prev

SOMMAIRE

prev

Mariage d’Yvain et Laudine

SYNOPSIS :

§ Assemblée des Barons § Discours du Sénéchal § Le mariage § Railleries de Keu envers Yvain § Combat de Keu et Yvain § Arrivée d’Arthur au château § Soleil et Lune § Festivités § Discours de Gauvain § Yvain décide de repartir § Le don de l’anneau § Débat du corps et du cœur

§ Assemblée des Barons


2038.     Et la dame ot son parlemant
            devant tenu a ses barons
            et dit : « De ci nos en irons
            an cele sale ou ces genz sont
            qui loé et conseillié m'ont,
            que mari a prendre m'otroient
            por le besoing que il i voient.
            Ci meïsmes a vos me doing
            ne ge n'en irai ja plus loing
            qu'a seignor refuser ne doi
            boen chevalier et fil de roi.  »


2049.     Or a la dameisele fet
            quan qu'ele voloit antreset ;
            mes sire Yvains n'en ot pas ire,
            ce vos puis bien conter et dire,
            que la dame avoec li l'en mainne
            en la sale, qui estoit plainne
            de chevaliers et de sergenz ;
            et mes sire Yvains fu si genz
            qu'a mervoilles tuit l’esgarderent,
            et encontre ax tuit se leverent
            et tuit salüent et anclinent
            mon seignor Yvain, et devinent :
            « Cest cil qui ma dame prendra;
            dahez ait qui li desfandra
            qu'a merveilles sanble prodome.
            Certes, l’empererriz de Rome
            seroit an lui bien mariee.
            Car l'eüst il ja afïee
            et ele lui de nue main,
            si l'espousast hui ou demain. »
            Ensi parloient tuit d'un ranc.


§ Discours du Sénéchal


2070.     Au chief de la sale ot un banc
            ou la dame s'ala seoir
            la ou tuit la porent veoir,
            et mes sire Yvains sanblant fist
            qu'a ses piez seoir se volsist
            qant ele l'an leva a mont ;
            et de la parole semont
            son seneschal, que il la die,
            si qu'ele soit de toz oïe.


2079.     Lors comança li seneschax,
            qui n'estoit ne estolz ne chax :
            « Seigner, fet il, guerre nos sourt :
            n'est jorz que li rois ne s'atourt
            de quan qu'il se puet atorner
            por venir noz terres gaster.


2085.     Ençois que la quinzainne past
            sera trestote alee a gast,
            se boen mainteneor n'i a.
            Qant ma dame se marîa,
            n'a mie ancor sis anz parclos,
            si le fist ele par voz los.


2091.     Morz est ses sires, ce li poise.
            N'a or de terre c'une toise
            cil qui tot cest païs tenoit
            et qui molt bien i avenoit :
            c'est granz diax que po a vescu.


2096.     Fame ne set porter escu
            ne ne set de lance ferir ;
            molt amander, et ancherir,
            se puet de panre un boen seignor.
            Einz mes n'en ot mestier graignor ;
            loez li tuit que seignor praingne,
            einz que la costume remaingne
            qui an cest chastel a esté
            plus de .lx. anz a passé. »
            A cest mot dîent tuit ansanble
            que bien a feire lor resanble.
            Et trestuit jusqu'aus piez li vienent ;
            de son voloir an grant la tienent ;
            si se fet preier de son buen,
            tant que, ausi con maugré suen,
            otroie ce qu'ele feîst
            se chascuns li contredeîst,
            et dit : « Seignor, des qu'il vos siet,
            cil chevaliers qui lez moi siet
            m'a molt proiee, et molt requise ;
            de m'enor, et an mon servise
            se vialt metre, et je l'an merci;
            et vos l’en mercïez ausi.


2119.     N'onques mes certes nel conui,
            s'ai molt oï parler de lui :
            si hauz hom est, ce sachiez bien,
            con li filz au roi Urìen.
            Sanz ce qu'il est de haut parage,
            est il de si grant vasselage,
            et tant a corteisie, et san,
            que desloer nel me doit an.
            De mon seignor Yvain, ce cuit,
            avez bien oï parler tuit ;
            et ce est il qui me requiert.
            Plus haut seignor qu'a moi n'afiert
            avrai au jor que ce sera. »


2132.     Tuit dîent : « ]a ne passera
            cist jorz, se vos feites que sage,
            qu'ainz n'aiez fet le mariage,
            que molt est fos qui se demore
            de son preu feire une seule ore. »


2137.     Tant li prïent que ele otroie
            ce qu'ele feïst tote voie,
            qu'Amors a faire li comande
            ce don los et consoil demande ;
            mes a plus grant enor le prant
            quant congié en a de sa gent.


2143.     Et les proieres rien n'i grievent,
            einz li esmuevent et soulievent
            le cuer a faire son talant :
            li chevax qui pas ne va lant
            s'esforce quant an l'esperone ;
            veant toz ses barons se done
            la dame a mon seignor Yvain.


§ Le mariage


2150.     Par la main d'un suen chapelain
            prise a la dame de Landuc
            l'andemain, qui fu fille au duc
            Laududez, dom an note un lai.


2154.     Le jor meïsmes, sanz delai,
            l'espousa et firent lor noces.
            Asez i ot mitres et croces,
            que la dame i ot mandez
            les esvesques et les abez.


2159.     Molt i ot gent de grant noblesce,
            et molt i ot joie et leesce,
            plus que conter ne vos porroie
            quant lonc tans panssé i avroie ;
            einz m'an vuel teire que plus dire.


2164.     Mes or est mes sire Yvains sire,
            et li morz est toz oblïez ;
            cil qui l'ocist est marïez ;
            sa fame a, et ensanble gìsent ;
            et les genz ainment plus et prisent
            le vif c’onques le mort ne firent.


2170.     A ces noces molt le servirent,
            qui durerent jusqu’a la voille
            que li rois vint a la mervoille
            de la fontainne et del perron,
            et avoec lui si conpaignon,


§ Railleries de Keu envers Yvain


2175.     que trestuit cil de sa mesniee
            furent an cele chevalchiee,
            c'uns trestoz seus n'an fu remés.
            Et si disoit mes sire Ques :
            « Por Deu, qu'est ore devenuz
            mes sire Yvains, qui n’est venuz,
            qui se vanta aprés mangier
            qu’il iroit son cousin vangier ?
            Bien pert que ce fu aprés vin !
            Foiz s’an est, je le devin,
            qu’il n’i osast venir por l’uel.
            Molt se vanta de grant orguel.
            Molt est hardiz qui loer s’ose
            de ce dont autres ne l’alose,
            ne n’a tesmoing de sa loange,
            se ce n'est por fausse losange.


2191.     Molt a entre malvés et preu,
            que li malvés antor le feu
            dit de lui une grant parole,
            si tient tote la gent por fole
            et cuide que l'en nel conoisse.
            Et Ii preuz avroit grant angoisse,
            s'il ooit redire a autrui
            les proesces qui sont an lui.


2199.     Ne por qant, certes, bien m’acort
            a malvés, qu’il n’a mie tort ;
            s’il ne le dit, qui le dira?
            Tant se teisent d’ax li hera
            qui den vaillanz cr'ient le banc,
            et les malvés gietent au vant
            qu'il ne truevent qui por aus mante ;
            fos est qui se prise ne vante.


2207.     Ensi mes sire Kex parloit
            et mes sire Gauvains disoit :
            « Merci, mes sire Kex, merci!
            Se mes sire Yvains n’est or ci,
            ne savez quele essoine il a.
            Onques voir si ne s’avilla
            qu’il deist de vos vilenie
            tant com il set de corteisie.
            — Sire, fet il, et je m’an ta,
            ne m’an orroiz parler hui mes,
            des que je voi qu’il vos enuie. »


2218.     Et li rois por veoir la pluie
            versa de l'eve plain bacin
            sor le perron, desoz le pin ;
            et plut tantost molt fondelmant.
            Ne tarda puis gueires granmant
            que mes sire Yvains sanz arest
            entra armez en la forest
            et vint plus tost que les galos
            sor un cheval molt grant, et gros,
            fort, et hardi, et tost alant.
            Et mes sire Kex ot talant
            qu’il demanderoit la bataille,
            car, quiex que fust la definaille,
            il voloit comancier toz jorz
            les meslees et les estorz
            ou il i eüst grant corroz.
            Au pié le roi vient devant toz
            que ceste bataille li lest.


§ Combat de Keu et Yvain


2236.     « Kex, fet li rois, des qu'il vos plest
            et devant toz l'avez rovee,
            ne vos doit pas estre vehee. »
            Kex l'en mercie et puis si monte.
            S'or li puet feire un po de honte
            mes sire Yvains, liez an sera
            et molt volantiers li fera,
            que bien le reconuist as armes.


2244.     L’escu a pris par les enarmes
            et Kex le suen, si s'antr'esleissent,
            chevax poignant, et lances beissent
            que il tenoient anpoigniees
            un petit les ont aloigniees
            tant que par les quamois les tienent,
            et a ce que il s’antrevienent
            de tex cos ferir s'angoissierent
            que andeus la lances froissierent
            et vont jusqu'anz es poinz fandant.


2254.     Messire Yvains cop si puissant
            li dona, que de sus la sele
            a fet Kex la torneboele,
            et li hiaumes an terre fiert.
            Plus d'enui feire ne li quiert.
            mes sire Yvains, ençois descent
            a la terre, et son cheval prent.


2261.     Ce fu molt bel at tel i ot,
            et fu assez qui dire sot :
            « Ahi! ahi! con or gisiez
            vos qui les autres despisiez!
            Et ne por quant s'est il bien droiz
            qu'an le vos pardoint ceste foiz.
            por ce que mes ne vos avint.  »


2268.     Entre tant, devant le roi vint
            mes sire Yvains, et par le frain
            menait le cheval en sa main,
            por ce que il li voloit rendre ;
            si li dist : « Sire, feites prendre
            ce cheval, que je mesferoie
            se rien del vostre detenoie.
            — Et qui estes vos, fet li rois ?
            Ne vos conoistroie des mois
            au parler, se ne vos veoie
            ou se nomer ne vos ooie.


2279.     Lors s'est mes sire Yvains nomez ;
            s'an est Kex de honte essomez,
            et maz, et muz, et desconfiz,
            qu'il dist qu'il s’an estoit foïz.
            Et li autre molt lié au sont
            que de s’enor grant joie font.
            Nes li rois grant joie an mena ;
            mes mes sire Gauvains en a
            cent tanz plus grant joie que nus,
            que sa conpaingnie amoit plus
            que conpaignie qu’il eüst
            a chevalier que l’en seüst.


2291.     Et li rois li requiert et prie,
            se lui ne poise, qu’il l0r die
            comant il avoit esploitié ;
            car molt avoit grant covoitié
            de savoir tote s’avanture;
            de voir dire molt le conjure,
            et il lor a trestot conté
            et le servise et la bonté
            que la dameisele li fist ;
            onques de mot n’i entreprist ;
            ne riens nule n’i oblia.


2302.     Et aprés ce le roi pria
            que il et tuit si Chevalier
            venissent a lui herbergier,
            qu'enor et joie li feroient,
            quant a lui herbergié seroient.


2307.     Et li rois dit que volantiers
            li feroit il, huit jorz antiers,
            amor et joie et conpaignie.
            Et mes sire Yvains l’en mercie.


§ Arrivée d’Arthur au château


2311.     Ne de demore plus n'i font,
            maintenant montent, si s'an vont
            vers le chastel la droite voie.
            Et mes sire Yvains envoie
            devant la rote un escuier,
            qui portoit un faucon gruier,
            por ce que il ne sorpreissent
            la dame, et que ses genz feissent
            contre le roi ses meisons beles.


2320.     Qant la dame oi les noveles
            del roi qui vient, s’en a grant joie.
            N'i a nul qui la novele oie
            qui n'an soit liez, et qui n'en mont.
            Et la dame toz les semont
            et prie que contre lui voisent ;
            et cil n’en tancent ne ne noisent,
            que de feire sa volanté
            estoient tuit antalanté.


2329.     Encontre le roi de Bretaingne
            vont tuit sor granz chevax d’Espaingne,
            si salüent molt hautemant
            le roi Artus premieremant
            et puis sa conpajgnie tote :


2334.     « Bien vaingne, font il, ceste rote
            qui de tant prodomes est plainne.
            Beneoiz soit cil qui les mainne
            et qui si boens ostex lor done. »
            Contre le roi li chastiax sone
            de la joie que l'en i fet.


2340.     Li drap de soie sont fors tret
            et estandu a paremant,
            et des tapiz font pavemant
            que par les rues les estandent
            contre le roi que il atandent,
            et refont un autre aparoil :
            entre le roi et le soloil
            cuevrent les rues des cortines.


2348.     Li sain, li cor, et les buisines
            font le chastel si resoner
            que l'en n'oïst pas Deu toner.
            La ou descendent les puceles,
            sonent flaütes et vïeles,
            tympre, freteles et tabor;
            d'autre part refont lor labor
            li legier sailleor qui saillent;
            trestuit de joie se travaillent,
            et a ceste joie reçoivent
            lor seignor, si con faire doivent.


2359.     Et la dame rest fors issue,
            d'un drap emperïal vestue,
            robe d'ermine tote fresche,
            an son chief une garlendesche
            tote de rubiz atiriee ;
            ne n'ot mie la chiere iriee,
            einz l'ot si gaie et si rïant
            qu'ele estoit, au mien escîant,
            Plus bele que nule contesse.


2368.     Tot an tor fu la presse espesse,
            et disoient trestuit a tire :
            « Bien veigne li rois et li sire
            des rois et des seignors del monde.  »
            Ne puet estre qu'a toz responde
            li rois, qui vers lui voit venir
            la dame a son estrié tenir.
            Et ce ne vost il pas atendre,
            einz se haste molt de descendre ;
            si descendi lués qu'il la vit


2378.     et ele le salue et dit :
            « Bien veigne, par cent mile foiz,
            li rois mes sire, et beneoiz
            soit mes sire Gauvains, ses niés.
            - Et vostre cors et vostre chiés,
            fet li rois, bele criature,
            ait joie et grant boene aventure. »
            Puis l'enbraça par mi les flans,
            li rois, come cortois et frans,
            et ele lui tot a plain braz.


§ Soleil et Lune


2388.     Des autres parole ne faz
            comant ele les conjoï,
            mes onques mes parler n'oï
            de nes une gent tant joie,
            tant enoree, et tant servie.
            De la joie assez vos contasse
            se ma parole n'i gastasse ;


2395.     mes seulemant de l'acontance
            voel ieire une brief remanbrance
            qui fu feite a privé consoil
            entre la lune et le soloil.
            Savez de cui je vos voel dire?
            Cil qui des chevaliers fu sire
            et qui sor toz fu reclamez
            doit bien estre solauz clamez.


2403.     Por mon seignor Gauvain le di,
            que de lui est tot autresi
            chevalerie anluminee,
            come solauz la matinee
            oevre ses raìs, et clarté rant
            par toz les leus ou il s'espant.


2409.     Et de celi refaz la lune
            dom il ne puet estre que une,
            de grant foi et de grant aïe.
            Et ne poroec, je nel di mie
            seulemant par son grant renon,
            mes por ce que Lunete ot non.


2415.     La dameisele ot non Lunete
            et fu une avenanz brunete,
            molt sage, et veziee, et cointe.
            A mon seignor Gauvain s'acointe
            qui molt la prise, et qui molt l'ainme,
            et por ce s'amie la clainme,
            qu'ele avoit de mort garanti
            son conpaignon et son ami ;
            si li offre molt son servise.


2424.     Et ele li conte et devise
            a con grant poinne ele conquist
            sa dame, tant que ele prist
            mon seignor Yvain a mari,
            et comant ele le gari
            des mains a cez qui le queroient :
            entr'ax ert, et si nel veoient.


2431.     Mes sire Gauvains molt se rit
            de ce qu'ele li conte et dit :
            « Ma dameisele, je vos doing
            et a mestier et sanz besoing
            un tel chevalier con je sui;
            ne me changiez ja por autrui,
            se amander ne vos cuidiez;
            vostres sui et vos resoiez
            d'ore en avant ma dameisele.
            — Vostre merci, sire  » fet ele.
            Ensi cil dui s'antr'acointoient,
            li uns a l'autre se donoient,


2443.     que d'autres i ot tel nonante
            que aucune i ot bele, et gente,
            et noble, et cointe, et preuz, et sage,
            gentix dame, et de haut parage;
            si s'i porront molt solacier,
            et d'acoler, et de beisier,
            et de parler, et de veoir,
            et de delez eles seoir,
            itant en orent il au mains.


§ Festivités


2452.     Or a feste mes sire Yvains
            del roi, qui avoec li demore;
            et la dame tant les enore
            chascun par soi et toz ansanble,
            que tel fol i a cui il sanble
            que d'amors veignent li atret
            et li sanblant qu'ele lor fet;
            et cez puet an nices clamer
            qui cuident qu'el les voelle amer ;
            qant une dame est si cortoise
            qu'a un maleüreus adoise
            qu'ele li fet joie et acole,
            fos est liez de bele parole,
            si l'a an molt tost amusé.


2466.     A grant joie ont le tans usé ,
            trestote la semaìnne antiere :
            deduit de bois et de riviere
            i ot molt qui le vost avoir ;
            et qui vost la terre veoir
            que mes sire Yvains ot conquise
            en la dame que il ot prise,
            si se repot aler esbatre
            ou six liues, ou cinc, ou quatre,
            par les chastiax de la entor.


2476.     Qant li rois ot fet son sejor
            tant que n'i vost plus arester,
            si refist son oirre aprester ;
            mes il avoient la semainne
            trestuit proié et mise painne
            au plus qu'il s'an porent pener
            que il en poîssent mener
            mon seignor Yvain avoec ax.


§ Discours de Gauvain


2484.     « Comant! seroiz vos or de çax,
            ce disoit mes sire Gauvains,
            qui por leur fames valent mains?
            Honiz soit de sainte Marie
            qui por anpirier se marie !
            Amander doit de bele dame
            qui l'a a amie ou a fame,
            que n'est puis droiz que ele l'aint
            que ses los et ses pris remaint. »


2493.     Certes, ancor seroiz iriez
            de s'amor, se vos anpiriez ;
            que fame a tost s'enor reprise,
            ne n'a pas tort, s'ele despise
            celui qui devient de li pire
            el reaume dom il est sire.
            Or primes doit vostre pris croistre.


2500.     Ronpez le frain et le chevoistre,
            s'irons tornoier moi et vos,
            que l'en ne vos apiaut jalos.
            Or ne devez vos pas songier,
            mes les tornoiemanz ongier
            et anpanre, et tot fors giter,
            que que il vos doie coster.
            Assez songe qui ne se muet !
            Certes, venir vos an estuet
            que ja n'i avra autre essoine ;


2510.     gardez que en vos ne remoingne,
            biax conpainz, nostre conpaignie,
            que en moi ne faura ele mie,
            mervoille est comant en a cure,
            de l'eisse qui toz jorz li dure.
            Bien a donc cist ou delaier
            et plus est dolz a essaier
            uns petiz biens, quant il delaie,
            c'uns granz, qui tot ades l'essaie.


2519.     Joie d'amors qui vient a tart
            sanble la vert busche qui art,
            qui dedanz rant plus grant chalor
            et plus se tient en sa valor,
            quant plus demore a alumer.
            An puet tel chose acostumer
            qui molt est greveuse a retrere ;
            quant an le vialt, nel puet an fere.


2527.     Ne por ce ne le di ge mie,
            se j'avoie si bele amie
            con vos avez, biax dolz conpainz,
            foi que je doi Deu et toz sainz,
            molt a enuiz la leisseroie!
            A escïant, fos an seroie.
            Tex done boen consoil autrui
            qui ne savroit conseillier lui,
            ausi con li preescheor
            qui sont desleal lecheor,
            enseignent et dïent le bien
            dom il ne vuelent feire rien ! »
            Mes sire Gauvains tant li dist
            ceste chose, et tant li requist
            qu'il creanta qu'il le diroit
            a sa fame, et puis s'an iroit,
            s'il an puet le congié avoir ;
            ou face folie ou savoir,
            ne leira que congié ne praigne
            de retorner an la Bretaìgne.


§ Yvain décide de repartir


2547.     La dame en a a consoil trete
            qui de ce congié ne se guete,
            si li dist : « Ma tres chiere dame,
            vos qui estes mes cuers et m'ame,
            mes biens, ma joie, et ma santez,
            une chose m'acreantez
            por vostre enor et por la moie.
            La dame tantost li otroie,
            qu'el ne set qu'il vialt demander
            et dit : « Biax sire, comander
            me poez ce qui boen vos iert. »


2558.     Congié maintenant li requiert
            mes sire Yvains, de convoier
            le roi, et d'aler tomoier,
            que l'an ne l'apialt recreant.
            Et ele dit : « Je vos creant
            le congié jusqu'a un termine.
            Mes l'amors devanra haine,
            que j'aì en vos, toz an soiez
            seürs, se vos trespassîez
            le terme que je vos dirai;
            sachiez que ja n'en mantirai :
            se vos mantez, je dirai voir.


2570.     Se vos volez m'amor avoir
            et de rien nule m'avez chiere,
            pansez de tost venir arriere
            a tot le moins jusqu'a un an
            huit jorz aprés la Saint Johan
            c'ui an cest jor sont les huitaves.
            De m'amor soiez maz et haves,
            se vos n'iestes jusqu'a ce jor
            ceanz avoec moi au retor. »


2579.     Mes sire Yvains pleure et sopire
            si fort qu'a poinnes le pot dire :
            « Dame, cist termes est molt lons.
            Se je poisse estre colons
            totes les foiz que je vouroie,
            molt sovant avoec vos seroie.
            Et je pri Deu que, s'il li plest,
            ja tant demorer ne me lest.
            Mes tex cuide tost revenir
            qui ne set qu'est a avenir.
            Et je ne sai que m'avenra,
            Se essoines me detanra
            de malage ne de prison ;
            s'avez de tant fet mesprison
            quant vos n'en avez mis defors
            au moins l'essoine de mon cors.


§ Le don de l’anneau


2595.     — Sire, fet ele, et je li met ;
            et ne por quant bien vos promet
            que, se Dex de mort vos desfant,
            nus essoines ne vos atant
            tant con vos sovanra de moi.
            Mes or metroiz an vostre doi
            cest mien anel, que je vos prest ;
            et de la pierre quex ele est
            vos voel dire tot en apert :
            prison ne tient ne sanc ne pert
            nus amanz verais et leax,
            ne avenir ne li puet max ;
            mes qui le porte, et chier le tient
            de s'amie li resovient,
            et si devient plus durs que fers ;
            cil vos iert escuz et haubers
            et voir einz mes a chevalier
            ne le vos prester ne baillier,
            mes por amors le vos doing gié. »


2614.     Or a mes sire Yvains congié :
            molt out ploré au congié prendre.
            Et li rois ne vost plus atendre
            por rien qu'an dire li seüst,
            einz li tardoit que l'en eüst
            toz lor palefroiz amenez,
            apareilliez et anfrenez.
            Des qu'il le vost, il fu tost fet;
            li palefroi lor sont fors tret,
            si n'i a mes que del monter.


2624.     Ne sai que plus doie conter,
            comant mes sire Yvains s'en part,
            ne des beisiers qu'an li depart,
            qui furent de lermes semé
            et de dolçor anbaussemé.
            Et del roi que vos conteroie,
            comant la dame le convoie
            et ses puceles avoec li
            et tuit li chevalier ausi ?
            Trop i feroie de demore.


2634.     La dame, por ce qu'e1e plore,
            prie Ii rois de remenoir
            et de raler a son menoir;
            tant li prie qu'a molt grant poinne
            s'an retorne, et ses genz an moinne.
            Mes sire Yvains molt a enviz
            est de s'amie departiz,
            ensi que li cuers ne se muet.


§ Débat du corps et du cœur


2642.     Li rois le cors mener an puet
            mes del cuer n'en manra il point,
            car si se tient et si se joint
            au cuer celi qui se remaint
            qu'il n'a pooir que il l'en maint;
            des que li cors est sanz le cuer
            don ne puet il estre a nul fuer ;
            et se li cors sanz le cuer vit
            tel mervoille nus hom ne vit.


2651.     Ceste mervoille est avenue
            que il a l'ame retenue
            sanz le cuer, qui estre i soloit,
            que plus siudre ne le voloit.
            Li cuers a boene remenance
            et li cors vit en esperance
            de retorner au cuer arriere ;
            s'a fet cuer d'estrenge meniere
            de s'esperance qui se vant,
            traite, et fause de covant.


2661.     Ja, ce cuit, l'ore ne savra
            qu'esperance traï l'avra;
            car s'il un tot seul jor trespasse
            del terme qu'il ont mis a masse,
            molt a enviz trovera mes
            en sa dame trives ne pes.
            Et je cuit qu'il le passera,
            que departir ne le leira
            mes sire Gauvains d'avoec lui.


2670.     Aus tornoiemanz vont andui
            par toz les leus ou l'en tornoie ;
            et li anz passe tote voie,
            sel fist tot l'an mes sire Yvains
            si bien que mes sire Gauvains
            se penoit de lui enorer,
            et si le fist tant demorer
            que toz li anz fu trespassez
            et de tot l'autre encor assez,
            tant que a la mi aost vint
            que li rois cort et feste tint.

§ Assemblée des Barons


2038.     La Dame a tenu parlement
            Devant ses barons rassemblés.
            Elle a dit : « Partons d’ici,
            Pour cette salle où sont les gens
            Qui m’ont conseillée et louée,
            M’autorisant à me marier,
            Car ils y voient nécessité.
            Et moi-même me donne à vous ;
            Je n’irai pas chercher plus loin,
            Car je ne dois me refuser
            À bon chevalier et fils de roi ! »


2049.     La demoiselle a réussi
            Tout ce qu’elle avait entrepris ;
            Sire Yvain n’en est pas fâché,
            Cela je peux bien vous le dire !
            La Dame alors avec lui va
            Dans la salle qui est bien pleine
            De chevaliers et autres gens.
            De Messire Yvain la prestance
            Fut telle que tous l’admirèrent
            Et à son arrivée se levèrent
            S’inclinant pour le saluer,
            Car ils ont vite deviné :
            « C’est lui que ma Dame va prendre,
            Malheur à qui l’empêchera !
            C’est un merveilleux gentihomme.
            Et l’impératrice de Rome,
            Le prendrait même pour mari.
            S’il lui avait juré sa foi,
            Et elle aussi, main dans la main
            Ce serait aujourd'hui ou demain ! »
            On chuchote ainsi dans les rangs.


§ Discours du Sénéchal


2070.     Sur un banc, au fond de la salle
            La Dame est allée pour s’asseoir
            Car de là tous pourraient la voir ;
            Et Messire Yvain fit semblant
            De vouloir s’asseoir à ses pieds,
            Mais elle le fit se relever ;
            Son sénéchal elle a chargé
            De dire les mots qu’il fallait
            Pour que tous puissent les entendre.


2079.     Le Sénéchal a commencé,
            Il n’est ni bègue ni timide :
            « Seigneurs, fait-il, la guerre est là !
            Tous les jours le roi se consacre
            Du mieux qu’il peut, à s’équiper,
            Pour venir ravager nos terres.


2085.     Avant qu’une quinzaine passe,
            Toutes seront donc dévastées
            Si nous n’avons un défenseur.
            Quand ma Dame s’est mariée,
            Il y a moins de six années,
            Elle l’a fait sur vos conseils.


2091.     Son Sire est mort, elle en pâtit.
            De terre n’a plus qu’une toise,
            Celui qui tenait ce pays,
            Et qui le connaissait si bien...
            Quel malheur qu’il ait peu vécu !


2096.     Femme ne peut porter l’écu,
            Non plus que frapper d’une lance
            Mais elle gagnera l’estime
            Si elle épouse un vrai Seigneur.
            Jamais n’en eut autant besoin !
            Conseillez lui de prendre époux
            Avant que cesse la coutume
            Qui a régné dans ce château
            Depuis plus de soixante années ! »
            À ces mots, tous disent ensemble,
            Que cela leur semble très bien.
            Et tous se jettent à ses pieds
            Pour qu’elle fasse ses volontés ;
            Ils la prient de faire à son gré
            Si bien qu’elle se fait prier
            Pour faire ce qu’elle désire,
            Et aurait fait même contre eux !
            « Seigneurs, dit-elle, à votre guise.
            Ce chevalier-là, près de moi,
            M’a beaucoup priée et requise ;
            S’il veut se mettre à mon service,
            Pour mon honneur, le remercie.
            Et remerciez-le aussi.


2119.     Je ne le connais certes pas,
            Mais on m’a bien parlé de lui :
            C’est quelqu'un de bien, sachez-le,
            Il est le fils du roi Urien.
            Mais en plus de son haut lignage,
            Il est d’une telle vaillance
            Et si courtois, et si sensé,
            Qu’il ne faut me dissuader.
            De mon Seigneur Yvain, je crois,
            Avez tous entendu parler,
            Et c’est lui qui veut m’épouser.
            C’est un plus grand seigneur, je crois,
            Que ce dont je pouvais rêver ! »


2132.     Tous disent : « Il serait sage
            Que cela soit aujourd'hui même
            Que soit conclu ce mariage,
            Car il est fou celui qui tarde,
            À faire un instant ce qu’il doit. »


2137.     Tant l’ont prié qu’elle leur donne
            Ce qu’elle eût fait quoi qu’il en soit :
            Ce qu’Amour faire lui commande,
            Pourtant le conseil en demande.
            Mais son honneur sera plus grand
            Si elle a leur assentiment.


2143.     Leurs prières ne l’ennuient pas
            Mais au contraire l’encouragent
            À faire selon son désir :
            Le cheval qui n’est pas si lent
            Fait plus d’efforts sous l’éperon ;
            Devant tous ses barons la Dame
            Se donne à mon Seigneur Yvain.


§ Le mariage


2150.     De la main de son chapelain
            La Dame de Landuc a pris
            Celle qui est la fille au duc
            De Laududez, qui a son lai.


2154.     Et le même jour, sans délai,
            Il l’épousa en grandes noces.
            Il y eut des mitres, des crosses,
            Car la dame avait convoqué,
            Tous les évêques, les abbés.


2159.     Il y eut foule de gens nobles,
            Beaucoup de joie et d’allégresse,
            Plus que ne pourrais vous dire
            Même si j’y pensais longtemps !
            Je préfère plutôt me taire.


2164.     Yvain est Seigneur du château,
            Et le mort est vite oublié.
            Qui l’a tué a épousé
            Sa femme, et ils dorment ensemble.
            Les gens aiment et estiment
            Bien plus le vivant que le mort.


2170.     Il fut bien servi à ses noces
            Qui durèrent jusqu’à la fête
            Quand le roi vint voir la merveille
            De la fontaine et du perron
            Escorté de ses compagnons.


§ Railleries de Keu envers Yvain


2175.     Tous ceux qui composaient sa suite
            Étaient venus l’accompagner
            Et pas un seul n’était resté.
            Et messire Keu s’exclamait :
            « Par Dieu, qu’est-il donc devenu
            Messire Yvain, qu’on ne voit pas ?
            Lui qui s’était pourtant vanté
            Qu’il irait son cousin venger ?
            C’était après manger et boire...
            Il s’est enfui, je le crois bien !
            Il n’a pas dû oser venir,
            Son orgueil l’a fait se vanter.
            Bien hardi celui qui prétend
            Avoir fait ce qu’on met en doute,
            Et dont personne ne témoigne,
            Si ce n’est par fausses louanges.


2191.     Du lâche au courageux, l’écart
            Est tel que si au coin du feu
            Le lâche fait son propre éloge :
            Il tient tous les gens pour des sots
            Croyant qu’on ne le verra pas.
            Le vaillant, lui, serait gêné
            S’il voyait un autre étaler
            Les qualités qui sont les siennes.


2199.     Et pourtant, je suis bien d’accord
            Avec le lâche : il n’a pas tort !
            S’il ne se loue, qui le fera ?
            Les hérauts n’en parleront pas
            Ils ne crient que pour les vaillants,
            Les lâches mettent de côté :
            Personne ne mentira pour eux !
            Bien fou qui lui-même ne vante...


2207.     Ainsi parlait messire Keu !
            Messire Gauvain répliquait :
            « Pitié ! Messire Keu, pitié !
            Si Messire Yvain n’est pas là
            Il a peut-être des ennuis ?
            Lui ne s’est jamais abaissé,
            À vous dire méchancetés :
            Il a toujours été courtois.
            — Sire, fait-il, je vais me taire,
            Aujourd'hui ne dirai plus rien,
            Car cela vous ennuie, je vois. »


2218.     Le roi alors, pour voir la pluie
            Versa le plein d’eau du bassin
            Sur le perron, sous le grand pin,
            Et à torrents plut aussitôt.
            Il ne fallut que peu de temps :
            Mon seigneur Yvain sans tarder
            Entra armé dans la forêt,
            Et vint ausitôt au galop
            Sur un cheval très grand, puissant,
            Très bien dressé et intrépide.
            Et Messire Keu eut envie
            De le provoquer en combat :
            Quelle qu’en puisse être l’issue,
            Il était toujours prêt à faire
            Toutes les mêlées, les combats
            Sauf à en être très fâché.
            Aux pieds du roi, premier se jette,
            Pour qu’il lui laisse cette joute.


§ Combat de Keu et Yvain


2236.     « Si vous le voulez, dit le roi,
            Puisque vous êtes le premier,
            On ne peut vous le refuser. »
            Keu remercie, et monte en selle.
            S’il peut causer un peu de honte
            À messire Yvain, c’est bien !
            Et il le fera volontiers :
            Il l’a reconnu à ses armes.


2244.     Yvain a saisi son écu
            Et Keu le sien : et ils s’élancent
            Piquant des deux, lances baissées,
            Les tenant fermes dans leurs poings ;
            Ils les ont un peu fait glisser
            Pour les tenir bien sur le cuir,
            Alors quand ils se sont heurtés
            Ils s’en sont donné de tels coups
            Que leurs lances se sont brisées
            Et se sont fendues jusqu’au bout.


2254.     Messire Yvain lui a porté
            Un coup si fort que de sa selle
            Keu en a été culbuté,
            Et son heaume jeté à terre.
            Yvain ne lui veut pas plus mal
            Mais à terre il est descendu
            Et il lui a saisi son cheval.


2261.     Beaucoup en ont été ravis,
            Et nombreux ceux qui lui ont dit :
            « Ah ! Comme vous voilà tombé,
            Vous qui des autres vous moquez !
            Mais il faut bien vous pardonner
            Pour une fois, puisque jamais
            Cela ne vous est arrivé. »


2268.     Entre temps vint devant le roi
            Messire Yvain qui, par le frein
            Menait un cheval à la main,
            Car il désirait le lui rendre.
            Il lui dit : « Sire, faites prendre
            Ce cheval, car je m’en voudrais
            De garder ce qui est à vous.
            — Mais qui êtes-vous ? fait le roi.
            Je ne sais pas vous reconnaître
            À votre voix, si ne vous vois,
            Ou si vous ne vous nommez pas.


2279.     Messire Yvain alors se nomme,
            Et Keu en est couvert de honte,
            Anéanti, et effondré,
            D’avoir dit qu’Yvain avait fui !
            Les autres en sont très contents
            Et ils lui rendent les honneurs.
            Le roi aussi est très content,
            Sans parler de sire Gauvain,
            Qui l’est plus de cent fois que tous,
            Car il aimait sa compagnie
            Beaucoup plus que toutes les autres
            Celles des chevaliers connus.


2291.     Le roi lui demande et le prie
            S’il le veut bien, qu’il lui raconte
            Comment il est arrivé là :
            Il avait un très grand désir
            De connaître toute l’histoire.
            Il le supplie de lui conter
            Son aventure toute entière.
            Et lui alors a raconté
            Le grand service que lui fit
            La demoiselle, sans omettre
            Le moindre détail de l’affaire.


2302.     Ensuite il a prié le roi
            Pour qu’avec tous ses chevaliers
            Ils viennent chez lui se loger :
            Ils lui feront plaisir, honneur,
            S’ils viennent s’installer chez lui.


2307.     Le roi a dit : « Très volontiers ! »
            Il le fera : huit jours entiers
            Lui fera l’honneur d’être ici.
            Messire Yvain l’en remercie.


§ Arrivée d’Arthur au château


2311.     Ils ne se sont pas attardés,
            Ils sont montés, s’en sont allés
            Vers le château, tout droit devant.
            Messire Yvain a envoyé
            Devant la troupe un écuyer,
            Qui portait un faucon mué,
            Pour ne pas surprendre la Dame,
            Et que ses gens aient tout le temps
            De faire belles leurs maisons.


2320.     Quand la Dame apprit la nouvelle,
            Se réjouit du roi qui vient.
            Et de tous ceux qui l’ont appris
            Aucun qui n’en soit réjoui.
            La Dame les convoque tous :
            Ils iront au devant du roi ;
            Et nul ne grogne ou ne proteste,
            Car à faire ce qu’elle veut,
            Ils sont tous très bien disposés.


2329.     Au devant du roi de Bretagne
            Ils vont sur des chevaux d’Espagne,
            Et saluent avec grands égards
            Le roi Arthur, premièrement,
            Et puis toute sa compagnie :


2334.     « Bienvenue, disent-ils, à tous,
            Vous qui êtes si valeureux ;
            Et béni soit qui vous amène,
            Et qui vous donne si bon gîte. »
            Alors tout le château résonne
            De la joie qu’on y manifeste.


2340.     Les draps de soie sont sortis,
            Et étendus pour la parure ;
            On étale aussi des tapis,
            Sur le sol de toutes les rues
            Par où le roi doit s’avancer.
            Puis on installe maintenant
            Des tentures couvrant les rues
            Protégeant le roi du soleil.


2348.     Les cloches, les cors, les trompettes,
            Résonnent dans tout le château,
            Jusqu’à étouffer le tonnerre.
            Là où viennent les demoiselles,
            Sonnent les fifres et les vielles,
            Timbales, flûtes et tambours.
            Et avec eux les jeunes gens
            Légers, s’élancent, font des sauts,
            Et tous manifestent la joie
            Qu’ils ont de recevoir le roi
            Comme il est coutume de faire.


2359.     Et la Dame alors s’est montrée,
            Vêtue comme une impératrice :
            Robe d’hermine toute neuve,
            Et un diadème sur la tête,
            Qui est entouré de rubis.
            Aucun ennui sur son visage,
            Qui est très gai, et souriant :
            Elle avait l’air, à mon avis,
            Plus belle que toute comtesse.


2368.     La foule autour d’elle se presse,
            Et tous disaient l’un après l’autre :
            « Bienvenue au roi, au seigneur,
            de tous, rois et seigneurs du monde ! »
            Le roi ne peut répondre à tous,
            Car il voit la Dame approcher
            Pour lui tenir son étrier,
            Et il ne veut qu’elle le fasse,
            Mais il se hâte de descendre :
            Il descendit dès qu’il la vit.


2378.     Elle l’a salué et dit :
            « Que bienvenu soit mille fois
            le roi, mon seigneur, et béni
            Messire Gauvain, son neveu.
            — Et sur vous même, fait le roi,
            Belle Dame, puisse venir
            Grande joie et heureux destin ! »
            Puis il l'embrasse et il l’étreint,
            Courtoisement, et dignement,
            Et elle lui ouvre les bras.


§ Soleil et Lune


2388.     Je ne parlerai pas des autres,
            Comment elle les accueillit,
            Mais je n’ai jamais entendu
            Parler de gens si bienvenus,
            Si honorés, si bien servis.
            Je pourrais vous dire la joie
            Mais ce serait perdre mon temps.


2395.     Je vous raconterai plutôt
            Brièvement cette rencontre
            Faite en privé, discrètement,
            Entre la Lune et le Soleil.
            Vous voyez bien de qui je parle :
            Le Seigneur de ces chevaliers,
            Qui tous les autres surpassait,
            On peut bien le nommer “Soleil” !


2403.     C’est bien de Gauvain qu’il s’agit
            Lui par qui la chevalerie
            Est comme toute illuminée
            Comme par le soleil au matin
            Qui rayonne et tout fait briller
            Dans tous les endroits où il va.


2409.     Et je mets sous le nom de “Lune”
            Celle qui est unique au monde,
            Par sa foi et son dévouement.
            Et je ne le dis pas sans raison
            Pas seulement pour son renom,
            Puisque “Lunete”, c’est son nom !


2415.     Et celle qui porte ce nom
            Était avenante et brunette,
            Sage, distinguée, mais rusée.
            Sire Gauvain l’a rencontré
            Qui l’apprécie, l’aime beaucoup,
            Et donc l’appelle son amie,
            Car elle a sauvé de mort
            Son compagnon et son ami.
            Il veut donc être à son service.


2424.     Et elle de lui raconter
            Tout le mal qu’elle s’est donné
            Pour que sa Dame enfin accepte
            De prendre Yvain comme mari,
            Et comment elle l’a sauvé
            Des mains de ceux qui le cherchaient :
            Au milieu d’eux, ne le voyaient !


2431.     Messire Gauvain a bien ri
            De ce qu’elle raconte, et dit :
            « Ma demoiselle, je vous offre
            Même si n’en avez besoin,
            Le chevalier tel que je suis.
            Ne m’échangez pas pour un autre,
            Vous n’en tireriez pas profit.
            Je suis à vous, et vous, soyez
            Dorénavant ma demoiselle !
            — Grand merci, sire », lui dit-elle.
            Ainsi ont-ils fait connaissance :
            L’un à l’autre se sont donnés.


2443.     Il y avait aux alentours
            De belles et de nobles femmes,
            Raffinées, savantes et sages,
            Des dames de haute lignée ;
            Les hommes vont se divertir
            Les caresser, les embrasser
            Les admirer, et leur parler,
            Auprès d’elles venir s’asseoir :
            Voilà ce qu’ils vont faire, au moins.


§ Festivités


2452.     Messire Yvain est à la fête,
            Avec le roi à ses côtés.
            La Dame leur fait grand honneur
            À chacun d’eux et à eux deux
            Tellement que l’on pourrait croire
            Que c’est l’amour qui est la cause
            De son empressement pour eux.
            Mais il sont niais ceux qui croient
            Que pour cela ils sont aimés ;
            Quand une Dame est si aimable
            Que d’un malheureux elle approche
            L’enlace et le rend tout joyeux,
            Il est fou de douces paroles,
            Mais ce n’est que pour s’amuser !


2466.     Ils ont ainsi pris du bon temps,
            Pendant une semaine entière ;
            Il y avait bois et rivière
            Pour tous ceux qui aimaient cela.
            Qui voulait connaître la terre
            Acquise par messire Yvain,
            De par la dame son épouse,
            Pouvait aller se promener
            À six, ou cinq, ou quatre lieues,
            Par les châteaux des alentours.


2476.     Quand le roi en eut bien assez
            Et qu’il ne voulut plus rester
            Il fit préparer son départ.
            Mais pendant toute la semaine
            Ils avaient fait tous leurs efforts
            Pour essayer de le convaincre
            Et réussir à emmener
            Messire Yvain avec eux.


§ Discours de Gauvain


2484.     « Comment ? Serez vous donc de ceux
            S’écria Messire Gauvain,
            Qui valent moins ayant pris femme ?
            Par Sainte Marie, honte à lui,
            Qui déchoit quand il se marie !
            Il doit en devenir meilleur
            Celui qui a amie ou femme,
            Il est injuste qu’elle l’aime
            S’il perd courage et renommée. »


2493.     Certes vous le regretterez
            Son amour, si vous déclinez ;
            Femme ne tarde à se reprendre
            Et n’a pas tort, étant déçue
            De celui qui devient le pire
            Du royaume qu’il a reçu.
            Votre valeur devra s’accroître :


2500.     Brisez le frein et le licol,
            Et les tournois ferons tous deux,
            Qu’on ne vous traite de jaloux.
            Vous ne devez pas rêvasser
            Mais plutôt vous rendre aux tournois,
            Combattre et ignorer le reste,
            Quoi qu’il doive vous en coûter.
            Assez rêver, il faut bouger !
            C’est vraiment pour vous le moment
            Vous n’en aurez d’autre occasion.


2510.     Ami, faites que l’amitié
            Qui nous relie soit préservée,
            Car en moi elle durera.
            Il est curieux de voir comment
            On se lasse du bien constant :
            Attendre un peu est agréable,
            Et il est plus doux d’essayer
            Un petit plaisir retardé
            Qu’un grand qui s’offre tout de suite.


2519.     Plaisir d’amour que l’on attend
            C’est bûche verte que l’on brûle
            Et qui donne plus de chaleur,
            Dure plus longtemps à brûler
            Quand plus résiste à s’enflammer !
            On peut s’accoutumer de choses
            Dont on peine à se séparer :
            Quand on le veut, on ne le peut.


2527.     Mais je ne dirais pas cela
            Si j’avais aussi belle amie
            Que la vôtre, cher compagnon ;
            Par ma foi, par Dieu et ses saints,
            J’aurais bien peine à la laisser !
            Je crois que j’en deviendrais fou.
            Mais qui donne conseil aux autres
            Oublie de s’en donner à lui.
            Il en est ainsi des prêcheurs
            Qui sont de perfides menteurs :
            Ils enseignent et vantent le bien
            Mais ils n’en font rien pour eux-mêmes ! »
            Messire Gauvain tant de fois
            Lui a répété tout cela !
            Il a cru qu’il le redirait
            À sa femme, puis s’en irait,
            Si elle lui donnait congé.
            Que ce soit folie ou sagesse,
            Il est décidé maintenant
            À retourner dans sa Bretagne.


§ Yvain décide de repartir


2547.     Il a donc pris sa femme à part,
            Qui ne se doute pas de ça,
            Et lui a dit : « Ma chère Dame,
            Vous êtes mon cœur et mon âme,
            Mon bien, ma joie, et ma santé !
            Accordez-moi donc une chose
            Pour votre honneur et pour le mien. »
            La Dame le lui a promis
            Sans même savoir ce qu’il veut,
            Et dit : « Beau sire vous pouvez
            Me demander ce qu’il vous plaît. »


2558.     Yvain lui a donc demandé
            La permission d’accompagner
            Le roi, et d’aller aux tournois,
            Pour qu’on ne le tienne pour lâche.
            Elle lui dit : « C’est entendu
            Pour un temps qui est limité.
            Mais tout l’amour que j’ai pour vous
            Deviendra haine, sachez-le
            Si jamais vous outrepassez
            Le terme que j’aurai fixé.
            Sachez que c’est sûr et certain :
            Si vous mentez, moi je dis vrai.


2570.     Si vous voulez que je vous aime
            Et si vous m’aimez quelque peu,
            N’oubliez pas de revenir
            À tout le moins d’ici un an,
            Et huit jours après la Saint-Jean
            Puisqu’aujourd'hui est le huitième.
            De mon amour échec et mat
            Serez, si vous n’êtes présent
            Ce jour-là ici avec moi. »


2579.     Messire Yvain pleure et soupire
            Tant qu’à grand-peine peut lui dire :
            « Dame ce délai est fort long !
            Si je pouvais être un pigeon,
            À chaque fois que je voudrais
            Je reviendrais à vous souvent.
            Et je prie Dieu pour qu’il lui plaise
            De n’être pas loin si longtemps.
            Mais celui qui croit revenir
            Ignore ce qui adviendra.
            Ne sais ce qu’il m’arrivera,
            Si quelqu’ennui me retiendra,
            Maladie ou mise en prison.
            Vous avez donc tort de me dire
            Qu’il n’y aurait nulle exception
            Même pas pour mon propre corps.


§ Le don de l’anneau


2595.     — Sire, fait-elle, je l’accepte.
            Mais néanmoins je vous assure
            Si Dieu veut vous garder en vie
            Aucun danger ne vous menace ;
            Tant que vous ne m’oubliez pas.
            Alors mettez à votre doigt
            Cet anneau-là, que je vous prête ;
            De la pierre dont il est fait
            Je vais vous livrer le secret :
            Nulle prison, nulle blessure
            À un amant vraiment loyal
            Aucun mal ne peut arriver.
            Mais qui le porte et le chérit
            Et se souvient de son amie,
            En devient plus dur que le fer :
            Écu, haubert, pour vous sera.
            Mais vous ne devez le prêter
            À aucun autre chevalier :
            En gage d’amour vous le donne. »


2614.     Messire Yvain va s’en aller :
            Et ils en ont beaucoup pleuré.
            Mais le roi ne veut plus attendre
            Quoi que l’on puisse bien lui dire.
            Il lui tardait qu’on lui amène
            Les palefrois qu’il demandait,
            Tout harnachés, tout équipés.
            Son ordre fut vite obéi :
            Les palefrois sont amenés,
            Ils n’ont plus qu’à monter en selle.


2624.     Dois-je vous en dire plus long ?
            Vous dire qu’Yvain va partir,
            Et les baisers qu’on lui prodigue,
            Qui sont semés de tant de larmes,
            Et tout embaumés de douceur ?
            Et pour le roi, dois-je vous dire
            Comment la Dame l’accompagne
            Avec toutes ses demoiselles,
            Et tous ses chevaliers aussi ?
            Cela me prendrait trop de temps.


2634.     Voyant la Dame tout en pleurs
            Le Roi la prie de s’arrêter
            Et retourner en son manoir ;
            Il en fait tant qu’à grand regret
            Elle s’en va avec ses gens.
            Messire Yvain bien malgré lui
            S’est séparé de son amie,
            Mais il lui a laissé son cœur.


§ Débat du corps et du cœur


2642.     Le roi peut emmener son corps
            Mais de son cœur ne fera rien,
            Car il s’est attaché si fort
            Au cœur de celle qui demeure
            Qu’il ne peut l’emmener aussi.
            Dès que le corps est sans le coeur
            Il ne peut vivre, c’est certain.
            Et un corps qui vit sans son cœur
            Jamais personne n’a vu ça !


2651.     Pourtant ce miracle a eu lieu :
            L’âme est demeurée dans le corps
            Sans le cœur, dont c’est le logis,
            Car il ne voulait pas le suivre.
            Le cœur se trouve fort bien là,
            Et le corps vit dans l’espérance
            De venir retrouver son cœur.
            Il s’est fait d’étrange façon
            Un cœur d’espérance bien vain,
            Qui viole et trahit son serment.


2661.     Mais jamais ne saura je crois
            Que trahi l’aura l’espérance,
            Car si d’un seul jour il dépasse
            Le délai ensemble établi,
            Il aura du mal à trouver
            Trêve et paix auprès de sa Dame.
            Mais ce délai dépassera
            Je crois, car Messire Gauvain
            Ne le laissera pas partir !


2670.     Ils vont tous deux dans les tournois,
            Ils vont partout où l’on combat,
            Et c’est ainsi que l’année coule :
            Messire Yvain ne fait que ça,
            Si bien que messire Gauvain
            Lui rendait souvent les honneurs,
            Et qu’il le fait tant s’attarder
            Que toute une année est passée
            Et l’autre déjà commencée
            Si bien que la mi-août est là,
            Et le roi vient tenir sa cour.


NOTES

coutume Il s’agit certainement de celle qui veut que la “fontaine merveilleuse” soit interdite à toute personne étrangère.

Dame de Landuc Ces lignes ne sont pas très claires : “Dame de Landuc” n’apparaît pas dans tous les manuscrits, mais seulement dans 3 d’entre eux ; les autres ont “Laudine”. Le premier du vers précédent, dans le Ms 794 que je traduis ici, « landemain », ne me semble avoir aucun sens, et être une erreur de copiste pour “La Dame” : il a peut-être voulu éviter la répétition ? Par ailleurs, “Laududez” est un personnage très hypothétique.

lai Cette évocation d’un “lai” (petit poème en octosyllabe) me semble plutôt constituer une cheville... On ne sait rien du “duc de Laududet”, non plus que d’un “lai” qui lui aurait été consacré...

congé Nous avons conservé l’expression “prendre congé”, mais “donner congé” au sens de “accepter de laisser partir”, comme ici, a pris le sens contraire de “congédier”, c'est-à-dire “chasser”, “licencier”, “mettre à pied” etc.