.
            Et doit me ele ami clamer?
            Oil, voir, por ce que je l'aim.
            Et je m'anemie la claim
            qu'ele me het, si n'a pas tort,
            que ce qu'ele amoit li ai mort.
            Donques sui ge ses anemis ?
            Nel sui, certes, mes ses amis.


1463.     Grant duel ai de ses biax chevox
            c'onques rien tant amer ne vox,
            que fin or passent, tant reluisent.
            D'ire m'espranent et aguisent,
            quant je les voi ronpre et tranchier,
            n'onques ne pueent estanchier
            les lermes, qui des ialz li chieent
            totes ces choses me dessieent.
            A tot ce qu'il sont plain de lermes
            si qu'il n'en est ne fins ne termes,
            ne furent onques si bel oel.


1474.     De ce qu'ele plore me duel,
            ne de rien n'ai si grant destrece
            come de son vis qu'ele blece,
            qu'il ne l'eüst pas desservi :
            onques si bien taillié ne vi,
            ne si fres, ne si coloré ;
            mes ce me par a acoré
            que ele est a li enemie.
            Et voir, ele ne se faint mie
            qu'au pis qu'ele puet ne se face,
            et nus cristauz ne nule glace
            n'est si clere ne si polie.
            Dex! Por coi fet si grant folie
            et por coi ne se blece mains?
            Por coi detort ses beles mains,
            et fiert son piz et esgratine ?


1490.     Don ne fust ce mervoille fine
            a esgarder, s'ele fust liee,
            quant ele est or si beile iriee?
            Oil voir, bien le puis jurer,
            onques mes si desmesurer
            ne se pot an biauté Nature,
            que trespassee i a mesure,
            ou ele, espoir, n'i ovra onques.
            Comant poïst ce estre donques ?
            Don fust si grant biauté venue ?
            Ja la fist Dex, de sa main nue,
            por Nature feire muser.


1502.     Tot son tans i porroit user
            s'ele la voloit contreìere,
            que ja n'en porroit a chief trere
            nes Deus, s'il s'an voloit pener,
            ce cuit, ne porroit asener
            que ja mes nule tel feîst,
            por poinne que il i meîst.


1509.     Ensi mes sire Yvains devise.
            Celi qui de duel se debrise,
            n’ainz mes ne cuit qu'il avenist
            que nus hom qui prison tenist,
            tel com mes sire Yvains la tient,
            que de la teste perdre crient,
            amast an si ìole meniere,
            dom il ne fera ja proiere
            ne autres por lui, puet cel estre.


1518.     Tant demora a la fenestre
            qu'il an vit la dame raler,
            et que l'en ot fet avaler
            anbedeus les portes colanz.


1522.     De ce fust uns autres dolanz
            que mialz amast sa delivrance
            qu'il ne feîst la demorance ;
            et il met tot autant a oevre
            se l'en les clot, con s'an les oevre.
            Il ne s'an alast mie certes,
            se eles li fussent overtes,
            ne se la dame li donast
            congié, et si li pardonast
            la mort son seignor boenemant,
            si s'en alast seüremant,


1533.     qu'Amors et Honte le retienent
            qui de deus parz devant li vienent :
            il est honiz, se il s'en va
            que ce ne recresroit en ja
            qu'il eüst ensi esploitié ;
            d'autre part, ra tel covoitié
            de la bele dame veoir
            au moins, se plus n'en puet avoir,
            que de la prison ne li chaut :
            mialz vialt morir que il s'en aut.


§ Lunete prend les choses en mains


1543.     Mes la dameiscle repeire,
            qui li vialt conpaignie feire
            et solacier, et deporter
            et porchacier, et aporier
            quan que il voldra a devise.


1548.     Dc l'Amor qui en lui s'est mise
            le trova trespansé et vain ;
            si li a dit : « Mes sire Yvain.
            quel siegle avez vos puis eü ?
            — Tel, fet il, qui molt m'a pleü.
            — Pleü ? Por Deu, dites vos voir ?
            Comant puet donc boen siegle avoir
            qui voit qu'an le quiert por ocirre ?
            Cil ainme sa mort et desirre !


1557.     - Certes, fet il, ma dolce amie,
            morir n'i voldroie je mie,
            et si me plot molt tote voie
            ce que je vi, se Dex me voie,
            et plot et pleira toz jorz mes.


1562.     — Or le leissons a tant an pes »,
            fet cele qui bien set antendre
            ou ceste parole vialt tendre;
            « ne sui si nice ne si fole
            que bien n'entande une parole ;
            mes or an venez aprés moi,
            que je panrai prochein conroi
            de vos gitier fors de prison.


1570.     Bien vos metrai a garison,
            s'il vos plest, ennuit ou demain;
            or an venez, je vos an main. ›
            Et il respont : « Soiez certainne,
            je n'an istrai iors, de semainne,
            en larrecin ne an enblee.
            Quant la genz iert tote asanblee
            par mi ces rues, la defors,
            plus a enor m'en istrai lors,
            que je ne feroie nuitantre.  »


1580.     A cest mot, aprés li s'en antre
            dedanz la petite chanbrete.
            La dameisele qui fu brete,
            fu de lui servir an espans,
            si li fist creance et despans
            de tot quan que il li covint.
            Et quant leus fu, si li sovint
            de ce que il li avoit dit,
            que molt li plot ce que il vit,
            que par la sale le queroient
            les genz qui de mort le haoient.
            La dameisele estoit si bien
            de sa dame, que nule rien
            a dire ne li redotast,
            a que que la chose montast,
            qu'ele estoit sa mestre et sa garde.


§ Lunete intercède pour Yvain auprès de Laudine


1596.     Et por coi fust ele coarde
            de sa dame reconiorter
            et de son bien amonester?
            La premiere ìoiz a consoil
            li dist : « Dame, molt me mervoil
            que folemant vos voi ovrer.
            Dame, cuidiez vos recovrer
            vostre seignor por vostre duel?
            — Nenil, fet ele, mes mon vuel
            seroie je morte d'enui.
            — Por coi? — Por aler aprés lui.
            — Aprés lui? Dex vos an desìande
            qui ausi boen seignor vos rande
            si com il an est posteïs.


1610.     — Einz tel mançonge ne deïs,
            qu’il ne me porroit si boen randre.
            — Meillor, se vos le volez prandre,
            vos randra il, sel proveral.
            — Fui ! Teis ! Ja tel ne troverai.
            — Si feroiz, dame, s'il vos siet.
            Mes or dites, si ne vos griet,
            vostre terre, qui desfandra
            quant li rois Artus i vendra
            qui doit venir l'autre semaìnne
            au perron et a la fontainne ?
            N'en avez vos eü message
            de la dameisele sauvage
            qui letres vos en anvea ?
            Ahi ! con bien les anplea !
            Vos deüssiez or consoil prendre
            de vostre fontainne desfandre,
            et vos ne finez de plorer !


1628.     N'i eüssiez que demorer,
            s'il vos pleüst, ma dame chiere ;
            que certes une chanberiere
            ne valent tuit, bien le savez,
            li chevalier que vos avez :
            ja par celui qui mialz se prise
            n'en iert escuz ne lance prise.
            De gent malveise avez vos mont,
            mes ja n'i avra si estout
            Qui sor cheval monter en ost,
            et li rois vient a si grant ost
            qu’il seisira tot, sanz desfansse. »
            La dame set molt bien et pansse
            que cele la conseille an foi ;


1642.     mes une folie a en soi
            que les autres fames i ont :
            trestotes, a bien pres, le font,
            que de lor folie s'ancusent
            et ce qu'eles voelent refusent.


1647.     « Fuil fet ele, lesse m'an pes.
            Se je t'an oi parler ja mes,
            ja mar feras, mes que t'an fuies :
            tant paroles que trop m'enuies.
            — A beneür, fet ele, dame,
            bien i pert que vos estes fame,
            qui se corroce quant ele ot
            nelui qui bien feire li lot.  »


1655.     Lors s'an parti, si la leissa ;
            et la dame se rapanssa
            qu'ele avoit si grant tort eü ;
            molt volsist bien avoir seü
            comant ele poïst prover
            qu'an porroit chevalier trover
            meillor c'onques ne fu ses sire :
            se li orroit volentiers dire,
            mes ele li a desfandu.


1664.     An ce panser a atendu
            jusque tant que ele revint ;
            mes onques desfansse n'en tint,
            einz li redit tot maintenant :
            « Ha! dame, est ce ore avenant,
            qui si de duel vos ocïez ?
            Por Deu, car vos en chastîez,
            si le laissiez seviaus de honte :
            a si haute dame ne monte
            que duel si longuemant mainteigne.
            De vostre enor vos resoveigne
            et de vostre grant gentillesce.
            Cuidiez vos que tote proesce
            soit morte avoec vostre seignor ?
            Que autresi boen ou meillor
            an sont remés par mi le monde.
            — Se tu ne manz, Dex me confonde !
            Et ne por quant un seul m'an nome
            qui ait tesmoing de si preudome
            con mes sire ot tot son ahé.
            — Et vos m'an savrîez mal gré,
            si vos recorrocerïez
            et m'en remenacerîez.
            — Nel ferai, je t'en asseür.
            — Or soit a vostre boen eür,
            qui vos en est a avenir,
            se il vos venoit a pleisir.
            Et ce doint Dex que il vos pleise !


1692.     Ne voi rien por coi je m'an teise,
            que nus ne nos ot ne escoute.
            Vos me tanroiz ja por estoute,
            mes bien puis dire, ce me sanble,
            quant dui chevalier sont ansanble
            venu a armes en bataille,
            li quex cuidiez vos qui mialz vaille,
            quant li uns a l'autre conquis ?
            An droit de moi doing je le pris
            au veinqueor. Et vos, que feites?
            — Il m'est avis que tu m'agueites,
            si me viax a parole prandrc.
            — Par foi, vos poez bien entandre
            que je m'an vois par mi le voir,
            et si vos pruef par estovoir
            que mialz valut cil qui conquist
            vostre seignor, que il ne fist :
            il le conquist et sel chaça
            par hardemant anjusque ça,
            et si l'enclost an sa meison.


1712.     — Or ai ge oï desreïson
            la plus grant c'onques mes fust dite.
            Fui ! plainne de mal esperite,
            ne mes devant moi ne reveingnes,
            por coi de lui parole teignes.
            — Certes, dame, bien le savoie
            que ja de vos gré n'en avroie,
            et jel vos dis molt bien avant.
            Mes vos m'eüstes an covant
            que ja ire n'en avrîez
            ne mal gré ne m'an savrïez.


1723.     Mal m'avez mon covant tenu,
            si m'est or ensi avenu
            et dit m'avez vostre pleisir ;
            si ai perdu un boen teisir. »


1727.     A tant vers sa chanbre retorne,
            la ou mes sire Yvains sejorne
            cui ele garde a molt grant eise ;
            mes n'i ot chose qui li pleise,
            qant la dame veoir ne puet,
            et del plet que cele li muet
            ne se garde, ne n'an set mot.


§ Débat intérieur de Laudine


1734.     Mes la dame tote nuit ot
            a li meîsmes grant tançon,
            qu'ele estoit en grant cusançon
            de sa fonteinne garantir.
            Si se comance a repantir
            de celi qu'ele avoit blasmee,
            et leidie, et mesaamee,
            qu'ele est tote seüre et certe
            que por loier, ne por desserte,
            ne por amor qu'a celui ait,
            ne l'en mist ele onques en plait.
            Et plus ainme ele li que lui,
            ne sa honte ne son enui
            ne li loeroit ele mie,
            que trop est sa leax amie.


1749.     Ez vos ja la dame changiee :
            de celi qu'ele ot leidangiee
            ne cuide ja mes a nul fuer
            que amer la doie an son cuer,
            et celui qu'ele ot refusé
            ra molt lëaumant escusé
            par reison et par droit de plet
            qu'il ne li avoit rien mesfet,
            si se desresne tot ensi
            con s'il ìust venuz devant li ;


§ Laudine s’imagine avec Yvain


1759.     lors sel comançe a pleidoier :
            « Viax tu donc, fet ele, noier
            que par toi ne soit morz mes sire ?
            — Ce, fet il, ne puis je desdire,
            einz l'otroi bien. — Di donc por coi
            feïs le tu ? Por mal de moi,
            por haine, ne por despit ?
            — Ja n'aie je de mort respit
            s'onques por mal de vos le fis.
            — Donc n'as tu rien vers moi mespris
            ne vers lui n'eüs tu nul tort,
            car s'il poïst, il t'eüst mort ;
            Por ce, mien escïant, cuit gié
            que j'ai bien et a droit jugié.


1358.     Mais voilà qu’un nouvel amour
            Lui apporte un rayon de miel ;
            Il a parcouru sa terre
            Et lui rapporte son butin ;
            Son ennemie a pris son cœur :
            Il aime celle qui le hait !
            Elle a vengé, sans le savoir,
            La mort de son noble seigneur.
            Et sa vengeance est pire encore
            Qu’elle-même n’eût su le faire :
            Si Amour ne s’en occupait,
            Lui qui si doucement l’attaque,
            Et le frappe au cœur par les yeux !


1371.     Ce coup le blesse plus longtemps
            Qu’un coup de lance ou bien d’épée :
            Un coup d'épée tôt se referme
            Et guérit, grâce au médecin.
            Mais la plaie d’Amour, elle, empire,
            Quand le médecin s’en approche.
            C’est la plaie de Messire Yvain,
            Dont il ne guérira jamais,
            Car Amour s’est à lui voué.
            Il va fouiller dans tous les lieux
            Où il s’est mis, et il les quitte :
            Il ne veut avoir pour logis,
            Que lui seul, et fait sagement,
            De quitter tous ces mauvais lieux
            Puisqu’à lui seul, il s’est donné.


1386.     Nulle part ailleurs ne veut être,
            Et fouille ces anciens logis ;
            Dieu ! Quand Amour est aussi grand
            C’est faire montre de bassesse
            Que d’habiter des lieux si vils,
            Quand il peut trouver à loger
            Dans le meilleur des campements !
            Mais il est vraiment bien tombé :
            Ici il aura les honneurs,
            Et il fera bon séjourner.


1396.     Ainsi devrait se comporter
            Amour, qui est si noble chose,
            Qu’il est étonnant de le voir
            Tomber en de tels lieux de honte !
            Il semble comme celui qui
            En la cendre étale son baume,
            Hait les honneurs, aime le blâme,
            Fait tremper la suie dans le miel,
            Mélange le sucre et le fiel.
            Mais cette fois, ne le fait pas :
            En noble logis, il s’installe,
            On ne peut le lui reprocher.


§ Yvain observe Laudine


1408.     Quand on eut enfoui le mort,
            Tout le monde s’en est allé,
            Clercs, chevaliers, et serviteurs ;
            Il n’est seulement resté qu’elle,
            Qui ne peut cacher sa douleur.
            Elle est demeurée toute seule,
            Et se serre souvent la gorge,
            Se tord les poings, tape en ses mains,
            Lisant les psaumes d’un psautier,
            Enluminé en lettres d’or.


1418.     Monseigneur Yvain est encore
            À la fenêtre, et il regarde ;
            Et plus il la voit, la regarde,
            Plus elle lui plaît, plus il l’aime.
            Ce qu’elle pleure et qu’elle lit,
            Il voudrait qu’elle les oublie
            Qu’elle ait plaisir à lui parler.


1425.     Amour lui donne ce désir
            Qui de la fenêtre l’a pris.
            Mais ce qu’il veut le désespère,
            Car il ne peut vraiment pas croire
            Que ce qu’il veut puisse advenir.
            Il se dit : « je me tiens pour fou
            Quand je vois ce que je n’aurai !
            J’ai blessé à mort son seigneur,
            Comment être avec elle en paix ?


1434.     Vraiment, je ne peux le croire,
            Car elle me hait maintenant,
            Plus que tout, et elle a raison !
            Mais si j’ai bien dit « maintenant  »
            C’est que souvent femme varie,
            Et ce qu’elle veut maintenant
            Peut-être changera bientôt,
            Ou bien changera sûrement.


1442.     J’ai bien tort d’être sans espoir,
            Dieu devrait la faire changer,
            Car je demeure en son pouvoir,
            À tout jamais : Amour le veut,
            Qui n’aime pas de son plein gré
            L’autre qui devers lui l’attire
            Commet félonie, trahison.
            Et je dis à qui veut l’entendre
            Qu’il n’en doit tirer nulle joie.


1451.     Mais moi je ne veux pas y perdre :
            J’aimerai mon amie, toujours,
            Car je ne dois pas la haïr
            Si je ne veux Amour trahir.
            Je dois aimer ce qu’Amour veut.
            Doit-elle m’appeler ami ?
            Oui, c’est bien sûr, puisque je l’aime.
            Je l’appelle mon ennemie
            Puisqu’elle me het, sans avoir tort,
            Car j’ai tué qui elle aimait.
            Serais-je donc son ennemi ?
            Certes non, je suis son ami.


1463.     Ses beaux cheveux me font souffrir :
            Car autant qu’eux, je n’aime rien ;
            Ils sont plus luisants que l’or fin !
            Ils me font enrager, m’enflamment,
            Quand je la vois les arracher...
            Et jamais ne pourront sécher
            Les larmes coulant de ses yeux ;
            Tout cela me fait grande peine.
            Mais même s’ils sont pleins de larmes,
            Qui ne pourront jamais cesser,
            On ne vit jamais si beaux yeux !


1474.     Ses pleurs me font bien de la peine,
            Et rien ne me désole autant,
            Que la voir griffer son visage,
            Qui ne mérite pas cela !
            Jamais n’en vis d’aussi joli,
            Si frais, avec un si beau teint
            Et cela me brise le cœur,
            Qu’elle soit sa propre ennemie.
            Vraiment, elle n’hésite pas
            À s’infliger les pires peines ;
            Et ni les cristaux ni la glace
            Ne sont aussi beaux aussi lisses...
            Dieu ! Pourquoi donc cette folie,
            Et pourquoi se blesser autant ?
            Pourquoi tordre ses blanches mains,
            Frapper son sein, qu’elle égratigne ?


1490.     Ne serait-ce pas merveilleux
            De la voir ainsi, mais heureuse,
            Elle si belle en sa fureur ?
            Oui vraiment, je peux le jurer,
            Jamais Nature n’a pu faire,
            Beauté aussi démesurée :
            Elle a dépassé la mesure
            Et jamais plus ne le pourra.
            Comment cela se pourrait-il ?
            D’où si grande beauté vient-elle ?
            Dieu la fit donc, de ses mains nues,
            Pour distraire un peu la Nature.


1502.     Elle y passerait tout son temps
            Si elle voulait l’imiter,
            Sans jamais en venir à bout.
            Même Dieu, s’il en prend la peine,
            Je crois, ne pourrait parvenir
            À refaire ce qu’il a fait
            Et quelque peine qu’il y mette. »


1509.     Ainsi Messire Yvain contemple
            Celle que sa douleur déchire.
            Je ne crois pas qu’on vît jamais
            Un homme tenu prisonnier
            Comme il en est de Sire Yvain
            Et qui craint d’en perdre la tête,
            Avoir si follement aimé
            Sans pouvoir jamais l’avouer
            Ni personne pour lui le faire.


1518.     Il est resté à la fenêtre
            Jusqu’à ce qu’elle soit partie,
            Et que l’on eut fait retomber
            Les deux portes qui coulissaient.


1522.     Un autre en eût été peiné,
            Espérant être délivré
            Plutôt que de devoir rester !
            Mais lui agit tout autrement :
            Qu’on les lui ouvre, ou les referme.
            Il ne s’en irait certes pas
            Si devant lui on les ouvrait,
            Ni si la Dame lui donnait
            Son congé, et lui pardonnait
            Même la mort de son seigneur,
            Et puisse aller tranquillement.


1533.     Amour et Honte le retiennent
            Qui des deux côtés vers lui viennent :
            Partir le déshonorerait,
            Car personne ne le croirait
            Qu’il ait accompli cet exploit.
            Et d’autre part, il voudrait tant
            Rencontrer cette belle Dame,
            La voir, si ce n’est davantage,
            Que la prison l’inquiète peu :
            Et mieux vaut mourir que partir.


§ Lunete prend les choses en mains


1543.     La demoiselle est revenue
            Qui veut lui tenir compagnie,
            Le consoler, le contenter
            Et rechercher et lui donner
            Tout ce dont il aurait envie.


1548.     De l’Amour en lui installé
            Elle le trouve bien pensif,
            Alors lui dit : « Messire Yvain
            Comment s’est passé tout ce temps ?
            — Très bien, fait-il, j’en suis content.
            — Content, vraiment ? Dites-le moi !
            Comment peut-on se réjouir
            Quand des gens veulent vous occire ?
            C’est donc vouloir sa propre mort !


1557.     — Certes, fait-il, ma douce amie,
            Je ne souhaite pas mourir,
            Pourtant, ce que j’ai vu m’a plu,
            M’a plus beaucoup, Dieu m’est témoin,
            M’a plu, et me plaît toujours plus.


1562.     — Alors laissons cela en paix. »
            Dit celle qui a bien compris
            Ce que ces mots laissaient entendre.
            «  Je ne suis ni folle ni sotte
            Et j’ai bien compris vos paroles ;
            Mais maintenant suivez-moi donc,
            Je vais maintenant m'occuper
            De vous sortir de la prison.


1570.     Je vous mettrai bien à l’abri,
            Aujourd'hui ou demain, au choix ,
            Mais venez donc, je vous emmène. »
            Et lui répond : « Soyez certaine,
            Ni aujourd'hui et ni demain,
            Comme un voleur, ne partirai !
            Quand la foule sera assemblée,
            Dans les rues qui sont là dehors,
            Je sortirai, à mon honneur,
            Plus que ne le ferais de nuit. »


1580.     Sur ces mots, il entre après elle
            Dans sa petite chambrette.
            Et elle, comme rusée bretonne,
            S’efforça de bien le servir :
            Elle lui fournit à crédit
            Tout ce dont il avait besoin.
            Et quand le moment fut venu,
            Se souvint de ce qu’il disait :
            Que ce qu’il voyait lui plaisait,
            Quand tous ces gens le recherchaient,
            Tous ceux qui désiraient sa mort.
            La demoiselle était si proche
            De sa Dame, qu’il n’était rien
            Dont elle n’aurait pu parler,
            Si importante que ce soit,
            Car elle était sa confidente.


§ Lunete intercède pour Yvain auprès de Laudine


1596.     Pourquoi donc eût-elle hésité
            À réconforter sa maîtresse,
            Et la conseiller pour son bien ?
            Lors de leur premier entretien
            Elle a dit : « Dame, je m’étonne
            De vous voir agir bêtement.
            Croyez-vous donc le retrouver
            Votre seigneur, par votre deuil ?
            — Du tout, fait-elle, mais je veux
            Mourir vraiment de mon chagrin.
            — Pourquoi ? Pour aller avec lui.
            — Avec lui ? Que Dieu vous en garde !
            Qu’il vous en rende un aussi bon
            Car cela est en son pouvoir.


1610.     — Jamais tu n’as dit tel mensonge :
            Un aussi bon ne peut me rendre !
            — Meilleur encore, si vous voulez
            Le prendre — et vous le prouverai.
            — Va-t’en, tais-toi ! C’est impossible...
            — Je le ferai, si le voulez.
            Mais dites-moi donc, s’il vous plaît,
            Qui va défendre votre terre,
            Quand le roi Arthur sera là
            Qui doit venir l’autre semaine
            Au perron, et à la fontaine ?
            N’avez-vous pas eu le message
            De la dame de la forêt
            Qui vous l’a dit dans une lettre ?
            Ah ! Comme elle a vraiment bien fait !
            Vous devriez bien maintenant
            Songer comment pouvoir défendre
            Votre fontaine — et vous pleurez !


1628.     Vous ne devriez pas attendre,
            Je vous en prie, ma chère Dame,
            Car les chevaliers qui sont vôtres,
            Ne valent pas, vous le savez
            Votre simple femme de chambre :
            Le plus orgueilleux parmi eux
            Ne prendra ni écu ni lance ;
            Vous avez trop de prétentieux,
            Et aucun d’eux d’assez hardi
            Qui ose monter son cheval !
            Et le roi a si grande armée
            Qu’il prendra tout sans hésiter. »
            La Dame sait très bien, et pense
            Qu’elle dit ça de bonne foi.


1642.     Mais son jugement est faussé
            Comme il est chez beaucoup de femmes ;
            Presque toutes font cette erreur :
            Elles se cachent leurs folies
            Ce qu’elles veulent, se le refusent.


1647.     « Va t’en ! Et laisse-moi en paix !
            Dit-elle, et si tu recommences
            Tu n’auras plus qu’à disparaître
            Tu parles tant que tu m’ennuies.
            — Eh bien ! dit-elle, chère dame,
            On voit bien que vous êtes femme
            Qui vous courroucez à entendre
            Les bons conseils que l’on vous donne ! »


1655.     Elle partit, la laissant seule.
            Et la Dame alors s’avisa
            Qu’elle avait bien eu vraiment tort.
            Elle voulut vraiment savoir
            Comment elle pourrait prouver
            Qu’on pût trouver un chevalier
            Meilleur que ne fut son seigneur :
            Elle aimerait qu’elle lui dise
            Mais elle lui a défendu.


1664.     Dans cet idée elle attendit
            Jusqu’à ce que l’autre revienne.
            Et celle-ci ne se retient,
            Mais aussitôt le lui répète :
            « Ah ! Dame, est-ce bien le moment
            De vous infliger tant de mal ?
            Par Dieu, vous devez vous reprendre,
            Laissez cela, qui vous fait honte :
            Pour une Dame comme vous,
            Ne convient mener si long deuil.
            Souvenez-vous de votre rang
            Et quelle est votre noblesse.
            Croyez-vous que toute prouesse
            Soit morte avec votre seigneur ?
            Il en d’autres par le monde
            Qui sont aussi bons — ou meilleurs.
            — Dieu te confonde si tu mens !
            Ceci étant, cite m’en un,
            Qui ait prouvé valeur semblable
            À celle que mon seigneur eut.
            — Et vous ne m’en sauriez pas gré,
            Seriez de nouveau en colère,
            De nouveau me menaceriez !
            — Je n’en ferai rien, je t’assure ;
            — Alors sachez donc le bonheur
            Qui pourrait devenir le vôtre,
            Si vous vouliez bien l’accepter,
            Et que Dieu fasse qu’il vous plaise !


1692.     Pourquoi donc devrais-je me taire,
            Quand personne ne nous écoute ?
            Vous me trouverez insolente,
            Mais je puis le dire, je crois :
            Quand deux chevaliers face à face,
            Sont armés et se sont battus,
            Quel est celui qui vaut mieux,
            Quand l’un des deux en sort vaincu ?
            Pour moi le choix est vite fait :
            C’est le vainqueur. Et pour vous donc ?
            Il me semble que tu me pièges,
            Et que tu veux me prendre au mot.
            — Ma fois, vous devez bien comprendre
            Que je vous dis la vérité,
            Et je vous prouve comme il faut,
            Que le vainqueur est le meilleur.
            Il fit mieux que votre seigneur :
            Il l’a vaincu et poursuivi
            Avec hardiesse jusqu’ici,
            L’emprisonnant dans sa maison !


1712.     — C’est fou, ce que je viens d’entendre...
            Plus que jamais on ne m’a dit !
            Va-t’en ! Pleine de mauvais esprit !
            Ne reviens jamais devant moi,
            Si c’est pour me parler de lui !
            — Madame, je le savais bien,
            Que vous ne m’en sauriez nul gré,
            Je vous l’ai même dit avant.
            Mais vous m’aviez promis pourtant
            Que vous n’en seriez pas fâchée,
            Et ne me le reprocheriez !


1723.     Vous n’avez pas tenu parole,
            Et pour moi c’est ce résultat :
            Vous m’avez dit votre pensée
            Et moi j’aurais bien dû me taire ! »


1727.     Elle est revenue dans sa chambre,
            Celle où messire Yvain demeure
            Et qu’elle soigne de son mieux.
            Mais il n’est rien qui le console
            De ne pas même voir la Dame,
            Et de la dispute qu’elle eut
            Avec  elle — il n’a su mot.


§ Débat intérieur de Laudine


1734.     Mais la Dame toute la nuit,
            S’est posé beaucoup de questions.
            Elle se fait bien du souci,
            Pour défendre cette fontaine,
            Et commence à se repentir
            De celle qu’elle a tant blâmée,
            Et maltraitée, et méprisée :
            Elle est maintenant bien certaine
            Que ce n’est pas pour de l’argent
            Ni pour son amour envers lui
            Qu’elle a pris si bien sa défense.
            Elle l’aime, elle, plus que lui,
            Et déshonneur, ou malveillance,
            Ne lui conseillerait jamais,
            Car elle est trop loyale amie.


1749.     Voilà donc la Dame changée :
            De celle qu’elle a maltraitée
            Elle ne croit pas que jamais
            Elle puisse être encore aimée ;
            Et celui qu’elle repoussait
            Loyalement, l’a excusé,
            Par un très bon plaidoyer :
            Il ne lui a jamais fait tort,
            Elle est prête à le soutenir
            Comme s’il était devant elle.


§ Laudine s’imagine avec Yvain


1759.     Alors commence à questionner :
            « Voudrais-tu, fait-elle, nier
            Que mon seigneur soit mort par toi ?
            — Non, dit-il, je ne le nie pas,
            Et je le reconnais. — Pourquoi
            Donc l’as-tu fait ? Pour mon malheur ?
            Par haine ou par dépit de moi ?
            — Que je meure donc sur le champ,
            Si j’ai fait cela contre vous !
            — Tu n’as donc rien fait contre moi,
            Et envers lui n’a aucun tort :
            S’il l’avait pu, il t’aurait tué ;
            Ainsi, à mon avis, je crois
            Que j’ai bien jugé, à bon droit. »




NOTES

cette folie Ce vers semble avoir été interpolé, car le ms 1433 a ici  : «  Que se gorge est, ne si honnie » (“Que n’est sa gorge, si maltraitée”), dont le sens s’accorde mieux avec le vers précédent.