prev

SOMMAIRE

prev

Yvain et Laudine “accordés”

SYNOPSIS :

§ Laudine accepte de recevoir Yvain § Lunete fait attendre Laudine § Préparatifs § La prison d’Amour § Yvain devant Laudine § Soumission d’Yvain à sa Dame

1773.     Ensi par li meïsmes prueve
            que droit san et reison i trueve
            qu'an lui hair n'a ele droit,
            si an dit ce qu'ele voldroit,
            et par li meïsmes s'alume
            ensi come li feus qui fume
            tant que la flame s'i est mise,
            que nus ne la soufle n'atise.
            Et s'or venoit la dameisele,
            ja desresneroit la querele
            dom ele l'a tant pleidoiee,
            s'an a esté bien leidoiee.


§ Laudine accepte de recevoir Yvain


1785.     Et cele revint par matin,
            si recomança son latin
            la ou ele l'avoit leissié,
            et cele tint le chief bessié,
            qui a mesfete se santoit
            de ce que leidie l'avoit ;
            mes or li voldra comander
            et del chevalier demander
            le non, et l'estre, et le limage ;
            si s'umelie come sage,
            et dit : «  Merci crier vos vuel
            del grant oltrage et de l'orguel
            que je vos ai dit come fole,
            si remanrai a vostre escole.
            Mes dites moi, se vos savez,
            del chevalier don vos m'avez
            tenue a plet si longuemant
            quiex hom est il, et de quel gent.
            Se il est tex qu'a moi ateigne,
            mes que de par lui ne remaigne,
            je le ferai, ce vos otroi,
            seignor de ma terre et de moi.
            Mes il le covanra si fere,
            qu'an ne puisse de moi retrere
            ne dire : « C'est cele qui prist
            celui qui son seignor ocist.


1811.     — E non Deu, dame, ensi iert il.
            Seignor avroiz le plus gentil,
            et le plus gent, et le plus bel
            qui onques ìust del ling Abel.
            — Comant a non? — Mes sire Yvains.
            — Par foi, cist n'est mie vilains,
            einz est molt trans, je le sai bien,
            et s'est filz au roi Urïen.
            — Par foi, dame, vos dites voir.
            — Et quant le porrons nos avoir?
            — Jusqu'a quint jor. — Trop tarderoit,
            que, mon vuel, ja venuz seroit.
            Veigne enuit ou demain, se viax


§ Lunete fait attendre Laudine


1824.     — Dame, ne cuit pas c'uns oisiax
            poïst tant en un jor voler.
            Mes je i ferai ja aler
            un mien garçon qui molt tost cort,
            qui ira bien jusqu'a la cort
            le roi Artus, au mien espoir,
            au moins jusqu'a demain au soir,
            que jusque la n'iert il trovez.
            — Cist termes est trop lons assez :
            li jor sont lonc. Mes dites li
            que demain au soir resoit ci
            et voist plus tost que il ne siaut,
            car bien s'esforcera, s'il vialt :
            de deus jornees fera une ;
            et anquenuit luira la lune,
            Si reface de la nuit jor,
            et je li donrai au retor
            quan qu'il voldra gue je li doingne.


1842.     — Sor moi leissiez ceste besoingne,
            que vos l'avroiz, a tot le mains,
            jusqu'a tierz jor antre voz mains.
            Et au demain remanderoiz
            vos genz et si demanderoiz
            consoil del roi qui doit venir.
            Por la costume maintenir
            de vostre fontainne desfandre
            vos covendroit boen consoil prandre ;
            et il n'i avra ja si haut
            qui s'ost vanter que il i aut.
            Lors porroiz dire tot a droit
            que marier vos covendroit.


1855.     Uns chevaliers molt alosez
            vos requiert, mes vos ne l’osez
            panre, s'il nel vos loent tuit
            et s'il nel pranent an conduit :
            tant les quenuis je a malvés
            que, por autrui chargier le fes
            dom il seroient tuit chargié,
            vos an vanront trestuit au pié,
            et si vos an mercïeront
            que fors de grant peor seront.
            Car qui peor a de son onbre,
            s'il puet, volentiers se desconbre
            d'ancontre de lance ou de dart,
            que c'est malvés jex a coart. »


1869.     Et la dame respont : « Par foi,
            ensi le vuel, ensi l'otroi,
            et je l'avoie ja pansé
            si con vos l'avez devisé,
            et tot ensi le ferons nos.
            Mes ci por coi demorez vos?
            Alez ! Ja plus ne delaiez !
            Si faites tant que vos l'aiez,
            et je remanderai mes genz. »


§ Préparatifs


1878.     Ici fine li parlemanz.
            Cele fet sanblant qu'anvoit querre
            mon seignor Yvain en sa terre,
            si le fet chascun jor baignier,
            son chief laver et apleignier;
            et avoec ce li aparoille
            robe d'escar1ate vermoille,
            de veir forree a tot la croie.


1886.     N'est riens qu'ele ne li acroie
            qui coveigne a lui acesmer :
            fermaìl d'or a son col fermer,
            ovré a pierres precîeuses
            qu'il font leanz molt gracïeuses,
            et ceinturete, et aumosniere
            qui fu d'une riche sainiere ;
            bien l'a de tot apareillié,
            Et a sa dame a conseillié
            que revenuz est ses messages :
            si a esploitié come sages.


1897.     « Comant, fet ele, quant venra
            mes sire Yveins? — Ceanz est ja.
            — Ceanz est il ? Venez donc tost,
            celeemant et an repost
            demantres qu'avoec moi n'est nus.
            Gardez que n'en i veigne nus,
            que g'i harroie molt le cart.
            La dameisele a tant s'an parti
            s'est venue a son oste arriere,
            mes ne mostra mie a sa chiere
            la joie que ses cuers avoit,


§ La prison d’Amour


1908.     einz dit que sa dame savoit
            qu'ele l'avoit leanz gardé,
            et dit : « Mes sire Yvain, par Dé,
            n'a mes mestier neant celee
            tant est de vos la chose alee
            que ma dame ceanz vos set,
            qui molt me blasme et molt me het,
            et molt m'en a acoisonee ;
            mes tel seürté m'a donee
            que devant li vos puis conduire
            sanz vos de rien grever ne nuire.
            Ne vos grevera rien, ce croi,
            fors tant, don mantir ne vos doi
            que je ìeroie trüson,
            qu'avoir vos vialt en sa prison,
            et si i vialt avoir le cors
            que nes li cuers n'an soit defors.


1925.     — Certes, fet il, ce voel je bien,
            que ce ne me grevera rien,
            qu'an sa prison voel je molt estre.
            — Si seroiz vos, par la main destre
            don je vos teing ! Or an venez,
            mes a mon los vos contenez
            si sinplemant devant sa face
            que male prison ne vos face.
            Ne por ce ne vos esmaiez :
            ne cuit mie que vos aiez
            prison qui trop vos soit grevainne. »


1936.     La dameisele ensi l'en mainne ;
            si l’esmaie, et sel raseüre,
            et parole par coverture
            de la prison ou il iert mis,
            que sanz prison n'est nus amis,
            por ç'a droit se prison le clainme
            que sanz prison'n'est nus qui ainme.


§ Yvain devant Laudine


1943.     La dameisele par la main
            en mainne mon seignor Yvain
            la ou il iert molt chier tenuz ;
            si crient il estre mal venuz,
            et s'il le crient, n'est pas mervoille.


1948.     Sor une grant coute vermoille
            troverent la dame seant.
            Molt grant peor, ce vos creant,
            ot mes sire Yvains a l'entree
            de la chanbre, ou il ont trovee
            la dame qui ne li dist mot ;
            et por ce grant peor en ot,
            si fu de peor esbaïz
            qu'il cuida bien estre traîz,
            et s'estut loing cele part la,
            tant que la pucele parla
            et dit : « .Vc. dahez ait s'ame
            qui mainne an chanbre a bele dame
            chevalier, qui ne s'an aproche,
            et qui n'a ne lengue, ne boche,
            ne san, dom acointier se sache ! »


1964.     Maintenant par le braz le sache,
            si li dit :« En ça vos traiez,
            chevaliers, ne peor n'aiez
            de ma dame qu'el ne vos morde ;
            mes querez la pes et l'acorde,
            et g'en proierai avoec vos
            que la mort Esclados le Ros,
            qui ìu ses sires, vos pardoint. »


§ Soumission d’Yvain à sa Dame


1972.     Mes sire Yvains maintenant joint
            ses mains, si s'est a gen0lz mis
            et dit, come verais amis :
            « Dame, voir, ja ne vos querrai
            merci, einz vos mercïerai
            de quan que vos me voldroiz feire,
            que riens ne me porroit despleire.
            — Non, sire ? Et se je vos oci ?
            — Dame, la vostre grant merci,
            que ja ne m'an orroiz dire el.
            — Einz mes, fet ele, n'oï tel,
            que si vos metez a devise
            del tot an tot en ma franchise
            sanz ce que nes vos en esforz.
            — Dame, nule force si forz
            n'est come cele, sanz mantir,
            qui me comande a consantir
            vostre voloir del tot an tot.


1990.     Rien nule a feire ne redot
            que moi vos pleise a comander,
            et, se je pooie amander
            la mort don j'ai vers vos mesfet,
            je l'amanderoie sanz plet.
            — Comant? fet ele : or le me dites,
            si soiez de l'amande quites,
            se vos de rien me mesfeïstes,
            quant vos mon seignor m'oceïstes?
            — Dame, fet il, vostre merci ;
            quant vostre sires m'asailli,
            quel tort oi je de moi desfandre?
            Qui autrui vialt ocirre ou prandre,
            se cil l'ocit qui se desfant,
            dites se de rien i mesprant,
            — Nenil, qui bien esgarde droit ;
            et, je cuit, rien ne me vaudroit
            qant fet ocirre vos avroie.


2008.     Et ce molt volentiers savroie
            don cele force puet venir
            qui vos comande a consentir
            a mon voloir, sanz contredit ;
            toz torz et toz mesfez vos quit,
            mes seez vos, si me contez
            comant vos iestes si dontez.


2015.     — Dame, fet il, la force vient
            de mon cuer, qui a vos se tient ;
            an ce voloir m'a mes cuers mis.
            — Et qui le cuer, biax dolz amis ?
            — Dame, mi oel.— Et les ialz, qui ?
            — La granz biautez que an vos vi.
            — Et la biautez qu'i a forfet ?
            — Dame, tant que amer me fet.
            — Amer ? Et cui ? — Vos, dame chiere.
            — Moi ? — Voire voir. — An quel meniere ?
            — An tel que graindre estre ne puet ;
            en tel que de vos ne se muet
            mes cuers, n'onques aillors nel truis ;
            an tel qu'aillors pansser ne puis ;
            en tel que toz a vos m'otroi ;
            an tel que plus vos aim que moi ;
            en tel, s'il vos plest, a delivre
            que por vos vuel morir ou vivre.
            — Et oserïez vos enprandre
            por moi ma fontainne a desfandre ?
            — Oil voir, dame, vers toz homes.
            — Sachiez donc, bien acordé somes. »


2037.     Ensi sont acordé briemant.

1773.     Ainsi, à elle-même prouve
            Qu’il a du bon sens et raison
            Et qu’elle ne doit le haïr.
            Alors a dit ce qu’elle veut
            Et d’elle-même, elle s’enflamme,
            Tout comme le feu qui couve
            Jusqu’à ce que la flamme naisse
            Sans que nul souffle ne l’attise.
            Et si venait la demoiselle,
            Elle verrait gagnée la cause
            Pour laquelle elle a tant plaidé
            Et a été tant malmenée.


§ Laudine accepte de recevoir Yvain


1785.     Elle est revenue le matin,
            Et elle a repris son discours
            Là où elle l’avait laissé.
            L’autre tenait tête baissée,
            Qui se sentait comme coupable
            De l’avoir autant rudoyée ;
            Maintenant elle obéira,
            Du chevalier demandera
            Le nom, l’état et le lignage,
            Et sagement s’humiliera
            Disant : « Veuillez me pardonner
            De mes outrages, de l’orgueil
            Dont j’ai fait preuve, j’étais folle !
            Et je me range à votre avis.
            Mais dites, si vous le savez,
            Ce chevalier dont vous m’avez
            Si longuement entretenue,
            Quel homme est-il, et sa famille ?
            Est-il bien digne de la mienne ?
            Et s’il n’y a aucun obstacle,
            Je vous promets, je le ferai
            Seigneur de ma terre et de moi.
            Mais il faut qu’il se montre tel
            Qu’on ne puisse dire de moi :
            « C’est celle qui va épouser
            Le meurtrier de son mari.


1811.     — Par Dieu, ma Dame, il le fera.
            À vous le plus noble mari,
            C’est le plus digne et le plus beau,
            De tous les descendants d’Abel.
            — Quel est son nom ? Messire Yvain.
            — Ma foi, ce n’est pas si vilain...
            C’est même noble, je le sais,
            Puisqu’il est fils du roi Urien.
            — Ma foi, Dame, vous dites vrai.
            — Et quand pourrons-nous donc le voir ?
            — Dans les cinq jours. — C’est beaucoup trop !
            Je voudrais qu’il soit déjà là...
            Qu’il vienne aujourd'hui ou demain.


§ Lunete fait attendre Laudine


1824.     — Dame, même un oiseau, je crois,
            Ne pourrait tant faire en un jour.
            Mais je vais envoyer là-bas
            Un de mes rapides valets :
            Il arrivera à la cour
            Du Roi Arthur, je le crois bien,
            Avant demain soir au plus tard.
            On ne le verra pas avant.
            — C’est un délai trop éloigné !
            Les jours sont trop longs ! Et je veux
            Qu’il soit dès demain soir ici.
            Qu’il aille au plus vite qu’il peut :
            S’il le veut, il le pourra bien...
            Qu’il fasse deux journées en une !
            Cette nuit brillera la lune :
            Qu’il fasse de la nuit un jour !
            Et en retour lui donnerai
            Ce qu’il voudra que je lui donne.


1842.     — Laissez-moi donc cette besogne,
            Et vous l’aurez, à tout le moins,
            Dans les trois jours, entre vos mains.
            Le lendemain, convoquerez
            Vos gens et vous demanderez
            L’avis du roi, qui doit venir.
            Pour maintenir la tradition
            De défendre cette fontaine,
            Vous avez besoin de quelqu’un.
            Et nul ne sera si hardi
            Pour oser prétendre le faire.
            Alors vous pourrez de bon droit
            Dire qu’il vous faut vous marier.


1855.     Un chevalier très réputé
            Vous demande, et vous n’osez
            Le choisir — sans l’accord de tous,
            Et si leur garantie ne donnent.
            Je connais très bien leurs défauts :
            Pour se décharger sur autrui
            D’un fardeau qu’ils ont sur le dos,
            Ils seront tous vite à vos pieds
            Et sauront bien vous remercier
            De la peur dont vous les sauvez.
            Celui qui a peur de son ombre,
            S’il le peut, volontiers se dérobe
            de combattre fer contre fer :
            C’est dangereux pour un couard ! »


1869.     La Dame lui répond : « Ma foi
            C’est ce que je veux, j’y consens,
            Et j’y avais déjà pensé
            Ainsi que vous l’avez prévu,
            C’est bien ce que nous allons faire.
            Et pourquoi restez-vous ici ?
            Allez ! Ne perdez pas de temps !
            Occupez-vous du chevalier,
            Je resterai avec mes gens. »


§ Préparatifs


1878.     Leur discussion s’arrête ici.
            Elle fait semblant d’envoyer
            Chercher Yvain jusqu’en ses terres,
            Mais chaque jour lui fait un bain,
            Laver ses cheveux et peigner,
            Et après cela enfiler
            Une robe de laine vermeille
            Fourrée de petit-gris et neuve*.


1886.     Il n’est rien qu’elle ne lui donne
            Pour qu’il complète sa parure :
            C’est un fermoir d’or à son col,
            Orné de pierres précieuses,
            Qui sont du plus joli effet ;
            Une ceinture, une aumônière,
            Faite d’un très riche brocart.
            Après l’avoir bien préparé,
            Elle a fait prévenir sa Dame
            Du retout de son messager :
            Elle a mené à bien sa ruse !


1897.     « Comment ? Et quand Messire Yvain
            Sera-t-il là ? — Mais il est là !
            — Déjà  ? Venez donc vite
            En cachette, discrètement,
            Pendant que personnen n’est là,
            Et que personne ne survienne,
            Je ne veux pas de quatrième !
            La demoiselle est donc partie,
            Elle est revenue vers son hôte
            Mais sans laisser voir sur sa mine
            La joie qu’elle en avait au cœur ;


§ La prison d’Amour


1908.     Elle a prétendu que sa Dame
            Savait qu’elle l’avait caché
            Et dit : « Sire Yvain, grâce à Dieu,
            Plus n’est besoin de vous cacher :
            Les choses en sont venues au point
            Que ma Dame vous sait ici !
            Elle m’en blame et me déteste,
            Et mille reproches me fait.
            Mais elle m’a pourtant promis
            Que je peux vous conduire à elle,
            Sans que vous n’ayez rien à craindre.
            Elle ne vous veut aucun mal,
            Sauf que — je ne peux le cacher
            Ce serait vraiment la trahir —
            Elle vous veut son prisonnier,
            Et veut avoir, en plus du corps
            Le cœur, qu’il ne reste au dehors.


1925.     — Certes, fait-il, je le veux bien ;
            Cela ne me coûtera rien !
            Son prisonnier je veux bien être !
            — Vous le serez, par la main droite
            Dont je vous tiens ! Alors, venez,
            Mais croyez-moi, comportez-vous
            Si honnêtement devant elle
            Que sa prison ne soit sévère.
            Mais n’en ayez pas trop de crainte,
            Je ne crois pas que vous aurez
            Une prison par trop pénible. »


1936.     La demoiselle alors l’emmène
            En l’éprouvant, le rassurant,
            En lui parlant à mots couverts
            De la prison où il sera,
            Car tout ami est prisonnier ;
            Il faut bien l’appeler ainsi :
            On est en prison si l’on aime.


§ Yvain devant Laudine


1943.     La demoiselle, par la main,
            Emmène monseigneur Yvain
            Là où il sera apprécié ;
            Mais il craint d’être mal reçu
            Et ce n’est pas très étonnant !


1948.     Sur une grande couette rouge,
            Ils ont trouvé la Dame assise.
            Il eut très peur, croyez-le bien,
            Messire Yvain, quand il entra
            Dans cette chambre où se trouvait
            La Dame qui ne disait mot,
            Et pour cela, il avait peur,
            Tant, qu’il en resta ébahi,
            Et pensa qu’il était trahi...
            Il se tint à l’écart, debout,
            Alors s’écrie la demoiselle :
            « Que soit maudite cinq cents fois
            Celle qui mène à une Dame
            Un chevalier qui reste là
            Et qui n’a ni langue, ni bouche,
            Ni mot d’esprit pour l’aborder ! »


1964.     Alors le tire par le bras,
            En lui disant : «Avancez donc,
            Chevalier, et n’ayez pas peur
            Ma Dame ne vous mordra pas !
            Demandez-lui paix et concorde,
            Et je l’en prierai avec vous :
            Qu’elle vous pardonne la mort,
            D’Esclados le Roux, son Seigneur. »


§ Soumission d’Yvain à sa Dame


1972.     Messire Yvain alors a joint
            Les mains et s’est mis à genoux ;
            Il dit, en véritable ami :
            « Dame, jamais n’implorerai
            Pitié ; mais vous remercierai
            De ce que vous ferez pour moi,
            Car rien ne pourrait me déplaire.
            — Vraiment ? Et si je vous tuais ?
            — Dame, vous en remercierais,
            Car jamais jamais rien d’autre dirai.
            — Jamais je n’ai rien entendu
            De tel ! Vous voilà de bon gré
            Entièrement à mon service,
            Sans que je doive vous forcer !
            — Dame, il n’est de force plus grande
            Sans mentir, que celle qui fait
            Que je suis contraint d’obéir
            À vos désirs, de tout en tout.


1990.     Je ne crains pas de devoir faire
            Ce qu’il vous plaît de demander.
            Et si je pouvais effacer
            Cette mort, un méfait pour vous,
            Je le ferais sans hésiter.
            — Comment ? À moi redites-le,
            Et de cela vous serez quitte,
            Si vous m’avez fait quelque tort
            Quand vous tuâtes mon seigneur !
            — Dame, fait-il, comprenez-moi :
            Quand votre seigneur m’assaillit
            Quel tort j’ai eu de me défendre ?
            Qui veut vous tuer ou vous prendre,
            Si on se défend, et le tue,
            Est-ce qu’on est en tort — ou non ?
            — Non, si l’on ne voit que le droit.
            Et c’eût été bien inutile
            Que je vous fasse mettre à mort.


2008.     Mais ce que je voudrais savoir,
            C’est d’où peut venir cette force
            Qui vous permet de consentir
            À tout ce que je vous demande.
            Je vous acquitte de tout tort :
            Asseyez-vous, expliquez-moi,
            Pourquoi vous m’êtes si soumis.


2015.     — Dame, fait-il, la force vient
            De mon cœur, qui vous est acquis :
            C’est de lui que vient ce désir.
            — Et qui l’y a mis, doux ami ?
            — Ce sont mes yeux. — Et les yeux, qui ?
            — Cette beauté qu’en vous je vis.
            — Et la beauté, qu’a-t-elle fait ?
            — Ma Dame, elle m’a fait aimer.
            — Aimer ? Mais qui ? — Vous, Dame chère,
            — Moi ? — Tout à fait. — Et comment ça ?
            — Tant qu’il n’est rien qui soit plus grand
            Tant que mon cœur en vous demeure
            Et qu’il ne peut aller ailleurs.
            Tant qu’à rien d’autre je ne pense,
            Tant que je me donne tout à vous ;
            Tant que vous aime plus que moi,
            Tant, que si vous le désiriez
            Pour vous je peux mourir ou vivre.
            — Oseriez-vous vous engager
            À me défendre ma fontaine ?
            — Oui, ma Dame, contre tout homme.
            — Alors, nous voilà accordés. »


2037.     Les voilà donc vite accordés.